Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
1 mai 2019 3 01 /05 /mai /2019 13:05

Les manifestations intersyndicales du 1er mai ont rassemblé 3 000 personnes place Saint-Pierre à Caen et 2 500 à Rouen, selon les syndicats. Une mobilisation qui a débuté dans le calme.

 

 

Au Havre

 

 

 

 

 

 

 

A Rouen

 

 

 

 

 

 

 

Rouen

 

 

 

 

Rouen

 

 

Voir le reportage ici : https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/defiles-du-1er-mai-rouen-havre-caen-gilets-jaunes-se-joignent-mobilisation-1662837.html#xtor=EPR-521-[france3regions]-20190501-[info-titre2]&pid=726375-1458206835-639c8bda

Partager cet article
Repost0
30 avril 2019 2 30 /04 /avril /2019 12:39
  • DIEPPE - 10h 30 - Place Louis Vitet
  • Le Havre - 10h - A Franklin
  • Rouen - 10h 30 - Cours Clémenceau
Partager cet article
Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 22:43

 

Partager cet article
Repost0
22 avril 2019 1 22 /04 /avril /2019 14:31

En confirmant vendredi sa volonté de voir fermer la centrale thermique du Havre à l’horizon 2022, François de Rugy a plongé un peu plus dans le flou le personnel du site de production d’électricité.

Publié le 17/04/2019 par Christophe FREBOU

Extraits

«Les fermetures des tranches 1 et 2, je les avais apprises par les médias. Alors si vous avez des nouvelles... » Comme chaque jour depuis 2004, Isabelle (prénom d’emprunt) vient de garer sa voiture au pied des immenses cheminées (240 m) de la centrale thermique pour y prendre son poste. Mais pour encore combien de temps ? Car en visite au Havre pour lancer le Pacte territorial de Transition écologique et industrielle, le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a confirmé que « la sortie du charbon sera échelonnée d’ici à 2022. Bien sûr, cela concerne Le Havre. » Une annonce finalement creuse aux yeux du personnel rencontré. « On a bien compris que tout le monde souhaitait la mort du charbon, mais c’est aussi de nous dont il s’agit. Or, là, on ne sait rien... » s’inquiète Isabelle. [...]

« L’État et EDF se renvoient la balle »

Pour Dominique, « la stratégie de l’entreprise n’est pas respectée par son actionnaire, certes majoritaire (83,7 %), pour une simple raison politique. » Un bras de fer ou un jeu de dupes que tous soulignent. « On a vaguement l’impression que l’État et EDF se renvoient la balle. Personne ne voulant véritablement trancher », avance Isabelle. Vendredi, François de Rugy plaçait EDF face à sa responsabilité de « donner des réponses précises », quant au projet EcoCombust (production d’électricité à partir de biomasse sur laquelle travaillent conjointement les centrales de Cordemais et du Havre). « Le ministre a eu à plusieurs reprises sur son bureau des études montrant que ce projet est viable », s’agace Guillaume Argentin, délégué syndical CGT. Au fil des mois, ce dossier prenait la tournure d’un itinéraire bis, d’une issue de secours pour tout ou partie de l’activité de la centrale.

Avant une première alerte. Ainsi, le 28 janvier, EDF annonçait la mise en place « d’un travail préalable à une décision sur le projet Ecocombust », sans que ne soit cité Le Havre. Puis le 3 avril, RTE (Réseau de transport d’électricité), au-delà de souligner l’inutilité de la centrale thermique, se disait non favorable à son intégration à EcoCombust. « Alors qu’on dégagerait soixante fois moins de CO2 que la centrale au gaz de Landivisiau pour laquelle le contribuable a déjà versé 800 M€ pour qu’elle voie, peut-être, le jour. On ne saura pas sur quel pied danser tant qu’une décision tranchée n’aura pas été actée. Mais on en est peut-être loin. Et pour cause, EDF a investi au Havre pour que l’unité produise jusqu’en 2035 (160 M€). Si l’État prend la décision de tout arrêter, peut-être devra-t-il mettre la main à la poche. Alors que si EDF le fait... »

Selon le délégué syndical, 170 salariés EDF travaillent à la centrale, sur un total de 800 à 1 000 emplois directs et indirects. Parmi ces derniers, les cinquante-trois agents portuaires et dockers à STMC6 (le quai à charbon du port du Havre, à deux pas de la centrale thermique). Or, la Fédération nationale des ports et docks (FNPD-CGT), alerte sur « l’incohérence d’afficher sa volonté de développer les ports français et la décision de l’arrêt des importations et du transport du charbon ».

