Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
18 avril 2018 3 18 /04 /avril /2018 21:10

 

Partager cet article
Repost0
14 avril 2018 6 14 /04 /avril /2018 14:41
Partager cet article
Repost0
3 avril 2018 2 03 /04 /avril /2018 17:39
 
Partager cet article
Repost0
23 mars 2018 5 23 /03 /mars /2018 13:58

Le site de la CGT, dans le cadre des manifestations du 22 mars

publie un communiqué 

qui exclut de la contestation populaire

les Français partisans du "Frexit" en les assimilant à l'extrême-droite !

Ainsi, on peut lire : 

 

L’extrême droite n’a pas sa place ni dans les cortèges syndicaux

Ni nulle part ailleurs !
mercredi 21 mars 2018

"L’exigence de justice sociale qui s’exprime partout en France, face à la multiplication des attaques du gouvernement aux ordres du patronat, appelle à la mobilisation massive des salariés, des agents de la fonction publique et des services publics, des retraités, des privés d’emploi et de la jeunesse.

C’est dans ce contexte que du « Front National » aux « Patriotes », en passant par différents mouvements favorables au « Frexit », des organisations identitaires, xénophobes et racistes se travestissent en pseudo-alliés et soutiens des travailleurs en lutte."

De quel droit, sur quelles bases la CGT dénonce comme ennemis ses propres militants et les salariés en lutte contre l'oligarchie financière qui impose, sous la houlette de Macron, sa politique d'agression sociale et d'intégration de la France dans l'espace européen ouvert à la libre circulation des capitaux, des hommes et des marchandises ?

Etre partisan d'une France française, et donc être partisan du Frexit, serait-il incompatible avec l'appartenance à la CGT ?

Ce communiqué confédéral est donc contraire au large  rassemblement populaire nécessaire à la lutte sociale, indissociable de l'action pour l'indépendance nationale et la souveraineté de notre peuple.

Telle est ma position en tant que vieux militant de la CGT, dont l'adhésion date de septembre 1944.

Jean LEVY

Il faut tout de même savoir qu'en Angleterre, ce sont les masses ouvrières des villes et quartiers populaires qui ont massivement voté pour le Brexit, alors que Londres, la City et les campagnes aristocratiques se sont prononcées contre. 

Résultat de recherche d'images pour "Grande-Bretagne : quartiers populaires votant brexit Images"

Partager cet article
Repost0
19 mars 2018 1 19 /03 /mars /2018 14:43
"Pierre Laurent ne se sent plus chez lui dans le mouvement communiste du monde…" Danielle Bleitrach

Pierre Laurent sur RMC finit mal une interview pourtant bonne…

Bourdin lui demande s’il soutient le candidat communiste russe aux présidentielles russe.

Réponse :

Ecoutez, je ne le connais pas, j’ai lu des choses, il affiche un discours social…

Bourdin précise :

Il propose la nationalisation des grands entreprises et des banques, s’attaquer aux inégalités sociales et à l’évasion fiscale, ca vous va, ça ?

Laurent :

Oui, ca me va, il affiche des positions intéressantes, mais je ne peux pas en dire plus, je ne le connais pas, je n’ai jamais discuté avec lui…

Conclusion de Bourdin sans réponse :

Vous vous méfiez de lui…

Visiblement, la formule est juste. Pierre Laurent se méfie tellement qu’il ne peut pas simplement dire « Bien sûr, je soutiens les communistes russes face à un Poutine au service des oligarques russes comme Macron est au service des plus riches chez nous… »

Un résumé du terrible recul de l’internationalisme chez Pierre Laurent, qui connait très bien beaucoup de dirigeants socialistes et écologistes européens, mais pas les dirigeants communistes.. Bien sûr, s’il avait dirigé une délégation au 100ème anniversaire de la révolution d’octobre il y a quelques mois, il aurait eu l’occasion de rencontrer Pavel Groudinine et d’autres dirigeants communistes

