Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
18 mars 2019 1 18 /03 /mars /2019 16:02

Au cours de l’examen de la loi d’orientation sur les mobilités, la commission de l’aménagement du territoire du Sénat a adopté un amendement déposé par des sénateurs LR relevant le délai de préavis dans les entreprises de transport.

Source et article intégral : https://www.publicsenat.fr/article/parlementaire/transports-en-commission-les-senateurs-font-passer-le-preavis-de-greve-de-48-a

 

C’est par un amendement, adopté le 5 mars en commission des lois du projet de loi d’orientation des mobilités, que seize sénateurs Les Républicains ont poussé l’avantage des employeurs du secteur des transports un peu plus loin. Ainsi, ils ont fixé à 72 h, au lieu de 48 h, le délai de prévenance pour les salariés soumis, comme à la SNCF, à l’obligation de déclaration individuelle d’intention (DII) avant toute grève. Inacceptable pour la fédération des transports CGT et celle des cheminots qui se sont fendues d’un communiqué de presse commun le 11 mars.

« Cette mesure des 48 heures sert de délai pour les directions d’entreprises pour faire pression, toujours de manière officieuse, mais néanmoins réelle, sur les salariés souhaitant avoir recours collectivement à leur droit constitutionnel de faire grève », s’insurge la CGT. Elle conteste catégoriquement l’argumentaire de Roger Karoutchi, à l’origine de l’amendement, qui consiste à trouver le délai trop court pour permettre aux entreprises la mise en place d’une organisation optimum. Un argument prétexte ? En tout cas, une façon discrète avec cet amendement de limiter un peu plus l’impact des grèves dans ce secteur.

Les deux fédérations de la CGT affirment qu’elles mettrons « tout en œuvre pour empêcher de nouvelles restrictions à l’exercice du droit de grève, dans un contexte où les libertés publiques sont de plus en plus remises en cause ». Mardi 12 mars, le Sénat a adopté définitivement la loi sur le maintien de l’ordre dans les manifestations. Un texte décrié par les associations, les avocats et plusieurs centrales syndicales, dont la CGT.

Source : http://www.frontsyndical-classe.org/2019/03/l-ex-ump-mene-au-senat-une-attaque-contre-le-droit-de-greve.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

 

 

Partager cet article
Repost0
16 mars 2019 6 16 /03 /mars /2019 15:31

Une centaine de manifestants de la CGT s’est rassemblée aujourd'hui devant la mairie pour protester contre l’expulsion du syndicat de son local. Photo La Dépêche

Robin Serradeil

Mis à jour le

Une centaine de manifestants de la CGT s’est rassemblée aujourd'hui devant la mairie pour protester contre l’expulsion de son local, réclamée par la mairie de Foix. Le syndicat se dit déçu de la rencontre de médiation qui s'est tenue mardi 12 mars dernier.

Le bras de fer, plus que la réconcialitaion. Entre la mairie de Foix et l’ Union Locale CGT de l’Ariège, le divorce semble être consommé. Aujourd'hui, plusieurs dizaines de manifestants se sont rassemblées devant l’ Hôtel de ville, pour protester contre l’expulsion du syndicat de son local, rue Parmentier.

L’ objectif pour la municipalité de Foix : rénover la bâtisse pour y aménager six logements . « Cela fait près de 40 ans que nous occupons ce local, scande Maryse Gomez, responsable de l’UL CGT de Foix. Et voilà quatre ans que nous sommes en conflit avec la mairie. Nous demandons qu’une solution de relogement viable soit proposée. »  [...]

En effet « Le local se trouve sur un lieu excentré de Foix. Il est entouré de composteurs et de containers , et fait l’ objet d’un accès restreint en termes d’ horaires , regrette Didier Mezin. Nous serions alors dans l’impossibilité de recevoir du public . »

[...]

L'intégralité ici : https://www.ladepeche.fr/amp/2019/03/14/foix-laffaire-du-local-de-la-cgt-entre-dans-son-money-time,8068622.php

Partager cet article
Repost0
14 mars 2019 4 14 /03 /mars /2019 10:56

Quand, dans toute sa carrière, de Henri IV à l'Ena, de Bercy à l'Elysée, quand Emmanuel Macron a-t-il rencontré, vraiment rencontré, une caissière de Carrefour ? Ou une auxiliaire de vie sociale ? Ou un plaquiste ? Jamais. En revanche, il dînait chaque semaine avec Bernard Arnault, actionnaire principal de Carrefour, PDG de LVMH, première fortune de France... Voilà avec qui il noue des relations, suivies, régulières. Voilà sa France.

En direct de l'Assemblée Nationale pour traiter du sujet de la betterave picarde, de la journée du 8 mars, du député le plus low cost de l'hémicycle et du rendez-vous du 16 mars ! 

Partager cet article
Repost0
28 février 2019 4 28 /02 /février /2019 23:57

Au Havre (Seine-Maritime) des salariés de la centrale à charbon se sont réunis mardi 26 février déplorant le manque de réponses quant à la fermeture envisagée du site. Détails.

L'article sur France-actu ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
15 février 2019 5 15 /02 /février /2019 19:28

 

Extrait de l'article paru dans l'Humanité :

"Pour la CGT, des licenciements déguisés se cachent derrière l’essor des ruptures conventionnelles, ­défendues bec et ongles par le Medef. « Les licenciements économiques sont remplacés par des ruptures conventionnelles moins coûteuses. Les deux tiers sont à l’initiative de l’employeur, qui met souvent la pression sur les salariés », dénonce Denis Gravouil, chargé des questions d’emploi à la CGT. Une analyse confirmée par une étude de la Dares de l’an dernier, soulignant que ce mode de rupture du contrat de travail se « serait substitué » en partie aux licenciements économiques. "

Article intégral ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
14 février 2019 4 14 /02 /février /2019 18:50

Au huitième jour de leur mobilisation, les grévistes des carrières Lafarge de Bernières-sur-Seine, dans l'Eure, en appellent à la générosité de tout un chacun et lancent une cagnotte sur Internet.

Extraits d'articles lus sur France actu.fr:

Depuis mardi 5 février 2019, 90 % des salariés des carrières Lafarge de Courcelles-sur-Seine, dans l’Eure, sont en grève, à l’appel du syndicat CGT Granulats France.

 

Et ils restent mobilisés malgré les dures réalités, financières notamment, que suppose un mouvement qui semble devoir se prolonger encore.[...]
[...] Des revendications salariales

Ces salariés ont explicitement évoqué les raisons de cette grève dite « illimitée ».

Ils réclament une augmentation générale de 3 % minimum, avec un revenu minimum d’embauche à 1 900 € bruts pour l’ensemble des salariés de l’Unité économique et sociale Lafarge/Holcim Granulats France.

Ils souhaiteraient également une mise à niveau des salaires dans le respect de l’égalité de traitement pour l’ensemble du personnel.

Ils demandent aussi l’ouverture d’une négociation avant fin mars, avec pour objectif la mise en place d’un accord d’entreprise sur une prime d’ancienneté pour l’ensemble des salariés.[...]

Liens vers les différents articles sur actu.fr:

https://actu.fr/normandie/bernieres-sur-seine_27058/a-bernieres-sur-seine-dans-leure-salaries-lafarge-greve-illimitee_21316168.html

https://actu.fr/normandie/bernieres-sur-seine_27058/a-bernieres-sur-seine-dans-leure-grevistes-carrieres-lafarge-maintiennent-pression_21386086.html

https://actu.fr/normandie/courcelles-sur-seine_27180/a-bernieres-sur-seine-dans-leure-grevistes-carrieres-lafarge-lancent-une-cagnotte-sur-internet_21447227.html/amp

 

Partager cet article
Repost0
2 février 2019 6 02 /02 /février /2019 15:43

2 000 manifestants environ d’après le comptage de nos journalistes ( actu.fr)

Ils étaient 800 la semaine dernière pour l’acte XI, les Gilets jaunes sont beaucoup plus samedi 2 février 2019 à Rouen (Seine-Maritime). (©J-M/76actu)

La grève du 5 février est évoquée dans le cortège : « On n’a plus le choix, il faut faire grève », lance un Gilet jaune.

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2019 4 31 /01 /janvier /2019 23:52

Ruptures n°82 sera sous presse le 31 janvier (date décalée pour intégrer le nouveau vote du Parlement britannique prévu le 29 janvier)

 

Aperçu du sommaire :

– l’éditorial qui note qu’au moment même où le chef de l’Etat lance un « grand débat » censé associer les citoyens aux décisions, il signe avec Angela Merkel un traité qui fixe comme horizon la « convergence » avec l’Allemagne

– un entretien avec Etienne Chouard, qui lança l’idée du Référendum d’initiative citoyenne, désormais revendiqué par les Gilets jaunes, et qui insiste sur ce dont le mouvement actuel est porteur : l’institution du peuple en puissance politique

Lire la suite sur le site de Ruptures :

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2019 4 31 /01 /janvier /2019 17:32

Policier à la retraite, Christian Garcia interpelle ses ex-collègues confrontés aux "gilets jaunes" : "Je vous demande d'être républicains."

Par L'Obs

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2019 3 30 /01 /janvier /2019 22:25

Manifestation des retraités

Jeudi 31 janvier 2019

ROUEN 10h 30 Cours Clémenceau - Entrée du Conseil Départemental

LE HAVRE   : départ 10 h 30 devant la sous-préfecture

ÉVREUX : départ 10 h devant la préfecture

DIEPPE : départ 10 h 30 place Louis-Vitet.

 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents