Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
10 septembre 2018 1 10 /09 /septembre /2018 16:22
| 6 Sep 2018

 

Économiste reconnu pour ses travaux critiques sur le libéralisme, Bruno Amable a publié en 2017 « L’illusion du bloc bourgeois », avec Stefano Palombarini (Raisons d’agir), qui revient sur les recompositions politiques en Europe. Installé en Allemagne, il revient avec nous sur les polémiques autour de Sahra Wagenknecht et son mouvement, Aufstehen.

La polémique enfle depuis quelques jours des deux côtés du Rhin. Le 4 septembre dernier, Sahra Wagenknecht, membre importante de Die Linke, lance son mouvement, Aufstehen. Dans l’Hexagone beaucoup dénoncent ou saluent une gauche anti-migrants. Pour nombre d’observateurs, son but est de concurrencer l’Alternative pour l’Allemagne (AfD), parti d’extrême droite en pleine ascension outre-Rhin. Pourtant, à bien y regarder, la réalité pourrait être toute autre. Bruno Amable décrypte pour nous tout cela.

Le Média : Ce mardi 4 septembre, Sahra Wagenknecht a lancé son mouvement, Aufstehen. Beaucoup ont parlé d’un mouvement « anti-immigration ». Qu’en est-il réellement ?

Bruno Amable : C’est au choix une incompréhension ou une intoxication. Le mouvement a été très clair sur sa position vis-à-vis de l’immigration. Il défend l’accueil dans les meilleures conditions possibles. En revanche, et c’est très lié au contexte allemand, Aufstehen refuse l’ouverture inconditionnelle des frontières, le « No Border ». Il s’agit d’une position qui est portée par une partie de la gauche et des Verts en Allemagne. Derrière, il peut y avoir des raisons idéologiques strictes. Pour eux, personne ne doit être illégal, les individus peuvent s’installer où ils veulent. Il y a souvent de l’anti-étatisme chez eux. Sinon, les raisons sont tactiques. Cette position est défendue par des gens qui savent que c’est inapplicable, dans cette situation concrète de gouvernement. Cela leur permet de s’afficher comme plus à gauche que les autres, sans que cela leur coûte quoi que ce soit. En revanche, cela a une influence sur une partie de l’électorat effrayée par ce type de position, dans un contexte où, en 2015-2016, donc en relativement peu de temps, l’Allemagne a accueilli plus d’un million de migrants, suite aux événements internationaux. Cela a évidemment posé des problèmes d’accueil. Il faut noter que l’accueil des migrants en Allemagne se déroule dans des conditions nettement meilleures qu’en France, où seuls quelques dizaines de milliers de migrants sont arrivés. Il faut remettre les choses en contexte. Ce n’est pas une position anti-migrants, c’est juste contre le « No Border » d’une partie de la gauche et contre la politique de Merkel. [...]

Lire la suite sur Le Media presse ici : https://lemediapresse.fr/international/bruno-amable-austehen-defend-laccueil-des-migrants-dans-les-meilleurs-conditions-possibles/

Partager cet article
Repost0
15 août 2018 3 15 /08 /août /2018 13:17

La Rédaction - 13 Août 2018

L’écrivain et économiste franco-égyptien Samir Amin est décédé hier soir à 86 ans. Président du Forum des Alternatives et participant incontournable du Forum Social Mondial aux côtés de son ami François Houtart, Amin est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages essentiels pour comprendre l’histoire récente du déclin du système capitaliste et l’importance du phénomène des pays émergents pour bâtir une alternative au monde unipolaire. Des livres comme “Eurocentrisme”, “La déconnexion : pour sortir du système mondial” ou encore “Le monde arabe dans la longue durée” resteront des instruments précieux pour les générations présentes et futures engagées dans la résistance pour un autre monde possible. En espérant que l’exigence de son travail inspirera d’autres à le poursuivre en allant à contre-courant de la pensée dominante, Investig’Action tient à lui rendre un dernier hommage avec un petit échantillon de quelques-uns de ses articles les plus remarquables. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
14 août 2018 2 14 /08 /août /2018 02:54

Coalition pour la Flottille de la Liberté

Pascal Maurieras est arrivé aujourd’hui mercredi 8 août à l’aéroport Roissy CDG (Paris) à 10h du matin. Il a été chaleureusement accueilli !

La suite ci-dessous sur le site de l'AFPS :

Partager cet article
Repost0
10 août 2018 5 10 /08 /août /2018 11:11
Nicaragua. 19 juillet 1979 - 19 juillet 2018

Ce petit pays d’Amérique centrale est à feu et à sang. Le président, Daniel Ortega, ex guerillero sandiniste, semble loin des idéaux de la révolution. Mais les Etats-Unis n’ont pas renoncé à leurs velléités de déstabilisation.
Analyse de Jean Ortiz, correspondant de « l’Humanité » au Nicaragua lors de sa libération du joug de Somoza en 1979.

Je l’ai tant aimée cette révolution sandiniste où de jeunes « muchachos », munis sur les barricades « d’explosifs caseros (faits maison) », d’armes automatiques, finirent par chasser une dictature héréditaire de près d’un demi-siècle, au prix de 30 000 morts (sur environ 3,8 millions d’habitants) ; l’avant-dernier satrape, Somoza, Anastasio, empocha même l’aide internationale destinée à reconstruire la capitale après le terrible tremblement de terre de 1972. Les combats de 1979 et l’héroïque Masaya, soulevée, son cœur indien rebelle, Monimbo, et Managua, la capitale, libérée, le 19 juillet 1979, par l’insurrection sandiniste. Les jeunes « muchachos » ivres de bonheur, ne tiraient pas sur les tortionnaires de la terrible Garde nationale qui s’accrochaient aux avions pour quitter le pays.[...]

Lire la suite sur le site du Grand Soir : https://www.legrandsoir.info/nicaragua-19-juillet-1979-19-juillet-2018.html

Partager cet article
Repost0
10 août 2018 5 10 /08 /août /2018 10:38

...et quelques bières en souvenir de Carlos Gardel1

« Si les médias te disent qu’au Venezuela on meurt de faim, tu pourras toujours leur répondre qu’on n’y meurt pas de soif ».

Avec cette 5ème chronique, notre ami Romain Migus nous conte une soirée qu’il a vécue dans la capitale vénézuélienne avec des amis. Il semblerait qu’ils aient surtout fréquenté les bars sans avoir lu nos médias : c’est la pénurie et, de toute façon, il faut une brouette de billets pour le moindre achat. Suivons-les.
LGS

1 - Carlos Gardel , né Charles Romuald Gardès à Toulouse en France le 11 décembre 1890 et mort le 24 juin 1935 dans un accident d'avion près de Medellin en Colombie, est un chanteur et un compositeur de tango, et un acteur français.

Lire l'intégral ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
6 août 2018 1 06 /08 /août /2018 15:54
Partager cet article
Repost0
4 août 2018 6 04 /08 /août /2018 21:38

Avec cette 4ème chronique, notre ami Romain Migus, journaliste français qui a longtemps exercé son métier au Venezuela où il se trouvait encore il y a quelques semaines aborde une question abondamment traitée par les médias mainstream : se nourrir au Venezuela.
Mais ce qu’il a vu n’est pas ce qu’on nous dit.
LGS

Samedi 16 juin 2018, 5h30 du matin, Caracas.
Le réveil me sort de mon lit. Pour une fois, je ne m’en plains pas. Je prends une douche éclair et j’avale un café. Puis je vais réveiller Paola qui grommelle une suite de motsque je devine être des insultes. Depuis mon arrivée, elle n’a pas cessé de m’inviter pour aller faire des footings, pour suer dans une salle de musculation ou pour nager en mer. Ce que, avec une élégance très churchilienne, j’ai toujours décliné avec mépris. Elle a aussi la seule chambre de l’appartement avec une télévision.

« Allez debout fainéante, tu voulais faire du sport. Nous y voilà. » lui dis-je en lui offrant un café et en branchant la télé sur une chaîne de sport où va commencer le match inaugural des bleus : France-Australie.
« C’est pas vraiment ma conception du sport, mais merci pour le café » me rétorque-t-elle en attrapant la tasse.
Avec le décalage horaire, le match de l’équipe de France commence à 6 heures du matin.

Passé l’hymne que je chante à tue-tête, la première mi-temps s’écoule tranquillement. Non sans un cri de peur, pour se dérouiller la voix, sur un arrêt de Lloris. 7h13 : Penalty. But de Griezmann. Goooooooool. Les murs de la maison tremblent sous le poids de ma voix. 7h36, but de Pogba. On doit entendre mes cris de joie de Catia à Palo Verde. 7h48 : fin du match, mission accomplie. La journée peut commencer.

Il est 8 heures quand résonne la sonnette.
« Ça, à coup sûr, c’est un voisin. Avec tes cris de sauvage tu as dû réveiller tout le monde, me dit Paola en me lançant un regard noir.

Assumant la fierté de tout un Peuple, je descends ouvrir. C’est Rosa, la voisine.
« Ooh, salut Romain. Je ne pensais pas tomber sur toi. Ça va ? Comme j’ai entendu du bruit dans votre appartement, j’ai décidé de commencer par vous. La caisse du Clap est arrivée ».
Rosa est membre du conseil communal de notre immeuble. Elle est la responsable pour l’étage où se trouve notre appartement.

Il y a 10 ans, j’avais participé à la création du conseil communal dans une autre tour du même complexe immobilier. Elu comme responsable de la communication, j’avais pu constater les difficultés du lancement de cette nouvelle structure, conçue par le Comandante Chávez pour chambouler la géométrie du pouvoir vénézuélien. Une décennie après les balbutiements initiaux, force est de constater que les conseils communaux se sont institutionnalisés et ont trouvé leur place au sein de la nouvelle administration de l’Etat.[...]

La suite ici : https://www.legrandsoir.info/venezuela-entre-mesures-d-urgence-et-construction-de-l-etat-chroniques-d-en-bas-no-4.html

 

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2018 6 28 /07 /juillet /2018 05:17

Par Maurice Lemoine  |  27 juillet 2018

 

La 24e édition du Forum de São Paulo (FSP), rencontre qui rassemble les partis et mouvements progressistes de l’Amérique latine et de la Caraïbe, s’est tenue à La Havane du 15 au 17 juillet. Fondé en 1990 par le président cubain Fidel Castro et celui qui n’était encore que le dirigeant au Brésil du Parti des travailleurs (PT), Luiz Inácio Lula da Silva, ce rassemblement accueillit d’emblée tant des partis de gauche modérés que des formations forgées dans la lutte armée, des partis communistes (dont le PCC cubain) et leurs différentes scissions. « Affronter le néolibéralisme en Amérique latine, nous expliquera bien plus tard Valter Pomar, membre de la direction nationale du PT, exigeait une attitude ouverte et plurielle, prenant en compte tant la crise traversée par le communisme que celle frappant la social-démocratie. »

Présent à La Havane et évoquant, lors de la journée de clôture de cette édition 2018, son prédécesseur à la présidence du Venezuela, Nicolás Maduro a rappelé avec émotion : « [Hugo] Chávez disait que quand toutes les lumières se sont éteintes dans le monde ; quand l’Union soviétique s’est effondrée et que son pouvoir s’est désintégré en mille morceaux ; quand l’ancien bloc des pays socialistes s’est écroulé et est tombé entre les mains du capitalisme ; quand il semblait que le monde unipolaire, le consensus de Washington et la fin de l’Histoire s’imposaient, il y a eu une lumière et un drapeau s’est levé en Amérique latine. Depuis Cuba, depuis le Brésil, depuis le Forum de São Paulo, cet espace de lumière et de lutte s’est dressé. » [...]

La suite ici : http://www.medelu.org/La-voix-dissonante-du-Forum-de-Sao

Partager cet article
Repost0
21 juin 2018 4 21 /06 /juin /2018 21:49

mardi 12 juin 2018
par  Michel Porcheron sur Cuba coopération

 
 

Figure contestataire des années 1970, à l’origine du tube “Melocoton”, Colette Magny a pourtant sombré dans l’oubli. Retour sur son œuvre, aussi audacieuse que puissante.
Voir sur le site (19 mai 2018) : Colette Magny, elle chantait aussi Cuba

https://www.franceinter.fr/emissions/dans-la-playlist-de-france-inter/dans-la-playlist-de-france-inter-16-mai-2018 ]

par Valéry Lehoux (Télérama) / posté par Michel Porcheron

La suite de l'article ici :http://cubacoop.org/spip.php?page=article&id_article=3778

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2018 1 18 /06 /juin /2018 22:30

 

À l’invitation du Parti communiste de Chine, une délégation du Parti communiste des États-Unis a visité la Chine du 26 mai au 3 juin et a assisté à une conférence sur le 200e anniversaire de la naissance de Karl Marx. John Bachtell, président du parti, et Carol Widom ont représenté le CPUSA à la conférence. Les remarques de Bachtell à la réunion ont été publiées précédemment par People’s World. Voici quelques-unes de ses impressions, publiées à l’origine sur CPUSA.org, sur le développement de la Chine et ses progrès dans la construction du socialisme après le retour du voyage. D’autres articles sur des sujets choisis paraîtront dans People’s World à l’avenir.[...]

La suite ici :

Partager cet article
Repost0

Articles Récents