Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
11 janvier 2021 1 11 /01 /janvier /2021 09:44

Cet article est reposté depuis NBH-pour-un-nouveau-bloc-historique.over-blog.com.

Partager cet article
Repost1
11 janvier 2021 1 11 /01 /janvier /2021 09:37

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost1
11 janvier 2021 1 11 /01 /janvier /2021 09:28

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article
Repost1
11 janvier 2021 1 11 /01 /janvier /2021 09:08

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article
Repost1
11 janvier 2021 1 11 /01 /janvier /2021 09:03
© PASCAL ROSSIGNOL Source: Reuters

© PASCAL ROSSIGNOL Source: Reuters

Le gestionnaire du réseau électrique a lancé une alerte, demandant aux Français de réduire leur consommation pour «éviter tout risque de coupure». Pour le physicien-climatologue, Francois-Marie Bréon, la France pèche par de mauvais choix politiques.

«Mets ton pull» lance, tel un avertissement le 8 janvier, EDF sur les réseaux sociaux. Invitant ainsi chaque Français à consommer moins d'énergie et à baisser la température de son chauffage. Et pour cause : la veille, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France (RTE) invitait les Français à réduire leur consommation en raison des températures froides afin d'«éviter tout risque de coupure». RTE avait en effet prévu pour le 8 janvier au matin, une consommation atteignant 88 000 MW, ce qui aurait fortement réduit la marge de sécurité pour l'approvisionnement.

Finalement, la pointe s'est élevée à 87 000 MW vers 09h30, l'approvisionnement électrique de la France a donc été assuré.  Des industries et entreprises ont toutefois dû réduire leur consommation électrique, comme cela est prévu par leur contrat avec RTE. [...]

Le gestionnaire du réseau électrique a lancé une alerte, demandant aux Français de réduire leur consommation pour «éviter tout risque de coupure». Pour le physicien-climatologue, Francois-Marie Bréon, la France pèche par de mauvais choix politiques. «Mets ton pull» lance, tel un avertissement le 8 janvier, EDF sur les réseaux sociaux. Invitant ainsi chaque Français à consommer moins d'énergie et à baisser la température de son chauffage. Et pour cause : la veille, le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en France (RTE) invitait les Français à réduire leur consommation en raison des températures froides afin d'«éviter tout risque de coupure». RTE avait en effet prévu pour le 8 janvier au matin, une consommation atteignant 88 000 MW, ce qui aurait fortement réduit la marge de sécurité pour l'approvisionnement.

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/france/82573-menaces-coupures-electriques-france-mal-courant-hiver
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2021 1 11 /01 /janvier /2021 06:31

Pour comprendre

BOLIVIE - Avec « Evo » ou sans « Evo » ?

Maurice Lemoine

Voilà ce que, dans un premier temps, on a colporté : alors qu’il briguait un troisième mandat [1] au nom du Mouvement vers le socialisme (MAS), Evo Morales a été déclaré vainqueur au premier tour de l’élection présidentielle d’octobre 2019 ; l’opposition a dénoncé une fraude immédiatement confirmée par l’Organisation des Etats américains (OEA). Tandis qu’éclataient de violentes manifestations et des affrontements entre partisans et détracteurs du chef de l’Etat, celui-ci, lâché par la police et l’armée, a finalement « démissionné » avant de « s’enfuir » au Mexique, puis en Argentine, en compagnie de son vice-président Álvaro García Linera. Des démissions en cascade ayant créé un vide de pouvoir à la tête de l’Etat, la deuxième vice-présidente (de droite) du Sénat Jeanine Añez a prêté serment, sans quorum (mais avec la bénédiction des militaires), le MAS ne s’étant pas joint à la session du Parlement.

Suite à ces événements, les gauches bolivienne et latino-américaines ont clamé dans le désert en dénonçant un coup d’Etat. L’usine à dénigrement tournait alors à plein régime, mettant fondamentalement en cause les errements d’Evo Morales et de son parti. Pourtant, des études menées par des chercheurs d’organismes et universités étrangères indépendants confirmèrent rapidement que les rapports ayant conduit aux accusations de trucage de votes étaient faux. N’en déplaise à l‘OEA, à Washington, à l’Union européenne et à leurs associés, Morales, en 2019, avait bel et bien été réélu [2].
Cette affirmation fit généralement hausser les épaules. Disons… jusqu’au 18 octobre 2020. Ce dimanche, « surprenant tout le monde (…) aucun sondage, aucune analyse (n’ayant) prévu un tel scénario [3] », Luis Arce, candidat du MAS et dauphin de l’ancien chef de l’Etat, remporta la nouvelle élection présidentielle, dès le premier tour, avec plus de 55 % des voix ! A l’issue des législatives, le MAS retrouvait la majorité absolue dans les deux chambres du Parlement, onze mois après avoir été chassé du pouvoir, soi disant à cause de « ses dérives et de son mépris de la démocratie ».[...]

