Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
19 mai 2018 6 19 /05 /mai /2018 23:30

MANIFESTATIONS
ROUEN : 10h - Cours Clémenceau
LE HAVRE : 10h - devant l’Hôtel de ville
DIEPPE : 10h30 - devant la gare
EVREUX : 14h00 - gare SNCF

La reconstitution d’un front unitaire complet dans l’ensemble de la Fonction publique
souligne combien le gouvernement est en difficulté quant à sa volonté d’imposer des réformes régressives : avec toutes leurs organisations syndicales, les agents de la Fonction publique font massivement entendre leur refus de la mise à mal des missions publiques, de la dégradation des conditions de travail, du gel des salaires.Alors qu’est engagée une tentative d’ampleur inédite de casse de la Fonction publique,les conditions sont aujourd’hui réunies pour une mobilisation des personnels de nature à faire reculer le pouvoir.


OUI LA LUTTE ET L’ACTION SYNDICALE PAYENT

  • Le gouvernement vient d’officialiser le recul de Macron sur sa volonté de supprimer la valeur unique du point d’indice Fonction publique ;
  • Face aux mouvements de grève, plusieurs ministres ont annoncé des mesures catégorielles concernant des secteurs qui se sont mobilisés ;
  • La publication du rapport du Comité Action publique 2022, qui doit notamment formuler des préconisations de privatisation et d’abandons de missions, a été retardée à plusieurs reprises et aucune date précise ne figure actuellement au calendrier s’agissant du prochain Comité Interministériel de la Transformation Publique ;
  • De nombreuses luttes locales dé-bouchent sur la satisfaction des revendications. Si à ce stade le gouvernement affiche sa fermeté sur les aspects fondamentaux de sa politique, il est bien sur la défensive.
  • La grève des fonctionnaires allemands démontre que gagner des augmentations générales fortes en matière salariale (7,5 % !) est possible face à un gouvernement au moins aussi déterminé que le nôtre sur sa volonté de mettre en œuvre des politiques d’austérité.

C’est pourquoi la CGT appelle à faire vivre pleinement l’appel des neuf organisations syndicales de la Fonction publique pour construire une grève massive le 22 mai, encore plus forte que celle du 22 mars !
 

MANIFESTATIONS
ROUEN : 10h - Cours Clémenceau
LE HAVRE : 10h - devant l’Hôtel de ville
DIEPPE : 10h30 - devant la gare
EVREUX : 14h00 - gare SNCF

Partager cet article
Repost0
19 mai 2018 6 19 /05 /mai /2018 16:10

Cet article est reposté depuis Front Syndical de Classe.

Partager cet article
Repost0
18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 13:27

Communiqué du Parti de la démondialisation (Pardem)
 
Le 16 mai 2018.
 
Manif13Mai2018 600

Le Parti de la démondialisation appelle à participer aux manifestations, partout en France, le 26 mai, « une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité ». Réunis à l’initiative de l’association Attac, plusieurs organisations syndicales, politiques et associatives ont adopté un communiqué pour appeler à ces manifestations. Le Parti de la démondialisation, volontaire pour participer à cette dynamique, a signé ce texte.

Toutefois, les dirigeants de la CGT et du NPA ont refusé la signature du Pardem avec l’accord d’autres organisations, a-t-on appris, sans que les noms de celles-ci nous aient été communiqués. À force de demandes réitérées, la CGT nous a répondu par la voix d’Elsa Conseil, directrice de cabinet du secrétaire général Philippe Martinez : « En ce qui concerne la CGT, si le PARDEM avait fait partie du périmètre d'origine de la préparation du 26 mai, nous n'aurions certainement pas eu la même approche de l'initiative. En effet, les questions du "souverainisme" et de la sortie de l'Union Européenne sont loin d'être des questions secondaires pour la CGT. »

Ainsi ce sont les positions du Pardem sur la mondialisation néolibérale et la tyrannie de l’Union européenne qui conduisent les dirigeants de ces organisations à de telles fautes politiques.

Car au-delà du Pardem, cette attitude traduit un état d’esprit sectaire et défensif. Soit le mouvement qui est peut-être en train de naître réduira son périmètre aux sympathisants dits « de gauche », voire d’extrême gauche, et alors il perdra, soit il s’ouvrira largement à tous les citoyens victimes des politiques néolibérales impulsées par l’Union européenne et son agent qu’est Emmanuel Macron.

La condition du succès est le rassemblement le plus large possible. Au travers du Pardem, ce sont tous les abstentionnistes et tous ceux qui exigent la restauration de la démocratie et le retour de la pleine et entière indépendance de la France qui sont écartés. Pourtant, ce sont bien les classes populaires qui portent massivement cette exigence.

Ainsi, une nouvelle fois, par européisme, des organisations de gauche offrent un beau cadeau au Front national.

