Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
20 décembre 2015 7 20 /12 /décembre /2015 20:04
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 15:16

1million 254.293 mille votes BLANCS et NULS

 

Publié par Jean Lévy et mis en ligne sur le blog d'Action communiste avec un commentaire d'Yvette Genestal sur la Normandie en fin d'article.

1million254.293 mille votes BLANCS !  par Jean LEVY

 

C’est le nombre des citoyens qui ont refusé l’offre politique

de l’ensemble des  partis ou coalitions en lice au second tour des élections régionales.

Le fait que des électeurs fassent l’effort de se déplacer pour simplement refuser de choisir parmi les bulletins de vote, constitue un fait politique de grande importance.

Pourtant ils avaient le choix entre la « fausse gauche », la vraie droite extrême et l’extrême droite…

En glissant un bulletin blanc dans l’urne, ces Français exprimaient un autre choix : celui d’un vote différent, porteur de véritable changement et de progrès.

 

Certes, les bulletins blancs ont été les plus massifs dans les régions,  en PACA (115.050), et en Nord-Pas-de-Calais-Picardie (117.469), où ne subsistaient que la droite dure et le Front national, du fait du retrait des listes dites de « gauche ».

Mais dans les autres régions où l’offre était tripartite, PS avec ou sans Front de gauche, « Les Républicains » et le FN, le vote blanc s’est compté par des dizaines de milliers de bulletins.

Ainsi en Champagne-Lorraine-Alsace, 51.418, en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, 62.455, en Auvergne-Rhône-Alpes, 58.679, en Bretagne, 43.227, en Ile-de-France, 90.265...

 

Chiffres identiques dans les autres régions.

 

Il faut noter aussi des différences constatées entre les secteurs « bourgeois» et populaires.

Ainsi à  Paris même, si seuls 90 électeurs ont voté BLANC dans le 1er arrondissement, 149 dans le 8ème, 565 dans le 16ème, ils étaient 1374 dans le 18ème, 1131 dans le 19ème et 1521 dans le 20ème.

En banlieue, c’est par le volume de l’abstention que s’est mesuré le rejet du vote : 54% d'abstentions à Drancy, 57% à La Courneuve, 63% à Bobigny, mais 38% à Antony, 44% à Courbevoie, 40% à Levallois-Perret, 42% à Rueil-Malmaison…

 

Ainsi, 4,88% des électeurs ont voté BLANC au total en France.

C’est un chiffre extraordinairement élevé, surtout dans un scrutin fortement médiatisé, soumis à la pression du « danger FN ».

Ces 1.254.293 électeurs et, bien sûr,  une très large part des 18 millions de ceux qui ne se sont pas dérangés, tous ont voulu marquer ainsi leur opposition à l’ensemble des forces politiques en présence.

 

Ils constituent ensemble un front du refus du monde politique actuel, toutes familles confondues. 

Cela donne une lueur d’espoir pour la lutte qui s’annonce.

 

Commentaires pour la Normandie : En Normandie la différence entre la liste de droite et la liste socialiste est de 4709 voix.  C'est peu.  Surtout si l'on compare ces chiffres au nombre de bulletins blancs, 12 119 pour la seule Seine-Maritime et 29 278 pour toute la Normandie. 

Si on ajoute le nombre de bulletins nuls, en considérant que les électeurs qui déchirent un bulletin, mettent deux bulletins différents ou émettent des commentaires politiques critiques sur les bulletins ont voulu eux aussi exprimé leur rejet des politiques actuelles et passées, on atteint pour le total des blancs et nuls 18 641 pour la Seine-Maritime et 51 662 pour toute la Normandie.  Comme l'écrit Jean Lévy, ces électeurs, et une large part de ceux qui se sont abstenus constituent un front du refus des politiques actuelles.

Et si les abstentionnistes du premier tour se sont, pour certains, déplacés pour voler au secours de la liste socialiste, ils n'ont visiblement pas été assez  nombreux.  Les électeurs de droite ont été plus nombreux.  Certes dans la plupart des communes, la liste socialiste réunit plus que le total des voix de "gauche" du premier tour, mais rien n'interdit de penser que certains électeurs Verts, LO ou PCF-Front de gauche du premier tour ne se sont pas déplacés au second.  Dans deux villes de Seine-Maritime, Gonfreville l'Orcher et Dieppe, Nicolas Mayer Rossignol ne fait pas le plein des voix de gauche.  Dans ces deux villes la liste de Sébastien Jumel, le maire communiste de Dieppe, tête de liste PCF-Front de gauche, était arrivé largement en tête au premier tour.

On peut donc raisonnablement penser que certains électeurs  vraiment à gauche n'ont pas voulu se déplacer pour mettre dans l'urne un bulletin social-démocrate, c'est à dire un bulletin de soutien à la politique du Parti socialiste, fusse celui d'une liste baptisée abusivement "Union de la gauche" et constituée hâtivement après le premier tour.

 

Yvette Genestal

Partager cet article
Repost0
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 10:01
, par  pamillet sur levenissian.fr

 

Le choc du résultat des élections régionales plaçant l’abstention puis le Front National comme les deux premiers partis, confirme que les élites politiques, économiques, médiatiques,ont perdu toute légitimité à parler de la France, de l’intérêt général, des conditions de vie des Français.

- Ils sont illégitimes à parler de l’emploi quand ils ont laissé nos filières industrielles et techniques se déliter dans la mondialisation capitaliste et l’Europe de la concurrence
- Ils sont illégitimes à parler de liberté, quand ils imposent un état d’urgence permanent et font alliance avec les régimes les plus rétrogrades du Golfe
- Ils sont illégitimes à parler d’égalité quand ils ont laissé grandir une pauvreté de masse dans un pays de grande richesse, quand toutes leurs politiques publiques font pression sur les revenus du travail au seul profit des plus grandes oligarchies
- Ils sont illégitimes à parler de fraternité quand ils laissent se développer clientélisme, corruption, et arrogance des plus riches
- Ils sont illégitimes à parler de la république française, quand ils défont ses institutions et ses services publics

Ce n’est pas le FN qui est immoral, ce sont nos élites ! Le FN est dangereux, cachant derrière son discours social un fascisme bien réel dont le but est toujours de diviser les peuples pour garantir la domination des plus riches.

Mais personne ne fera reculer le FN avec les partis qui l’ont fait roi médiatique, qui l’instrumentalisent en espérant se retrouver face à lui au deuxième tour de 2017.

Dans le peuple Français, dans les millions d’abstentionnistes, dans les millions d’ouvriers, techniciens, fonctionnaires, cadres...tous ceux qui découvrent d’un œil désabusé cette société politique déliquescente, il y a l’énergie pour une nouvelle révolte Française, une révolte de l’intelligence et du progrès, de la solidarité et de la créativité, le contraire du Front National, un nouveau Front Populaire.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 14:30
Pour la CGT, il n'y aura pas de trêve sociale - Déclaration de l'UD-CGT 76
Partager cet article
Repost0
27 novembre 2015 5 27 /11 /novembre /2015 14:30

Publié par Michel El Diablo

"Moi, père d'une victime, je n'irai pas aux Invalides" [par Éric OUZOUNIAN]

Ma fille est morte au Bataclan le 13 Novembre, elle avait 17 ans.

Je n'irai pas à l'hommage qui sera rendu aux victimes à 10h30 aux Invalides parce que je considère que l'État et ses derniers dirigeants en date portent une lourde responsabilité dans ce qui s'est passé.

Une politique désastreuse a été menée par la France au Moyen-Orient depuis plusieurs années. Nicolas Sarkozy a largement contribué à la chute du régime de Khadafi en envoyant l'armée française combattre en Libye, en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU qui interdisaient toute intervention au sol. Or, plusieurs sources affirmaient à l'époque que les Forces Spéciales étaient « en apesanteur » et avaient œuvré sur le terrain. La Libye n'était pas ennemie de la France, Nicolas Sarkozy avait reçu Khadafi avec les honneurs d'un chef d'État, et ce pays est devenu depuis un cauchemar chaotique où circulent librement armes et combattants.

François Hollande et Laurent Fabius se sont ensuite acharnés contre Bachar El Assad, poussant inlassablement les puissances occidentales à intervenir militairement pour renverser le régime syrien, alors que celui ci n'était pas l'ennemi de la France. Les frappes prévues furent annulées in extremis lorsque Barack Obama refusa d'engager les États-Unis dans cette aventure.

Cette ingérence de la France dans les affaires intérieures de pays souverains a été menée avec l'argument selon lequel les dirigeants syriens et libyens massacraient leur peuple. Certes. Comme Saddam Hussein et Muammar Khadafi, Bachar el Assad est un dictateur sinistre de la pire espèce. Mais il n'est pas plus exécrable que ceux actuellement au pouvoir au Qatar et en Arabie Saoudite, avec lesquels la France entretient d'excellentes relations diplomatiques et commerciales, et qui ont financé Daesh.

Cette érosion de la compétence politique est dramatique pour notre pays. Les derniers présidents ont agi avec une légèreté inconcevable, portés par des vues à court terme. Mais cet aspect n'est pas le seul en matière de responsabilité du monde politique.

Depuis plusieurs décennies, la République a laissé se développer des zones de désespoir, que le philosophe Jean-Paul Dollé nommait avec la justesse qui le caractérisait: "Le territoire du rien". Un urbanisme inhumain, sans lieux de loisirs, de culture, sans écoles dotées de moyens à la hauteur de l'enjeu, au sein duquel aucun sentiment humaniste et citoyen ne peut éclore. "Cités Dortoirs", "Quartiers sensibles", les termes ont évolué mais le problème demeure et le personnel politique l'a toujours traité avec indifférence. Raymond Barre promit "d'enrayer la dégradation physique et sociale des grands ensembles". Bernard Tapie fut ministre de la ville, Nicolas Sarkozy annonça un plan Marshall des banlieues et nomma Fadela Amara Secrétaire d'État chargée de la politique de la ville. Patrick Kanner l'est aujourd'hui et perpétue quarante ans d'échec.

Le divorce entre les français et leurs dirigeants est accompli, le contrat social est rompu, le gouffre entre le peuple et les élites est béant. Les atteintes importantes aux libertés publiques, votées avec empressement par l'Assemblée Nationale, ne régleront rien. L'extrême droite pourra toujours surenchérir et les assassins franchir les frontières.

La France est incapable de proposer un avenir à sa jeunesse, l'Europe est incapable de dépasser son actuel enlisement dans le libéralisme. Nos élus sont incapables de proposer une vision politique. Nos intellectuels, à de rares exceptions près, sont incapables de sortir de leur lucratif état d'histrions médiatiques. Je suis atterré par mon pays dévasté et je suis dévasté par la mort de ma fille.

 

Éric Ouzounian

Journaliste, écrivain, auteur de documentaires

 

SOURCE : huffingtonpost.fr

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2015 5 30 /10 /octobre /2015 14:04
CICE : 29,4 milliards en deux ans au bénéfice des entreprises, mais l'Etat et le patronat lui-même sont incapables de chiffrer les emplois créés.  Et pour cause ...
Lu sur Ouest France.fr.  Extraits.
Le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), mis en place en 2013,   devrait rapporter 18,2 milliards d'euros aux entreprises en 2015. Mais ses effets sur l'emploi et l'investissement restent encore difficiles à évaluer, selon un rapport publié mardi.
 

Le dispositif phare du gouvernement à destination des entreprises, en vigueur depuis le 1er janvier 2013, peut être désormais "considéré comme entré dans sa phase de maturité", souligne le rapport 2015.

[...]

Montée du mécanisme

Selon le comité de suivi, la "créance fiscale" (crédit d'impôt au titre des salaires versés l'année précédente) était de 14,2 milliards d'euros au 31 juillet 2015, et devrait atteindre 18,2 milliards d'euros à la fin de l'année, contre 11,2 milliards en 2014.
[...]

Commentaires : Au total 29,4 milliards de cadeaux aux entreprises en deux ans ... Et aux hôpitaux on a retiré combien ?  Et à l'école, il manque combien ? Et à la sécurité sociale, il manque combien ?

Printemps 2016

[...]

Le CICE, destiné à abaisser le coût du travail des entreprises françaises, est un allègement d'impôts pour les entreprises, calculé en fonction de leur masse salariale, hors salaires supérieurs à 2,5 fois le Smic. Son taux est passé de 4% de la masse salariale brute en 2013 à 6% en 2014.

Commentaires : Plus les salaires sont bas plus vous avez de chances de bénéficier du CICE ... Un encouragement au crime à l'heure où les emplois qualifiés et très qualifiés devraient se développer pour augmenter la compétitivité et la recherche-développement.  L'heure n'est pas, pour les jeunes diplômés, à la demande d'augmentation de salaire, mais plutôt au nivellement par le bas.

Bouée de sauvetage des PME

"Le crédit d'impôt compétitivité emploi  a été la bouée de sauvetage de nombreuses entreprises françaises, petites et moyennes, grâce à son mécanisme de préfinancement"

[...]

Ouest-France avec AFP

Le comité du suivi du CICE a fait le point : les effets sur l'emploi seraient mineurs ...

"Certes, les opinions des chefs d'entreprises recensées dans les enquêtes privilégient toujours un effet sur l'emploi et l'investissement mais les effets seraient mineurs sur un an. Les statistiques de Pole emploi sur le nombre de demandeurs d'emplois et celles de l'Insee sur l'investissement ne disent pas autre chose..."

Commentaires : Autrement dit, peu d'effet sur l'emploi.  En tout cas les services de l'Etat sont incapables de chiffrer les effets sur l'emploi du dispositif.  Quant aux chefs d'entreprises bénéficiaires, ils semblent s'en moquer éperdument, d'autant que personne ne leur demande de compte.  Mais comme ils craignent de tuer la poule aux oeufs d'or, ils saluent les conséquences positives du dispositif sur leurs marges tout en réclamant encore plus (  et là : haro sur le code du travail ...)

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2015 3 28 /10 /octobre /2015 14:46

Le Parti Communiste d'Ukraine (KPU) appelle les parlementaires communistes à l'aide

Sur le blog de Nicolas Maury

Mercredi 28 Octobre 2015

Appel du Parti Communiste d'Ukraine (KPU) aux membres du Parlement européen ou des parlements nationaux, aux communistes, pour aider les communistes ukrainiens - traduction Nico Maury
 
Le Parti Communiste d'Ukraine (KPU) appelle les parlementaires communistes à l'aide
 
Le Parti communiste d'Ukraine en appelle à votre soutien.

Le 5 novembre 2015, la Cour administrative d'appel de Kiev statuera sur l'appel du KPU concernant la décision du Tribunal administratif du district de Kiev et du ministère de la Justice suite à quatre procès. Toutes les décisions de première instance ont été adoptée en violation flagrante des garanties procédurales générales et du droit à un procès équitable.

Notre parti est pris en charge par l'équipe d'avocats expérimentés.

Toutefois, à ce stade, il est très important pour nous d'avoir le soutien des camarades - membres du Parlement européen ou des parlements nationaux, surtout en considérant que le 5 Novembre, la cour d'appel peut décider d'interdire la KPU. Nous aimerions les inviter à Kiev pour prendre part au processus de soutien de notre Parti.

Notre Parti doit pouvoir couvrir toutes ses dépenses liées aux frais de justice.
Nicolas Maury
Partager cet article
Repost0
10 octobre 2015 6 10 /10 /octobre /2015 22:24

Publié par Jean Lévy

Reuters/Reuters - Une manifestation monstre a eu lieu samedi à Berlin pour protester contre le projet d'accord de libéralisation des échanges entre l'Europe et les Etats-Unis

Reuters/Reuters - Une manifestation monstre a eu lieu samedi à Berlin pour protester contre le projet d'accord de libéralisation des échanges entre l'Europe et les Etats-Unis

Reuters

 

BERLIN (Reuters) - Une manifestation monstre a eu lieu samedi à Berlin pour protester contre le projet d'accord de libéralisation des échanges entre l'Europe et les Etats-Unis.

Une manifestation monstre a eu lieu samedi à Berlin pour protester contre le projet d'accord de libéralisation des échanges entre l'Europe et les Etats-Unis. L'opposition au Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (PTCI, TTIP en anglais) ne cesse de croître en Allemagne. /Photo prise le 10 octobre 2015/REUTERS/Fabrizio Bensch

L'opposition au Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (PTCI, TTIP en anglais) ne cesse de croître en Allemagne. Ses adversaires estiment qu'il donnera trop de pouvoir aux grandes multinationales aux dépens des consommateurs et des salariés.

Selon les organisateurs, une alliance d'associations caritatives et de défense de l'environnement et de partis d'opposition, 250.000 personnes ont participé au rassemblement, soit davantage que ce qu'ils avaient anticipé. La police parle de 100.000 participants.

"Il s'agit de la manifestation la plus importante que ce pays ait vu depuis de nombreuses années", a lancé aux manifestants Christoph Bautz, directeur de Campact, un mouvement de citoyens.

Le niveau de résistance a pris de court le gouvernement d'Angela Merkel.

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2015 4 09 /07 /juillet /2015 14:08

Communiqué de la CGT, lu sur le blog de l'UL-CGT de Dieppe.

La déclaration commune de 19 organisations dont le titre est « pour un renouvellement démocratique du CESE », débouche sur l’annonce de la candidature du MEDEF à la présidence du CESE pour la prochaine mandature.

Cette déclaration ne vaut pas tellement pour son contenu mais que par l’alliance de ses signataires pour porter cette candidature patronale. Elle comporte en effet très peu de nouveautés par rapport aux principes de fonctionnement adoptés en début de mandature.

Pour la CGT, le CESE est avant tout un espace de débats entre les différents acteurs de la société. Sa vocation est d’éclairer le gouvernement et le parlement sur des sujets de société qui impactent la vie des salariés et de leurs familles.

Dans un contexte social extrêmement tendu où le patronat n’a de cesse de remettre en cause les acquis sociaux et de freiner le dialogue social, il n’est pas concevable que la CGT soutienne d’une manière ou d’une autre une candidature issue de ses rangs.

La CGT veille à ce que les aspirations du monde du travail s’expriment dans les avis du CESE. Elle poursuit son travail et fera part de ses propositions au moment opportun.

Montreuil, le 7 juillet 2015

Qu'est-ce que le Conseil Economique, Social, et Environnemental ?

C'est la troisième assemblée de la République (après l'Assemblée Nationale et le Sénat)

En 1946, le Conseil économique est instauré par la Constitution de la IVe République. Ses 146 membres ont pour mission d’examiner les projets et propositions de lois.

En 1958, la Constitution de la Ve République maintient le Conseil en le renommant « Conseil économique et social ». Celui-ci s’installe au palais d'Iéna.

Enfin la loi constitutionnelle du 23 juillet 2008 rajoute la compétence environnementale, et permet notamment la saisine par voie de pétition

C'est une assemblée consultative.
Elle est composée de 233 membres:
  • 140 membres au titre de la vie économique et du dialogue social
    • 69 représentants des salariés (dont 17 membres de la CGT)
    • 27 représentants des entreprises privées industrielles, commerciales et de services
    • 20 représentants des exploitants et des activités agricoles
    • 10 représentants des artisans
    • 4 représentants des professions libérales
    • 10 personnalités qualifiées choisies en raison de leur expérience dans le domaine économique, dont deux issues des entreprises publiques ainsi qu'une représentant les activités économiques françaises à l'étranger
  • 60 membres au titre de la cohésion sociale et territoriale et de la vie associative
  • 8 représentants de l'économie mutualiste, coopérative et solidaire non agricole
  • 4 représentants de la mutualité et des coopératives agricoles de production et de transformation
  • 10 représentants des associations familiales
  • 8 représentants de la vie associative et des fondations
  • 11 représentants des activités économiques et sociales des départements et régions d'outre-mer, des collectivités d'outre-mer et de la Nouvelle-Calédonie
  • 4 représentants des jeunes et des étudiants
  • 4 représentants des jeunes et des étudiants
  • 18 représentants des associations et fondations agissant dans le domaine de la protection de la nature et de l'environnement
  • 15 personnalités qualifiées choisies en raison de leur compétence en matière d'environnement et de développement durable, dont au moins trois dirigeants des entreprises ayant une activité significative dans ces matières.
  • 33 membres au titre de la protection de la nature et de l'environnement
Partager cet article
Repost0
3 juin 2015 3 03 /06 /juin /2015 17:41

Michel El Diablo

Les 10 ans de « ROUGE MIDI » à Marseille: une fête très réussie !
Les 10 ans de « ROUGE MIDI » à Marseille: une fête très réussie !
Les 10 ans de « ROUGE MIDI » à Marseille: une fête très réussie !
 

Il y a 10 ans le peuple rejetait le traité européen soumis à référendum. Le pouvoir, au nom de la prospérité à venir faisait rentrer par la fenêtre le texte que nous avions sorti par la porte. 10 ans après les faits montrent assez comment les opposants au traité avaient raison. A Paris à cette occasion un rassemblement à l’appel des Assises du communisme avait lieu. A Marseille, c’est à la fête de "Rouge midi" que bilan et perspectives du mythe de l’Europe sociale étaient tracés.

Il y a d’abord le nombre bien sûr. L’entrée étant libre, difficile de dire un nombre avec précision, mais ce qui est sûr c’est que ce sont plus de 500 personnes qui sont venues à cette fête de la convergence des luttes. Un très grand chiffre pour une organisation comme Rouge Vif 13 et son journal Rouge Midi et sans commune mesure avec les chiffres des années précédentes.

Il y a ensuite et surtout, la tonalité des débats, le contenu des échanges sur les stands, la volonté partagée d’approfondir les questions.

Il y a enfin ce parfum de fraternité qui flottait dans l’air et qui était sensible à chaque endroit et moment de la fête. Impossible d’être exhaustif ici mais pêle-mêle on peut citer :

=> La pétition qui se signait massivement sur le stand de l’assistance publique de Marseille et la découverte que certains faisaient, grâce aux camarades hospitaliers, de réalités encore trop méconnues

=>Autre découverte, celle de NEXCIS, ce fleuron de l’industrie et de la recherche et qu’EDF veut fermer

=>Bien sûr à l’honneur les FRALIB devenus scoptistes et dont c’était la première sortie depuis le lancement de la marque 1336. Ils partageaient leur grand stand avec leurs compagnons d’aventure de reprise les camarades de la Belle Aude dont la réussite (et leurs délicieuses glaces !) montre qu’il est tout à fait possible de produire sans patrons et sans milliardaires…que c’est même beaucoup mieux et que c’est comme ça que cela devrait se faire. 
Les scoptistes à n’en pas douter, donnent des envies de production sans parasites actionnaires aux présents de la fête à commencer par leurs voisins de stand, les camarades de la raffinerie de sucre (mais aussi certainement aux camarades de TOTAL bien présents eux aussi) une nouvelle fois en lutte contre un plan qui porterait un coup fatal à l’entreprise.

=> Le stand des chômeurs, qui jouxte celui des sans-papiers était aussi un lieu d’échanges riches pour une organisation qui dès le lendemain se mobilisait contre une expulsion et était en manifestation dès le lundi contre les fermetures d’accueil CAF.

=> Au stand de Diawara (village du nord est du Sénégal) on mangeait des pastels et on buvait du bissap au profit du projet que cette association porte en solidarité avec sa région. A leur côté le MOSOURPA (MOuvement pour la SOUveraineté et le Respect des Peuples d’Afrique) expliquait à des visiteurs attentifs les objectifs de leur mouvement et nous y reviendrons.

=> Au chapitre de la solidarité les stands de BDS, de l’UJFP et celui du collectif George Ibrahim Abdallah étaient évidemment des lieux de prises de contacts et d’échanges porteurs d’avenir et facteurs d’engagements futurs.

=> C’était aussi bien sûr la cas du collectif CGT femmes, égalité professionnelle, discriminations qui suscitait des envies d’inscription aux initiatives autour de la marche mondiale des femmes et de son arrivée à Lisbonne cet automne : mais nous y reviendrons.

=> Comment ne pas parler aussi du stand du syndicat CGT des entreprises de propreté fièrement orné de sa banderole : « JUSQU’A LA VICTOIRE ! » et des ouvriers de la sous-traitance que l’on croisait nombreux, presque aussi nombreux que les employés des magasins carrefour que l’on croisait à tous moments dans la fête.

Il y avait aussi bien d’autres stands : Secours populaire, journal fakir, Le ravi...et évidemment ceux du Cercle Manouchian, de Rouge Vif et de Rouge midi !

Le mot d’accueil était bien sûr celui des hôtes des lieux, Edouard et Philippe des moulins Maurel qui disaient avec force tout à la fois leurs remerciements aux présents, leur envie de gagner et appelaient l’assistance à les aider encore pour arracher la victoire qui est à portée de mains…et de manifs !

 

Les 10 ans de « ROUGE MIDI » à Marseille: une fête très réussie !
Les 10 ans de « ROUGE MIDI » à Marseille: une fête très réussie !
Les 10 ans de « ROUGE MIDI » à Marseille: une fête très réussie !
Les 10 ans de « ROUGE MIDI » à Marseille: une fête très réussie !
Les 10 ans de « ROUGE MIDI » à Marseille: une fête très réussie !
Les 10 ans de « ROUGE MIDI » à Marseille: une fête très réussie !
Les 10 ans de « ROUGE MIDI » à Marseille: une fête très réussie !

A leur côté, au nom du journal, l’orateur rappelait à l’assemblée les étapes franchies depuis 15 ans : la création de Rouge Vif par des militants actuels ou anciens du PCF, rejoints par la suite par des personnes dont c’était le premier engagement politique, puis la création du site par Jelloul, l’augmentation de la diffusion et surtout son rôle non seulement dans le soutien aux luttes (ce qui est la moindre des choses) mais aussi dans la diffusion d’idées porteuses de perspectives. Et d’énumérer


« - A quoi on sert si quand on soutient la lutte des TOTAL on ne dit pas en même temps qu’il faut nationaliser ? 


=> A quoi on sert si dans la lutte de la centrale ou de NEXCIS on ne pose pas la question d’un service public de l’énergie véritablement géré par la nation et non par un appareil d’état qui appliquerait la même politique qu’une entreprise capitaliste ?
 

=>A quoi on sert si dans la lutte des hospitaliers on ne dit pas qu’il faut mettre la santé et l’éducation au cœur des choix politiques comme l’a fait par exemple Cuba, pourtant petit pays pauvre et aux besoins immenses, qui consacre plus de 70% de son budget à ces secteurs ?
 

- A quoi on sert si on ne pose pas en permanence les questions de la solidarité internationale comme la Palestine, le scandale de la vente d’avions à l’Arabie saoudite ou le Qatar car on ne peut pas assurer une prospérité partagée en s’appuyant sur le commerce du sang ou le refus du retour des guerres coloniales ? (…) »

Il s’appuyait, pour dire qu’il était possible d’en finir avec le capitalisme, sur des exemples puisés dans le monde comme celui du gouvernement Morales qui, voyant la crise mondiale arriver, au lieu de prendre des mesures d’austérité, au contraire avançait l’âge de la retraite à 58 ans ce qui est de fait une augmentation des salaires et un formidable levier pour la création d’emplois. 

Pendant que les enfants jouaient aux animations prévues ou s’enthousiasmaient devant un théâtre de marionnettes très interactif, une grande partie de la fête était rassemblée au débat sur le mythe de l’Europe sociale. Qu’il s’agisse de Fred Alpozzo de la SNCM (très applaudi), de Serge Bodrero d’Air France, de Rim Hidri de SCOP-TI ou de Charles Hoareau pour Rouge Midi [1], il y avait un accord profond, que l’assistance n’a pas démenti, sur le fait qu’il fallait au moins que dans le camp du progrès la question de la sortie de l’euro soit débattue. Un autre point d’accord étant qu’il n’est plus possible d’en rabattre devant la social-démocratie ou de retenter le coup de la gauche plurielle ce qui est tout, sauf un chantier d’espoir !

L’après-midi se terminait par les deux concerts annoncés. 

 

Celui des rappeurs d’EL DIABLO CARTEL dont les textes forts faisaient réagir l’assistance. Ils avaient réservé une belle surprise en invitant une chanteuse qui emballait le public.

Et puis évidemment la soirée s’est terminée avec Los Fralibos qui une fois de plus suscité les claquements de main, les chansons reprises en cœur et fait danser et sauter…même les plus âgés !!

Terminée pas tout à fait car la cour de l’usine a mis du temps à se vider et les conversations se sont poursuivies tard dans la nuit autour du comptoir bricolé avec des palettes et du tissu rouge et qui, en la circonstance était plus beau et plus attrayant que le plus beau des comptoirs de tous les palaces du monde…

A l’an prochain donc !!

Merci à Nadir, Triona, Vincent, Abedy et Aude pour les photos 

 

Le 1er juin 2015

[1] Gilles Balbastre ayant eu un empêchement de dernière minute était excusé

 

SOURCE:

 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents