Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
22 mars 2019 5 22 /03 /mars /2019 15:59

Ce que tout le monde pensait tout bas, le bâtonnier de l’ordre des avocats d’Alger, Me Abdelmadjid Sellini, l’a dit tout haut : les lettres imputées au président de la République, ainsi que son certificat médical relèvent « du faux et usage du faux ».

Lire l'article sur le site d'Algérie Infos en cliquant ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
20 mars 2019 3 20 /03 /mars /2019 00:21

Une partie de la manifestation à Rouen le 19 Mars 2019

Les trois-quarts des Français (73%) soutiennent le mouvement de mardi auquel ont appelé la CGT, FO, Solidaires, la FSU et les organisations de jeunesse Unef (étudiants) et UNL (lycéens), selon le baromètre des services publics Odoxa pour la Banque Française Mutualiste, l'Obs, France Inter et la presse régionale.

Le retour des corps intermédiaires ? Alors que le mouvement des Gilets jaunes ne connaît plus le même engouement, la journée de grève nationale de ce mardi 19 mars, organisée par les syndicats (CGT, FO, Solidaires, FSU et les organisations de jeunesse Unef et UNL), est approuvée par 73 % des Français. C'est ce qui ressort du baromètre des services publics Odoxa pour la Banque Française Mutualiste, l'Obs, France Inter et la presse régionale, publié ce mardi.

Dans ce sondage, 35% des personnes trouvent ce mouvement pour « l'augmentation des salaires, des pensions et des minima sociaux, l'égalité femmes-hommes et un véritable droit à l'éducation et à la formation » « tout à fait justifié » et 38% « plutôt justifié », contre 27% qui l'estiment « pas justifié »

Dans le secteur public, ils sont 88% à juger ce mouvement « justifié »

Le soutien est encore plus fort au sein des agents du secteur public qui sont 88% à juger ce mouvement « justifié », contre 12% qui considèrent qu'il ne l'est pas. 

Parmi les Français qui trouvent ce mouvement justifié, 12% disent prévoir d'y participer, tandis que 69% ont de la sympathie mais n'y participeront pas.

14% y sont indifférents et 5% y sont opposés, même s'ils comprennent la mobilisation. Au sein des salariés du service public, ils sont 18% à dire qu'ils ont prévu d'y participer, et 72% qu'ils ont de la sympathie, mais n'y participeront pas. [...]

La suite ici sur le site de "Ouest-France" : https://www.ouest-france.fr/economie/greve/greve-nationale-les-3/4-des-francais-soutiennent-la-journee-d-action-de-ce-mardi-19-mars-6269522

Partager cet article
Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 00:09

TOUTES ET TOUS DANS LA RUE :

 

ROUEN   10 h Cours Clémenceau

 

DIEPPE  10 h 30 - Rond-point devant l’hôpital, avenue Pasteur.

 

LE HAVRE  10h  devant la chambre de commerce

cgt Logo-force-ouvrieress solidaire 76 fsu   

PUBLIC / PRIVÉ TOUS ENSEMBLE

Le 19 mars

POUR BLOQUER LES POLITIQUES DE MACRON

 

Le gouvernement a choisi de répondre à la colère ouvrière et populaire de ces derniers mois par la répression : des milliers de blessés et mutilés, d’arrestations arbitraires, et maintenant un projet de loi anti-manifestations. Ce sont les seules réponses aux revendications légitimes portées par le mouvement social et les gilets jaunes.

Pour  mettre un coup d’arrêt, et obtenir des avancées sociales, nous en appelons à la mobilisation la plus large, dans et hors des entreprises et des services publics, avec toutes celles et ceux qui convergent pour la justice sociale.

Les unions départementales CGT, FO, FSU, Solidaires et UNEF appellent à se mettre en grève et à manifester pour :

Arrêt de la répression d’Etat, NON à la loi «anticasseurs».