Il y avait dans le mouvement communiste une tradition de solidarité, de fraternité même, forgée dans les luttes communes, notamment contre les guerres, les colonialismes, pour la paix… Si la souveraineté de chaque parti communiste a été un sujet de discussion il y a longtemps, le mouvement communiste aujourd’hui se construit dans le respect de chaque parti, de ses propres choix politiques… Sauf que Pierre Laurent ne se sent plus chez lui dans le mouvement communiste du monde…

Source :https://histoireetsociete.wordpress.com/2018/03/19/pierre-laurent-et-les-communistes-du-monde/

Partager cet article
Repost0
18 mars 2018 7 18 /03 /mars /2018 15:01

Sur le site des Amis de la Commune de Paris : http://commune1871.org/?Commemoration-du-debut-de-la-Commune-2018

mardi 27 février 2018

 

JPEG - 14 ko
Barricade place d’Enfert-Rochereau
 
SUR LES TRACES DE LA COMMUNE DE PARIS
DANS LE XIVème ARRONDISSEMENT
DE LA PLACE DENFERT-ROCHEREAU A LA MAIRIE DU XIVème


Le dimanche 18 mars prochain, de 15h00 à 17h00, nous célébrerons la naissance de la Commune de Paris. Notre parcours nous permettra de mettre en lumière l’œuvre démocratique et sociale de la Commune.

Celle-ci n’aurait pu être réalisée sans la participation active et assidue des Parisiennes et des Parisiens qui, présents chaque jour dans les réunions publiques et les clubs, rendaient compte des difficultés de leur vie quotidienne. Ainsi, en permettant au peuple de Paris de s’impliquer, la Commune a instauré une véritable démocratie et a pu prendre des mesures qui aujourd’hui encore frappent par leur modernité.

- 15h00 : Rassemblement Place Denfert-Rochereau (angle bld Raspail et rue Froidevaux). Intervention sur la Commune de Paris et Mai-Juin 1968.
- 15h30 : Monument aux Fédérés du cimetière du Montparnasse (entrée rue Émile Richard). Intervention historique sur la semaine sanglante dans le XIVème et sur Maxime Vuillaume.
- 15h50 : devant le 131 avenue du Maine (angle rue Liancourt et avenue du Maine), intervention historique sur la garde nationale et les clubs du XIVème.
- 16h10 : devant le 147 rue du Château (angle rue Asseline et rue du Château), intervention sur les coopératives du XIVème ,Eugène Varlin et Nathalie Le Mel.
- 16h30 : sur le parvis de la Mairie du XIVème, intervention sur l’œuvre de la Commune de Paris 1871 dans le XIVème arrondissement.
- 17h00 : fin du parcours.

 

LA COMMUNE : UN PEUPLE EN MOUVEMENT
Rendez-vous le dimanche 18 mars 2018
A 15 heures Place Denfert-Rochereau, dans le XIVème arrondissement de Paris.
Partager cet article
Repost0
16 mars 2018 5 16 /03 /mars /2018 14:39
Photo : Marielle Franco

Ce pays n’est plus le même. Un nouveau type de régime est en place. Il vide chaque jour un peu plus la sève démocratique et sociale du pays. Dans le silence médiatique, droits sociaux et démocratiques sont rongés quotidiennement. Répression des mouvements sociaux (hier professeurs mobilisés à Sao Paulo violentés et gazés pour avoir demandé la sauvegarde des financements des écoles), désintégration par "inanition" des services publics et des politiques sociales (plus de financements sans formellement stopper les programmes) comme l’a parfaitement exposée dans un débat du FSM l’ancienne ministre de Dilma Rousseff Nilma Lino Gomes (ministre des femmes, de l’égalité raciale et de la jeunesse), super austérité, judiciarisation de la vie publique, militarisation de la sécurité publique à Rio, pouvoir médiatique au service de ces évolutions.

Ce coup d’Etat contre la démocratie est polymorphe, progressif, sectoriel, il agit par petites touches, désarme en anesthésiant l’opinion publique, agit en conservant les apparences de la normalité.

C’est dans ce contexte qu’il faut apprécier l’affaire Lula, qui risque d’être emprisonné, éliminé de la présidentielle qu’il gagnerait , sans que la justice ait seulement fait la preuve de sa culpabilité.

Un autre régime donc.

[...]

Lire la suite ici, sur le site "Le Grand Soir" :

Partager cet article
Repost0
14 mars 2018 3 14 /03 /mars /2018 16:43
Au cinéma  Grand Mercure à Elbeuf Jeudi 15 mars 2018 à 19h30 - Documentaire sur la mémoire palestinienne - Association  France  Palestine  Solidarité  d’Elbeuf
Partager cet article
Repost0
13 mars 2018 2 13 /03 /mars /2018 18:24
Partager cet article
Repost0
8 mars 2018 4 08 /03 /mars /2018 00:13
En Russie, du 8 mars au 13 mars 1917, la « révolution de Février »
Serge Wolikow Historien
Vendredi, 24 Février, 2017
L'Humanité
Manifestation aux chantiers Putilov à Petrograd, février 1917. Rue des archives/BCA

Le processus révolutionnaire qui, au cours de l’année 1917, met à bas l’Empire russe et l’ordre politique et social ancien, commence au début de l’année du calendrier julien par des journées révolutionnaires qui se déroulent à Petrograd.

Les cinq jours qui inaugurent la vague révolutionnaire russe sont décisifs car ils révèlent une dynamique et un déroulement qui surprennent les acteurs eux-mêmes. Cette première phase révolutionnaire a longtemps été reléguée au second plan au motif qu’elle inaugurait une révolution bourgeoise au terme de laquelle les acteurs de la geste révolutionnaire auraient été dépossédés du pouvoir avant de le récupérer à la fin de l’année. En fait, les premiers jours de la révolution sont fondateurs d’une situation politique nouvelle dont la soudaineté a surpris les contemporains par son rythme, son ampleur et ses modalités.

La fin de l’Empire russe est scellée en quelques jours dans un espace réduit puisque les événements se passent pour l’essentiel dans la capitale. Les principaux acteurs, les ouvrières et les ouvriers des grandes usines, les soldats de la garnison, les militants clandestins comme les hommes politiques de l’assemblée, la Douma, sont les uns et les autres confrontés à une situation engendrée par la guerre. L’annonce des mesures de rationnement qui déclenche les premières protestations et manifestations de masse comme ensuite le basculement des soldats du côté des manifestants est indissociable des effets produits par la guerre dans laquelle le pays est plongé depuis l’été 1914.

Si l’événement révolutionnaire surgit de façon inattendue au début de 1917, il puise ses origines dans un profond malaise social et politique que la guerre catalyse. Le régime autocratique russe entré dans la guerre avec l’ambition de renforcer son assise va au contraire se révéler rapidement incapable de faire face. La guerre fait apparaître les faiblesses de l’économie russe tant du côté de l’industrie que des transports. La raréfaction des produits de consommation jointe à l’énorme ponction faite par la mobilisation sur la paysannerie entraîne des pénuries alimentaires et des problèmes de ravitaillement. Les défaites militaires dès 1915, aggravées par la perte massive de territoires en 1916, sapent le prestige d’une monarchie dont la figure du tsar et de sa famille se dégrade. L’armée est traversée par des divisions profondes, d’un côté l’état-major et le corps des officiers, pour l’essentiel appartenant à la noblesse, de l’autre les soldats issus du monde paysan. Entre eux le fossé s’aggrave à l’occasion des défaites, du manque d’armement, des pertes massives que subissent les armées russes. L’opposition politique est fortement divisée, les forces libérales qui dominent la Douma et critiquent justement le régime impérial pour son incurie et l’incapacité de la cour à faire face aux problèmes suscités par la prolongation de la guerre sont en même temps méfiantes et hostiles aux partis socialistes, eux-mêmes divisés sur l’attitude à l’égard de la guerre et la manière de lutter contre un pouvoir dont les forces de répression constituées par la police et les troupes spéciales, les cosaques, inspirent une crainte fondée sur les actions meurtrières qu’elles ont menées depuis 1905.

