Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
24 juillet 2021 6 24 /07 /juillet /2021 14:07
Envoyé par Bruno Drewski

Envoyé par Bruno Drewski

Partager cet article
Repost0
28 mai 2021 5 28 /05 /mai /2021 15:30
 Julien Sénécal, Cyril Briffault et Arnaud Dauxerre (de gauche à droite) se battent pour sauver l’usine la plus verte de la filière papier en France. EHD

Julien Sénécal, Cyril Briffault et Arnaud Dauxerre (de gauche à droite) se battent pour sauver l’usine la plus verte de la filière papier en France. EHD

Ouvriers et écolos unis dans le papier
Fermée depuis un an, la seule papeterie française à produire du papier 100% recyclé se bat pour sa survie. Avec les soutiens conjugués des syndicats et de mouvements écologistes de France et d’Uruguay.
 
A Chapelle Darblay, Arnaud Dauxerre feint de s’interroger:
 
«Quelle est la logique de faire de la pâte marchande de papier en Uruguay à destination de l’Asie? C’est sûr, ils vont produire deux millions de tonnes contre 250 000 tonnes ici. Mais il faut revenir sur ces inepties mondialisées si on veut faire une vraie transition écologique.»
 

Un silence de cathédrale règne dans la papeterie de Chapelle Darblay, magistrale usine ouverte il y a près d’un siècle à Grand-Couronne, en périphérie de Rouen, sur la rive de la Seine. «Avant, il fallait crier pour s’entendre, le bruit était à 90 décibels au minimum, la chaleur à au moins 30 degrés», rappelle Cyril Briffault. L’opérateur finition et délégué syndical CGT, âgé de 44 ans, se trouve devant la machine 6, un mastodonte industriel à l’intérieur duquel le papier était égoutté, essoré et séché à une vitesse de 90 km/h quand l’usine tournait aux trois-huit. «C’était un métier passionnant, toujours différent, il fallait s’y connaître en dynamique des fluides, en hydraulique, en condensation», raconte avec des étoiles dans les yeux ce père de trois enfants, entré à l’usine en 1998.

Passionnant, et surtout vertueux. Chapelle Darblay, c’était 350 000 tonnes de papier recyclé chaque année, soit l’équivalent du geste de tri de 24 millions de Français·es. C’était aussi une chaudière biomasse qui permettait à l’usine d’avoir un bilan carbone positif et une station d’épuration capable de déminer l’eau et de la réutiliser au lieu de la rejeter dans la Seine. Bref, selon les mots de la députée En Marche Camille Galliard-­Minier, rapporteure d’une note d’information sur la filière recyclage du papier, c’était une «industrie du futur» que le groupe finlandais UPM a fermée l’an dernier.

[...]

Source et suite : http://cgtchapelledarblayupm.unblog.fr/2021/05/21/ouvriers-et-ecolos-unis-dans-le-papier/

Partager cet article
Repost0
28 avril 2021 3 28 /04 /avril /2021 22:00
Papeterie de CHAPELLE-DARBLAY : Une belle action avec le collectif « plus jamais ça »

Reçu ce matin par courriel :

..."au pied du ministère de l’économie nous sommes réunis avec des salarié·es et des militant·es de 8 des organisations du collectif Plus jamais ça, pour exiger la sauvegarde de la papeterie de Chapelle-Darblay.

Nous sommes à peu près 130 avec des banderoles, des drapeaux, des tambours et des mégaphones pour soutenir les salariés de l'usine.


Nous sommes en action ce matin devant Bercy pour sauver la papeterie de Chapelle-Darblay qui est en danger. Si nous sommes aux côtés de la CGT, d’Attac, de la F.S.U, de Solidaires, des Amis de la Terre, d’Oxfam France et de la Confédération Paysanne (rien que ça !), c’est bien parce que nous sommes solidaires des salarié·es, pour que vive ce site industriel qui est un modèle d’économie circulaire et un fleuron de l’économie de demain !

Business as usual ?

Le 15 juin prochain, le site de Chapelle-Darblay, seule papeterie en France à produire du papier journal 100% recyclé, sera démantelé si aucun repreneur ne se manifeste d’ici-là. Au total, 228 salarié·es se retrouvent au chômage et 567 emplois indirects vont disparaître.

Le groupe finlandais UPM, propriétaire de l’usine située en Seine-Maritime, près de Rouen, a décidé d’exporter son activité dans un pays où le coût de la main-d'œuvre est beaucoup moins élevé, et produira du papier à partir de bois et non de papier recyclé.

Oui ! Industrie peut rimer avec écologie

Pourtant, Chapelle-Darblay était rentable (16 millions d’euros de chiffre d'affaires en 2019) et ses activités avaient un impact positif d’un point de vue environnemental. L’usine recyclait chaque année 350 000 tonnes de papier, fournies essentiellement par les collectivités territoriales, soit l’équivalent du geste de tri de 24 millions de Français·es, et près de 250 000 tonnes de papier recyclé sortaient de ses gigantesques machines, destinées entre autres au monde de l’édition. De plus, l’usine dispose d’une station d’épuration qui peut subvenir aux besoins de 400 000 personnes et d’une chaudière biomasse qui peut chauffer 20 000 foyers

 
Je participe à la sauvegarde

 
Chapelle-Darblay est le symbole qu’il est possible de concilier industrie et préservation de l’environnement. La fermeture de cette usine nous priverait d'une place de choix dans ce secteur, dans notre autonomie industrielle, et condamnerait la filière du recyclage.

Pour toutes ces raisons, nous, le collectif d’associations Plus Jamais Ça, demandons au gouvernement d'intervenir pour soutenir les collectivités territoriales qui se disent prêtes à une reprise du site.

Alors que l’État et les collectivités locales ont la possibilité d'éviter le démantèlement de Chapelle-Darblay en garantissant que l'intégralité des activités de cette usine soient maintenues sur le site, n’attendez plus, apportez votre soutien aux salarié·es de Chapelle-Darblay, et parlez-en autour de vous !
 
Je signe la pétition
 
Je partage la pétition sur Twitter
 
Je partage la pétition sur Facebook
 
Je partage la pétition sur Whatsapp
 
Je partage la pétition par email

 

 

Si vous voulez signer et faire signer la pétition, soutenue par 8 organisations du collectif Plus jamais ça : CGT, Attac, F.S.U, Solidaires, les Amis de la Terre, Oxfam France, Confédération Paysanne et Greenpeace France. cliquez et diffusez  : "Sauvons #ChapelleDarblay"

Et voir les photos de la manif de ce 28 avril à Paris sur le site du syndicat CGT Chapelle-Darblay

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2020 1 28 /09 /septembre /2020 15:27
Près de 1000 personnes ont défilé un an après l’incendie de Lubrizol.  AFP/Lou BENOIST

Près de 1000 personnes ont défilé un an après l’incendie de Lubrizol. AFP/Lou BENOIST

Partager cet article
Repost0
10 juin 2020 3 10 /06 /juin /2020 17:12

Avec la fermeture annoncée de la Chapelle-Darblay de Grand-Couronne, le centre de tri du Smedar s’est adapté et a dû trouver des repreneurs, pour recycler les déchets papiers.

La fermeture annoncée de la Chapelle-Darblay est un coup dur pour les 230 salariés. Mais aussi, pour le Smedar. Car le centre de tri de l’agglomération de Rouen (Seine-Maritime) a été pendant des années un partenaire privilégié du papetier, propriété du groupe finlandais UPM, afin d’acheminer et recycler les déchets papiers, sur le site de Grand-Couronne, qui produit 250 000 tonnes de papier recyclé par an.

La fermeture définitive de l’usine, annoncée pour le 15 juin 2020 – dénoncée par plusieurs élus de Normandie qui en ont appelé au gouvernement – met en difficulté un grand nombre de collectivités de l’ouest de la France, pour trouver un repreneur. [...]

La suite sur le site du syndicat CGT de Chapelle Darblay

Partager cet article
Repost0
5 juin 2020 5 05 /06 /juin /2020 16:52
source: Philippe Lopez/ AFP

source: Philippe Lopez/ AFP

Par Samuel Vivant

Huit mois après l'incendie de l'usine Lubrizol dans la nuit du 25 au 26 septembre 2019, un rapport de la commission d'enquête du Sénat publié ce jeudi 4 juin dénonce "des angles morts inacceptables" dans la prévention des risques industriels en France.

