Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
8 janvier 2020 3 08 /01 /janvier /2020 01:48
Ce que vous devez savoir sur Julian Assange et WikiLeaks : Les Révélations (KBNB World News)
Ce que vous devez savoir sur Julian Assange et WikiLeaks : Les Révélations (KBNB World News)
Ce que vous devez savoir sur Julian Assange et WikiLeaks : Les Révélations (KBNB World News)
Excellents journalistes ou traîtres ?
 
Les Révélations (KBNB World News)
Katia Novella Miller
La publication des fuites de lanceurs d'alerte est une pratique d'enquête journalistique courante. C'est un moyen pour les journalistes d'obtenir des informations secrètes qui dénoncent les crimes et la corruption des gouvernements, des entreprises et des personnalités publiques. C'est aussi l'un des éléments les plus importants de la démocratie, car il permet aux citoyens de savoir ce que font les élus, les gouvernements et les entreprises et par qui les pays sont gouvernés. Incontestablement, WikiLeaks a été la vedette de ces plates-formes pionnières de dénonciation au cours des dix dernières années avec ses révélations intrépides et non censurées sur les gouvernements et les puissants à travers le monde. Ces révélations ont conduit à la persécution du visage le plus célèbre et fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, et l'ont forcé à demander l'asile et à trouver refuge à l'ambassade d'Équateur à Londres, où il a vécu pendant sept ans. En juillet 2019, il a été arrêté par la police britannique et condamné (...) Lire la suite »

 

 
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 22:36
En guerre contre le communisme, Jair Bolsonaro a pris la décision de fermer une chaîne de télévision publique parce que cette dernière diffuserai des programmes "communistes" et diffusant "l'idéologie du genre" - article et traduction Nico Maury
Partager cet article
Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 17:26

"Des trois outils de répression dont dispose le pouvoir, à savoir les médias caporalisés, les forces de police, et l’autorité judiciaire, c’est bien celui-ci qui est le plus important et aujourd’hui le plus utile. "

Régis de Castelnau

 

Policiers républicains ou dévoyés ?

La grande journée du 5 décembre dont personne à part quelques militants déguisés en journalistes, n’a pu nier qu’elle était un grand succès a pourtant encore été marquée par d’intolérables violences policières. Aux quatre coins de la France, des caméras nous ont montré des forces de l’ordre utiliser sans aucun complexe une violence parfois sans frein faisant rejaillir sur l’ensemble du corps de la police un déshonneur qui mettra très longtemps à se dissiper.

Depuis un an, des policiers dévoyés, s’en donnent à cœur joie et utilisent tranquillement des méthodes dignes de milices de nervis, contre des manifestants voulant user de leurs libertés constitutionnelles. Le tout sous le regard des caméras, des témoins, et de la presse étrangère effarée, sans que cela émeuve beaucoup la presse mainstream. À longueur de plateaux et de colonnes, les éditocrates se relaient pour stigmatiser les violences des manifestants et rester muets sur l’effarant bilan d’un an de violences policières. Et Emmanuel Macron aura beau dire «ne parlez pas de ‘répression’ ou de ‘violences policières’, ces mots sont inacceptables dans un Etat de droit.», le catastrophique Castaner « qu’il faut arrêter de parler de violences policières » et Laetitia Avia proférer sur Mediapart devant un Plenel complaisant cette vilenie : «apportez-moi une violence constatée et je serais la première à la condamner », il n’est personne pour douter de l’existence de ces violences. Et pas grand monde ne peut se faire d’illusions sur leur caractère politiquement délibéré et organisé, probablement sur ordre comme l’a démontré l’opération de la place d’Italie le 16 novembre dernier avec le comportement du préfet de police de Paris dont Jean-Luc Mélenchon dit à juste titre « qu’il a des méthodes de psychopathe ».

Sous la pression des réseaux où circulent témoignages des exactions, et commentaires de la presse étrangère, une partie de la grande presse nationale s’est sentie contrainte changer un peu son fusil d’épaule et de rapporter de façon beaucoup plus exacte ce qui se passe. Mention spéciale au journal le Monde qui a commencé à se pencher sur ces dérives avec honnêteté.

L’impression désastreuse laissée par l’installation de cette répression violente se nourrit bien sûr, de son bilan épouvantable en termes de décès, d’amputations, de blessures souvent gravissimes, mais aussi et surtout de cette impression d’une violence complètement débridée, utilisée absolument sans complexe et nourrie par un sentiment d’impunité qui pousse à la surenchère.

Comment en est-on arrivé là ?

Pour une raison très simple : ceux dont c’est la mission de contrôler l’utilisation par les forces de police de la violence légitime de l’État, ce sont les magistrats du service public de la justice. Ce sont eux qui sont chargés de notre protection face à ces débordements. Toutes ces violences dont le remarquable travail réalisé par David Dufresne nous permet d’avoir idée de l’importance, sont autant d’infractions sévèrement réprimées par le code pénal.

Il y a les violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique prévues et réprimées par les articles 222-7 et suivants du code pénal. Une lecture rapide montre bien que les violences volontaires comme le fait d’éborgner en visant la tête avec un LBD ou un lance-grenade sont des crimes relevant de la cour d’assises ! Comment qualifier autrement que de « tentative de meurtre » l’attentat dont a été victime le malheureux Olivier Beziade, pompier volontaire bordelais le 12 janvier 2019. Et il y a bien sûr aussi des violences volontaires moins importantes pour lesquelles dans toutes les incriminations du code, le fait qu’elles soient commises par des forces de l’ordre sont des circonstances aggravantes ! Ce sont donc bien les violences policières que le législateur a entendues réprimer particulièrement.

Lire l'article complet ici : https://www.vududroit.com/2019/12/violence-de-la-repression-contre-le-mouvement-social-la-justice-premiere-responsable/

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 17:14
La Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) confirme l’obligation de l’étiquetage des produits des colonies israéliennes

Communiqué du Collectif National pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens

La mobilisation internationale contre l’occupation des territoires palestiniens par Israël avait abouti à une réglementation européenne en octobre 2011 qui imposait l’étiquetage des produits issus des colonies israéliennes des territoires occupés depuis 1967. L’application de cette réglementation par le ministre français de l’Économie et des Finances avait été contestée devant le Conseil d’État par une société israélienne située dans une colonie et l’Organisation juive européenne (relais de la politique israélienne en Europe). Cette plainte ayant entraîné la suspension de l’application de la réglementation européenne en France, l’affaire a été renvoyée devant la Cour de Justice de l’Union européenne(CJUE) qui a rendu sa décision le 12 novembre.

Elle confirme le règlement européen de 2011 dans un souci de protection des consommateurs afin d’éviter qu’ils ne puissent pas être induits en erreur quant au fait que « l’État d’Israël est présent dans les territoires concernés en tant que puissance occupante et non pas en tant qu’entité souveraine ». Elle souligne également que les colonies de peuplement sont installées dans certains des territoires occupés par l’État d’Israël « en violation des règles du droit international humanitaire ».

Cette victoire sur le plan européen est un premier pas pour interdire l’importation en Europe de tous les produits des colonies israéliennes installées dans les territoires palestiniens.

Dans l’immédiat, le collectif demande au gouvernement français de mettre en œuvre cette décision de la CJUE sur l’étiquetage des produits des colonies israéliennes, de contrôler son application et d’instaurer des sanctions contre les opérateurs économiques en cas de non-respect.

Le collectif appelle à poursuivre et intensifier la mobilisation pour le retrait de l’État d’Israël des territoires palestiniens occupés depuis 1967.

La suite et les signataires sur le site de l'AFPS :http://www.france-palestine.org/La-Cour-de-Justice-de-l-Union-europe%CC%81enne-CJUE-confirme-l-obligation-de-l

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2019 1 16 /09 /septembre /2019 23:38

Alors que la venait de révéler que l’équipe de rédaction de Quotidien avait choisi de ne montrer qu’une infime fraction de ce que son cameraman a filmé lors de la perquisition politique du siège de la , pris la main dans le sac Yann Barthes est obligé de publier l’intégralité de la vidéo. Une révélation qui démontre le montage très politique réalisé par la chaine. Un montage qui sert tout les jours la propagande de ce média contrôlé par le milliardaire Martin Bouygues. Une publication qui fait également tomber toutes les accusations lancée par une justice et une police politique aux ordres du régime Macron contre les parlementaires de la alors que doit s’ouvrir le 19 septembre le procès de plusieurs parlementaires coupable d’avoir été empêchés en pleine session parlementaire d’accéder à leurs locaux parlementaires.

Nul besoin d’être politiquement en accord avec la France Insoumise pour analyser ce que démontrent ces images qui doivent alerter tous ceux soucieux des libertés démocratiques.[...]

La suite et la vidéo ci-dessous sur le site d'Initiative Communiste :

Partager cet article
Repost0
21 août 2019 3 21 /08 /août /2019 07:17

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Extraits :

"Au nom de la sécurité, toutes nos libertés sont menacées"

"Jean-Marie Delarue, nouveau président de la Commission nationale consultative des droits de l'Homme, s'inquiète du recul de nos libertés au motif de garantir la sécurité. "

"Pour cet ex-directeur des libertés publiques au ministère de l'Intérieur (1997-2001), le "point de départ" de ce recul est la loi "sécurité et liberté" d'Alain Peyrefitte en 1981."

Source : https://www.europe1.fr

"Loi antiterroriste en France : inquiétudes d'experts de l'ONU sur des atteintes aux libertés des Français

Les deux rapporteurs de l'ONU sur les droits de l'Homme ont fait part de leurs inquiétudes sur d'éventuelles atteintes à l'exercice notamment des libertés d'expression et d'association.

Source : http://https://www.europe1.fr

Et ça ne date pas d'E Macron et de C Castaner ... Dans les entreprises, la répression s'est accentuée, sur fond de régression sociale.
Goodyear: «La répression syndicale devient systématique»
Extraits
Avec Sarkozy ou Hollande, «la répression dans les boîtes a été constante»

«Maintenant, la direction nous envoie les huissiers quand on fait des réunions un peu improvisées. Une fois, des syndicalistes ont même été menacés de recevoir une facture pour le nettoyage des tables du self sur lesquelles ils avaient laissé des tracts. Comme si les documents de la CGT salissaient les tables! C’est bien la preuve d’un manque de respect vis-à-vis des syndicalistes.» (militante de la CGT Assistance Publique Hôpitaux de Paris ).

source : https://www.liberation.fr/france/2016/10/19/goodyear-la-repression-syndicale-devient-systematique_1522921

 

Partager cet article
Repost0
19 août 2019 1 19 /08 /août /2019 16:51

Les doutes s’accumulent quant à l’intégrité de WikiLeaks depuis la neutralisation de Julian Assange. Le site Defend WikiLeaks arbore une défense édulcorée et peu structurée. WikiLeaks s’appuie sur l’organe LeighBureau, où officie un certain BHL. Sans parler de la ligne de défense des avocats…

En consultant le site Defend WikiLeaks, le citoyen mobilisé pour la défense de Julian Assange est frappé par l’absence de synthèse, de défense par thème, de clarté, et tout simplement l’absence de défense de l’homme Assange.

L’affaire du “viol“, les textes de lois et de Droits de l’Homme qui ont été violés par les instances d’États européens, le Russia Gate… Aucun de ces thèmes ne sont accessibles simplement, aucun rappel concis des éléments importants n’est exposé de manière claire.

 Des indices inquiétants

Sur WikiLeaks.org, l’onglet “partners“ mène vers les logos de médias qui ont publié les pires contre-vérités à l’encontre de Julian Assange : The Guardian, Le Monde, Mediapart… WikiLeaks continue ainsi de créditer des organes de presse qui attaquent de front la personne de Julian Assange, sans aucun égard pour la déontologie journalistique ; des journaux qui ont empli leurs articles, suite à l’arrestation de Julian Assange, des termes de « viol », « accusations de viol », « violences sexuelles ». WikiLeaks.org ne publie aucun argumentaire sérieux visant à démonter l’affaire suédoise. Au cœur de cette affaire, la très sulfureuse plaignante Anna Ardin, dont certaines activités pourraient être liées à la CIA, n’est même pas nommée sur defend.wikileaks.org.

