Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
2 mai 2022 1 02 /05 /mai /2022 05:32
Mémoire et Histoire - Violences politiques en Ukraine en septembre 2014 - 23 militants communistes arrêtés par la police et le SBU à Kharkov pour avoir organisé et participé à une manifestation pour la paix - Qui les soutenus et défendus en Europe ?
Mémoire et Histoire - Violences politiques en Ukraine en septembre 2014 - 23 militants communistes arrêtés par la police et le SBU à Kharkov pour avoir organisé et participé à une manifestation pour la paix - Qui les soutenus et défendus en Europe ?
Lu sur le site de Nicolas Maury le 27 septembre 2014
23 militants communistes, dont la Première secrétaire du Comité régional du KPU, Alla Aleksandrovsk, ont été arrêté par la police et le SBU à Kharkov après une manifestation pour la paix dans le Donbass - article et traduction Nico Maury

Les communistes ukrainiens ont appelé à manifester pour la paix dans le Donbass, 1300 personnes ont défilé pour la paix à Dnepropetrovsk, 1500 à Odesssa, un millier à Kiev et Nikolaev. A Zaporozhye et Kharkov, la police et les services secrets ont dispersé par la force les rassemblements des communistes.

La police a arrêté 23 personnes dans le centre de Kharkov. Selon Arsen Avakov (ministre de l'intérieur) la Première secrétaire du Comité régional de Kharkov du Parti communiste, Alla Aleksandrovsk faisait parti des 23 prisonniers. Des véhicules blindés ont été déployé pour "sécuriser" la ville.

"Pravy Sektor" et la police main dans la main contre les communistes

La veille l'organisation néonazie (soutenue par l'UE et bras armé de la junte fasciste de Kiev) a attaqué les communistes et leurs sympathisants. Les communistes de Kharkov étaient rassemblés pour la campagne législative. Les activistes néonazies ont détruit la matériel de propagande du KPU et ont déclaré que "Kharkiv (nom ukrainien de Kharkov) est et restera une ville ukrainienne". La police n'est pas intervenue. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
13 mars 2022 7 13 /03 /mars /2022 16:42

Par Alexandre Devecchio. LE FIGARO

Réservé aux abonnés : https://www.lefigaro.fr/vox/monde/andrei-makine-pour-arreter-cette-guerre-il-faut-comprendre-les-antecedents-qui-l-ont-rendue-possible-20220310

10 mars 2022

Lu sur : https://artofuss.blog/2022/03/10/andrei-makine-pour-arreter-cette-guerre-il-faut-comprendre-les-antecedents-qui-lont-rendue-possible/

 

 

«Je regrette que l’on oppose une propagande européenne à une propagande russe», dit Andreï Makine. Philippe QUAISSE / PASCO POUR LE FIGARO MAGAZINE

FIGAROVOX/ENTRETIEN – L’académicien franco-russe, prix Goncourt 1995, s’afflige de voir l’Ukraine transformée en «chaudron guerrier». Il se défend d’être pro-Kremlin et regrette une vision «manichéenne» du conflit «qui empêche tout débat».

Andreï Makine, né en Sibérie, a publié une douzaine de romans traduits dans plus de quarante langues, parmi lesquels Le Testament français(prix Goncourt et prix Médicis 1995), La Musique d’une vie (éd. Seuil, 2001), et, plus récemment, Une femme aimée (Seuil). Il a été élu à l’Académie française en 2016.


FIGAROVOX. – En tant qu’écrivain d’origine russe, que vous inspire cette guerre ?

Andreï MAKINE. – Pour moi, elle était impensable. J’ai en tête les visages de mes amis ukrainiens à Moscou, que je voyais avant tout comme des amis, pas comme des Ukrainiens. Le visage de leurs enfants et de leurs petits-enfants, qui sont dans ce chaudron guerrier. Je plains les Ukrainiens qui meurent sous les bombes, tout comme les jeunes soldats russes engagés dans cette guerre fratricide. Le sort du peuple qui souffre m’importe davantage que celui des élites. Comme le disait Paul Valéry«la guerre, ce sont des hommes qui ne se connaissent pas et qui se massacrent au profit d’hommes qui se connaissent et ne se massacrent pas».

Une partie de la presse vous qualifie d’écrivain pro-Poutine. L’êtes-vous ?

C’est une journaliste de l’AFP qui m’a collé cette étiquette il y a une vingtaine d’années. C’était juste après le départ de Boris Eltsine dont le bilan était catastrophique pour la Russie. Je lui avais expliqué que Eltsine, dans un état d’ébriété permanent, avec la responsabilité du bouton atomique, représentait un vrai danger. Et que j’espérais que la Russie pourrait devenir un peu plus rationnelle et pragmatique à l’avenir. Mais elle a titré : «Makine défend le pragmatisme de Poutine». Comme c’était une dépêche de l’AFP, cela a été repris partout. Et lorsque je suis entré à l’Académie, un grand hebdo, dont par charité je tairai le nom, a, à son tour, titré : «Makine, un Poutinien à l’Académie»… Cela en dit long sur le monde de mensonge dans lequel nous vivons.