« Risques industriels : prévenir et prévoir pour ne plus subir », voilà le titre évocateur du rapport publié ce jeudi 4 juin par la commission d’enquête du Sénat. Dans un document cinglant, les sénateurs épinglent l’État et sa gestion de la catastrophe de l’usine Lubrizol à Rouen. Dénonçant notamment une « cacophonie de la parole publique » et « des manquements dans la gestion des conséquences sanitaires de l’accident », le rapport, long de 286 pages, en partie dévoilé par Le Monde et l'AFP, confirme le sentiment d’abandon et de confusion des Rouennais après l’incendie survenu dans la nuit du 25 au 26 septembre 2019. (...]

La suite sur le site de Marianne :

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2020 4 30 /01 /janvier /2020 16:04

Passons sur l'oubli du journaliste : la table ronde était organisée avec le maire de Grand-Couronne, donc avec le soutien et la participation des communistes.  Mais il est vrai que le fait nouveau était le soutien d'EELV à une lutte visant à préserver l'emploi et une activité industrielle locale et nationale.  Peut-être un effet des municipales toutes proches.  Peu importe.  Sauver Chapelle Darblay, et le projet présenté par les salariés,  ce n'est pas rien.  Reconnaître et soutenir l'effort consenti par les collectivités locales pour aider à une économie circulaire, préserver des emplois industriels, promouvoir le tri sélectif, le recyclage des vieux papiers et cartons collectés, c'est répondre aux aspirations des citoyens. Sauvegarder et valoriser une production répondant à des besoins locaux (recyclage) et nationaux (papier), contre la volonté d'une multinationale qui veut liquider cette entreprise pour réimporter en France, depuis des usines implantées à des  milliers de kilomètres, le papier jusqu'à présent produit par Chapelle Darblay, ce sont des propositions et une bataille d'avenir .

Philippe Martinez a parlé de "cupide dérive du libéralisme débridé".  Ce n'est pas une dérive.  C'est tout simplement la règle de l'UE qui défend "la concurence libre et non faussée" et la logique du ... capitalisme mondialisé du XXIème siècle.  Contre le vote majoritaire de 2005 en France.  Un déni démocratique qui explique et justifie les colères amassées et grandissantes. 

Les salariés de Chapelle Darblay se battent ici pour la transition énergétique, pour l'emploi industriel en France et localement, pour les retraites.  Et pour cela ils affrontent une des multinationales du secteur. 

Salut et merci à eux.

Yvette Genestal

Julien Bayou et Philippe Martinez à la Chapelle-Darblay pour « sauver l’emploi et le climat » - Verra-t-on fermer la seule usine en france à produire du papier 100% recyclé ? Que vaudra alors la parole du gouvernement et du président sur l'écologie?
Julien Bayou et Philippe Martinez à la Chapelle-Darblay pour « sauver l’emploi et le climat » - Verra-t-on fermer la seule usine en france à produire du papier 100% recyclé ? Que vaudra alors la parole du gouvernement et du président sur l'écologie?
Julien Bayou et Philippe Martinez à la Chapelle-Darblay pour « sauver l’emploi et le climat » - Verra-t-on fermer la seule usine en france à produire du papier 100% recyclé ? Que vaudra alors la parole du gouvernement et du président sur l'écologie?
Julien Bayou et Philippe Martinez à la Chapelle-Darblay pour « sauver l’emploi et le climat » - Verra-t-on fermer la seule usine en france à produire du papier 100% recyclé ? Que vaudra alors la parole du gouvernement et du président sur l'écologie?
20 millions d'habitants pratiquent le tri sélectif et permettent de fabriquer du papier recyclé.  Si Chapelle Darblay UPM ferme, que ferons-nous de notre papier recyclé ?  Le porterons-nous au ministère de l'industrie ?
20 millions d'habitants pratiquent le tri sélectif et permettent de fabriquer du papier recyclé.  Si Chapelle Darblay UPM ferme, que ferons-nous de notre papier recyclé ?  Le porterons-nous au ministère de l'industrie ?
20 millions d'habitants pratiquent le tri sélectif et permettent de fabriquer du papier recyclé.  Si Chapelle Darblay UPM ferme, que ferons-nous de notre papier recyclé ?  Le porterons-nous au ministère de l'industrie ?
20 millions d'habitants pratiquent le tri sélectif et permettent de fabriquer du papier recyclé.  Si Chapelle Darblay UPM ferme, que ferons-nous de notre papier recyclé ?  Le porterons-nous au ministère de l'industrie ?

