Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
3 août 2022 3 03 /08 /août /2022 15:50

Dans la société capitaliste centrée sur le marché, la vie quotidienne est envahie par toutes sortes de marchés. Ils sont fondés sur les motivations du profit résultant du rapport de force concurrentiel pour ceux qui mettent les produits et services sur le marché, et bien souvent par le paraître ou la jalousie pour l’acquisition des biens et services qui ne relèvent pas de la subsistance. Telles sont les échelles de valeurs dans la société capitaliste qui, dans toutes ses dimensions essentielles, devient soumise à des objectifs lucratifs. Ce n’est pourtant pas dans la nature de l’être humain. Car les historiens et anthropologues montrent que l’être humain n’agit pas, globalement, pour son simple bénéfice personnel dans les affaires économiques et plus généralement dans la société. La nature de l’homme ne le pousse pas spontanément à échanger ou à chercher un gain matériel. L’anthropologie et l’histoire révèlent au contraire une variété de motivations humaines comme la solidarité, le devoir, le statut, l’honneur, à côté de la recherche du profit. Pour Aristote, la « vie bonne » est pervertie en un désir de biens physiques. La vie bonne, hormis la satisfaction des besoins substantiels, est celle de l’élévation que procure le théâtre, le service que l’on rend en participant à un jury populaire, une campagne pour des élections, l’exercice d’une charge publique…
La mentalité de marché est obsolète et dangereuse, elle doit être éradiquée, les motivations dominantes ne doivent plus être économiques.

La forme capitaliste du marché est une création récente

Le marché n’est pas une « loi » de développement économique, et encore moins une loi « naturelle ».
L’économie de marché, contrairement à une croyance savamment entretenue, résulte d’une discontinuité historique. C’est une rupture radicale et non l’aboutissement d’un processus millénaire d’évolution graduelle des sociétés et de l’économie en particulier, fondée sur la prétendue propension naturelle de l’homme à troquer et à échanger. Dans le monde antique par exemple, l’activité économique ne passe pas de manière significative par le marché. Le commerce et les usages de la monnaie, qui existent, n’impliquent pas nécessairement les marchés et ont existé séparément pendant la plus grande partie de l’histoire économique. Des « marchés non faiseurs de prix » ont ainsi longtemps existé avant l’apparition des premiers marchés faiseurs de prix dans la Grèce des périodes classique et hellénistique. Ce n’est que dans l’économie de marché moderne impulsée par le capitalisme que ces différents éléments se trouvent intimement reliés, et constituent un système intégré. Dans les économies antérieures, en particulier antiques, ils entraient dans des arrangements institutionnels réglés principalement par la réciprocité ou la redistribution, qui ne remettaient pas en cause l’imbrication des activités économiques dans les institutions non économiques de la société. [...]

La suite sur le site du Pardem en cliquant ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 05:26

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

APPEL AUX CHEMINOTS – LE 22 JUIN 2021 : CONTRE LA CONCURRENCE ET LA JUNGLE SOCIALE !cheminots
Partager cet article
Repost0
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 14:34

Un Tweet de "République Souveraine"

La Commission européenne a bouclé les "derniers détails" d'un accord de libre-échange qui supprime la quasi-totalité des droits de douanes entre l'UE et le #Mexique. SMIC Mexicain : 144€ par mois. Nul doute que la concurrence sera "non-faussée ...

Le site : https://www.republique-souveraine.fr/

 

En pleine crise de Covid-19, la commission européenne signe un accord de libre-échange avec le Mexique - Les fripouilles, ça ose tout !
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2019 5 18 /01 /janvier /2019 16:18
Paysans : le message de la Coordination rurale pour 2018
Mercredi, 10 Janvier, 2018 dans l'Humanité

Moins médiatisé que la FNSEA, le syndicat Jeunes Agriculteurs et la Confédération paysanne, la Coordination rurale, second syndicat paysan lors des élections de 2013 aux Chambres d’Agriculture, veut faire entendre sa différence.

Bernard Lannes et Véronique Le Floc’h, président et secrétair générale de la Coordination rurale, présentaient hier leurs vœux de leur syndicat à la presse. Historiquement, la Coordination rurale était une coordination qui faisait agir ensemble des syndicalistes soucieux de revendiquer en commun. Certains étaient des paysans affiliés au MODEF, d’autres à la Confédération paysanne, d’autres étaient des dissidents de la FNSEA qui trouvaient que leur syndicat était trop impliqué dans la cogestion des dossiers agricoles avec le représentants du pouvoir politique. Certains observateurs en font un syndicat situé à la droite de la FNSEA. Mais les choses ne sont jamais aussi simples dans le monde paysan en grande souffrance. 

Ce sont surtout ces militants dissidents de la FNSEA qui ont crée à Coordination rurale dans la dernière décennie du XXème siècle. Après avoir recueilli 18,70% aux élections pour envoyer des élus aux chambres d’Agriculture en 2007, la Coordination rurale passait au dessus des 21% en 2013, ravissant ainsi la seconde place à la Confédération paysanne tandis que la FNSEA et le syndicat Jeunes Agriculteurs, rassemblés sur des listes communes, restaient majoritaires dans presque tous les départements.[...]

La suite ci-dessous :

 

 
Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents