Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
23 novembre 2021 2 23 /11 /novembre /2021 15:13
Partager cet article
Repost1
23 novembre 2021 2 23 /11 /novembre /2021 15:11

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article
Repost1
22 novembre 2021 1 22 /11 /novembre /2021 17:28
E Macron, B Arnault et quelques patrons ... L’ancien PDG de Cisco Systems, John Chambers (gauche), Emmanuel Macron et Mounir Mahjoubi lors de la rencontre  avec les grands patrons à Versailles en 2018 - EMacron s'adresse en anglais, la langue des affaires, aux grands patrons en 2018E Macron, B Arnault et quelques patrons ... L’ancien PDG de Cisco Systems, John Chambers (gauche), Emmanuel Macron et Mounir Mahjoubi lors de la rencontre  avec les grands patrons à Versailles en 2018 - EMacron s'adresse en anglais, la langue des affaires, aux grands patrons en 2018
E Macron, B Arnault et quelques patrons ... L’ancien PDG de Cisco Systems, John Chambers (gauche), Emmanuel Macron et Mounir Mahjoubi lors de la rencontre  avec les grands patrons à Versailles en 2018 - EMacron s'adresse en anglais, la langue des affaires, aux grands patrons en 2018

E Macron, B Arnault et quelques patrons ... L’ancien PDG de Cisco Systems, John Chambers (gauche), Emmanuel Macron et Mounir Mahjoubi lors de la rencontre avec les grands patrons à Versailles en 2018 - EMacron s'adresse en anglais, la langue des affaires, aux grands patrons en 2018

LA PRÉPARATION DE LA PRÉSIDENCE REFLÈTE UNE INQUIÉTANTE CULTURE DU SECRET ET DU MANQUE DE TRANSPARENCE, QUI N’AUGURE RIEN DE BON POUR LA VISION FRANÇAISE DE LA «DÉMOCRATIE EUROPÉENNE»

LES THINK TANKS POURRAIENT AUSSI BIEN ÊTRE CONSIDÉRÉS COMME UN OUTIL DE LOBBYING PARTICULIÈREMENT COMMODE POUR LES GRANDES ENTREPRISES

Emmanuel Macron veut ainsi, avec l'avis éclairé de ces "Think Tanks" ou "Lobbies" piloté par des multinationales, promouvoir la fameuse "souveraineté européenne" ... Cela n'est nullement de bon augure pour la souveraineté des peuples ... Une "souveraineté européenne" chapeautée par les grands groupes multinationaux ?  Les mauvais esprits pourraient y voir la démonstration que l'Union Européenne et le Conseil européen, "conseillés" par la Commission de Bruxelles, sont au service du Capital.

Un nouveau rapport de l’Observatoire des multinationales et de Corporate Europe Observatory lève le voile sur la préparation de la présidence française de l’Union européenne, qui va commencer en janvier 2022 et durer six mois.

Recours à des sponsors privés, rendez-vous secrets avec des industriels, événements de lobbying co-organisés par les autorités françaises avec des multinationales, et une Représentation de la France à Bruxelles où les “portes tournantes” avec les grandes entreprises ne s’arrêtent jamais...

Une nouvelle fois, la présidence tournante du Conseil de l’UE risque de se trouver instrumentalisée au profit des intérêts des grandes entreprises, avec la coopération active du gouvernement français.

Les enjeux sont importants aussi bien pour l’Europe que pour Emmanuel Macron et son gouvernement. La présidence française de l’UE coïncidera avec les élections présidentielles et législatives en France, et l’Europe sera l’un des thèmes clés de sa campagne de réélection. Le gouvernement français affiche sa volonté de promouvoir la « souveraineté européenne », et aura à gérer au cours de sa présidence tournante des dossiers cruciaux comme le nouveau paquet climat, la régulation du numérique et des GAFAM, ou encore les leçons à tirer de la crise du Covid.

