Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 10:36

Quelques unes d'entre elles ...

Mais on aurait pu nommer aussi Simone de Beauvoir, Marie-Claude Vaillant-Couturier, Danielle Casanova, les 33 femmes premières députées de la République en 1945, .  Parmi elles 17 communistes. Et tant d'autres comme ces femmes d'Algérie qui se battent pour leurs droits et pour le progrès et la démocratie. Ou comme ces femmes gilets jaunes si nombreuses dans les manifestations et sur les ronds-points

Clara Zetkin, militante socialiste allemande, puis membre du KPD, parti communiste allemand après sa création en 1918. C'est à son initiative, en août 1910, à la IIe conférence internationale des femmes socialistes, à Copenhague, qu’a été prise la décision decélébrer la journée internationale de lutte pour les droits des femmes.

https://lejournal.cnrs.fr/articles/journee-des-femmes-la-veritable-histoire-du-8-mars

La milicienne

« La milicienne ». Photo: Korda, Alberto

http://fr.granma.cu/cuba/2019-03-06/la-milicienne-de-korda

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Combattantes kurdes

Combattantes kurdes : «Daesh craint les filles»

francais.rt.com

 

Louise Michel

https://www.histoire-image.org/fr/etudes/louise-michel-sa-legende

Citation : "Je vous remercie Madame, mais votre Dieu est vraiment trop du côté des versaillais."
(Louise Michel / 1830-1905 / à une femme lui apportant les secours de Dieu dans sa prison à Versailles)

http://atheisme.free.fr/Biographies/Michel_louise.htm

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24872

 

Alexandra Kollontaï

Alexandra Kollontaï

La révolution, le féminisme, l’amour et la liberté

Pour supprimer la bureaucratie nichée dans les institutions soviétiques,
nous devons d’abord nous débarrasser de la bureaucratie dans le parti lui-même.

Alexandra Kollontaï, un nom aujourd’hui un peu oublié. Cette femme politique russe puis soviétique a pourtant beaucoup contribué aux nombreux débats sur le féminisme engagés depuis le début du siècle. Dans les années soixante-dix, au moment où le féminisme en France est au plus fort, ses textes sont publiés en français, presque introuvables à présent. Cette femme élégante au port aristocratique ne cessera toute sa vie de se battre et d’intervenir pour la libération des femmes et développera l’idée de « l’amour-camaraderie ». Ses théories sur la morale sexuelle et l’amour libre, sa vie amoureuse mouvementée apporteront de l’eau aux moulins de ses détracteurs qui la qualiferont de débauchée. Ses conférences sur la libération des femmes, données en 1921 à l’université Sverdlov, sont éclairantes à plus d’un titre sur le féminisme, l’amour mais aussi l’importance de la place des femmes dans la Révolution. [...] La suite ici : https://www.letempsdescerises.net/?product=choix-de-textes-3

Et aussi : https://www.monde-diplomatique.fr/mav/150/KOLLONTAI/56873

 

Olga Bancic

La seule femme du groupe de l'Affiche rouge.

Alors que ses camarades hommes furent fusillés, elle fut décapitée, à la hache, à Stuttgart.  Le droit criminel allemand interdisait de fusiller les femmes ...  Le même sort était réservé aux communistes allemands considérés comme traitres par les nazis.

" Fille de Noé et de Marie, née Zezins, Golda Bancic naquit en Bessarabie dans une famille juive. Son père était petit fonctionnaire. Elle milita très tôt aux Jeunesses communistes et fut arrêtée à seize ans par la police roumaine. Elle était la sixième enfant d’une famille de petits fonctionnaires, Dès l’âge de douze ans, elle était apprentie matelassière. Elle participa à une grève, arrêtée et maltraitée, puis relâchée. À nouveau arrêtée pour faits de grève elle fut détenue trois mois. "

Lire l'intégralité ici : http://maitron-fusilles-40-44.univ-paris1.fr/spip.php?article15575

