Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 21:49

Source : Politis

Une régression d’ampleur au bénéfice du seul patronat

Les ordonnances rendues publiques ce matin dessinent un Code du travail protégeant davantage les employeurs que les salariés.

 

Le Medef en rêvait, le gouvernement l’a fait. La réforme du Code du travail dévoilée aujourd’hui par Édouard Philippe et Muriel Pénicaud n’a absolument pas le caractère « équilibré » que vante le Premier ministre. Dans toutes les mesures annoncées, on ne voit pas ce qui pourrait constituer pour les salariés un progrès par rapport aux dispositions contenues dans l’actuel Code du travail. Sans doute l’organisation de Pierre Gattaz, qui n’a pas souhaité s’exprimer à sa sortie de Matignon, trouvera-t-elle quelques motifs de regretter que le gouvernement n’ait pas été assez loin. Mais l’essentiel de ses revendications ont été satisfaites.

C’est flagrant avec les mesures visant à faciliter les licenciements dans les multinationales (appréciation des difficultés économiques de l’entreprise au niveau national, création d’un dispositif de rupture conventionnelle collective…), comme dans les TPE-PME (raccourcissement du délai de recours aux prud’hommes et plafonnement des indemnités prudhomales…). La petite augmentation des indemnités légales accordée par le gouvernement aux salariés licenciés ne compense pas cette dérégulation puisque cette indemnité passera de 4 000 à 5 000 euros dans le cas d’un salarié qui gagne 2 000 euros par mois avec dix ans d’ancienneté.[...

La suite ci-dessous :

Repost 0
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 12:59

Cet article est reposté depuis Front Syndical de Classe.

Repost 1
Published by FSC
commenter cet article
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 12:58

Cet article est reposté depuis Front Syndical de Classe.

Repost 1
Published by FSC
commenter cet article
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 12:48

Venezuela• L’ancien ambassadeur suisse à Caracas Walter Suter défend la Constituante convoquée par Nicolas Maduro et conteste les accusations de dictature évoquées dans de nombreux médias occidentaux.

Walter Suter en compagnie de la présidente du Conseil national électoral (CNE) Tibisay Lucena, lors des élections parlementaires de décembre 2015. (DR)

 

Sources : Gauchehebdo

Le Grand Soir

Membre du parti socialiste suisse, Walter Suter a représenté les intérêts de la Confédération dans de nombreux pays. Il a également siégé jusqu’en 2015 à la direction du PS européen, représentant le PSS, et a présidé la section internationale du PS. En février 2003, le Conseil fédéral l’envoie comme ambassadeur à Caracas, où le peuple vient de faire échouer un coup d’Etat contre le gouvernement Chávez. « Je suis arrivé à un moment particulièrement captivant au Venezuela, se souvient le diplomate. En 1999, le pays s’était doté d’une nouvelle Constitution visant la démocratie directe, participative. En tant que Suisse, c’était très intéressant. L’approfondissement de la démocratie allait de pair avec l’établissement de la justice sociale. Je connaissais l’Amérique latine depuis 30 ans et j’ai pensé : enfin il se passe quelque chose ici ! D’objets, les masses devenaient sujets del’Etat. » En tant qu’ambassadeur, Walter Suter informe sur les mécanismes des élections et des votations en Suisse. Par son entremise, le Conseil national électoral (CNE) visite plusieurs fois la Suisse.

Lire la suite sur Le Grand Soir:

Repost 0
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 12:36

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Repost 1
Published by Jean Lévy
commenter cet article
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 12:35

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Repost 1
Published by Jean Lévy
commenter cet article
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 12:33
Repost 0
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 12:30

Quand on prononce le mot « Europe », le visage de certains devient soudain rayonnant. Ils pensent : avenir radieux, grande aventure, bonheur commun à l’horizon. Bon, ceux-là, on va les laisser rêver, après tout, c’est bien leur droit. A vrai dire, au grand désespoir des élites dirigeantes, ces euro-enthousiastes sont de moins en moins nombreux. [...]

La suite ici : https://ruptures-presse.fr/actu/ruptures-zapping-4-visage-institutions-europeennes-dessous/

Repost 0
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 08:18

Dans ces deux cas, ces assemblées non élues servent à peser ou à changer  sur le vote des élus nationaux.

Le Conseil constitutionnel n'a pas à valider le CETA.  Mais qu'il juge le CETA compatible avec la constitution française est une arme idéologique forte pour ses partisans.

Le Conseil d'Etat, lui, intervient contre le pouvoir exécutif puisqu'il annule un décret du gouvernement ... Les juges du Conseil d’État estiment que le tarif réglementé de vente du gaz est "contraire au droit européen" car il est discriminatoire.  Le Conseil d'Etat ne juge donc pas du décret en fonction de la constitution française, mais au regard du"droit européen".  Voilà donc que l'UE contrôle les décisions souveraines de l'Etat français.  

C'est bien la preuve qu'aucune désobéissance à l'UE n'est tolérée et que le seul choix pour s'y opposer est d'en sortir.

Repost 0
1 septembre 2017 5 01 /09 /septembre /2017 04:36

MORT SUR ORDONNANCES

 

Moins de droits pour les salariés, plus de pouvoirs pour les employeurs

La suite en cliquant ci-dessous

Repost 0

Articles Récents