Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
8 mars 2022 2 08 /03 /mars /2022 00:31

Cet article est reposté depuis Solidarité Internationale PCF.

Alexandra Mikhaïlovana Kollontaï est née en 1872 à Saint-Pétersbourg. Issue de l’aristocratie russe, elle s’affirme comme marxiste dès 1898 et se lie avec Lénine, Rosa Luxemburg ou Paul Lafargue.

Alexandra Mikhaïlovana Kollontaï est née en 1872 à Saint-Pétersbourg. Issue de l’aristocratie russe, elle s’affirme comme marxiste dès 1898 et se lie avec Lénine, Rosa Luxemburg ou Paul Lafargue.

Partager cet article
Repost1
6 mars 2022 7 06 /03 /mars /2022 23:42

RASSEMBLEMENTS LE 8 MARS :

à ROUEN à 18h devant le Palais de Justice
Au HAVRE à 18h espace Coty (côté printemps) suivi de la diffusion du film « debout les femmes » à 19 h 30 à l’UL du Havre avec un temps d’échanges.

Le 8 mars, la journée internationale des droits des femmes sera une fois de plus l’occasion de descendre dans la rue pour manifester en faveur de l’égalité professionnelle et salariale entre les femmes et les hommes.
Le calcul des inégalités professionnelles montre que l’écart salarial entre les hommes et les femmes est de l’ordre de 25 % en faveur de ces premiers. Précarité, bas salaires, temps partiel subi restent encore et toujours l’apanage des femmes.
Pour que cesse cette situation inique, la CGT lance un préavis de grève le 8 mars. Tout au long de la journée, des actions seront organisées sur tout le territoire pour exiger une réelle égalité salariale et professionnelle.
A 15h40 c’est l’heure ou, pour un travail de valeur égale, les hommes continuent à être payés alors que les femmes commencent à travailler gratuitement.
De même, les femmes sont plus soumises que les hommes au temps partiel subi, leur déroulé de carrière est moins rapide, elles ont des emplois plus précaires.
Leur retraite est le reflet de leur carrière hachée, et souvent subie : les inégalités de pension sont encore plus importantes que celles des salaires parce que les carrières féminines cumulent plusieurs handicaps, comme les salaires plus bas et les carrières moins importantes.
Si en France, l’arsenal législatif n’a cessé de s’étoffer depuis 1983 et la loi Yvette Roudy, (lois en 2001, 2006, 2011, 2015, 2021), la réalité prouve que l’objectif d’égalité « travail de valeur égale, salaire égal » n’est pas encore atteint aujourd’hui.
Pour l’atteindre, la CGT propose notamment de revaloriser les métiers à prédominance féminine (…en particulier ceux du lien et du soin), de supprimer les écarts de rémunération sur l’ensemble des éléments de négociation, d’établir une obligation de résultat et non pas de moyens en sanctionnant les employeurs qui discriminent, de renforcer la présence des femmes dans les institutions représentatives du personnel…

RASSEMBLEMENTS LE 8 MARS :

à ROUEN à 18h devant le Palais de Justice
Au HAVRE à 18h espace Coty (côté printemps) suivi de la diffusion du film « debout les femmes » à 19 h 30 à l’UL du Havre avec un temps d’échanges.
Partager cet article
Repost0
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 16:58

Des victoires

Les femmes de chambre mettent la sous-traitance au tapis - Humanité

À force de luttes, les femmes de chambre de plusieurs hôtels Campanile ont obtenu leur internalisation. Un soulagement indicible pour ces travailleuses ultraprécaires soumises à un travail harassant, et une avancée porteuse d’espoir pour leurs consœurs. 

Devant la porte de l’hôtel Campanile du Bourget (Seine-Saint-Denis), les salariés réunis se sont abrités de la pluie fine sous le petit chapiteau dressé pour l’occasion. Certains ont fait plusieurs heures de route, d’autres sont même venus de Marseille pour l’occasion. Malgré la grisaille et la fraîcheur du mois de février, les masques peinent à dissimuler les sourires et l’enthousiasme.[...]

La suite sur le site de l'Humanité

 

Des luttes encore, contre la précarité, pour la reconnaissance des indispensables mais sous-payées, pour l'égalité au travail ...

La CGT avec d'autres syndicats et des associations féministes appelle à la mobilisation et à la grève : « Indispensables mais invisibilisées et sous payées, le 8 mars des premières de corvées »
 
Grève le 8 Mars

Le 8 mars, c’est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes

Le 8 mars, ce n’est pas la journée de LA femme, ce n’est pas la Saint Valentin ou la fête des mères, le jour où nous faire des cadeaux ou, exceptionnellement, faire la vaisselle à notre place, le 8 mars, c’est la journée internationale de lutte pour les droits des femmes, le moment de se mobiliser pour gagner enfin l’égalité. 

Et c’est indispensable parce que l’égalité on en est très loin, notamment au travail : les femmes gagnent, en moyenne, toujours 25 % de salaire en moins.

Chaque jour, c’est comme si nous arrêtions d’être payées à 15 h40.
Toujours un salaire d’un quart en moins pour les femmes

[...]

Le 8 mars, syndicats et associations féministes appellent à une grève féministe pour exiger l’égalité, au travail comme dans la vie. Le 8 mars, femmes comme hommes, faisons grève, manifestons et débrayons à 15h 40 ou deux heures avant la fin de la journée pour dénoncer les inégalités salariales!

Vigilance : Rien n'est jamais acquis

La Pologne : Reculs sur le droit à l'IVG

Après trois mois de tergiversations, le gouvernement conservateur a publié mercredi 27 janvier à minuit la décision du Tribunal constitutionnel qui interdit l’avortement en cas de malformation grave de l’embryon. Les femmes polonaises sont de nouveau dans la rue et s’organisent.  28 janvier 2021 - La Croix

Une longue histoire pour les femmes polonaises : INA.fr - 28/10/2020

1993, durcissement de la loi anti-avortement en Pologne

Extrait :

"Le 20 mars 1993, dans le JT de 20h, Hervé Claude décrit ainsi la situation, "la Pologne, maintenant, la très catholique Pologne qui hésite dans ses relations avec l'Eglise. D'un côté l'Eglise perd un peu de son influence dans la vie quotidienne, mais d'un autre côté, l'Eglise pèse toujours très fortement sur la vie politique. Ainsi, l'avortement, qui était autorisé depuis 1956, est maintenant illégal depuis cette semaine. 600.000 avortements ont pourtant lieu chaque année dans ce pays".

Dans le monde - Droits des femmes et égalité entre les femmes et les hommes : unissons-nous pour mieux combattre

10/12/2020 - Déclaration de la FIDH - Extrait

 

La FIDH, forte de ses 192 ligues membres, dénonce et alerte de la régression des droits des femmes qui frappe la moitié de l’humanité. A travers cette régression, c’est l’humanité toute entière et l’universalité des droits humains qui sont atteints.

Depuis le début de la pandémie Covid-19 et partout dans le monde, les atteintes aux droits des femmes se sont accentuées. Derrière cette pandémie, se cache une autre pandémie, celle des violences à l’égard des femmes qui s’est aggravée. Les inégalités femmes-hommes se sont creusées. Les droits économiques et sociaux des femmes reculent et une explosion des violences liées au genre est enregistrée. Le Fonds des Nations Unies pour la population alerte sur l’impact de la Covid-19, qui a renforcé la précarité économique et sociale frappant spécifiquement les femmes du fait des freins, voire de l’arrêt, de certaines activités économiques et la faiblesse, voire l’absence, de protection sociale dédiée. ONU Femmes estime, dans son rapport de 2020, que « 47 millions de filles et de femmes entreront dans la pauvreté, en 2021 des suites de la pandémie ». [1]

En outre, le 23 octobre 2020, à Genève, 35 États, parmi lesquels les Etats-Unis, le Brésil, l’Egypte ou encore la Hongrie, se prononçaient contre le droit à l’avortement au nom du « bien être de la femme » et de la « préservation de la vie humaine ». [...]

 

En France, des inégalités salariales qui perdurent

Données 5 mars 2021 INSEE

En moyenne, les femmes gagnent 23 % de moins que les hommes. À temps de travail équivalent, elles touchent 16,8 % de moins que les hommes. Plus on s’élève sur l’échelle des salaires, plus les écarts entre femmes et hommes sont grands.

Femmes et hommes  Salaires 

Tous temps de travail confondus, les femmes gagnent en moyenne 1 515 euros net par mois, les hommes 1 968 euros net, selon les données 2017 de l’Insee. Ces montants portent sur l’ensemble des salariés : des personnes qui travaillent toute l’année à temps complet et d’autres qui travaillent à temps partiel ou par intermittence. L’écart entre femmes et hommes est de 453 euros par mois en moyenne. Les femmes touchent 23 % de moins que les hommes. Ou encore, ce qui revient au même, les hommes reçoivent 30 % de plus que les femmes . [...]

L'intégral sur le site de l'Observatoire des inégalités.

 
Partager cet article
Repost0

Articles Récents