Vous condamnez l’intervention russe…

Mon opposition à cette guerre, à toutes les guerres, ne doit pas devenir une sorte de mantra, un certificat de civisme pour les intellectuels en mal de publicité, qui tous cherchent l’onction de la doxa moralisatrice. À force de répéter des évidences, on ne propose absolument rien et on en reste à une vision manichéenne qui empêche tout débat et toute compréhension de cette tragédie. On peut dénoncer la décision de Vladimir Poutine, cracher sur la Russie, mais cela ne résoudra rien, n’aidera pas les Ukrainiens.

Pour pouvoir arrêter cette guerre, il faut comprendre les antécédents qui l’ont rendue possible. La guerre dans le Donbass dure depuis huit ans et a fait 13 000 morts, et autant de blessés, y compris des enfants. Je regrette le silence politique et médiatique qui l’entoure, l’indifférence à l’égard des morts dès lors qu’ils sont russophones. Dire cela, ne signifie pas justifier la politique de Vladimir Poutine. De même que s’interroger sur le rôle belliciste des États-Unis, présents à tous les étages de la gouvernance ukrainienne avant et pendant la «révolution du Maïdan», n’équivaut pas à dédouaner le maître du Kremlin. Enfin, il faut garder à l’esprit le précédent constitué par le bombardement de Belgrade et la destruction de la Serbie par l’Otan en 1999 sans avoir obtenu l’approbation du Conseil de sécurité des Nations unies. Pour la Russie, cela a été vécu comme une humiliation et un exemple à retenir. La guerre du Kosovo a marqué la mémoire nationale russe et ses dirigeants.

[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
28 février 2022 1 28 /02 /février /2022 15:01
 Crédit Photo:  « Maudite soit la guerre » : le monument aux morts de Gentioux, dans la Creuse.

Crédit Photo: « Maudite soit la guerre » : le monument aux morts de Gentioux, dans la Creuse.

Lu sur "Faire vivre le PCF"

Comment arrêter la guerre ?

La guerre d’Ukraine n’a pas commencé le 24 février

La tendance belliciste qui peut entraîner le monde vers sa destruction vient de connaître une brutale accélération. Les principes de prudences qui réfrénaient depuis la fin de la seconde guerre mondiale et au long de la guerre froide l’affrontement militaire des puissances sur le sol européen, ont un à un été bafoué, après la chute de l’union soviétique. L’OTAN a commencé en 1999 en bombardant Belgrade pendant deux mois pour imposer l’indépendance du Kosovo. Depuis, les jeux de guerres et les alliances sans principes ont repris comme en 14 dans un monde tiraillé par les rivalités entres puissances émergentes et puissances installées.

Le président Vladimir Poutine et son gouvernement, emporté par cette dynamique mortifère, ont choisi de tenter un coup de poker dangereux d’abord en essayant de jouer la carte du bluff pour obtenir des concessions de leurs adversaires puis en entrant en Ukraine. Nous condamnons fermement cette décision dont personne ne peut prédire le coût humain, ni si la réaction en chaîne qui peut en découler peut être maîtrisée, même par ses propres initiateurs.

il est urgent de trouver les conditions d’un cessez-le feu et d’ouvrir de vraies négociations sur la sécurité de tous et la paix en Europe !

Mais la guerre en Ukraine n’a pas commencé le 24 février par l’entrée de troupes russes. Depuis des années, les bombardements n’ont pas cessé sur le Donbass. Les affrontements entre forces séparatistes et armée de Kiev ont fait 14 000 morts depuis 2014. L’incapacité des dirigeants du monde à construire la paix n’est pas due à la folie de l’un ou des autres, mais aux enjeux géopolitiques, notamment du gaz, qui sont les vraies motivations de la guerre. Les nationalismes de chaque coté sont utilisés au service de ces intérêts économiques.

La démocratie en Ukraine n’a pas commencé en 2014. Des oligarques soutenues par les USA ont remplacés d’autres oligarques soutenus par la Russie en utilisant un mouvement social fortement organisé par des milices ouvertement néonazies. La secrétaire US interrogée sur place sur les risques pour l’Europe avait répondu brutalement "Fuck UE". Depuis, l’Ukraine s’enfonce dans la corruption et l’appauvrissement. L’émigration se poursuit. Le pays a perdu 10 millions d’habitants (22%) depuis son indépendance en 1991, un million depuis 2014.

La paix mondiale n’est pas menacée depuis des années par le nationalisme russe, mais par les guerres et interventions militaires aux dizaines de milliers de victimes conduites notamment dans le moyen-orient par les USA qui représentent à eux seul la moitié des dépenses militaires mondiales.

La guerre ne finira pas en Ukraine sans faire reculer l’affrontement géopolitique généralisé organisé par les USA, sans remettre en cause la croissance des dépenses militaires poussée par les USA, sans mettre en œuvre le traité sur l’interdiction des armes nucléaires, sans remettre en cause l’OTAN et redonner à l’ONU un rôle prépondérant sur toutes les alliances militaires.

La démocratie ne se construira pas en Ukraine comme en Russie sur un modèle occidental finissant, dominé par l’argent et les plus riches, les populismes les plus vils, une médiatisation outrancière qui construit des fractures béantes entre citoyens. La démocratie doit être réinventée à l’Est comme à l’Ouest, d’abord en affirmant la souveraineté nécessaire des peuples, leur droit à l’indépendance politique et économique, en refusant que les intérêts privés des multinationales pèsent sur le droit des acteurs sociaux à organiser la société, à construire leur histoire démocratique comme ils l’entendent.

Reconstruire un mouvement mondial pour la paix est une urgence, un mouvement qui dénonce toutes les guerres, celles des USA sur toute la planète, de la France en Afrique. Les guerres ne sont motivées que par les enjeux économiques de l’accès aux ressources naturelles. Comme disait Jaurès, le capitalisme porte en lui la guerre comme la nuée l’orage. On ne peut défendre la paix en s’installant dans les valises médiatiques des armées occidentales, en reprenant leurs justifications mensongères. Ils nous ont menti pour bombarder Belgrade, l’Irak, la Libye. Nous n’acceptons plus un récit occidental au service de la militarisation de la planète.

La solidarité internationale entre les peuples exige d’affronter le capitalisme dans chaque pays et les logiques impérialistes.

Le peuple ukrainien comme le peuple russe ont besoin de notre solidarité. Elle commence par agir contre notre propre gouvernement pour refuser toute vente d’armes, en finir avec les interventions "extérieures", sortir de l’OTAN et imposer le droit de l’ONU sur toute alliance militaire.

Partager cet article
Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 15:54

Partager cet article
Repost0
24 février 2022 4 24 /02 /février /2022 10:12

Cet article a été écrit le 22 février.  Il ne tient donc pas compte de l'entrée en guerre de la Russie contre l'Ukraine.  Mais il éclaire la position de la Chine.

Les Nations Unies tiennent une réunion d’urgence sur la question ukrainienne au siège des Nations Unies à New York le 21 février 2022. Photo : IC

Les Nations Unies tiennent une réunion d’urgence sur la question ukrainienne au siège des Nations Unies à New York le 21 février 2022. Photo : IC

Cet article paru dans le tabloïd très officiel chinois Global Times et signé par des signatures prestigieuses constitue la position de la Chine, même si le lien entre la Chine et la Russie se renforce sur le plan stratégique, la Chine conserve une autonomie bienveillante mais axée d’abord sur la paix et il n’y aura pas de paix tant que les demandes de sécurité de la Russie ne seront pas prises en compte et ceci est vrai au niveau mondial. L’analyse par ailleurs explique que Poutine en bon joueur d’échec a mesuré la faiblesse de l’occident et qu’il s’agit d’un moment opportun pour faire prendre en compte ses préoccupations légitimes, mais la seule solution est diplomatique pour obtenir une paix durable. Les Chinois comme tous les peuples du sud sont assez contents que l’abcès de fixation soit en Europe et concerne donc l’occident. Par parenthèse après avoir écouté le discours de Strasbourg de Fabien Roussel, je pense que celui-ci a choisi le seul axe possible vu l’orientation de sa campagne et le fait de se situer d’un point de vue français. Mais comme nous ne sommes que dans les débuts d’une situation internationale et pas seulement en Ukraine, il faut comme je n’ai cessé de le répéter que le PCF ait une meilleure connaissance des dossiers internationaux, équivalente à celle des dossiers nationaux. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

La crise ukrainienne connaît de nouvelles évolution puisque la Russie a décidé de reconnaître deux régions de l’est de l’Ukraine comme « États indépendants et souverains », et que le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni sur la question, la Chine appelant toutes les parties à poursuivre le dialogue et les consultations et à rechercher des solutions raisonnables.

La situation montre que la Russie ayant constaté la faiblesse de l’Occident dirigé par les États-Unis a décidé de prendre des mesures plus directes pour pousser les États-Unis et l’OTAN à répondre à ses préoccupations en matière de sécurité, et en reconnaissant les deux régions comme des États souverains, les forces russes seraient en mesure d’y entrer ouvertement.

Le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé au règlement pacifique du conflit dans l’est de l’Ukraine, conformément aux accords de Minsk, approuvés par le Conseil de sécurité dans la résolution 2202 (2015).

La Chine est préoccupée par l’évolution de la question ukrainienne et sa position sur la question ukrainienne a été cohérente, a déclaré mardi le conseiller d’Etat et ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi au secrétaire d’Etat américain Antony Blinken lors d’un appel téléphonique sur demande. Les préoccupations légitimes de tout pays en matière de sécurité doivent être respectées et les buts et principes de la Charte des Nations Unies doivent être respectés, a déclaré M. Wang.

[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2021 5 15 /01 /janvier /2021 10:00

Cet article est reposté depuis Bordeaux-moscou... Loubianka..

Partager cet article
Repost0

Articles Récents