Partager cet article
Repost0
1 mars 2019 5 01 /03 /mars /2019 00:00

Appel à la solidarité internationale des peuples

Par le Bureau politique du Pardem

le 26 février 2019

Le Pardem (Parti de la démondialisation) s’élève contre la nouvelle tentative de coup d’État et l’intervention impérialiste contre le Venezuela orchestrées et convoquées par le gouvernement des États-Unis. Celui-ci a donné le coup d’envoi à une stratégie qui a amené en quelques heures à l’auto-proclamation, sans passer par des élections, de Juan Guaidó, véritable usurpateur, en tant que « président » du Venezuela. À la suite de cette auto-proclamation a eu lieu une « reconnaissance » de ce présumé nouveau président par la pseudo « communauté internationale », une cinquantaine de pays parmi les 193 Etats membres de l’ONU par ailleurs, tous néo-conservateurs, néolibéraux ou même néo-fascistes de la région et du monde. L’Organisation des États américains (OEA), les pays de la région qui ont signé la « Déclaration de Lima » ainsi que la France et certains pays de l’Union européenne se sont également immédiatement subordonnés aux plans impérialistes étatsuniens, reconnaissant le « mandat présidentiel » illégitime de Guaidó, mettant en place un blocus du Venezuela puis, sous prétexte d’aide humanitaire, cherchent à justifier une intervention armée.

Le Pardem soutient les campagnes condamnant cette tentative de coup d’État et d’intervention impérialiste, qui viole la souveraineté nationale du Venezuela. 

Le Pardem appelle à la mobilisation populaire, unitaire, internationaliste et démocratique la plus large possible contre le coup d’État, ce qui signifie que, quelles que soient nos différences et nos critiques à l’égard du gouvernement de Nicolas Maduro au Venezuela, il ne saurait y avoir aucune issue par le biais d’un coup d’État impérialiste. 

Le Pardem dénonce l’ingérence de l’Union européenne dans les affaires intérieures d’un pays souverain, piétinant au passage la charte fondatrice des Nations Unies.

Le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, impose à toutes les nations de laisser le peuple vénézuélien, libre, souverain, décider démocratiquement de son avenir.[...]

La suite sur le site du Pardem :

Partager cet article
Repost0
24 février 2019 7 24 /02 /février /2019 19:53

Chers camarades

A l’heure où nous écrivons, la tension est à son comble aux frontières du Venezuela. L’Amérique latine retient son souffle et le secrétaire général de l’ONU se tient en contact permanent avec le gouvernement légitime du président Maduro. La 68ème intervention militaire étasunienne dans ce continent aura-t-elle lieu ?

Ce 24 février, le secrétaire d’Etat Mike Pompeo, a déclaré : « les Etats-Unis vont passer aux actes contre ceux qui s’opposent au rétablissement de la démocratie au Venezuela ».

Les raisons de l’agression, l’Administration Trump ne les dissimule même pas : mettre la main sur les immenses réserves de pétrole, anéantir ce régime chaviste qui a contribué avec Cuba à faire progresser l’unité et l’intégration latino-américaine. Le retournement de conjoncture et l’arrivée au pouvoir de gouvernements de droite et d’extrême-droite laissent croire à Washington qu’il serait possible de faire table rase de ce que les hommes de Trump désignent comme « la troïka du mal : Venezuela, Nicaragua, Cuba ». Leur hargne et leur morgue sont sans limites et chaque jour charrie son lot de menaces. L’armée bolivarienne est sommée par Trump de trahir et de se rendre. Les familles des militaires sont menacées (« nous savons où elles se trouvent »). Plusieurs déclarations précisent qu’après le Venezuela, « nous nous occuperons du Nicaragua et de Cuba ». L’agression étasunienne qui a utilisé tous les moyens (organisation de la pénurie, sabotages, terrorisme de rue, campagne médiatique de mensonges) a porté la haine à son comble. Sur les réseaux sociaux, le mot d’ordre de l’opposition est devenu « colgados y quemados » (pendus et brûlés).

La genèse de cette agression est connue. Un article du journal « Le Monde », daté du 23 février, détaille les phases du complot ourdi à Washington qui s’est assuré du soutien des gouvernements de Madrid et de Paris. Ainsi s’explique le parfait tempo et la rapidité de la reconnaissance du putschiste Guaido, un inconnu, soudain propulsé sur la scène mondiale « président intérimaire » du Venezuela.

Ce pays est placé au centre d’un enjeu géopolitique mondial dont l’issue dira si le monde de demain sera un monde multipolaire ou un monde unipolaire, une sorte de Far-West sans frontières livré aux plus puissants et surtout au plus puissant, les USA.

Ces événements ne concernent pas seulement le Venezuela ou l’Amérique latine. Le 31 janvier dernier, 359 députés européens ont voté la reconnaissance de Guaido. Des élus de nos démocraties « modèles » ont élu le putschiste d’un pays et d’un continent qui n’est même pas le leur. Les présidents élus de France, d’Espagne, du Royaume-Uni et d’Allemagne ont reconnu un putschiste. Et tandis que les Etats-Unis font main basse sur les actifs de l’entreprise de pétrole vénézuélienne, Londres refuse de restituer l’or que la République bolivarienne lui avait confié.

Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, souveraineté populaire, principe de non-ingérence dans les relations internationales et Charte de l’ONU ont soudainement disparu. Si la machine de guerre étasunienne va à son terme, aucun pays ne pourra désormais vivre en souveraineté, vivre en paix.

Le communiqué du parti communiste français (« Stop à l’ingérence, l’intérêt du peuple vénézuélien doit prévaloir »), daté du 24 janvier, n’est pas à la hauteur de la gravité de la situation ni de la tradition de solidarité internationale de notre parti. Qualifier de non « responsable » la reconnaissance dont le putschiste a bénéficié est pour le moins léger. Si le coup d’Etat est bien reconnu en fin de texte, le premier paragraphe indique seulement que cela y « ressemble ». Pourquoi tant d’embarras ? [...]

La suite sur le site du Grand soir : https://www.legrandsoir.info/a-propos-du-venezuela-lettre-ouverte-a-la-direction-du-pcf.html

 

Partager cet article
Repost0
17 février 2019 7 17 /02 /février /2019 23:59
 

Traduction de l’article publié par Agitación, revue de l’Union des jeunesses communistes d’Espagne (UJCE)

La semaine dernière, des informations nous sont arrivées à propos de la nouvelle attaque impérialiste contre la souveraineté du peuple vénézuélien. Nous avons eu l’opportunité et la chance de nous entretenir avec Igor Castillo, responsable des relations internationales de la Jeunesse communiste du Venezuela (JCV).

Premièrement, nous aimerions te demander ce qu’il s’est passé ces derniers jours. Qui est Guaidó et que représente-t-il ? Pourquoi avoir fait un coup d’État en cherchant d’abord la reconnaissance de la communauté internationale ?

Au Venezuela, un coup d’État est en train de se dérouler contre les forces révolutionnaires du processus bolivarien, dirigées par le Président constitutionnel Nicolás Maduro Moros. Ce nouveau chapitre de l’ingérence impérialiste est actuellement soutenu par le Département d’État nord-américain en alliance avec des gouvernements latino-américains, valets des États-Unis, et avec les secteurs les plus complaisants de la droite vénézuélienne.

Juan Guaidó, est un actuel député de l’Assemblée nationale du parti Voluntad Popular (VP). Il est important de se rappeler que c’est cette même organisation qui au cours des années 2014 et 2017, en coopération avec le parti Primero Justicia, organisèrent la violence contre le peuple travailleur de notre pays, avec un arrière-fond très fascisant qui laissa un grand nombre de morts et de blessés – en plus des dégâts causés contre les infrastructures et le patrimoine publics. Cette nouvelle montée de violence qui se prépare depuis 2018, a révélé son visage le 23 janvier dernier, lorsque, au cours d’un rassemblement de masse de l’opposition, le député Guaidó s’est autoproclamé Président « en charge » de la République. Cet acte est évidemment anticonstitutionnel en lui-même, mais d’autant plus depuis que différents gouvernements soumis à l’impérialisme nord-américain reconnaissent Juan Guaidó comme Président.[...]

Lire la suite ci-après : https://www.lavantgarde.fr/au-venezuela-un-coup-detat-est-en-train-de-se-derouler-entretien-avec-igor-castillo-des-jcv/

Partager cet article
Repost0
12 février 2019 2 12 /02 /février /2019 14:42

Le KKE exprime sa solidarité avec les mobilisations de masse des travailleurs, des élèves, des étudiants, et d'autres forces populaires, ces dernières semaines, en France, contre la politique des carburants chers et les lourdes taxes imposées sur eux.