20 millions d'habitants pratiquent le tri sélectif et permettent de fabriquer du papier recyclé. Si Chapelle Darblay UPM ferme, que ferons-nous de notre papier recyclé ? Le porterons-nous au ministère de l'industrie ?

Philippe Martinez (CGT) et Julien Bayou (EELV) sont venus soutenir l'idée d'un avenir industriel pour la Chapelle-Darblay UPM,  aux portes de Rouen, mercredi 29 janvier 2020.

L’usine, la seule en France à produire du papier 100 % recyclé, pourrait fermer en juin.

Actuellement, l’usine recycle 350 000 tonnes de papiers, fournies essentiellement par les collectivités territoriales, « soit l’équivalent du geste de tri de 20 millions d’habitants ».

Les employés de la Chapelle-Darblay, usine de fabrication de papier recyclé dans l’agglomération de Rouen (Seine-Maritime), se battent pour convaincre que leur outil est une formidable locomotive pour l’avenir industriel du pays. Pour les aider dans leur combat, le secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT), Philippe Martinez, et le secrétaire national d’Europe écologie-les Verts, Julien Bayou, ont fait le déplacement jusqu’à Grand-Couronne, mercredi 29 janvier 2020.

Vers une fermeture en juin

Le site, détenu par le géant du papier finlandais UPM depuis la fin des années 1990, a été mis en vente en septembre 2019. Malgré de nombreuses visites, lundi 27 janvier, la direction a annoncé qu’aucun repreneur ne s’était fait connaître, et que le plan de licenciement allait être mis en place. L’usine, la seule en France à produire du papier 100 % recyclé, pourrait fermer en juin. Quelque 230 emplois directs sont menacés.[...]

La suite ici : https://actu.fr/normandie/grand-couronne_76319/julien-bayou-philippe-martinez-la-chapelle-darblay-sauver-lemploi-le-climat_31107834.html

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2020 5 24 /01 /janvier /2020 15:24
BlackRock verdit ses profits grâce à Paris et Berlin [Basta]
BlackRock se paie une opération de greenwashing grâce à Paris et Berlin

par , Maxime Combes

Lors du forum économique de Davos, la France et l’Allemagne ont communiqué sur la création d’un fonds climat avec BlackRock. Un cadeau inespéré pour le plus gros gestionnaire d’actifs qui investit des milliards de dollars dans les énergies fossiles.

C’est depuis le Forum économique mondial de Davos, cette station de ski suisse que l’on rejoint en jet privé, que BlackRock, l’Agence française de développement (AFD) et le ministère allemand de l’Environnement, alliés à des fondations philanthropiques privées, ont annoncé avoir finalisé la création du « Climate Finance Partnership » (CFP, "partenariat sur le financement climatique") [1].

[...]

Lire la suite :

Partager cet article
Repost0
26 juin 2019 3 26 /06 /juin /2019 15:13

Cet article est reposté depuis Canaille le Rouge, son c@rnet, ses p@ges..

Les exclu.e.s du transport ferroviaire, les entassé.e.s de la ligne13, les trimbalé.e.s sur un réseau routier frappé d'obsolescence apprécieront : pour ces 93, " Les Français manque de pain ? Touchez pas à nos brioches ! "

Partager cet article
Repost0
24 juin 2019 1 24 /06 /juin /2019 14:18

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Si cette fermeture se confirmait, 23000 camions le remplaceraient, chaque année sur les routes ! C'est ça la transition écologique ?

Qu'en dit le ministre de la Transition écologique et solidaire ?

Qu'en dit la ministre des Transports ?

Partager cet article
Repost0

Articles Récents