Hausse immédiate du SMIC à 1800€ brut, et des grilles de salaires

-Augmentation générale des salaires, des pensions et du point d’indice pour les fonctionnaires

Ré indexation des salaires, des pensions et des retraites sur le coût de la vie

NON au projet de réforme de la fonction publique : suppressions de postes, de services rendus à la population, casse du statut…

Retour à la retraite à 60 ans. Maintien des régimes existants et abandon du régime universel par points.

Retrait des contre réformes : loi santé et réforme de la justice.

Abandon de toutes les réformes concernant les lycéens et les étudiants, dont l’augmentation des frais d’inscription pour les étudiants étrangers hors UE : parcoursup, réforme des lycées.

Pour une véritable égalité hommes – femmes dans les salaires, la carrière et les retraites.

Retrait de la loi Blanquer « l’école de la confiance »

Abrogation des réformes qui détricotent le droit du travail et la protection des salariés (Lois « Rebsamen , El Khomri »,

ordonnances « Macron »…)

Pendant le Grand Débat de Macron, les mauvais coups sont confirmés ou accélérés :

Négociation sur l’Assurance chômage : Le gouvernement exige 3 milliards d’économies. Le patronat en rajoute en refusant toute limite à la précarité. Nous n’acceptons pas cette dégradation des droits des privés d’emploi.

Services publics et entreprises publiques : Le gouvernement maintient ses mesures de privatisation et de suppressions d’emplois. Il annonce une loi, par ordonnances, pour casser le statut de 5 millions de fonctionnaires.

Santé : La Ministre Buzyn ferme la maternité de Bernay et, la même semaine dépose un projet de loi, pour multiplier les fermetures de services hospitaliers, les blocs opératoires…. Cette loi aussi serait prise par ordonnance, donc au pas de charge.

Education nationale. Parcoursup, la réforme du Bac, et maintenant le projet de Réforme Blanquer, c’est toujours plus de sélection arbitraire pour mener des études, une sélection par l’argent comme pour les étudiants étrangers, Une remise en cause de la formation des enseignants, concurrence entre les établissements, fin de la liberté d’expression

Pouvoir d’achat : A peine des mesures pour limiter les hausses sont-elles annoncées par Macron que déjà elles sont remises en cause (exemple les hausses de l’Energie et des péages). Mais la suppression de l’ISF et tous les cadeaux au patronat sont maintenus alors que les actionnaires du CAC 40 ont touché 57 milliards en 2018.

Retraites : Delevoye, le « Monsieur Retraite par points » de Macron, confirme son projet de Régime universel cassant tous les régimes existants et les garanties qui y sont inscrites. Il programme la baisse brutale des pensions

TOUTES ET TOUS DANS LA RUE : ROUEN 10 h Cours Clémenceau
Partager cet article
Repost0
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 16:02

Au cours de l’examen de la loi d’orientation sur les mobilités, la commission de l’aménagement du territoire du Sénat a adopté un amendement déposé par des sénateurs LR relevant le délai de préavis dans les entreprises de transport.

Source et article intégral : https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/transports-en-commission-les-senateurs-font-passer-le-preavis-de-greve-de-48-a

 

C’est par un amendement, adopté le 5 mars en commission des lois du projet de loi d’orientation des mobilités, que seize sénateurs Les Républicains ont poussé l’avantage des employeurs du secteur des transports un peu plus loin. Ainsi, ils ont fixé à 72 h, au lieu de 48 h, le délai de prévenance pour les salariés soumis, comme à la SNCF, à l’obligation de déclaration individuelle d’intention (DII) avant toute grève. Inacceptable pour la fédération des transports CGT et celle des cheminots qui se sont fendues d’un communiqué de presse commun le 11 mars.

« Cette mesure des 48 heures sert de délai pour les directions d’entreprises pour faire pression, toujours de manière officieuse, mais néanmoins réelle, sur les salariés souhaitant avoir recours collectivement à leur droit constitutionnel de faire grève », s’insurge la CGT. Elle conteste catégoriquement l’argumentaire de Roger Karoutchi, à l’origine de l’amendement, qui consiste à trouver le délai trop court pour permettre aux entreprises la mise en place d’une organisation optimum. Un argument prétexte ? En tout cas, une façon discrète avec cet amendement de limiter un peu plus l’impact des grèves dans ce secteur.

Les deux fédérations de la CGT affirment qu’elles mettrons « tout en œuvre pour empêcher de nouvelles restrictions à l’exercice du droit de grève, dans un contexte où les libertés publiques sont de plus en plus remises en cause ». Mardi 12 mars, le Sénat a adopté définitivement la loi sur le maintien de l’ordre dans les manifestations. Un texte décrié par les associations, les avocats et plusieurs centrales syndicales, dont la CGT.

Source : http://www.frontsyndical-classe.org/2019/03/l-ex-ump-mene-au-senat-une-attaque-contre-le-droit-de-greve.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

 

 

Partager cet article
Repost0
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 15:50

Manifestation : 10 h 30 - rond-point situé devant l’hôpital de Dieppe, avenue Pasteur.

La CGT de Dieppe appelle les retraités et tous les salariés à se mobiliser le mardi 19 mars 2019 à Dieppe.

Le cortège s’élancera depuis le rond-point situé devant l’hôpital, avenue Pasteur, le 19 mars. (©Les Informations Dieppoises)

Source : https://actu.fr/normandie/dieppe_76217/la-cgt-appelle-manifester-19-mars-dieppe_22007995.html

Partager cet article
Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 18:18

par

"Quatre organisations syndicales de la CGT, parties civiles dans la procédure, ont décidé de rendre publics certains éléments de l’enquête - procès-verbaux de l’inspection du travail et auditions de témoins - qui selon eux mettent en évidence la responsabilité écrasante de Saipol, et dans une moindre mesure celle de la Snad."

" « On pourrait comparer la situation à celle d’un chauffard qui grille 16 feux rouges et finit par tuer deux personnes », illustre Gérald Le Corre, responsable santé au travail pour l'UD-CGT de Seine-Maritime "

" « Partout, on continue à étendre la sous-traitance pour la maintenance. Les mises en concurrence font que les plans de prévention ne sont pas respectés », dénonce un inspecteur du travail interrogé par Basta !"

" Autre problème : la diminution continue des effectifs du côté de l’inspection du travail",

" En attendant, les risques sont mis en balance avec les coûts. « Et la probabilité de condamnation est si faible que ce choix est rapide. »

Explosion mortelle à Saipol - février 2018 - Image Paris-Normandie

Article

Il y a un peu plus d’un an, le 17 février 2018, deux techniciens sont tués par l’explosion d’un extracteur au sein d’une usine de traitement d’huile du groupe agro-alimentaire Avril. Les deux personnes décédées étaient salariées d’un prestataire, spécialiste des opérations de maintenance. Mises en examen pour homicide involontaire, les deux entreprises bénéficient de la présomption d’innocence. Mais leur responsabilité est pointée par plusieurs organisations syndicales et témoignages de salariés. Partie civile dans la procédure, elles ont décidé de rendre publics certains éléments de l’enquête, témoignages et rapports de l’inspection du travail.

Il y a un an, une violente explosion souffle l’usine de traitement d’huile Saipol de Dieppe, en Seine-Maritime. Plusieurs étages sont emportés. Les pompiers mettent quatre heures à éteindre l’incendie. Ce 17 février 2018, ils ramassent également les corps sans vie de deux techniciens : Stéphane Gallois, 44 ans, et Alexandre Frontin, 25 ans. Salariés d’une société spécialisée dans la maintenance (la Snad), les deux hommes intervenaient dans l’usine quand l’explosion les a emportés. Cinq mois plus tard, en juillet, leur employeur est mis en examen pour « homicide involontaire par la violation manifestement délibérée d’une obligation de sécurité ou de prudence ». Mais la Snad n’est pas seule à être inquiétée par la Justice : Saipol, qui appartient au groupe agro-industriel Avril, est mis en examen pour les mêmes raisons.

