Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
26 avril 2023 3 26 /04 /avril /2023 09:52

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article
Repost0
26 avril 2023 3 26 /04 /avril /2023 09:50

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article
Repost0
26 avril 2023 3 26 /04 /avril /2023 09:45

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article
Repost0
25 avril 2023 2 25 /04 /avril /2023 15:25
Soudan : Que s’y passe-t-il? -Le Monde vu d’en Bas – n°88

Alors que la grande majorité des médias présentent la situation au Soudan comme un conflit entre deux hommes, Saïd Bouamama analyse ce qui s’y passe actuellement en apportant le contexte économique et géopolitique. Il souligne aussi qu’un acteur important est le peuple soudanais.

La suite et la vidéo ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
25 avril 2023 2 25 /04 /avril /2023 15:05
Criminalisation du mouvement social : une actualité très inquiétante

La semaine dernière, Ernest M., responsable des droits étrangers aux éditions de La Fabrique, a été arrêté par la police britannique alors qu’il se rendait à la Foire du livre de Londres. Il a été détenu sans avocat en vertu de « l’alinéa 7 de la loi antiterroriste de 2000 », relâché le lendemain sans poursuites, mais son téléphone et son ordinateur ont néanmoins été saisis. Il paraît très probable que les autorités françaises aient sollicité leurs homologues anglais pour cette arrestation, sans doute pour essayer d’obtenir des coordonnées de personnalités issues du milieu de la gauche radicale. Cette nouvelle affaire scandaleuse s’ajoute à plusieurs faits graves ayant eu lieu ces dernières semaines et qui témoignent de la montée en intensité de la criminalisation du mouvement social.

Le cas emblématique de la LDH

Après les propos tenus par Gérald Darmanin à l’encontre de la Ligue des droits de l’Homme (voir le précédent éditorial : https://www.gaucherepublicaine.org/respublica-combats/respublica-combat-social/sous-le-soleil-davril-en-macronie/7433524) et qui avaient à juste titre scandalisé une grande partie de l’opinion publique, on aurait pu penser que le gouvernement reviendrait à la raison. Manifestement non. Dans les questions au gouvernement le mercredi 12 avril, Elisabeth Borne a confirmé la méfiance du gouvernement vis-à-vis de l’association centenaire : « J’ai beaucoup de respect pour ce que la LDH a incarné, [mais] je ne comprends plus certaines de ses prises de position. Cette incompréhension [] s’est fait jour dans ses ambiguïtés face à l’islamisme radical. Et elle s’est confortée depuis quelques mois ».

Dans le climat actuel, tout opposant politique est en train de devenir un ennemi de la démocratie, selon la rhétorique que le gouvernement essaie d’imposer.

[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
25 avril 2023 2 25 /04 /avril /2023 14:34

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2023 2 25 /04 /avril /2023 13:59

Pour info.  La réalité du Venezuela est forcément contradictoire.  Tout comme celle de nombreux pays d'Amérique latine qui tentent d'échapper au pillage de leurs richesses et à la domination économique, militaire, culturelle et idéologique nord-américaine.  Le Parti communiste du Venezuela critique la politique du gouvernement vénézuélien, dénonce la corruption et l'inflexion "libérale" de sa politique.  Régulièrement il accuse le gouvernement bolivarien de pourchasser les militants communistes. Il mène également une campagne pour soutenir les salariés qui luttent contre la corruption.  Cette lutte ne semble pas cependant contradictoire avec la politique bolivarienne et les intérêts du Venezuela. 

Quoiqu'il en soit, le gouvernement du Venezuela soutient Cuba, développe une politique bolivarienne socialiste, "communale", entretient des relations avec la Chine, la Russie. Il mène, avec d'autres pays d'Amérique latine qui se sont engagés dans des transformations sociales, une politique étrangère commune face aux Etats-Unis.

Et il est dans l'intérêt des peuples désireux de s'émanciper de la mondialisation capitaliste dominée par les Etats-Unis et l'UE, de soutenir le Venezuela et son gouvernement bolivarien.  Sans renoncer à un regard critique.  Pour être mieux solidaire.

