Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 15:44

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2016 5 25 /11 /novembre /2016 14:58
Les dockers en manifestation au Havre et à Paris contre la loi Travail.
Les dockers en manifestation au Havre et à Paris contre la loi Travail.

Les dockers en manifestation au Havre et à Paris contre la loi Travail.

Le Havre Deux dockers du Havre convoqués au tribunal : nouvelle grève dans le port

Les dockers et agents portuaires du Havre sont en grève, vendredi 25 novembre 2016, en soutien à deux dockers, convoqués au tribunal correctionnel de Paris, pour violences.

Mise à jour : 25/11/2016

L'interpellation des deux dockers, le 31 août 2016, avait entraîné une journée de grève dans le port du Havre. (Photo archives ©Normandie-actu)

Un nouveau mouvement de grève a été lancé, dans le port du Havre (Seine-Maritime), vendredi 25 novembre 2016. La fédération nationale des ports et docks agit en solidarité avec deux dockers du Havre, convoqué au tribunal correctionnel de Paris, ce même jour, pour des faits de violences commis lors d’une manifestation contre la loi Travail, à Paris. Ils avaient été interpellés par les forces de l’ordre, mercredi 31 août 2016, lors d’une visite du patron de la CGT, Philippe Martinez, dans la Cité océane.

Les dockers en route pour Paris

Selon une source syndicale, une délégation de 200 dockers du Havre se rendent à Paris, en soutien à leurs collègues, accompagnés de délégations syndicales d’autres villes de France. Une mobilisation contre la « répression syndicale », que les délégués et syndicalistes dénoncent depuis plusieurs mois, suite notamment au mouvement social contre la loi Travail.

Les deux dockers doivent passer à la barre du tribunal en début d’après-midi. Ils sont tous deux soupçonnés d’avoir participé à des faits de violences, qui se sont produits en marge d’une manifestation  à Paris.

« Toute la CGT mobilisée »

Alors que le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez, se rendait au Havre, le 31 août 2016, les deux individus avaient été interpellés tôt dans la matinée, pour être interrogés par les forces de l’ordre. Des interpellations qui avaient entraîné l’arrêt complet de toute activité au sein du port du Havre, par un mouvement de grève général, qui s’est conclu à la remise en liberté des deux dockers, en soirée.
Au Havre, Philippe Martinez affirmait que « toute la CGT va se mobiliser pour dénoncer ce cas ».

Contre la politique de la peur et de l’intimidation, nous allons jouer la carte de l’unité », avait appuyé Pascal Morel, secrétaire général de l’union départementale de Seine-Maritime de la CGT, présent également au Havre durant ces interpellations.

Le mouvement de grève devrait se conclure samedi 26 novembre 2016, à 6h.

Valentine Godquin
Journaliste Normandie-actu
Partager cet article
Repost0
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 23:37

Nous publions cette déclaration du Comité général de l'UD-CGT de Seine-Maritime.

Source : le blog du syndicat Filpac CGT de Chapelle Darblay ( Grand-Couronne ) ici :

http://cgtchapelledarblayupm.unblog.fr/2016/11/22/declaration-du-comite-general-de-lud-cgt-de-seine-maritime/

Déclaration du Comité général de l’UD CGT de Seine Maritime, réuni le 18 novembre 2016 à Caudebec les Elbeuf.

Résister aux attaques du gouvernement et du patronat, pour gagner sur nos revendications, renforçons nos syndicats pour renforcer les luttes. Pendant plusieurs mois, les syndicats CGT de Seine Maritime, ont été la force motrice d’un front commun intersyndical (CGT-FO-Solidaires-FSU-UNEF), base d’une résistance nationale qui a déstabilisé le gouvernement dans son projet de casser le Code du travail.

L’engagement puissant des syndicats, des Unions locales, de l’Union départementale 76 et des Unions professionnelles, pour le retrait de la loi Travail, a permis la mise en grève et la participation aux manifestations de dizaines de milliers de salariés.

Si la grève, en Seine Maritime, avec la CGT au premier plan, a été particulièrement puissante, dans les ports, dans la chimie, dans l’Energie, elle a aussi touché des centaines d’entreprises (petites ou grandes) et de services publics. Le 14 juin, ce sont plus de 5200 salariés de Seine Maritime qui sont montés à Paris. Les salariés, s’appropriant l’exigence du retrait du projet de loi travail avec l’intersyndicale, ont mis en minorité le projet gouvernemental et patronal. Par 3 fois, le gouvernement Valls-Hollande a dû utiliser le 49-3 pour imposer la loi qu’il ne pouvait faire voter faute de majorité. Après des années de contre réformes des gouvernements Sarkozy et Hollande (retraites, ANI, loi Macron, loi Rebsamen, Pacte de responsabilité, CICE, PPCR…) les grèves et manifestations, particulièrement fortes en Seine Maritime sur le mot d’ordre unificateur de Retrait, montrent que la lutte de classe a repris tous ses droits.

Le congrès CGT de notre UD Seine Maritime à Lillebonne avait décidé en avril 2015 d’engager nos forces dans cette voie de la Résistance : Nécessité d’une CGT de lutte de classe, cherchant la convergence des luttes des différents secteurs. Rejet du syndicalisme rassemblé qui nous liait au gouvernement et nous paralysait. Construire le rapport de force sur des revendications précises face au patronat et au gouvernement. Le 51ème congrès confédéral a été aussi un point d’appui dans ce sens.

Aujourd’hui les attaques contre le monde du travail se font plus violentes tant dans le public que dans le privé avec pour objectif de faire exploser l’ensemble des garanties collectives. Cette offensive se mène avec la complicité de tous les gouvernements en liaison étroite avec la mise en œuvre des traités de libre-échange.

La pratique du coup de force.

Plus les plans patronaux et gouvernementaux sont rejetés par les salariés, actifs et retraités, plus les libertés démocratiques et le droit syndical sont attaqués.

Le gouvernement a montré l’exemple de l’autoritarisme avec le 49-3 et en prétendant interdire les manifestations. Dans notre Département nous veillerons au droit de manifester en toute sécurité face aux différentes formes que prennent les violences et les provocations contre la CGT.

De nombreux camarades de la CGT en Seine Maritime ont été mis en cause pour leur activité syndicale, avec la volonté de les réprimer et de les intimider. Le patronat a montré son vrai visage quand son représentant pour la zone portuaire du Havre a prétendu dicter ce que Philippe Martinez avait le droit de dire dans l’assemblée de rentrée de l’UD le 31 août. Puis c’est la police et la justice qui ont organisé une véritable provocation en arrêtant le 31 août à 6 heures du matin 2 camarades dockers qui ont comme seul tort d’avoir manifesté avec 1 million d’autres salariés à Paris le 14 juin pour le retrait de la loi travail.

La CGT ne se laisse pas et ne se laissera pas intimider. Nous continuerons à répondre présents contre chaque atteinte aux libertés syndicales, comme nous l’avons fait pour les 4 du Havre, pour les Air-France et les Goodyear, pour défendre la Bourse du travail d’Evreux.

Nous serons présents Le 23 novembre pour défendre Franck Mérouze, secrétaire général de l’Union locale de Caen, poursuivi pour diffamation

Le 25 novembre à Paris pour soutenir nos camarades dockers poursuivis par le Procureur de Paris. Chaque fois qu’il faut défendre le droit syndical et le droit de grève, face aux entraves patronales et du gouvernement.

Gouvernement et patronat affirment chaque jour qu’ils acceptent seulement un syndicalisme docile et d’accompagnement. La CGT, comme affirmé à notre congrès de Lillebonne et au 51ème congrès confédéral, n’occupera pas cette place et tiendra bon sur le terrain des luttes.

La CGT ne doit pas siéger dans les Conférences Territoriales de Dialogue Social qui organisent les fusions d’hôpitaux et les mutations. Continuant le combat pour l’abrogation de la loi Travail, la place de la CGT ne peut pas être de participer à la réécriture du Code du travail (comme prévu par l’article 1 de la loi travail pour liquider définitivement la hiérarchie des normes dans tous les champs du code du travail) comme Gattaz et Valls le voudraient.

Poursuivre le soutien aux luttes.

La responsabilité de notre UD est d’abord de poursuivre avec les UL et les Unions Professionnelles, le travail engagé pour soutenir les différentes luttes. La CGT a été en pointe lors des derniers conflits (Sidel, CH Rouvray, facteurs du Havre,…) et continue à l’être comme au Département 76. Nous devons continuer à amplifier le soutien et la solidarité.

En même temps, l’UD poursuit le combat sous toutes ses formes, pour l’abrogation de la loi travail, en même temps que le combat pied à pied pour la défense des Conventions Collectives et des statuts nationaux.

Renforcer le rapport de force, renforcer la CGT, chez les actifs et les retraités.

La place occupée par nos syndicats ces derniers mois nous permet d’aborder positivement l’objectif d’une UD qui augmente son nombre de syndiqués. L’UD poursuivra, en lien avec les Unions locales et les Unions professionnelles le travail en direction des TPE, pour faire voter CGT et pour permettre aux salariés de ces secteurs de s’organiser avec la CGT. Elle dénonce le choix du gouvernement de faire porter sur la CGT le report des élections alors que notre recours est parfaitement fondé.

L’UD, agira pour et soutiendra les mobilisations, avec l’unité des salariés sur des axes revendicatifs clairs :

- Pour interdire les licenciements et les suppressions de site, dans le privé et le public, pour la défense de l’emploi industriel en posant la question de la nationalisation sous contrôle des travailleurs des secteurs essentiels

- Défense des services et entreprises publiques contre la marche à leur privatisation, défense des statuts nationaux et particuliers attaqués.

- Défense des services publics et des statuts de la fonction publique, ainsi que défense de l’égalité républicaine que la réforme territoriale prétend mettre à bas. – Retrait des contre réformes gouvernementales : NON à la loi Touraine et aux GHT…

- Abrogation de toutes les lois régressives contre le système de retraite et de protection sociale

- L’augmentation générale et immédiate des salaires, pensions et des minimas sociaux de 300€ ainsi que le smic dans la même proportion soit à 1800 €.

- La réduction du temps de travail à 32h hebdomadaire, sans perte de salaire, et avec embauches correspondantes.

L’UD luttera sans relâche contre tous les poisons qui visent à diviser les rangs des salariés, en premier lieu le racisme et la xénophobie, mais aussi toute forme de discrimination, en particulier le sexisme.

L’UD CGT prendra toute initiative permettant de renforcer l’unité syndicale pour l’action commune dans la suite du combat contre la loi travail. Nous continuons à défendre la perspective de la construction d’une mobilisation interprofessionnelle puissante permettant de faire reculer patronat et gouvernement. Dans ce sens, nous soutenons l’ensemble des initiatives cherchant à faire converger les luttes et résistances, et notamment l’appel à une manifestation nationale pour début 2017.

L’UD invite à renforcer la CGT, premier pas pour l’action revendicative. Adopté à la majorité

 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 16:18

PCF : faire le choix de l’audace !

000_par6935687Voilà nous y sommes. Ce week end de très nombreux militants communistes vont choisir la voie qu’ils veulent emprunter pour les échéances à venir. Deux choix s’offrent à nous. Le choix de soutenir Mélenchon ou le choix de construire une candidature issue de nos rangs. On pourrait discuter la formulation du bulletin de vote. On pourrait de nouveau rappeler que ce processus arrive bien trop tard. On pourrait s’insurger face aux sournoiseries en cours depuis la conférence nationale au travers du journal l’Humanité, ou même face au dernier billet de Pierre Laurent publié sur son blog qui fait comme si une importante majorité des participants de la conférence nationale n’avait pas fait un choix clair, libre, contraire à celui que ce dernier avait formulé la veille. Nous en avons vu d’autres et c’est avec la même constance que nous continuons à rester cohérent et à argumenter dans le respect et avec le soucis prioritaire de l’unité du Parti. Même si, et c’est suffisamment singulier pour le souligner, c’est une première de voir un secrétaire national désavoué à ce point.

La première chose qui me vient à l’esprit, c’est la fierté d’appartenir à cette grande famille communiste. Malgré toutes les tentatives successives depuis le début de l’année pour contourner l’hypothèse d’une candidature communiste, c’est en lucidité et en faisant preuve de beaucoup d’intelligence que de nombreux communistes font pourtant actuellement ce choix. Cela n’était pas évident puisque le parti est historiquement légitimiste. Des réseaux internes se sont constitués pour porter la contradiction se pliant toujours néanmoins au fait majoritaire. Cependant, très globalement, les communistes suivent la direction que nos congrès établissent et qui est déclinée dans le texte proposé par la direction sortante. C’est ainsi que la réaction à la mutation portée par Robert Hue a pris beaucoup de temps, que de trop rares camarades s’y sont opposés dès le départ. Même chose concernant Marie-George Buffet et le choix de participer aux collectifs antilibéraux. Alors que nous avions arraché une magnifique victoire en 2005 lors du référendum sur le projet de constitution pour l’Europe ouvrant un chemin intéressant, nous avons sans doute fait le pire des choix : nous engluer dans une fronde de groupuscules gauchistes qui partageaient tous un même trait de caractère, leur détestation du PCF. [...]

Lire la suite ci-dessous sur le Blog de Guillaume Sayon.

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 18:08
GREVE LE 24 NOVEMBRE
vendredi 18 novembre 2016 par Marise Dantin Secrétaire Générale
La CGT Cochin appelle à la Grève le 24 Novembre

La CGT affiche sa colère devant les politiques d’austérité imposées par les gouvernements successifs et plus récemment par le plan de financement de la Sécurité Sociale

Nous dénonçons les dégradations extrêmes des conditions de travail des personnels ainsi que l’augmentations des suicides

Nous refusons les restructurations et démantèlements des établissements de santé public impulsés par la loi Bachelot et la mise en place des Groupes Hospitalier de Territoire

Nous ne voulons pas d’un ordre infirmier illégitime pour la profession en obligeant les infirmiers à payer pour travailler.

C' EST TOUS ENSEMBLE QU ON VA GAGNER !
TOUS ENSEMBLE AVEC LA CGT COCHIN NOUS NE LÂCHERONS RIEN !!!

Sur le site du syndicat CGT

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 17:40

Les luttes sociales en Europe de l’Est et la stratégie d’une nouvelle indépendance des peuples, par Monika Karbowska

17 Nov sur le blog "Histoire et société"

Depuis les 5 dernières années dans le sillage des révolutions méditerranéennes, l’Europe de l’Est est secouée par de nouveaux mouvements sociaux. L’Europe de l’Est se réveille de ses illusions sur le capitalisme néolibéral et ose exprimer sa souffrance et son refus. Monika offre au lecteurs de ce blog un panorama inconnu sous nos climats des mouvements en Europe dite de l’Est. Un seul problème, les photos qu’elle m’a envoyées n’ont pu être récupérées (note de Danielle Bleitrach)

Afficher l'image d'origine

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 17:34
Partager cet article
Repost0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 15:10
Socialistes, frondeurs, trotskystes, refondateurs, mouvementistes, écosocialistes... la grande alliance de ceux qui ne veulent pas de candidat communiste !
Réaction à la déclaration du PRCF
, par  pam sur le site de "Faire vivre le PCF"

La déclaration du pôle de renaissance communiste en France (PRCF) soutenant la candidature de Jean-Luc Mélenchon a surpris de nombreux communistes qui suivent avec attention ce que fait et dit le PRCF. La lettre ouverte à André Chassaigne confirme cette position et place de fait le PRCF dans l’arc-en-ciel hétéroclite de tous ceux qui ne veulent pas de candidature communiste en 2017.

C’est réellement dommage et incompréhensible. Lecteur régulier de Initiative Communiste et des livres de Georges Gastaud, j’avais pris soin, avec d’autres, de faire connaitre aux responsables du PRCF notre position, l’opportunité de faire bouger les lignes chez les communistes, en les aidant à réouvrir la question communiste, et à l’inverse la certitude que le faux choix des deux M (Mélenchon/Mondebourg), n’était que les deux faces du même renoncement, le renoncement au parti communiste.

La déclaration du PRCF justifie sa position de soutien à Jean-Luc Mélenchon en constatant qu’une candidature du PCF ne porterait pas un programme réellement communiste, et pourrait se retirer au profit d’une candidature type Mondebourg.

La lettre ouvert à André Chassaigne détaille les arguments critiques de son éventuelle candidature, le cadre affirmé par la direction du PCF d’une candidature retirable au profit d’une candidature de rassemblement, enfermée dans la stratégie d’union de la gauche avec le parti socialiste, le refus d’’affirmer la nécessité d’une rupture progressiste rapide et franche avec l’euro et l’UE-OTAN dans la perspective du socialisme pour la France.

Nous savons en effet ce que la direction du parti communiste veut et ce qu’elle ne veut pas. Elle veut [1] une nouvelle forme de rassemblement électoral après l’union de la gauche, la gauche plurielle, les collectifs anti-libéraux, le Front de Gauche... ne tirant aucune leçon, ni de cette longue impasse stratégique qu’a été le programme commun et l’union de la gauche, ni de l’impasse tactique dans lequel s’est retrouvé le Front de Gauche après ce qui avait semblé être un succès en 2012 [2]. Elle assume une orientation totalement électorale, centrant tous ses efforts sur les rassemblements de partis, de personnalités, sans jamais se confronter à la réalité de l’union du peuple et de ses difficultés. Elle ne pense plus la transformation politique autrement que dans le cadre du système tel qu’il est, et notamment dans le cadre européen.

Et elle ne veut surtout pas d’une candidature communiste, ce qui a conduit Pierre Laurent, constatant qu’il n’arrivait pas à faire accepter la primaire à gauche, ni l’attente de la primaire socialiste, et qu’une proposition Mondebourg serait rejetée massivement, à annoncer son soutien à Jean-Luc Mélenchon la veille de la conférence nationale du PCF.

Cette volte-face de Pierre Laurent, qui a sans doute énervé plus d’un de ses soutiens et contribué à ce vote surprise, n’a fait que grandir la liste de tous ceux qui considèrent que Jean-Luc Mélenchon serait l’outil politique efficace en 2017, s’ajoutant à sa légitimité offerte gracieusement par le parti communiste en 2012, sans compter tous ceux qui comme Marie-Georges Buffet, prédécesseure de Pierre Laurent à la direction du PCF, considère que la question du PCF est réglée vers sa disparition.

Le fait est qu’objectivement, les trotskystes de la Riposte, les socialistes contestataires qui ont suivis Mélenchon, les marxistes des rassemblement des cercles communistes, du PCOF, et donc du PRCF, les mouvementistes d’Ensemble, et une grande part de ce que "la gauche radicale" a produit de collectifs, mouvements ou cercles se retrouvent donc avec Jean-Luc Mélenchon. Il faut bien prendre acte qu’ils ont tous un point commun au final, ils pensent que le PCF doit (ou va) disparaitre.

Jean-Luc Mélenchon est de ce point de vue le fils politique de François Mitterrand, son "rouge" verbal vaut bien d’ailleurs celui qui en 1981 haranguait le monde du travail sur un ton qui nous parait aujourd’hui totalement révolutionnaire, tellement le débat politique s’est droitisé.

Nous répétons donc ce que nous avions dit au PRCF avec insistance quelques jours avant son communiqué...

Lire l'intégralité ainsi que les commentaires en cliquant ci-dessous:

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2016 1 21 /11 /novembre /2016 00:32
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 16:22
Grève des hôpitaux. Près de 1 000 personnes ont manifesté en Normandie

Mardi 8 novembre 2016, près de 1 000 personnes ont manifesté dans les rues de Normandie pour protester contre la dégradation des conditions de travail dans les hôpitaux.

Mise à jour : 08/11/2016 à 18:55 par Manon Loubet sur Normandie-actu

(Photo © Normandie-actu/ML)

À Alençon (Orne), mardi 8 novembre 2016, une centaine de personnes a défilé dans les rues pour dénoncer les conditions de travail à l'hôpital. (Photo © Normandie-actu/ML)

« C’est qui le plus malade ? C’est l’hôpital ! », soupire auprès de Normandie-actu Delphine Boulan, déléguée FO Santé pour la Normandie. Infirmiers, aides-soignants, agents administratifs, et autres personnels hospitaliers se sont mobilisés, mardi 8 novembre 2016, pour protester contre la dégradation de leurs conditions de travail.

 

Près de 1 000 manifestants en Normandie

Alors que plus de 1 000 manifestants se sont rendus à Paris, près de 200 personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Rouen (Seine-Maritime), 400 personnes ont défilé dans les rues de Caen (Calvados), une centaine à Alençon (Orne).
Des apprentis infirmiers et aides-soignants étaient également dans les cortèges pour protester contre la fermeture prévue de neufs instituts de formation en Normandie.

(Photo : DR)

À Rouen (Seine-Maritime), devant la préfecture, 200 personnes se sont rassemblées. (Photo : DR)

Des rassemblements ont notamment eu lieu dans les hôpitaux du Havre, d’Évreux, Vernon (Eure), Cherbourg-en-Cotentin (Manche)

« Même si nous aurions pu être plus nombreux, il faut prendre compte le fait que les effectifs sont diminués, que les agents sont épuisés, sans compter tous ceux qui ont été assignés pour travailler à l’hôpital », précise Delphine Boulan.
Une suite du mouvement ?

L’intersyndicale FO-CGT-Sud-CFTC, qui était à l’origine de cette mobilisation, se réunit, mercredi 9 novembre 2016, pour discuter de la suite du mouvement. [...]

Lire l'intégralité et voir la vidéo ci-dessous

Partager cet article
Repost0

Articles Récents