« La préparation de la présidence française de l’UE offre une nouvelle illustration de la confusion croissante entre intérêt public et intérêts des grandes entreprises,

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2021 1 22 /11 /novembre /2021 17:19
RUPTURES - Mensuel progressiste radicalement eurocritique - La parution de l’édition de novembre est imminente

La prochaine édition de Ruptures sera routée le 23 novembre

Au sommaire :

– l’éditorial qui met en relief la duplicité des dirigeants européens : ces derniers re-sanctionnent la Biélorussie en l’accusant de vouloir « déstabiliser l’Europe en instrumentant les migrants », mais portent une lourde responsabilité dans les crises migratoires

– un entretien avec Bernard Borgialli, responsable du syndicat SUD-cheminots, qui pointe les dégâts prévisibles de l’ouverture de la ligne Marseille-Nice à la concurrence, et rappelle le processus de déréglementation européen

– une analyse approfondie de l’envolée des prix de l’énergie, du fait de la libéralisation et des politiques climatiques, deux orientations pilotées par Bruxelles, mais dans le contexte où les divergences au sein des Vingt-sept s’aiguisent

– un point sur la crise aiguë à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, où l’UE est unanime pour condamner Minsk mais se divise sur les suites, alors que Bruxelles (et Paris) projettent une « boussole stratégique » et une force d’intervention européenne rapide

Une analyse du double scrutin bulgare, législatif et présidentiel : moyennant une abstention massive, c’est un nouveau parti, hors classe politique, qui arrive en tête : il se réclame de la lutte anti-corruption, mais est conduit par deux hommes d’affaires formés aux Etats-Unis

– et, bien sûr, comme chaque mois, les brèves

Pour recevoir cette édition, il n’est pas trop tard pour s’abonner

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2021 1 22 /11 /novembre /2021 16:32

Déclaration de l'UD-CGT 76

La catastrophe dans laquelle les hôpitaux publics, le privé non lucratif, et tout le secteur de la Santé sont plongés par O. Véran (et les gouvernements précédents) éclate au grand jour après les chiffres donnés par le Dr Delfraissy : Jusqu’à 20% de lits fermés par manque de soignants et de médecins.
Le Ministre O. Véran prend les décisions depuis 9 ans, avec Hollande puis Macron, et prétend découvrir les milliers et milliers de fermetures qu’il a supervisées.

L’USD CGT 76 appuie cette initiative, invite ses syndicats à en discuter et à envisager toute action et mobilisation pour arrêter la casse organisée par Véran et obtenir nos revendications :
□ Contre toute fermetures.
□ Pour les recrutements d’effectifs.
□ Pour les mises en stage des précaires.
□ Pour l’augmentation immédiate de 15% des salaires.

 

Santé : Mobilisation le 4 décembre contre les fermetures de lits
Partager cet article
Repost0
22 novembre 2021 1 22 /11 /novembre /2021 16:00
Un livreur à vélo de la société Uber eats. Les cadences de ces livreurs, au statut souvent précaires, les exposent à des risques d'accidents importants. © Radio France - Aurélien Accart

Un livreur à vélo de la société Uber eats. Les cadences de ces livreurs, au statut souvent précaires, les exposent à des risques d'accidents importants. © Radio France - Aurélien Accart

Risquer un accident et livrer le repas à temps, ou perdre ses revenus : tel est le choix cornélien imposé par les plateformes de restauration à domicile à leurs livreurs, dont deux sont décédés récemment dans le cadre d’une livraison.

Le 12 octobre, un jeune livreur meurt au CHU de Montpellier. Renversé par une voiture lors d’une course pour une plateforme de livraison de repas à domicile, il allait fêter ses 20 ans. Quelques jours plus tard, à Lille, un autre scooter est renversé au beau milieu de la nuit. À côté de la victime, un homme de 31 ans, se trouve un sac réfrigéré Uber Eats.

Ces morts ne sont pas que des faits divers. À Pessac, Champs-sur-Marne, Mulhouse, Beauvais, Clamart, Villeurbanne, Paris, Sotteville-lès-Rouen … Depuis 2019, au moins dix livreurs pour des plateformes numériques sont décédés dans le cadre de leur travail (selon le recensement de Matthieu Lépine, qui anime un compte twitter sur les accidents du travail). Sans compter les accidents non mortels. [...]

