Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
10 avril 2019 3 10 /04 /avril /2019 22:51

Les résultats des élections israéliennes vont ce matin dans le sens d’un nouveau mandat pour Benyamin Netanyahou.

Même si une autre issue aurait pu au moins entrouvrir l’horizon, il convient de noter qu’aucun des grands partis ne s’est positionné dans une perspective de paix entre Israéliens et Palestiniens : 71 ans après le massacre de Deir Yassin (un autre 9 avril), la société israélienne, dans sa grande majorité, détourne le regard et se révèle incapable d’affronter ses responsabilités historiques.

Massivement soutenu par Trump et par tout ce que la planète compte d’extrême-droite, Netanyahou avait clairement affiché la couleur sur son projet politique : disparition de tout espoir de création d’un État palestinien, annexion d’une grande partie de la Cisjordanie, maintien de la division politique entre ce qui resterait de la Cisjordanie et la Bande de Gaza, déni complet du droit au retour des réfugiés palestiniens et renforcement de l’apartheid.

Si l’on y ajoute la perspective de publication du « plan de paix » de Trump qui ira évidemment dans le même sens, la menace est immense pour le peuple palestinien, et plus largement pour la paix dans cette région du monde.

Cela fait longtemps que les mots ne suffisent plus, mais cette fois la France, les États européens soucieux d’un minimum de droit, et l’Union européenne elle-même sont au pied du mur. Il est grand temps de réaffirmer la primauté du droit sur la force en reconnaissant enfin l’État de Palestine, dans ses frontières d’avant 1967 avec Jérusalem Est pour capitale. Il est grand temps de rappeler aussi que l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël n’a plus de sens si cet État viole systématiquement le droit international et le droit humanitaire.

Ce n’est pas seulement l’avenir du peuple palestinien qui est en jeu, c’est celui d’un monde où l’on pourra encore défendre le droit contre la force brute et la loi de la jungle.

Le Bureau national de l’AFPS, 10 avril 2019

Partager cet article
Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 17:20

Février 2019, Munich. La 55ème édition de la Conférence annuelle sur la Sécurité a laissé beaucoup de participants occidentaux désemparés. Jamais les tensions entre alliés de part et d’autre de l’Atlantique n’avaient paru aussi fortes.

Il y a d’abord la guerre commerciale que le président américain entend mener contre l’Europe, contre l’Allemagne en particulier. Ensuite, sur le plan diplomatico-militaire, les défenseurs d’une « autonomie stratégique » du « pilier européen » au sein de l’Alliance atlantique se sont une nouvelle fois confrontés aux partisans d’un monopole de l’OTAN. Autre empoignade : Washington voudrait contraindre Paris, Berlin et Londres à dénoncer l’accord nucléaire signé en 2015 avec Téhéran. Par ailleurs, le bras de fer se poursuit entre dirigeants américains et allemands sur le doublement du gazoduc Nord Stream qui fournit du gaz russe à l’économie d’outre-Rhin. Enfin, les Etats-Unis jettent aux orties le traité signé avec Moscou en 1987 interdisant les missiles à moyenne portée en Europe. Les dirigeants européens reprennent certes l’argument américain accusant la Russie de violer ledit accord, mais trouvent tout de même saumâtre d’être mis devant le fait accompli alors même qu’il s’agit de la sécurité du Vieux continent.[...]

La suite sur le site de Ruptures ici : https://ruptures-presse.fr/actu/conference-securite-munich-pence-merkel/

 

Partager cet article
Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 17:49

Après avoir été emprisonnée pendant sept ans dans des conditions draconiennes qui l’ont conduite au suicide à deux reprises, la dénonciatrice Chelsea Manning a de nouveau été jetée derrière les barreaux pour avoir défendu la transparence gouvernementale. Manning a été emprisonnée pour outrage à la cour après avoir refusé de témoigner devant un grand jury lié à Assange et WikiLeaks, en déclarant qu’elle ’acceptera tout ce que vous me ferez subir’.

Le juge a dit qu’elle restera en prison jusqu’à ce qu’elle témoigne ou jusqu’à ce que le grand jury ait terminé son travail ’, rapporte AP.

Chelsea peut être incarcérée pour le reste du grand jury [jusqu’à 18 mois], et le mandat du grand jury peut être prolongé de six mois ’, a déclaré Moira Meltzer-Cohen, avocate de Manning, à Business Insider.

« Notez que l’emprisonnement de Manning n’est pas une ’punition’, a tweeté WikiLeaks. Elle a été formellement emprisonnée pour la ’contraindre’ à témoigner contre nos journalistes (dont Assange) pour avoir publié la vérité sur le gouvernement US. Elle restera en prison jusqu’à ce qu’elle cède et se conforme ou qu’elle gagne en appel.’[...]

La suite ici : https://www.legrandsoir.info/chelsea-manning-emprisonnee-de-nouveau-pour-la-contraindre-de-temoigner-contre-wikileaks.html

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2019 1 11 /03 /mars /2019 18:35

 Par Ellen Nakashima

Sur le site "Les crises"

 

Source : The Washington Post, Ellen Nakashima, 20-09-2018

John Bolton, conseiller à la sécurité intérieure, après sa rencontre avec son homologue russe à la mission des États-Unis d’Amérique à Genève : « Nous ne sommes plus pieds et poings liées comme sous l’administration Obama » (Fabrice Coffrini/AFP/Getty Images)

Article d’Ellen Nakashima

Extraits

20 septembre

"Jeudi, John Bolton, conseiller à la sécurité intérieure, a déclaré que la Maison Blanche a « autorisé des cyber-opérations offensives » contre les adversaires des États-Unis, conformément à une nouvelle mesure qui facilite les règles d’utilisation des armes numériques afin de protéger la nation.

« Nous ne sommes plus pieds et poings liées comme sous l’administration Obama » a-t’il également déclaré lors d’une séance d’information sur la nouvelle stratégie cybernétique américaine.

Il n’a pas donné de détails sur la nature de ces opérations offensives, ni sur leur importance ou encore sur les comportements nuisibles qu’elles sont sensées contrer."

" Des personnes, familières de cette mesure, qui ont parlé sous couvert d’anonymat, ont expliqué que dans l’ensemble, la directive du président – la « National Security Presidential Memorandum » ou NSPM 13 [Mémorandum présidentiel numéro 13 sur la sécurité intérieure, NdT] – donne à l’armée la liberté d’engager des actions qui tombent sous le coup de l’usage de la force ou qui pourraient entraîner des morts, des destructions ou bien avoir d’importantes conséquences économiques, sans passer par de longues démarches pour obtenir les autorisations nécessaires. "

L'intégralité de l'article ici : https://www.les-crises.fr/la-maison-blanche-autorise-les-cyber-operations-offensives-pour-dissuader-ses-adversaires-etrangers-par-ellen-nakashima/

 

Partager cet article
Repost0
19 février 2019 2 19 /02 /février /2019 17:44
Partager cet article
Repost0
18 février 2019 1 18 /02 /février /2019 00:21

19 févr. 2017 sur RT France

Une manifestation contre l’OTAN a eu lieu à Munich au moment où la Conférence sur la sécurité s'y déroule. Les protestataires réclamaient la suppression l’Alliance atlantique et manifestaient leur solidarité avec les réfugiés.

Plus de 1 500 militants pour la paix se sont rassemblés le 18 février sur la place Karlsplatz, à Munuich. Ils se sont dirigés vers l’hôtel Bayerischer Hof, bouclé par la police, afin de garantir la sécurité de la Conférence sur la sécurité qui s'y déroulait. Les manifestants réclamaient la suppression de l’OTAN, le désarmement global et plus de solidarité avec les réfugiés.

Ce rassemblement était organisé par le groupe de gauche, Aktionsbündnis Gegen die Nato-Sicherheitskonferenz (l’Alliance contre la Conférence de l’OTAN sur la sécurité) ou Anti-Siko tout court.

Selon Anti-Siko, les participants à la Conférence de Munich sur la sécurité sont des membres de l’OTAN pour la plupart et sont «responsables pour les réfugiés, la guerre, la pauvreté et les catastrophes écologiques». «Contrairement à leur image, ils ne se préoccupent pas de la résolution pacifique des conflits, de la sécurité des personnes dans le monde mais du maintien de leur suprématie globale et des intérêts des corporations multinationales», peut-on lire sur le site du groupe.

Lire l'article intégral et voir la vidéo :

Partager cet article
Repost0
9 février 2019 6 09 /02 /février /2019 18:18
Caracas. 7 heures du matin. Le soleil se pose sur les montagnes de l’Avila entourant la ville, qui commence à fourmiller. Des files de personnes descendent la colline où se perche le barrio El Manicomio pour rejoindre l’avenue Sucre, l’artère principale qui se faufile entre les quartiers populaires de l’Ouest de la Capitale. Des dizaines d’enfants en uniforme scolaire, certains cavalant d’autres aux mains de leurs mamans prennent le chemin de l’école. Je pense à ma fille qui elle, en raison d’un conflit social en France, restera à la maison.
 
A quelques encablures de là, des militaires en armes boivent un café au check point qui mène à Miraflores, le Palais Présidentiel. L’image de Caracas respirant la normalité contraste brutalement avec celle que l’on peut avoir d’un pays menacé d’intervention militaire par l’administration Trump.
 
Une vie quotidienne à mille lieux des annonces de la « révolution vénézuélienne » qui commence à s’imposer dans nos médias.[...]
 
La suite ci-dessous :
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2018 2 18 /12 /décembre /2018 17:48
Partager cet article
Repost0
24 novembre 2018 6 24 /11 /novembre /2018 18:19

L’«armée européenne» que veut le président français est une chimère, et la progression de l’intégration militaire de l’UE et la posture anti-russe vont à l’encontre des intérêts des peuples, pointe Pierre Lévy, rédacteur en chef du mensuel Ruptures.

Le maître de l’Elysée ne craint pas la contradiction, ni le cynisme. Il a réussi l’exploit de prononcer un vibrant plaidoyer pour la paix, à l’occasion du Forum du même nom le 11 novembre, sans faire allusion à l’un des conflits actuels les plus sanglants : l’agression barbare menée par la coalition autour de l’Arabie saoudite contre le Yémen. Avec le soutien occidental, et des armes notamment françaises.

Une véritable armée européenne est impensable, tant les approches et les intérêts au sein même de l’Union européenne sont divergents

Surtout, quelques jours auparavant, Emmanuel Macron avait appelé de ses vœux la création d’une «véritable armée européenne». Est-ce ainsi que le président entend tourner le dos à «l’ancien monde», un des slogans récurrents de sa campagne ?

Car le moins que l’on puisse dire est que le projet n’est pas franchement nouveau. Il avait failli voir le jour en… 1954 sous le nom de Communauté européenne de défense (CED). Mais une majorité au sein du Parlement français (par une conjonction des voix de députés communistes, gaullistes et d’autres républicains) avait fait capoter cette première tentative. 

En 2006, Laurent Fabius relançait cette chimère dans une tribune publiée par Le Monde (22/05/2006). Il y proposait notamment le «grand dessein» d’une intégration militaire européenne avec comme étape une armée unique franco-allemande «à l'horizon 2014, soit cent ans après Verdun».[...]

La suite en cliquant ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2018 2 13 /11 /novembre /2018 18:08

par

sur Bastamag

Au moins 918 soldats français ont été exécutés entre 1914 et 1918. Ce qui fait de l’armée française celle qui a le plus fusillé, avec l’armée italienne, loin devant l’Allemagne et les pays anglo-saxons, selon la comptabilité officielle. Si plusieurs soldats condamnés à mort ont, depuis, été réhabilités, le sujet, un siècle plus tard, suscite toujours la controverse. Tour d’Europe des « fusillés pour l’exemple ».

Quelques 918 militaires français ont été fusillés pour l’exemple pendant la « Grande guerre ». La grande majorité n’a pas été exécutée pendant les mutineries de 1917, mais pendant la première année du conflit, de septembre 1914 à octobre 1915. 918 fusillés pour l’exemple : cela peut sembler statistiquement dérisoire par rapport aux 1,3 million de soldats « morts pour la France ». Mais cette pratique de l’état-major fait peser sur la troupe une menace permanente, quand bien même le recours aux exécutions capitales n’a jamais été systématique. Facilitée par le rétablissement des Conseils de guerre entre 1914 et 1916, la peine de mort est froidement réglementée par un décret de 1909. Une réglementation qui précise même les modalités du coup de grâce, administré « avec un revolver dont le canon est placé juste au-dessus le l’oreille et à cinq centimètres du crâne ».

Photographie de couverture

André  Bach   Fusillés pour l'exemple - 1914-1915 -Tallandier 2003

 

Un siècle plus tard, les fusillés pour l’exemple continuent de hanter l’imaginaire littéraire et cinématographique. Leur réhabilitation fait toujours débat, montrant une continuité de fait entre l’institution militaire capable de fusiller ses soldats et une République qui se refuse à en désavouer les actes. Durant l’entre-deux-guerres, quelques 40 soldats ont bien été réhabilités, au cas par cas. En juin dernier, une proposition de loi sur le sujet, portée par le groupe communiste, a été repoussée, malgré le soutien du groupe écologiste. La chose est d’autant plus surprenante que les sympathisants du Parti socialiste sont, d’après un sondage réalisé fin 2013, de loin les plus favorables à la réhabilitation, à 87% (75% pour l’ensemble des Français). Ce débat n’est pas spécifique à la France et touche d’autres pays européens. Si la France figure parmi les pays qui ont le plus fusillé durant la Grande Guerre, elle a bénéficié d’une cohésion nationale supérieure à celles de bien d’autres belligérants. Ce paradoxe est une clé essentielle pour comprendre l’ampleur des débats qui la traversent encore aujourd’hui. [...]

Lire la suite ici : https://www.bastamag.net/Grande-Guerre-un-tour-du-monde-des

Partager cet article
Repost0

Articles Récents