Les régiments mutinés font allégeance au soviet, qui a la réalité du pouvoir

Au début de 1917, les difficultés du réseau ferroviaire, aggravées par le froid intense, pèsent sur le ravitaillement alimentaire de Petrograd, les usines tournent au ralenti. Les premières manifestations sont celles des femmes, en résonance avec la Journée internationale du mouvement socialiste, le 23 février. Portées par l’exaspération des interminables queues devant les boulangeries, elles sont des milliers à se rendre dans le centre de la ville. Les jours suivants, contre toute attente, les manifestations gagnent en ampleur, les ouvriers dans la plupart des usines ont voté la grève et convergent vers le cœur de Petrograd, franchissant à pied la Neva gelée en déjouant les barrages de la police et les cosaques. En quelques jours, la situation bascule, face à la population ouvrière, aux étudiants qui manifestent bientôt par dizaines puis centaines de milliers, les soldats reçoivent des ordres contradictoires. Le tsar, éloigné de la capitale, transmet à l’état-major sa décision de ramener l’ordre en faisant donner la troupe. Ici ou là les officiers ordonnent à leurs soldats de tirer sur la foule, il y a des dizaines de morts.

Bientôt, cependant, une partie des soldats refusent d’obéir à ces consignes, d’autant que la foule les appelle à se joindre aux manifestants. Les casernes de la garnison, le 28, se sont retournées contre les officiers, dont bon nombre subissent un châtiment expéditif. Contrairement à une légende forgée par les libéraux quelques mois plus tard, la révolution de Février a été marquée par la violence de la répression mais aussi celle des soldats insurgés. Dès le 28 février, se forme un comité de soldats et d’ouvriers (soviet) où les militants des différents courants socialistes s’affirment. Les régiments mutinés font allégeance au soviet, qui a la réalité du pouvoir. Pour autant, paradoxe de cette révolution populaire d’ouvriers et de soldats, c’est un comité constitué par les députés de la Douma qui se transforme en gouvernement provisoire. Ces députés libéraux des partis bourgeois progressistes, qui avaient jusqu’au 1er mars hésité à s’élever contre l’autorité du tsar, vont se rallier à la République lorsque Nicolas II abdique et que la revendication républicaine est portée par le mouvement populaire. Le soviet de Petrograd, par son appel du 1er mars, met à bas l’armée tsariste et affirme le droit des soldats.

L’effondrement du régime, de ses symboles comme de ses institutions s’effectue en quelques jours, à travers toute la Russie. Partie des villes, la révolution gagne les campagnes et balaye l’ancien système. En France, l’Humanité, après plusieurs jours d’expectative, titre, le 15 mars : « La révolution triomphe en Russie, l’ancien régime s’écroule sous la poussée de toutes les forces nationales ». Le gouvernement provisoire annonce le développement des libertés et des réformes, l’élection d’une Assemblée constituante. Mais l’existence d’un système de deux pouvoirs, la remise à plus tard de la question de la guerre et de la terre à la base des aspirations populaires expriment les contradictions qui traversent un processus révolutionnaire inachevé qui rebondira les mois suivants.

Quelques livres pour aller plus loin : les Révolutions russes, de Nicolas Werth. Éditions PUF, « Que sais-je ? ». La Révolution russe, t. 1, d’Orlando Figes. Éditions Gallimard, « Folio Histoire ». La Révolution russe de 1917, de Marc Ferro. Éditions Flammarion.
Partager cet article
Repost0

Articles Récents