Quoiqu’il en soit, le Parti de la démondialisation œuvrera au succès de ces manifestations. Il agira pour l’autonomie de cette dynamique populaire afin qu’elle ne soit pas simplement une tentative de recomposition et de récupération d’une gauche en lambeaux.

Pour connaître réellement les positions du Pardem et non leur caricature, voici quelques liens avec des textes intégraux du Pardem ...

http://www.actioncommuniste.fr/2018/03/22-mars-2018-tous-ensemble-contre-la-politique-de-macron-et-de-l-union-europeenne-appel-du-pardem-manifestations-a-rouen-dieppe-le-h

http://www.actioncommuniste.fr/2017/06/pourquoi-personne-ne-parle-de-la-volteface-du-front-national-sur-l-euro-et-l-union-europeenne.html

http://www.actioncommuniste.fr/2018/03/comment-l-union-europeenne-fixe-la-marche-a-suivre-pour-liberaliser-les-services-publics-organiser-la-concurrence-a-travers-notammen

 

Partager cet article
Repost0
16 mai 2018 3 16 /05 /mai /2018 14:46

Rouen : 10 h cours Clémenceau
Le Havre : 10 h devant l’hôtel de ville
Dieppe : 10 h 30 devant la gare

Près d'un demi-million de personnes dans les rues le 22 mars pour défendre le service public, ses missions, les salaires, des emplois pérennes. Mais aucun bougé du côté gouvernemental. Aussi, les neuf fédérations de fonctionnaires : la FSU, la CFE-CGC, la CFTC, la CGT, FA-FP, FO et Solidaires, rejointes le 12 avril par la CFDT et le 16 par l'Unsa, appellent à une troisième journée d'action le 22 mai. Elles réaffirment ne partager "ni l'orientation, ni la méthode, ni le calendrier proposés par le gouvernement " visant à "réduire le périmètre de l'action publique avec la perspective d'abandons voire de privatisation de missions ". En cause notamment, les quatre chantiers qu'entend ouvrir le gouvernement autour d'un "nouveau contrat social avec les agents publics". A noter que les fédérations de fonctionnaires prévoient d'ores et déjà un temps fort de mobilisation lors du rendez-vous salarial prévu à la mi-juin.

Visite de chantiers
  • Un dialogue social plus fluide et recentré sur les enjeux les plus importants

En déclarant « vouloir simplifier et déconcentrer les instances représentatives », le gouvernement fait peser une menace claire sur les instances paritaires et leur rôle essentiel dans la défense des conditions de travail et la transparence dans le déroulement de carrière des agents. Dans l'Éducation nationale, on connaît l'importance des commissions administratives paritaires et des comités techniques et l'action prépondérante qu'y jouent les représentants du personnel. Les Comités d'hygiène, sécurité et santé au travail (CHSCT) qui viennent à peine de faire leur apparition dans la Fonction publique sont-ils déjà condamnés ?

  • Une rémunération plus individualisée

Le gouvernement ne fait pas mystère de sa volonté d'individualiser les progressions de carrière et de salaire en les corrélant à un "mérite" érigé en valeur repère. C'est faire peu de cas de nombreuses études qui ont démontré que c'était loin d'être un critère déterminant dans l'engagement des agents et l'efficacité du travail produit. C'est de surcroît oublier la dimension collective des métiers de la Fonction publique et le cadre de missions d'intérêt général.

  • L’accompagnement individualisé et les mobilités

Pour la FSU, les transitions professionnelles et les mobilités, à l’intérieur de la Fonction publique comme vers le privé peuvent être améliorées. Mais le contexte des suppressions de postes d’ores et déjà annoncées (120 000 au total sur le quinquennat) obère toute discussion sereine sur la question. Les possibilités de mobilité vers le privé seraient proposées uniquement dans les administrations qui se restructurent ou ferment des postes.

  • Un élargissement du recours au contrat pour donner davantage de souplesse au recrutement

Il s'agit là, ni plus ni moins, que la remise en cause de l'accès à la Fonction publique par concours et le recours accru aux contractuels et aux précaires qui sont déjà massivement utilisés dans la Fonction publique. On constate depuis quelques années, y compris dans l’Éducation nationale, les difficultés liées au développement des contrats précaires fragilisant à la fois les personnes employées et les missions indispensables qu'elle assurent.

La FSU opposée au dynamitage du statut des fonctionnaires

Avant même le lancement de la concertation, la FSU avait demandé que la discussion porte sur d’autres sujets : plan de recrutements pré-recrutements, conditions de titularisation des agents précaires, mesures ambitieuses de formation initiale et continue, leviers pour favoriser une mobilité choisie, reconnaissance du travail et de l’engagement des agents. Devant l'absence de réponses à ces demandes, les neuf organisations syndicales de fonctionnaires ont claqué la porte de la première rencontre avec Olivier Dussopt, le secrétaire d’État auprès du ministre de l'Action et des comptes publics.

Mobilisation unitaire

Pour la FSU, "Cette nouvelle mobilisation est nécessaire car nous sommes à un tournant dans la Fonction publique ". Il s'agit de préserver le statut général des fonctionnaires, ainsi que les statuts particuliers et les régimes de retraite. Les organisations syndicales revendiquent aussi "la création d'emplois statutaires"  pour cesser le recours aux emplois précaires que ce soit dans l'éducation nationale, la santé ou encore les collectivités locales. Elles défendent enfin le pouvoir d'achat des personnels, l'abrogation de la journée de carence et l'amélioration des déroulements de carrière.

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2018 2 15 /05 /mai /2018 11:19
Partager cet article
Repost0
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 22:53

Mercredi 16 mai,il y aura cinquante ans jour pour jour que débutait l’occupation de l’usine de Renault de Sandouville. Elle lançait une longue série de mouvements de contestation, principalement de travailleurs.

L'article entier en cliquant ci-dessous:

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 22:42
La ligne D du réseau francilien est particulièrement touchée par le mouvement de grève des cheminots. LP

La ligne D du réseau francilien est particulièrement touchée par le mouvement de grève des cheminots. LP

Erwan Benezet et Vincent Vérier avec la Cellule Data| 07 mai 2018

 

Alors que le mouvement social a repris ce lundi soir, nous avons décortiqué les chiffres de circulation des trains lors d’un précédent épisode de grève sur la ligne D du Transilien. Résultat : ce que subissent les usagers ne correspond pas aux prévisions.

La SNCF enjoliverait-elle ses prévisions de trafic pour minimiser l’impact de la grève ? Alors qu’elle communique sur le nombre de trains en circulation à l’occasion du huitième épisode de grève, qui a commencé ce lundi à 20 heures et se poursuivra jusqu’à jeudi matin, ces chiffres correspondent-ils réellement aux désagréments que les usagers subissent dans les gares ?

La suite ici :http://www.leparisien.fr/economie/greves-les-petits-arrangements-de-la-sncf-avec-les-previsions-de-trafic-07-05-2018-7703754.php

Partager cet article
Repost0
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 22:34

"Cadences trop soutenues, flux de plus en plus tendus, arrêts maladie à la chaîne… Les salariés d'une trentaine de magasin Lidl de Bretagne ont décidé mercredi d'entamer une grève."

"Un mouvement social massif et inédit a démarré en milieu de semaine dans une trentaine de magasins Lidl de Bretagne."

 

"... dans certains magasins, un classement du meilleur au moins bon salarié est affiché en permanence. "

"Tout est chronométré, notamment les caissières au niveau des scannages" d'articles"

" Cette salariée dénonce le "manque de bras", "la fatigue" liée aux "heures supplémentaires". "On n'a jamais connu ça à ce point-là", assure-t-elle '

Source : Europe1.  L'article entier ci-dessous

Partager cet article
Repost0
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 19:11
ROUEN : 10h cours Clémenceau
EVREUX : 14 h Gare SNCF

Vu sur le site du SNES-76 : https://rouen.snes.edu/tous-en-greve-le-22-mai.html

Partager cet article
Repost0
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 07:00
Réforme de la SNCF : le document qui sème le trouble

(Photo ajoutée par AC - Gare de Dieppe - Ligne menacée de privatisation ? ou de disparition ? )

Selon le document que nous avons pu consulter, la SNCF souhaite déposer un amendement pour filialiser l’activité des trains régionaux, les TER. LP/J.B.

Vincent Vérier| 13 mai 2018 sur Le Parisien

Alors que la 9e séquence de grève commence ce dimanche, une note de travail interne que nous avons consultée ouvre une brèche pour une possible privatisation de l’entreprise. La SNCF et le ministère des Transports démentent.

A quoi joue la direction de la SNCF ? Dans le compte rendu interne d’une réunion de travail qui s’est tenue le 4 mai entre des cadres de la compagnie et le cabinet du ministère des Transports, que nous avons pu consulter, on apprend que la compagnie ferroviaire a demandé au gouvernement de limiter l’incessibilité des titres de l’entreprise publique à la seule holding. Une petite phrase qui fait l’effet d’une bombe.

« Si seule la holding est protégée, rien n’empêchera la direction de céder ou d’ouvrir le capital de SNCF Mobilités (qui gère les trains) ou de SNCF Réseau (qui gère l’infrastructure), s’agace Fabien Villedieu, délégué syndicat de SUD Rail. Concrètement, cette demande ouvre la voie à une privatisation de l’entreprise publique alors que depuis des semaines le gouvernement et la direction nous répètent en chœur que cette réforme ferroviaire n’est pas la privatisation de la SNCF. » [...]

La suite sur le site du Parisien : http://www.leparisien.fr/economie/reforme-de-la-sncf-le-document-qui-seme-le-trouble-13-05-2018-7713093.php

Partager cet article
Repost0

Articles Récents