La responsabilité du donneur d’ordre questionnée

Stéphane Gallois et Alexandre Frontin nettoyaient l’extracteur d’huile quand l’explosion les a tués. Il s’agit d’un engin immense, en forme de bouteille allongée : 20 mètres de long et 2,40 mètres de large, pour 50 m3 de volume. A l’intérieur, des résidus de colza passent sur un tapis roulant. Ils ont déjà été pressés une première fois. L’huile restante en est extraite via un solvant, l’hexane, hautement inflammable et explosif [1]. Ce jour-là, des résidus sont coincés sur et sous le tapis roulant, ce qui grippe le système et nécessite une intervention. [...]

La suite sur le site de Bastamag ici : https://www.bastamag.net/De-nombreuses-questions-entourent-la-mort-de-salaries-souffles-dans-l-explosion

Partager cet article
Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 17:01

 

Régis Portalez est un homme dangereux. Heureusement, la Garde des Sceaux et le procureur du tribunal de grande instance de Paris, son relais répressif zélé, veillent et sont décidés à le mettre hors d’état de nuire.

Pensez donc, voilà quelqu’un qui a passé le concours de l’École Polytechnique et qui l’a réussi. Il a étudié quatre ans dans cette école pour en sortir muni de son prestigieux diplôme. Pendant sa scolarité, et comme tous ses condisciples il portait dans les cérémonies, officielles ou non, le fameux uniforme bleu très foncé (noir?) assorti du bicorne à cocarde avec l’épée au côté. Ce n’est pas un uniforme militaire, simplement une tenue civile que la tradition autorise à porter une fois l’école quittée, dans les occasions qui le méritent : cérémonies familiales, mariages, réunions d’anciens élèves etc. etc. Il se trouve que Régis Portalez a été touché par le surgissement du mouvement des gilets jaunes, et qu’il a souhaité faire part à cette France d’en bas de sa solidarité et de sa gratitude.[...]

Lire la suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 17:49

Après avoir été emprisonnée pendant sept ans dans des conditions draconiennes qui l’ont conduite au suicide à deux reprises, la dénonciatrice Chelsea Manning a de nouveau été jetée derrière les barreaux pour avoir défendu la transparence gouvernementale. Manning a été emprisonnée pour outrage à la cour après avoir refusé de témoigner devant un grand jury lié à Assange et WikiLeaks, en déclarant qu’elle ’acceptera tout ce que vous me ferez subir’.

Le juge a dit qu’elle restera en prison jusqu’à ce qu’elle témoigne ou jusqu’à ce que le grand jury ait terminé son travail ’, rapporte AP.

Chelsea peut être incarcérée pour le reste du grand jury [jusqu’à 18 mois], et le mandat du grand jury peut être prolongé de six mois ’, a déclaré Moira Meltzer-Cohen, avocate de Manning, à Business Insider.

« Notez que l’emprisonnement de Manning n’est pas une ’punition’, a tweeté WikiLeaks. Elle a été formellement emprisonnée pour la ’contraindre’ à témoigner contre nos journalistes (dont Assange) pour avoir publié la vérité sur le gouvernement US. Elle restera en prison jusqu’à ce qu’elle cède et se conforme ou qu’elle gagne en appel.’[...]

La suite ici : https://www.legrandsoir.info/chelsea-manning-emprisonnee-de-nouveau-pour-la-contraindre-de-temoigner-contre-wikileaks.html

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2019 1 11 /03 /mars /2019 16:09

par Olivier Petitjean

Samir Flores, leader indigène et fer de lance de l’opposition au Proyecto Integral Morelos, a été assassiné le 20 février dernier au Mexique. Ce mégaprojet gazier est porté par de nombreuses multinationales européennes, dont Nissan et Saint-Gobain.[...]

La suite ici : https://multinationales.org/Assassinat-d-un-leader-indigene-oppose-a-un-megaprojet-gazier-impliquant-Saint

Partager cet article
Repost0
11 mars 2019 1 11 /03 /mars /2019 05:45

Le représentant désigné par la CGT exclu de l'Observatoire du dialogue social (sic !) et du Comité régional d'orientation des conditions de travail au motif qu'il est ... inspecteur du travail !

 

 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents