Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 16:53

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Repost 1
Published by anonyme
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 16:12

Décidément les primaires, inspirées du modèle américain, ne portent pas chance aux deux grands partis du système de la Vème République.  Les institutions inventées par le général De Gaulle, pour lui et pour mettre en place un régime présidentiel fort, seraient-elles agonisantes ?  Rien ne permet de l'affirmer, tant ses soutiens sont nombreux à droite, du PS à Marine Le Pen en passant par Emmanuel Macron.  Mais elles sont fort malmenées par ceux-là même qui les défendent. Y.G.

Repost 0
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 15:23

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Repost 1
Published by El Diablo
commenter cet article
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 22:44

Les manœuvres de déstabilisation de la justice, elles, ne connaissent pas de trêve ! La version polie parle de « retenue » ou de « pause » tandis que la version outrancière recycle, dans un discours plaqué, le « gouvernement des juges », les « cabales d’Etat » et fantasme les atteintes à la séparation des pouvoirs. Ceux qui les invoquent se croient autorisés à détourner à leur profit les principes démocratiques, non sans les dégrader sévèrement.

Rétifs à l’égalité devant la loi, certains membres de la classe politique prétendent se construire une immunité pénale et c’est par l’intimidation qu’ils veulent l’imposer. Que l’autorité judiciaire ose faire son travail, enquêter sur les infractions à la loi pénale qui lui ont été dénoncées, constitue pour eux un crime de lèse-candidat.

Au mépris affiché pour la justice viennent de s’ajouter des menaces édifiantes : après avoir refusé de se rendre à sa convocation, Marine Le Pen promet, si elle accédait au pouvoir, de demander des comptes aux policiers et aux juges en guise de représailles.

En démocratie, la loi est la même pour tous et l’autorité judiciaire est chargée de son application, en toute indépendance, dans le respect des règles procédurales et des droits de la défense. N’en déplaise à certains, la séparation des pouvoirs n’est pas l’impunité organisée au profit des élus et de ceux qui aspirent à l’être.

Ces attaques délétères contre la justice et la démocratie doivent cesser : il est grand temps que la retenue change de camp.

Repost 0
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 22:33
Repost 1
Published by El Diablo
commenter cet article
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 21:56

UE et € : le plan B de Mélenchon et au delà

24.02.2017 sur France Culture
 

Note : Rien n'est dit sur les forces et les batailles à mener.  Ni sur le rôle des salariés et les pouvoirs qu'il faudrait leur donner. Ni non plus sur la souveraineté du peuple français dans le cadre de cette nouvelle Union Européenne.  Pourquoi faire éclater une Union européenne carcan pour se replonger dans un autre carcan, fut-il progressiste ? N'est-il pas possible d'envisager des accords bi-nationaux sur des échanges équitables, sur des coopérations économiques, culturelles ?  Ne peut-on pas conclure des accords sur les questions écologiques, sociales sans dissoudre la souveraineté des peuples dans un nouveau "machin" européen ?  N'y a-t-il pas des peuples hors d'Europe avec lesquels nous pouvons conclure des accords ? Par exemple les pays de la Méditerranée ?

Lire l'intégralité de l'article sur le site de France Culture ci-dessous:

Repost 0
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 21:48

Cet article est reposté depuis Canaille le Rouge, le c@rnet, ses p@ges..

Repost 1
Published by Canaille Lerouge
commenter cet article
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 21:30
27 Fév sur le blog "Histoire et société"

Les désespérantes élections présidentielles françaises avec leurs piètres candidats, corrompus, étalant des egos surdimensionnés et traînant le fil à la patte des intérêts financiers, masquent-elles sous la désagrégation du politique la manière de verrouiller les enjeux entre une entente droite et gauche autour de l’Europe qui vise à maintenir un crypto-protectionnisme autour de l’Allemagne et la fausse alternative d’un protectionnisme fascisant qui s’exercera aux dépens des salariés. Dans les deux cas, il y a le maintien des intérêts du capital financiarisé, en particulier du complexe industrialo-militaire. Tant que l’on ne placera pas ici comme ailleurs, les questions de la paix et de la justice sociale au centre des débats, le problème de l’Europe et de l’euro devenus un véritable carcan ne pourra pas être résolu (note et traduction de Danielle Bleitrach pour Histoire et société).

Le débat sur une éventuelle sortie de la zone euro s’étend au milieu de la vague croissante d’euroscepticisme affectant le Vieux Continent.

Les Pays-Bas va étudier la possibilité de quitter la zone euro

Image illustrative pixabay.com / RT

Les législateurs des Pays-Bas ont adopté à l’unanimité une motion demandant une enquête afin de déterminer si le pays doit garder l’euro ou  quitter la zone euro avec sa monnaie unique, rapporte Reuters.

La proposition a été présentée jeudi par Pieter Omtzigt, le principal parti de l’opposition démocrate-chrétienne, qui charge le Conseil d’Etat et le Parlement d’ouvrir l’enquête. Selon le législateur, la motion vise à analyser «les politiques et les options institutionnelles ouvertes pour l’euro» et «quels sont les avantages et les inconvénients de chacun.»

[...] La suite ci-dessous
Repost 0
Published by Action communiste
commenter cet article
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 08:48

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Repost 1
Published by El Diablo
commenter cet article
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 22:37

Outrage au patron de la police : le leader de la CGT relaxé par le tribunal de Caen

Le délibéré est tombé mardi 28 février 2017. Franck Mérouze, le leader CGT, a été relaxé par le tribunal de Caen des faits d'outrage au patron de la police.

Mise à jour : 28/02/2017 à 09:52 par La Rédaction

Franck Merouze (à droite) était soutenu par environ 200 militants de la CGT, rassemblés devant les grilles du Palais de justice de Caen, mardi 17 janvier 2017. (©Photo Liberté/le Bonhomme libre)
Franck Mérouze (à droite) était soutenu par quelque 200 militants de la CGT, rassemblés devant les grilles du Palais de justice de Caen, mardi 17 janvier 2017. (©Photo Liberté/le Bonhomme libre)

Le tribunal de Caen (Calvados) a rendu son délibéré mardi 28 février 2017. Franck Mérouze, le responsable de l’antenne locale de la CGT avait été jugé mardi 17 janvier 2017, pour outrage et/ou diffamation à l’encontre de Jean-François Papineau, le patron de la police à Caen. Il a finalement été relaxé.

> LIRE AUSSI : Un leader de la CGT de Caen au tribunal pour outrage au patron de la police

Un tract en cause

Lors du mouvement social contre la loi Travail, le 12 mai 2016, un tract de la CGT de Caen (Calvados) accusait Jean-François Papineau, le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP), patron de la police, d’avoir « provoqué un incident grave ». Dans ce tract, on pouvait notamment lire : « Le responsable de la DDSP a délibérément provoqué un incident grave en ordonnant à un officier de jeter un pétard sur le cordon de CRS afin de justifier de la charge contre les étudiants. »

Lu sur le site de l'UD-CGT 76

Lu sur le site de l'UD-CGT 76

Repost 0

Articles Récents