Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
29 janvier 2016 5 29 /01 /janvier /2016 11:23

 

 

Contre la prolongation de l'état d'urgence et sa constitutionnalisation

Contre la déchéance de nationalité

 

Rouen samedi 30 janvier à 14h30, place Saint Sever

 

Le Havre, 14h30, hôtel de ville

Refusons la déchéance de nationalité et la constitutionnalisation de l’état d’urgence

L’état d’urgence conduit à des décisions arbitraires, des dérives autoritaires. Depuis novembre 2015, plus de trois mille perquisitions sont intervenues. Tout comme les assignations à résidence, elles ont donné lieu à de nombreux dérapages, à un accroissement des discriminations à l’égard de populations déjà stigmatisées en raison de leur origine et/ou leur religion supposée ou réelle. Toutes ces mesures, dont l’efficacité n’est pas démontrée, mettent à mal la séparation des pouvoirs : l’exécutif s’accapare le pouvoir législatif et relègue le pouvoir judiciaire hors de son rôle de gardien des libertés.

Inscrire l’état d’urgence dans la Constitution, c’est graver dans le marbre ce régime d’exception qui permet l’action des forces de sécurité sans contrôle du juge. C’est habituer les citoyen-ne-s à un état d’exception. Avec les moyens ainsi mis en place, il faut s’inquiéter des pouvoirs sans contrôle donnés à ceux qui peuvent arriver aux manettes de l’Etat…

Inscrire le retrait de la nationalité française aux binationaux condamnés pour crimes terroristes, c’est porter atteinte au principe même d’égalité des citoyens, inscrit à l’article 2 de la Constitution, fondement de la République. C’est instituer, dans la loi fondamentale de notre pays, deux catégories de Français, ceux qui le seraient et ceux qui le seraient moins, au motif que leurs parents ou grands-parents ne l’étaient pas. C’est, de fait, remettre en cause le principe d’une nationalité française ancrée dans le droit du sol.

C’est aussi mettre dans la Constitution une mesure dont personne ne croit à l’efficacité en termes de lutte contre le terrorisme, mais réclamée depuis longtemps par le Front national.

C’est banaliser la logique du rejet de l’autre. C’est s’exposer à ce que d’autres majorités politiques élargissent le champ des actes conduisant à la déchéance de nationalité.

N’acceptons pas la gouvernance de la peur : exigeons la sortie de l’état d’urgence !

Nous affirmons qu’il est nécessaire et possible que l’Etat protège les habitants face au terrorisme, sans remettre en cause les droits et les libertés. Nous refusons une société du contrôle généralisé, une société qui glisse de la présomption d’innocence au présumé potentiellement coupable. Ne donnons pas satisfaction aux terroristes qui cherchent justement à nous faire renoncer à notre vie démocratique.

L’état d’urgence contribue au renforcement des préjugés racistes, aux amalgames et aux pratiques discriminatoires.

Notre pays a été blessé, mais loin d’en soigner les plaies, l’état d’urgence risque de les exacerber en appauvrissant notre démocratie, en délégitimant notre liberté. C’est pourquoi, nous demandons la levée de l’état d’urgence et l’abandon de cette réforme constitutionnelle.

Nous appelons tous les habitants de notre pays à développer la citoyenneté et à agir pour construire une société solidaire.

Manifestation à Rouen

samedi 30 janvier

à 14h30, place Saint Sever

 

Collectif de défense des libertés fondamentales: AFPS (Association France palestine Solidarité),ATTAC, CIMADE (Collectif Inter Mouvement Auprès des Evacués), Collectif 76 des salariés du social et médico-social, Collectif droits des femmes, CREAL (Comité de Réflexion et d'Action Laïque de Seine Maritime), DAL (Droit au Logement), Emancipation 76, Ensemble, FSU (Fédération Syndicale Unitaire), LDH de Rouen (Ligue des droits de l'homme), Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti de Gauche, Rasl'Front Rouen. Sgen-CFDT, Union Départementale CGT,Union Syndicale Solidaires 76, et Artisans du Monde, ASTI (Association de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés), Gauche Révolutionnaire, Pastorale des migrants, RESF (Réseau Education Sans Frontières),

Partager cet article
Repost0
27 janvier 2016 3 27 /01 /janvier /2016 11:46

Publié par Michel El Diablo

GRÈVE à AIR-FRANCE le 28 janvier 2016 pour le maintien de l’EMPLOI et la RÉINTÉGRATION des travailleurs injustement LICENCIÉS [Appel CGT]

Le mouvement social se poursuit à Air France. Le personnel de la compagnie est appelé à faire grève le 28 janvier, jour du premier comité central d’entreprise (CCE) de 2016, par la CGT qui demande notamment l’arrêt des licenciements et des poursuites judiciaires dans l’affaire de la « chemise arrachée ».

« En 2016 aussi, nous ne lâcherons rien », écrit vendredi dans un communiqué l’Ugict-CGT appelant les salariés, personnel au sol et navigant, à faire grève pour dire « non aux licenciements et à la sous-traitance », ainsi qu’à la « filialisation ».

3.000 suppressions de postes envisagées

Dans les deux prochaines années, 3.000 suppressions de postes sont envisagées à Air France. Un millier de départs sont actés pour 2016 et 2.000 en 2017, si la direction ne trouve aucun accord avec ses pilotes d’ici à février.

Un projet de filiale continentale a également refait surface en novembre dernier sous le nom de Transavia Périphérique, après l’abandon du projet Transavia Europe qui avait en partie motivé une grève historique de deux semaines des pilotes en septembre 2014.

La CGT souhaite la réintégration des salariés poursuivis

Air France-KLM a ainsi annoncé l’ouverture prochaine d’une base à Munich, sous l’égide de Transavia Holland.

La CGT demande également le retrait des plaintes et l’arrêt des poursuites judiciaires à l’encontre des cinq salariés poursuivis pour « violences » envers deux cadres et des vigiles, en marge d’un comité central d’entreprise (CCE) consacré le 5 octobre à une restructuration. Elle demande leur réintégration, estimant qu’ils ont été « injustement licenciés ».

 

SOURCE : "20 minutes"

28 JANVIER 2016 : GREVE A AIR-FRANCE

LIRE (EN LIEN CI-DESSOUS) LE TRACT DE LA CGT AIR-FRANCE: 

La UNE de "L'Humanité Dimanche" du 24 décembre 2015 :

GRÈVE à AIR-FRANCE le 28 janvier 2016 pour le maintien de l’EMPLOI et la RÉINTÉGRATION des travailleurs injustement LICENCIÉS [Appel CGT]
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 18:46

Publié le 16 Janvier 2016

Plus haut plus vite plus loin
Pensée du jour

Rédigé par Canaille Lerouge

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 14:05
Goodyear : L'UD-CGT 76 dénonce l'indigne condamnation des 8 salariés et les dénis de justice commis à l'encontre des salariés qui osent se défendre
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 10:51
Goodyear : Soutien de l'UL-CGT du Havre
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2016 6 16 /01 /janvier /2016 09:46
Partager cet article
Repost0
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 21:27

Publié par Michel El Diablo

Prison ferme contre 8 syndicalistes de Goodyear ! LA CGT, TOUTE LA CGT, NE LAISSERA PAS EMPRISONNER SES MILITANTS !

Prison ferme contre 8 syndicalistes : Le gouvernement devra rendre compte !

Communiqué de presse commun CGT, FNIC CGT, UD 80, UL AMIENS Z.I., SYNDICAT CGT Goodyear

Les 7 longues années de lutte des salariés de Goodyear, face à la multinationale, ont été marquées de conflits durs et âpres avec un patronat violent ayant recours à des vigiles, des hommes de main omniprésents dans les ateliers, l’entreprise, pour faire peur, faire taire les salariés et leur faire accepter la fermeture de leur usine.

Toutes les plaintes des militants CGT Goodyear pour que le droit du travail, la santé des salariés soient respectés, ont été déposées au commissariat, transmises au Procureur de la République ; mais mises au panier et classées sans suite.

Après 7 années de combat, un accord est signé entre la direction et la CGT, avec des dimensions sociales et l’abandon de toutes les procédures judiciaires à l’encontre des militants CGT.

Le Procureur de la République, sans doute soutenu par sa hiérarchie, voire le 1er Ministre, décide seul de poursuivre l’action devant les tribunaux contre 8 militants CGT. Il demande au juge de condamner ces 8 militants à 24 mois de prison dont la moitié ferme. Le juge vient de prendre la décision de suivre le pro- cureur en condamnant 8 représentants des salariés de Goodyear à 24 mois de prison dont 9 mois fermes avec 5 années de mise à l’épreuve.

Défendre les intérêts des salariés devient ainsi un délit aux yeux de ce pouvoir qui prétend rendre justice dans le pays ! Justice à soi-même, puisqu’il n’y a plus aucune plainte de la société Goodyear, ni de quelconque !

POURQUOI TANT DE HARGNE CONTRE LA CGT ?

C’est la première fois dans l’histoire de la République que, sous un gouvernement dit « de gauche », de telles peines sont infligées à des syndicalistes. Le gouvernement devra rendre des comptes aux salariés, à la population, aux électeurs le moment venu.

Le gouvernement est responsable de la justice de son pays ! Une justice qui place le militant syndical au rang de délinquant est une justice de classe.

Le contexte actuel qu’utilise le gouvernement de « l’état d’urgence » ne justifie pas la mise en cause de l’activité et de l’action syndicales. Cette décision est un choix politique répressif contre les droits et liber- tés des citoyens à se défendre dans leur travail avec les syndicats, ce que dénonce la CGT depuis l’instauration de « l’état d’urgence ».

LA CGT, TOUTE LA CGT, NE LAISSERA PAS EMPRISONNER SES MILITANTS !

Si le gouvernement veut déclarer la guerre au syndicalisme CGT, il devra en assumer les conséquences.

Toute la CGT, tous ses militants avec les salariés et tous ceux, pour qui la justice n’est pas un instrument politicien, sont appelés à organiser la riposte.

L’APPEL CONTRE CETTE DÉCISION EST ENGAGÉ ET DÈS MAINTENANT, PARTOUT, DES COMITÉS DE DÉFENSE POUR LES DROITS ET LIBERTÉS DOIVENT ORGANISER, RASSEMBLER, MOBILISER L’ENSEMBLE DES SALARIÉS, DE LA POPULATION CIVILE POUR LE RESPECT DES DROITS ET LIBERTÉS INDIVIDUELLES ET COLLECTIVES.

La CGT

Montreuil, le 12 janvier 2016

 

SOURCE: La CGT

 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 19:20
Arrestation de cadres du HDP en Turquie
Publié le 11/01/2016 

Reuters, 11 janvier 2016 :

La police turque a arrêté vendredi plusieurs dirigeants du HDP, ont annoncé des responsables de la formation politique pro-kurdes au surlendemain d’un appel à la fermeté lancé par le président Recep Tayyip Erdogan.

Selon l’agence de presse Anatolie, la police anti-émeutes et des forces spéciales ont participé à cette opération liée à la répression menée contre la branche jeunesse du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

 

Les responsables du HDP n’ont pas précisé les motifs qui ont mené aux arrestations.

Recep Tayyip Erdogan et le gouvernement accusent le HDP pro-kurdes, troisième parti politique au Parlement, d’être le prolongement du PKK. Le HDP s’en défend et dit condamner la violence et réclame un règlement pacifique du conflit.

Erdogan : la dictature s'alourdit en Turquie.  Où est l'indignation occidentale ?
Partager cet article
Repost0
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 17:15
France - Arabie saoudite : une si étroite amitié

Paris a condamné du bout des lèvres les 48 exécutions réalisées par Ryad. Car depuis trois ans et demi, la plupart de nos initiatives diplomatiques n’ont qu’un seul objectif: faire ami-ami avec l’Arabie saoudite. Et attirer les milliards des princes Saoud.

François Hollande avec le roi Salmane, en mai 2015. (Christophe Ena/AP/SIPA)François Hollande avec le roi Salmane, en mai 2015. (Christophe Ena/AP/SIPA)

Tout commence pendant la campagne électorale de 2012. Animée par Hubert Védrine, l’équipe qui conseille François Hollande en matière de politique étrangère émet plusieurs propositions au candidat socialiste.

La première : rééquilibrer notre diplomatie dans le Golfe, exclusivement tournée par Nicolas Sarkozy vers le Qatar, au profit de l’Arabie saoudite. Le futur locataire de l’Elysée est tout à fait d’accord.

Il se souvient que son modèle, François Mitterrand, avait effectué son premier voyage à l’étranger, en septembre 1981, à Riyad, et cela afin de remercier le roi Khaled d’avoir soutenu le franc, très attaqué juste après son élection. Tout naturellement, pour son premier déplacement au Moyen-Orient, en novembre 2012, François Hollande se rend en Arabie. Le 31 août 2013, le rapprochement s’accélère. Ce jour-là, Barack Obama renonce au dernier moment à bombarder les installations chimiques de Bachar al-Assad, que les Saoud détestent.

Premier partenaire commercial de la France dans le Golfe

François Hollande et le roi d’Arabie pestent ensemble contre le leadership émoussé de la Maison Blanche. La France a une carte à jouer. Quelques semaines plus tard, Laurent Fabius s’oppose publiquement à la signature d’un accord entre l’Iran et les six grandes puissances sur le nucléaire, jugé trop favorable à Téhéran, l’autre ennemi intime de l’Arabie. L’alliance Paris-Riyad est scellée.

En gage d’amitié, fin décembre 2013, le roi promet à François Hollande 15 milliards d’investissement en France. Il accepte aussi de financer l’achat par le Liban de 3 milliards d’armes françaises. En janvier, la mort du roi Abdallah inquiète Paris. Le nouveau souverain va-t-il poursuivre le rapprochement sonnant et trébuchant ? Réponse un mois plus tard : en février, l’Egypte achète 24 Rafale sur un budget étatique totalement renfloué par l’Arabie saoudite.

En mai, François Hollande est reçu en héros à Riyad (troisième visite dans le royaume saoudien). On parle d’une vingtaine de projets économiques pour des dizaines de milliards d’euros. Mais pas - ou si peu - des 38 exécutions capitales réalisées au cours du seul premier trimestre dans le royaume. L’abolition de la peine de mort est pourtant l’un des thèmes de campagne favoris du Quai d’Orsay.

Vincent Jauvert

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2016 4 07 /01 /janvier /2016 10:52
Un maître de conférence d'Avignon poursuivi après avoir ironisé sur les "blancos" de Manuel Valls

Un maître de conférences de l'université d'Avignon (UAPV) est convoqué devant le tribunal correctionnel le 27 janvier pour avoir, dans des mails internes à son établissement, ironisé et repris des déclarations de Manuel Valls sur les "blancos".

  • Par Anne Le Hars
  • Publié le 06/01/2016 | 08:12

L'Université d'Avignon. © Google Maps

© Google Maps L'Université d'Avignon.

Bernard Mezzadri, 55 ans, comparaîtra pour provocation à la haine ou à la violence à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance à une ethnie, une nation, une race, selon la citation à comparaître consultée par l'AFP.
 

Manuel Valls de "chasseur de Roms"

Il lui est reproché, dans un échange de messages, d'avoir notamment déclaré, évoquant une rencontre à venir entre la direction de son établissement et le Premier ministre Manuel Valls: "J'espère qu'en cette grande occasion la délégation de l'UAPV comptera suffisamment de +blancos+ (et pas trop de basanés)". Il qualifiait également dans son message Manuel Valls de "chasseur de Roms".

Ces propos faisaient notamment écho à des images de Manuel Valls datant de 2009, dans lesquelles celui qui était alors député-maire d'Evry (Essonne) demandait à ses équipes de rajouter des "whites" et des "blancos" dans le décor.

[...]

Lire la suite sur le site de Fr3 Provence-Alpes

Partager cet article
Repost0

Articles Récents