Ce n’est qu’une partie de la politique dure antipopulaire de classe du « visionnaire » Macron –qui est un proche partenaire du gouvernement SYRIZA ANEL- et c’est le dernier exemple des prétendues réformes de l'UE, mises en œuvre dans toute l'Europe. Cela révèle le fait que tout gestionnaire d’une économie dont la stratégie sert le capital et qui a comme critère le profit capitaliste, va promouvoir des mesures dures anti-ouvrières au nom d'une « économie verte ».

Le KKE condamne la répression dure, le terrorisme policier contre les manifestants, la restriction de l'action syndicale, la restriction des libertés populaires imposée par le gouvernement Macron.

Les Français, les Européens, sont aujourd'hui capables de tirer des conclusions. La classe ouvrière, le peuple, peuvent dans tous les pays renforcer l’orientation anticapitaliste et anti-monopole de leur lutte, et avec leur propre alliance sociale surmonter les manœuvres des gouvernements ainsi que des forces qui tentent de canaliser le mécontentement populaire vers un soulagement temporaire, laissant intact le système capitaliste; isoler les mécanismes qui couvent l'œuf du serpent fasciste et constituent une base pour tout type de provocation et de diffamation du mouvement.

Le cours du regroupement et de l’émancipation du mouvement ouvrier, l’amélioration du degré d’organisation des travailleurs dans le mouvement ouvrier, le renforcement de leur orientation de classe, constituent une garantie que la voix des travailleurs et des autres couches populaires puisse devenir plus forte et affronter toute forme de distorsion et de lentille déformante utilisée par le système d'exploitation, ouvrant ainsi la voie à la lutte pour le pouvoir et l’économie au service des intérêts du peuple.

Athènes, 9/12/2018, le Bureau de presse du CC du KKE

Lien : http://fr.kke.gr/fr/articles/Communique-de-presse-sur-les-mobilisations-en-France/

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2019 7 20 /01 /janvier /2019 00:13

Le procès engagé depuis trois ans par le procureur de contre la Parti communiste de et visant à sa délégalisation vient de se terminer par un acquittement des accusés et de leur journal. C’est une incontestable victoire qui doit sans doute beaucoup à la mobilisation de l’opinion internationale en faveur des droits démocratiques. Le procureur a toutefois encore le droit de faire appel de la décision. C’est pourquoi la mobilisation doit se poursuivre d’autant que le régime d’extrême droite est toujours en place à Varsovie. [...]

La suite ci-dessous sur le site du journal 'Initiative communiste", journal du PRCF :

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2019 3 16 /01 /janvier /2019 16:38
Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht. La révolution assassinée

Mardi, 15 Janvier, 2019 Jean-Paul Piérot dans l'Humanité

Il y a cent ans, la semaine sanglante de Berlin mettait fin à l’espoir d’un changement révolutionnaire en Allemagne né en octobre-novembre 1918. Le 15 janvier 1919, Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg étaient assassinés sur ordre du ministre SPD de la Guerre, Gustav Noske. Un acte qui pèsera très lourd lors de la montée du nazisme.

« Est-il vrai que Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg soient morts ? Est-il vrai qu’ils aient été tous deux abominablement assassinés ? Nous voudrions pouvoir douter de l’authenticité de l’atroce nouvelle. Hélas ! Il semble bien qu’aucun doute n’est permis. » Le 18 janvier 1919, l’Humanité exprime sa stupéfaction et sa tristesse. « Par quelle fatale loi faut-il que le sang des martyrs soit nécessairement la semence d’où sortiront les temps nouveaux ? » observe Amédée Dunois. Une communauté de destin liait Jean Jaurès, tué par un nationaliste le 31 juillet 1914 au café du Croissant, et les deux dirigeants spartakistes abattus par des membres des Freikorps, à Berlin, ce 15 janvier 1919. Entre ces deux crimes, la Première Guerre mondiale, qu’ensemble ils avaient voulu empêcher, avait décimé toute une génération de jeunes Français et Allemands.

Autant de conditions pour réussir une révolution socialiste

Cette exécution sommaire va frapper à mort la révolution de novembre, qui avait suscité tant d’espoirs dans le mouvement ouvrier, chez les penseurs marxistes. Un haut niveau de développement, une classe ouvrière nombreuse et organisée, un Parti social-démocrate le plus ancien et le plus puissant d’Europe étaient autant de conditions pour réussir une révolution socialiste. Karl Liebknecht et Rosa Luxemburg n’ont pas été assassinés par des ennemis de classe traditionnels, monarchistes ou nationalistes, leur mort a été commanditée par des dirigeants sociaux-démocrates, des hommes qui peu de temps auparavant siégeaient au Reichstag dans le même groupe parlementaire que Karl Liebknecht.[...]

Lire la suite ci-dessous :

Dimanche 13 janvier 2019 - Commémoration et manifestation en l'honneur de rosa Luxembourg et Karl Liebknecht - Vidéo ci-dessous

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2019 3 16 /01 /janvier /2019 15:49
Partager cet article
Repost1
9 novembre 2018 5 09 /11 /novembre /2018 16:48

Quoi que l’on pense de la perspective offerte aujourd’hui par Bernie Sanders, ce qui est clair c’est qu’une partie grandissante des américains et les jeunes en particulier ne voient plus dans le socialisme le diable incarné, ils s’intéressent au contraire à ce système alternatif du capitalisme, qu’ils dénoncent (note de Danielle Bleitrach).

 

Nous reproduisons ici, pour la première fois en France, le discours intégralement traduit de Bernie Sanders, principal opposant à Donald Trump prononçait le 9 octobre à la Johns Hopkins University school of Advanced International Studies. L’appel lancé par Bernie Sanders en faveur de la construction « d’un mouvement démocratique mondial pour contrer l’autoritarisme » met chacun et chacune de nous devant ses responsabilités : oui ou non sommes-nous disposés à unir urgemment nos forces pour nous battre contre la peste autoritaire, raciste et d’extrême droite avant qu’il ne soit trop tard ?
 
Bernie Sanders : Lancer un mouvement démocratique mondial pour faire front contre les régimes autoritaires.

Le Sénateur Sanders parle ici en direct à la Johns Hopkins University school of Advanced International Studies des problèmes que le nationalisme autoritaire pose aux sociétés démocratiques, et de la nécessité de lancer un mouvement progressiste mondial basé sur des principes de démocratie, d’égalité et de justice économique et environnementale.

Aux USA, nous faisons grand cas de tout ce qui a des effets sur l’économie, les services médicaux, l’éducation, l’environnement, la justice pénale, l’immigration et, tout récemment, les candidats à la Cour Suprême. Ces enjeux revêtent tous une énorme importance.

Exception faite des crises immédiates et dramatiques, la politique étrangère n’est pourtant pas ce qui suscite le plus d’attention ou de débats. En fait, certains analystes sont d’avis qu’en général, nous avons la politique étrangère d’un seul parti, dans laquelle les différents points de notre approche sont rarement débattus ou contestés.

Les dépenses militaires se montent à 700 milliards de dollars par an, plus que le total des 10 nations suivantes. Nous sommes en guerre en Afghanistan depuis 17 ans, en Irak depuis 15 ans, et engagés militairement au Yémen — qui connaît actuellement une crise humanitaire. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 18:04

Traduction NK pour Solidarité Internationale PCF

Dans une déclaration, le Comité contre la guerre de Tucson en Arizona condamne la décision du président américain Trump d'autoriser les troupes de sécurité à tirer contre la caravane des migrants d'Amérique centrale. Le Comité anti-guerre exige le retrait des troupes américaines de la frontière et l'octroi de l'asile à tous les réfugiés :

"Le 29 octobre, le président Trump a ordonné l'envoi de 5 200 soldats américains à la frontière mexicaine dans le cadre d'une tentative de démonstration de force avec une caravane de réfugiés quittant le Honduras pour le Mexique. Trump a depuis menacé de faire intervenir des milliers de soldats supplémentaires. Le total des troupes pourrait finir par être plus élevé que celui des troupes américaines qui poursuivent la guerre en Afghanistan.

La caravane, composée en grande partie de Honduriens fuyant la violence des gangs et la répression politique violente, a regroupé jusqu'à 7 000 personnes. Ce chiffre est tombé à près de 3 500 du fait que quelques 1 700 personnes auraient fait leur demande de papiers au Mexique. Quelles que soient les causes et la nature poussant ces milliers de réfugiés à demander l'asile, du travail et la sécurité, Trump a mobilisé sa base raciste blanche enragée en déployant les militaires américains à la frontière. Les 5 200 soldats américains s'ajouteraient aux 16 500 agents de la police des frontières actuels et aux 3 500 gardes nationaux supplémentaires que Trump a mobilisés plus tôt cette année.[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0

Articles Récents