En février 2018, Defend WikiLeaks a laissé passer l’occasion de rouvrir le dossier suédois en faveur de Julian Assange. L’énorme travail réalisé par la journaliste Stefania Maurizi avec son journal La Republicca venait d’aboutir : s’appuyant sur le FOIA britannique, le “Freedom Of Information Act“ qui permet de réclamer l’accès à des informations étatiques réputées confidentielles, elle avait récupéré des courriels d’échanges entre la justice suédoise et le “Crown Prosecution Service“ anglais ou CPS, l’équivalent du Parquet français. Defend WikiLeaks ne relève pas l’extrème cynisme de certains magistrats ou magistrates du CPS lors de discussions sur les conditions de vie d’Assange à l’ambassade, et publie les révélations cruciales non dans un article dédié, mais dans le “Live“, une page internet dont le contenu équivaut à cent ou deux cent pages A4 denses. Pour tomber dessus aujourd’hui, il faut être un spécialiste de la question. Defend WikiLeaks y relaie tout de même la pression du CPS faite sur les suédois pour ne pas organiser une audience de Julian Assange à Londres, et ainsi laisser mijoter l’enquête préliminaire suédoise sur les ébats sexuels du témoin assisté Assange avec notamment la plaignante Anna Ardin. Mais plutôt que de mettre en lien l’excellent article de La Republicca publié en langue anglaise, Defend WikiLeaks se réfère au très insipide article de The Guardian, qui minimise autant que possible l’impact des révélations obtenues par la sueur de Stefania Maurizi.[...]

La suite sur Mediapart : https://blogs.mediapart.fr/edition/liberez-assange-ethiques-et-medias/article/090819/sans-assange-wikileaks-reste-t-il-digne-de-confiance

Partager cet article
Repost0
13 août 2019 2 13 /08 /août /2019 22:26

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Commentaire : Il faudra que la direction de la Sécurité sociale de l'Eure nous explique si tous les salariés sont ainsi suivis et surveillés, qu'elle précise quelles activités on a le droit de mener chez soi pendant un arrêt maladie, à qui on peut téléphoner, quel DVD on est autorisé à visionner, si on peut regarder la télévision ( et quelles émissions ... peut-être Christophe Barbier ...) et si la lecture de Karl Marx est formellement proscrite ...

Une telle surveillance laisse pantois. Dans l'Eure, les responsables de la Sécurité sociale doivent ignorer que la France est censément être le pays des droits de l'Homme.

Il est vrai que les tirs de LBD, les violences policières ont pu leur laisser croire qu'on en avait fini avec ces vieilleries qui datent quand même de 230 ans et qu'on ne devrait plus enseigner dans les cours d'histoire.

YG. 

Partager cet article
Repost0
11 août 2019 7 11 /08 /août /2019 14:04

2 Août, sur le blog "Histoire et société"

Comme quoi tous les troskistes ne sont pas un « boulet » comme chez nous, cette obédience troskiste se caractérise en effet pas une attitude anti-impérialiste dans tous les domaines, y compris en ce qui concerne le Venezuela. Ce qui change de ceux qui ont investi depuis des années la direction du PCF et interdisent toute solidarité, suivent les consignes de l’UE dans tous les domaines. (note de Danielle Bleitrach)

Résultat de recherche d'images pour "assange"

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2019 4 18 /07 /juillet /2019 23:22

Justice de classe.

Pas d'autres mots.

J'espère que les juges de la cour de cassation n'ont pas rencontré les homards de De Rugy.  A défaut, peut-être ont-ils dîné dans la vaisselle de l'Elysée ?

En tout cas ils ne doivent pas partager la même cantine que celle des salariés victimes de licenciements abusifs.  C'est ça la classe.

YG

Partager cet article
Repost0

Articles Récents