La suite ci-dessous :

"Plus tu pédales, plus tu vas vite, plus tu gagnes de l'argent"

En 2016, Emmanuel Macron affirme : "La vie d'un entrepreneur est bien souvent plus dure que celle d'un salarié. Il faut jamais l'oublier parce qu'il peut tout perdre, lui."

Après cette déclaration d’Emmanuel Macron, Matthieu Lépine, un prof d’histoire-géographie de Seine-Saint-Denis décide de recenser tous les accidentés du travail sur un fil Twitter dédié : "Accident du travail : silence, des ouvriers meurent". Peu à peu, il rencontre les proches des victimes.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2021 1 22 /11 /novembre /2021 15:54

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article
Repost1
22 novembre 2021 1 22 /11 /novembre /2021 14:54

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article
Repost1
20 novembre 2021 6 20 /11 /novembre /2021 16:23
Partager cet article
Repost1
20 novembre 2021 6 20 /11 /novembre /2021 16:10
“La Fracture” : dans un hôpital en crise sur fond de répression des Gilets jaunes, un film dépolitisant et des prolos toujours placés au second plan

Un film “grand public » qui met en lumière à la fois le désastre budgétaire de notre hôpital public et les violences policières contre le mouvement des Gilets jaunes ne pouvait qu’attirer notre attention (attention : spoiler). Politiquement d’abord car chez Frustration, la casse du service public est documentée régulièrement et nous avons apporté un soutien indéfectible aux Gilets jaunes dès le départ, encore aujourd’hui. Et sentimentalement, les membres de ma famille travaillant pour l’essentiel comme aides-soignants et brancardiers depuis de nombreuses années, dont certains ont également été Gilets jaunes. La Fracture (2021), réalisé par Catherine Corsini, capte la période de l’hiver 2018 – 2019 où les manifestants, en particulier à Paris, lieu de concentration des pouvoirs comme au VIIIe arrondissement, subissent un sérieux pic de violences policières. La Fracture, c’est celle du Gilet jaune Yann (Pio Marmaï), qui se prend une grenade à la jambe lors d’une manifestation, et aussi celle de la dessinatrice un peu bourgeoise Raf (Valeria Bruni-Tedeschi), qui n’a rien à voir avec ce mouvement mais qui s’évanouit et se pète le bras dans Paris où elle vit à cause de sa copine Julie (Marina Foïs) qui ne veut définitivement plus d’elle. Ils se retrouvent dans les urgences d’un hôpital public qui, devinez quoi, est lui aussi en crise et fracturé. 

[...]

"Avec ces scènes, la réalisatrice cherche à faire transparaître le manque de personnel à l’hôpital, mais sans aucune finalité politique : c’est dû à qui et à quoi, tout ça ?"

[...]

Bref, vous l’aurez compris : La Fracture, elle est physique, elle est sociale, elle est multiple, elle est douloureuse, elle est ceci, cela. Une société “fracturée”, c’est le thème social-démocrate par excellence : c’est considérer qu’elle pouvait être “unie”, par le passé, mais qu’elle est victime d’un mauvais sort social dont on ignore la provenance. Or, une société capitaliste est intrinsèquement inégalitaire, depuis ses origines, en se basant sur une société de classes dont l’une est au service de l’autre. La lutte de classes, chez Catherine Corsini, n’existe pas. Un comble pour un film qui traite à la fois de l’hôpital public et des Gilets jaunes.

[...]

"Une société “fracturée”, c’est le thème social-démocrate par excellence : c’est considérer qu’elle pouvait être “unie”, par le passé, mais qu’elle est victime d’un mauvais sort social dont on ignore la provenance."

La rage passée et qui pouvait se manifester de temps en temps pendant le film (le plaisir de revoir des images de manifestations, la solidarité soignants/manifestants) se transforme en une forme de fatalité démobilisatrice.

[...]

L'intégral ci-dessous :

Partager cet article
Repost0

Articles Récents