Paradoxe que relaie localement Johann Fortier, secrétaire du syndicat CGT des dockers du Havre. « Au-delà du cas du charbon, nous nous inquiétons des conséquences de cette politique de transition écologique sur divers trafics tels que celui de la bauxite ou encore du diester. Que nos emplois et nos métiers soient respectés et que l’on ne se contente pas de nous répondre que l’on reclassera du personnel dans l’éolien. On ne dit pas qu’il faut brûler du charbon éternellement, mais pourquoi en France, on fixe 2022 quand l’Europe repousse ces mêmes fermetures à 2025-2027 ? L’Allemagne vient d’annoncer qu’elle n’en sortirait qu’en 2038. Elle se donne vingt ans. C’est incompréhensible. »

Une délégation de la FNPD sera reçue à Matignon le 6 mai. En l’absence de réponses favorables, elle appellera, le 3 juin, à un arrêt de travail de 24 heures sur l’ensemble des ports français. [...]

Lire l'intégralité sur le site de PNie : https://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/l-angoisse-des-salaries-de-la-centrale-edf-du-havre-vouee-a-fermer-d-ici-2022-JM14907079?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=f2c3147b0e&mediego_ruuid=038e0011-f0bf-41ad-a2ca-15e093ee98b5_1&mediego_campaign=20190417_news_eco&utm_content=20190417&utm_campaign=newseco&utm_medium=email

Partager cet article
Repost0
11 avril 2019 4 11 /04 /avril /2019 15:01

Cent-cinquante personnes selon la police, 200 selon les participants : le rassemblement organisé hier après-midi devant la permanence du député Mohamed Laqhila a en tout cas ratissé large. Union départementale CGT, multiples unions locales du département dont celle de Gardanne, mais aussi représentants du Nord ou de Nancy étaient venus apporter leur soutien face à la polémique.

En ligne de mire, le député Modem-LREM de la 11e circonscription qui a écrit au Premier ministre et au ministre de l'Intérieur pour demander la "dissolution de l'antenne départementalede cette association". Fin mars, une réunion publique organisée à Gardanne par le comité de la REM avait été quelque peu perturbée par des syndicalistes de la centrale, venus dire tout le bien qu'ils pensent de la volonté du gouvernement de mettre fin aux centrales à charbon, menaçant directement leurs emplois. Mohamed Laqhila avait fustigé les "violences verbales", "intimidations", "saccages" de la salle.

Dissolution de la CGT ? "Les chiens sont lâchés" avait réagi aussitôt l'UD CGT 13, alertant entrer "en résistance" contre "la violence du gouvernement". Dans la foulée, un tag rouge sang de la CGT apposé devant la porte d'entrée de la permanence du député, zone d'activités des Milles, avait motivé ce dernier à déposer une plainte pour dégradation.

Hier donc, les représentants CGT s'étaient donné rendez-vous et se félicitaient : "Au moins a-t-il réussi à montrer notre fraternité" lançait une syndicaliste. Plusieurs personnes ont pris la parole pour lire des motions de soutien face à la "demande irresponsable et autoritaire de ce député" : "En démocratie, un élu de la nation doit accepter la contestation. À la centrale, les salariés sont en grève depuis décembre pour refuser la fermeture face à la politique d'austérité ultralibérale de LREM aidée par le Medef".

"Il n'y a aucune indulgence pour l'emploi ni l'écologie sous couvert de laquelle on veut fermer la centrale", poursuivent d'autres : "la seule indulgence est la course au profit".

Certains listent la "casse sociale", de Carrefour à Ford. D'autres rappellent que "la dernière fois que la CGT a été dissoute et a dû rentrer dans la clandestinité, c'était sous le régime de Vichy et l'occupation de l'Allemagne nazie". "Ce nouveau monde applique les réflexes de l'ancien monde, avec le même arsenal : appel à l'armée, interdiction de manifester, répressions policières, sanctions disciplinaires dans les entreprises et les services publics... Ce pouvoir veut mater le mouvement populaire."

Les manifestants demandent que le député retire sa plainte et sa demande de dissolution. Chansons paillardes et huées s'enchaînent. On tance l'élu : "Révisez votre histoire : la CGT est un syndicat, pas une association qui a sûrement plus d'adhérents que votre mouvement". [...]

La suite sur le site de La Provence : https://www.laprovence.com/article/edition-aix-pays-daix/5451148/cgt-fracture-syndicale-pour-le-depute-laqhila.html

Partager cet article
Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 13:44

Appel de l'UD-CGT 76

Posté par cgtchapelledarblayupm le 4 avril 2019

cgtµ

L’UD invite les syndicats de l’agglo rouennaise à participer nombreux, avec chasubles et drapeaux CGT, au rassemblement et manifestation dans les rues de Rouen

(et dans le Département, là où c’est possible)

le SAMEDI 6 AVRIL 2019 à 10 h – Place de l’Hôtel de Ville.

C’est une nouvelle étape importante, pour préparer la réussite de la prochaine journée d’action du 13 avril prochain.

 Il faut que les forces vives du pays, attachées aux libertés fassent cause commune pour que le gouvernement change de ton, que la démocratie ne soit pas bafouée mais renforcée, pour le retrait de la loi anti manifestants et l’annulation des mesures liberticides annoncées.

 Nous devons montrer une CGT mobilisée et visible.

Partager cet article
Repost0
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 13:47

Perdre sa vie à a gagner ...

Au XXIème siècle ...

Comment ne pas se révolter ?

Rouen : Renault au tribunal pour l’accident du travail mortel sur le site de Cléon

Par MR

Mercredi 3 avril 2019, Renault est en audience au Tribunal Correctionnel de Rouen pour l’accident de travail mortel qui s’est produit en mars 2016 dans l’usine de Cléon.

C’est une audience très attendue par la famille de Jérôme Deschamps, les syndicats et salariés de l’usine Renault de Cléon. Le 10 mars 2016, ils perdaient un collègue dans un accident du travail. Ce mécanicien a eu le thorax écrasé par un élément de machine à laver industrielle dans laquelle il intervenait pour une opération de maintenance.[...]

La suite ici : https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/seine-maritime/rouen/rouen-renault-au-tribunal-accident-du-travail-mortel-site-cleon-1648882.html

Ci-dessous des articles de mars 2016 relatant l'accident et deux articles d'AC :

Partager cet article
Repost0
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 12:53

Est-ce bien raisonnable de lancer de nouvelles privatisations alors que l'exaspération est à son comble chez les salariés, très nombreux, qui prennent chaque jour la route pour aller travailler et qui sont, pour beaucoup, sympathisants des gilets jaunes ?

Communiqué de presse


Privatisation des routes de France : Un scandale national !
Le Gouvernement au travers d’un plan de relance autoroutier sur la période 2014-2020, et dans le cadre contraint des dépenses publiques, lance un grand programme de privatisation des routes de France. « L’or gris » du bitume va continuer de couler à flots pour les concessionnaires d’autoroutes.


 La CGT s’oppose à toute forme de privatisation de réseaux et de transfert de personnels et réaffirme sa revendication d’une maîtrise publique du réseau routier national avec bien entendu des agents publics. Unanimement les fédérations syndicales du ministère de l’Ecologie et des Transports se sont prononcées contre de nouvelles privatisations.


Pourtant, un véritable plan de relance des investissements des infrastructures est nécessaire pour le développement multimodal et complémentaire des modes de transport, mais on s’en éloigne après le « grand oral » du Président de la République.


Après les scandaleuses privatisations des sociétés d’autoroutes en 2005, bradant le patrimoine routier à des grands groupes privés qui ont engrangé pas moins de 2 milliards d’€ de bénéfices net en 2011, le Gouvernement actuel poursuit cette politique dévastatrice en voulant céder de nouvelles routes nationales par de nouvelles concessions aux sociétés privées concessionnaires actuelles, au prétexte de ne pas avoir la volonté politique de mobiliser 3,7 milliards d’€ pour la modernisation et la mise à niveau de sécurité des infrastructures routières.


Ce qui va passer par un allongement des durées des concessions actuelles, sachant qu’un an supplémentaire de concession représente un chiffre d’affaire de plus 2 milliards d’€, source d’importants profits.
C’est la double peine pour l’usager contribuable, qui a, largement par ses impôts, financé les réseaux routiers et qui devra maintenant en payer l’usage à travers des péages en constante augmentation !
C’est la liquidation du patrimoine national et du service public routier qui est en marche !


 D’autres solutions de financement sont possibles, comme le propose la CGT, avec la création d’un pôle financier public, permettant de disposer de ressources nouvelles en dehors des contraintes du marché. Rappelons que le manque à gagner de la suspension par le Gouvernement de l’écotaxe poids lourds s’élève à plus d’1 milliards d’€


 La CGT revendique également le retour des autoroutes concédées sous la maitrise publique pour la garantie d’un service public routier.


Montreuil, le 17 janvier 2014.

Partager cet article
Repost0
29 mars 2019 5 29 /03 /mars /2019 11:03

Plus de 1 200 emplois sont menacés dans les hypermarchés Carrefour. Les syndicats montent au créneau et envisagent des journées d’action pour peser dans les négociations. En Normandie, la CGT prépare « la riposte ».

http://www.lineaires.com/Media/Phototheque/Carrefour-Planet-Tourville-la-Riviere-76-32388

Délégué CGT à Carrefour Barentin et représentant national au comité central d’entreprise (CCE), Gaëtan Couturier enchaîne les réunions. L’annonce, que le groupe Carrefour n’a pas encore confirmé, de la suppression de 1 200 postes a laissé tout le monde abasourdi. « 1 229 postes, précise le cégétiste normand joint hier. Tous les hypermarchés Carrefour - Barentin, Tourville-la-Rivière, Mont-Saint-Aignan... - sont concernés ». [...]

Lire la suite ici : https://www.paris-normandie.fr/actualites/economie/en-normandie-des-emplois-menaces-dans-les-hypermarches-carrefour-la-cgt-menace-de-faire-greve-JM14811844

Partager cet article
Repost0
29 mars 2019 5 29 /03 /mars /2019 10:40
Partager cet article
Repost0

Articles Récents