La suite ci-dessous sur le site "Mémoire des luttes"

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 20:48

Cet article est reposté depuis Solidarité Internationale PCF.

Partager cet article
Repost1
10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 16:24
L’histoire du PCF: “la vie est à nous” de Renoir

L’histoire du PCF: “la vie est à nous” de Renoir

https://www.cinearchives.org/Films-447-16-0-0.html

La vie est à nous est un film français réalisé par Jean Renoir en 1936 et sorti en 1969. Le film a été tourné à l’initiative du Parti communiste français pour la campagne électorale du Front populaire avec des fonds recueillis à la suite de collectes effectuées au cours de meetings, et avec la participation bénévole des techniciens et artistes. Il illustre admirablement ce que proclame alors le parti communiste: la classe capitaliste sacrifie la nation comme les travailleurs et conduit le pays vers le fascisme. Le parti communiste issu de la classe ouvrière réconcilie la nation.

Lors de sa sortie, il s’est vu refuser le visa permettant sa projection publique et il n’a alors été diffusé que dans les cellules et meetings communistes. Il ne reçoit son visa d’exploitation des autorités françaises qu’en 1969.

Outre sa portée politique puisqu’il se veut clairement un film de propagande, le film innove en matière cinématographique. Renoir avec des techniciens, des acteurs, la plupart bénévoles, trouve un langage approprié à son contenu : par exemple, on peut considérer comme un morceau d’anthologie d’une grande efficacité le montage sonore d’aboiements sur les images d’un discours d’Hitler. Cela dépasse le réalisme que défend la majeure partie du film pour atteindre le fantastique et ce montage est en quelque sorte la traduction sonore des montages photographiques de John Heartfield pour AIZ (je pense en particulier à Hitler avalant de l’or et crachant des saloperies).

Mais il n’y a pas que l’attaque, Renoir arrive réellement à restituer la force du collectif politique d’une manière différente de celles de l’école russe tout en l’ayant étudiée, là encore c’est le réalisme mais théâtralisé… Les foules qui arrivent, surgissent du fond de l’image, les foules sont montrées avec des visages de combattants en gros plan. C’est tout le film qui est conçu comme une pédagogie entre individu et collectif avec les idées chères à Renoir aussi, celle d’une France divisée qui se réunifie et si c’est de l’usine d’où part la lutte, les solidarités, les analyses politiques, le propos prend de l’ampleur et débouche sur l’apothéose des paysages français. [...]

L'intégralité de l'article de Danielle Bleitrach ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 16:13
Le logo de WhastApp devant un mur de logos Facebook, le 28 avril 2016 (image d'illustration).  En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/82559-facebook-oblige-utilisateurs-whatsapp-transmettre-plus-donnees-personnelles

Le logo de WhastApp devant un mur de logos Facebook, le 28 avril 2016 (image d'illustration). En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/82559-facebook-oblige-utilisateurs-whatsapp-transmettre-plus-donnees-personnelles

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2021 7 10 /01 /janvier /2021 15:49
David Cayla : "Le populisme est le produit d'une double impuissance : celle des citoyens et celle de leurs dirigeants"

Propos recueillis par

Économiste enseignant à l’université d’Angers, David Cayla vient de publier « Populisme et néolibéralisme : Il est urgent de tout repenser » (De Boeck Supérieur), livre dans lequel il analyse le rôle de notre système économique dans la crise économique et politique que nous vivons.

Marianne : Pouvez-vous revenir sur ce qu’est le néolibéralisme et sur ses quatre piliers ?

David Cayla :Le néolibéralisme est un ensemble de doctrines politiques qui visent à organiser et à normaliser les interventions de l’État dans l’économie de manière à permettre au marché de fonctionner dans des conditions optimales. L’origine des néolibéralismes remonte aux années 1930, au moment du colloque Lippmann qui se tient en 1938. Pour les intellectuels de l’époque il ne fait guère de doute que le libéralisme du XIXsiècle, fondé sur le laisser-faire, doit être profondément rénové. La crise de 1929 a montré que le capitalisme ne sait pas s’autoréguler. Le New Deal de Roosevelt, mais aussi la planification soviétique ou le corporatisme fasciste semblaient être les solutions aux désordres du monde.

Face à ces contre-modèles, la pensée libérale a dû adapter sa doctrine et reconnaître qu’un certain nombre d’interventions publiques dans l’économie étaient nécessaires. Tout d’abord, elle a admis que les problèmes sociaux et certaines revendications ouvrières ne pouvaient être ignorés, car ils sont sources d’instabilité politique. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0

Articles Récents