Cet article lu sur le blog de Thierry Deronne nous y aide.

YG

Caracas, 20 avril 2023. Réuni avec le président de Bolivie Luis Arce Lucho Arce, le président du Venezuela Nicolás Maduro propose de faire des deux nations un pôle public industriel qui produira et garantira les engrais nécessaires aux paysan(ne)s d’Amérique latine et des Caraïbes.

Caracas, 20 avril 2023. Réuni avec le président de Bolivie Luis Arce Lucho Arce, le président du Venezuela Nicolás Maduro propose de faire des deux nations un pôle public industriel qui produira et garantira les engrais nécessaires aux paysan(ne)s d’Amérique latine et des Caraïbes.

Dans divers secteurs de l’opposition vénézuélienne, dans les grands médias ou dans les habituels cercles « science-po-trotskistes » de la classe moyenne, circule une nouvelle antienne. La lente sortie du blocus occidental serait due au fait que Nicolas Maduro a fini par « embrasser le capitalisme » ou a « pris un tournant néolibéral ». Pour Alberto Barrera Tyszka, du New York Times (1), le néolibéralisme serait même le pan économique de la « dictature » de Maduro.

Les « preuves » varient : des images de quartiers huppés de Caracas où on trouve des boutiques ostentatoires, des restaurants et des casinos de luxe, aux offres d’emplois sur les plateformes numériques et à la circulation des dollars dans l’économie. Pour le « Parti communiste du Venezuela » (aujourd’hui dans l’opposition et qui s’allie ici ou là avec la droite), « les bas salaires, la réduction des dépenses publiques et les prétendues tentatives de privatisation encadrés dans la loi anti-blocus sont des expressions de ce néolibéralisme qui confirment l’éloignement de Maduro du chavisme ».

Pour qu’une politique économique soit néolibérale, certaines conditions doivent être remplies. L’une d’elles est la déréglementation de tout ce qui est possible en matière d’activité économique. Soit l’élimination de tous les facteurs de contrôle, de surveillance, de protection sociale ou de gestion de l’État sur les secteurs stratégiques, financiers et les services publics essentiels. Avec son cortège d’inégalités, de désespoir social et de répression, seuls les plus riches pouvant encore s’offrir des soins, une éducation, un logement ou des aliments de qualité. Comme exemple récent de thérapie de choc néolibérale, nous avons le gouvernement de Mauricio Macri en Argentine (2015-2019) (ou bien sûr le « miracle chilien » de l’époque de Pinochet). Politiquement, le «laboratoire néolibéral» que dirigeait Macri en Argentine impliquait la montée des banquiers et des technocrates à des postes de pouvoir élevés, façonnant un gouvernement d’entreprise parsemé de PDG. Liée à ces « ajustements » néolibéraux, son administration a contracté une dette extraordinaire auprès du Fonds monétaire international (FMI) et de créanciers privés (fondos buitres), pour un total de plus de 250 milliards de dollars.

[...]

La suite :

Et ce film.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2023 2 25 /04 /avril /2023 10:44

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost0
25 avril 2023 2 25 /04 /avril /2023 10:21
La fumée s'élève au-dessus de la ville pendant les combats entre l'armée soudanaise et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (RSF) à Khartoum, au Soudan, le 19 avril 2023 | © Keystone/EPA

La fumée s'élève au-dessus de la ville pendant les combats entre l'armée soudanaise et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (RSF) à Khartoum, au Soudan, le 19 avril 2023 | © Keystone/EPA

"Au peuple soudanais :

Le violent et intense affrontement militaire entre les généraux du Comité de sécurité et leurs forces expose les masses de notre peuple au danger et à la témérité des ambitions des forces contre-révolutionnaires, ainsi qu’à de nouvelles effusions de sang.

Cet affrontement est le résultat de la déviation des forces militaires et civiles qui ont assumé la direction et la gestion du pays depuis le début de la révolution en avril 2019.

Les victimes de la violence et de la contre-violence continues sont les personnes qui ont lutté pour la poursuite de la révolution et l’obtention d’un pouvoir civil démocratique complet. Le retour à une vie normale commence par un cessez-le-feu immédiat et complet, le départ des armées et des milices des villes et des villages, et leur éloignement des rassemblements de citoyens dans les villes et les zones rurales.

Ce qui se passe actuellement est la poursuite de la lutte pour le pouvoir et les richesses du pays, encouragée par certaines puissances étrangères, et menée par des groupes armés inféodés à ces puissances étrangères. Ces affrontements sanglants et leur poursuite sont ce contre quoi notre parti a mis en garde, et ils sèment la confusion et la peur parmi les citoyens.

Dans ce contexte, le Parti communiste considère qu’il est nécessaire d’accélérer la dissolution de toutes les milices, de collecter les armes déployées dans les villes et les zones rurales, et de reconstruire une armée nationale professionnelle unifiée.

Le Parti communiste soudanais appelle à l’unité pour exiger un cessez-le-feu immédiat, la sortie des armées et des milices des villes, et pour sauver le pays des luttes intestines sanglantes entre les généraux.

L’unité de notre peuple, de toutes les forces patriotiques, des forces du changement radical et des comités de résistance pour soutenir les objectifs de la révolution et restaurer la paix, la sécurité et la stabilité est une tâche urgente. C’est la seule base pour mettre fin à la crise actuelle, récupérer la Révolution et établir le pouvoir du peuple.

La liberté, la paix, la justice et l’État civil sont le choix du peuple

Dans ce contexte, le Parti communiste appelle notre peuple à protéger les quartiers et les zones résidentielles.

Le Parti communiste soudanais appelle également les peuples du monde et les forces démocratiques et communistes à brandir les bannières de la solidarité avec la lutte du peuple soudanais et à contenir les forces hostiles à la glorieuse révolution de décembre.

Comité central ; le 17 avril 2023.

Source : http://www.idcommunism.com/2023/04/sudanese-communist-party-statement-on-latest-developments-in-sudan.html

Partager cet article
Repost0
25 avril 2023 2 25 /04 /avril /2023 10:14

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Une dictature sans SA, ni SS, imposée par un ancien ministre de l'Economie pendant 42 ans et renversée par le peuple et des capitaines...

Par Jean LEVY

Comme chaque année, le 25 avril, nous célébrons la libération du Portugal, l'historique "Révolution des 0eillets", la révolte des "Capitaines" alliés du peuple en résistance avec le PCP, le Parti Communiste Portugais.

En cet avril 2022, nous devons nous rappeler que la dictature de Salazar, puis de Caétano, a duré 42 ans....

Economiste de formation, Salazar entra dans la vie politique en tant que ministre des Finances, puis Premier Ministre.

Il créa son rassemblement, l'"Union nationale", seul mouvement autorisé. Il décrivit et promut son parti comme un « non-parti » et annonça que l'"Union nationale" serait l'antithèse d'un parti politique, soutenant son régime, l'Estado Novo.

Opposé aux valeurs démocratiques, et d'abord au communisme et au syndicalisme, le régime de Salazar servit les intérêts de la grande bourgeoisie capitaliste et colonialiste.

L'"Estado novo" permit à Salazar d'exercer une dictature féroce. Il utilisa la censure et la police secrète, la PIDE, pour réprimer l'opposition, les communistes en premier, en arrêtant tout contestataireles (36 membres du Comité cental du PCP ont passé plus de 300 années en prison). - Un des opposants Humberto Delgado, qui contesta ouvertement le régime de Salazar lors de l'élection présidentielle de 1958, a d'abord été exilé puis assassiné par la police secrète. Salazar soutint Franco pendant la guerre civile espagnole...

La dictature du grand capital peut parvenir au pouvoir, et s'y maintenir des décennies durant, par des moyens légaux, sans uniforme, ni bottes, ni baudrier...

25 avril 2022

L'intégral ci-dessous :

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents