Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 10:13
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 23:06

Métro, 17 novembre 2015 :

Quelques milliers de syndiqués du front commun manifestent présentement au centre-ville de Montréal, à l’occasion de la deuxième journée de grève tournante, qui touche ces jours-ci Montréal et Laval.

Les marcheurs, dont une bonne proportion de femmes, se sont d’abord réunis à la Place du Canada avant d’entamer leur marche vers le Square Victoria.

Au cours d’un point de presse avant le départ de la marche, le président de la CSN, Jacques Létourneau, a décrit une mobilisation quasi historique. «On a fait le tour du Québec, que ce soit en Gaspésie, au Saguenay, à Montréal ou en Outaouais, en Abitibi, peu importe, le niveau de mobilisation est très fort; je dirais même qu’il est historique. Je pense qu’on n’a pas vu ça depuis les années 1970 au Québec», a-t-il lancé.

 

Les automobilistes et camionneurs qui passent sont aussi nombreux à klaxonner en signe d’appui, de même que bien des passants qui lèvent le pouce en l’air. Et cela n’a pas toujours été le cas lors des grèves ou manifestations du secteur public au cours des dernières années.

«Je pense que c’est un peu la combinaison de nos revendications salariales, mais aussi le ras-le-bol généralisé des travailleurs, qui vivent réforme par-dessus réforme — on leur demande toujours d’en faire plus avec moins — et honnêtement, un niveau de mobilisation qui est aussi à la hauteur, synonyme d’une sympathie de la population, qui se manifeste partout sur les lignes de piquetage­. Il y a un sentiment dans l’opinion publique de sympathie à l’endroit des travailleurs du secteur public, ce qui est une très bonne nouvelle pour nous, mais qui en est une moins bonne pour le gouvernement», a opiné M. Létourneau.

Le front commun du secteur public, qui représente 400 000 des 500 000 employés de l’État, déposera mercredi une contre-proposition au gouvernement du Québec touchant les augmentations de salaire et le régime de retraite. Il espère ainsi faire débloquer les négociations qui piétinent avec le Conseil du trésor, selon lui.

Québec a tout de même bonifié son offre de départ, il y a une dizaine de jours, notamment en ajoutant 550 millions $ dans un exercice de relativité salariale, afin de rehausser les échelles de salaire de milliers d’employés. De même, il avait maintenu son offre de deux années de gel et de trois années avec des augmentations de 1 pour cent par année, mais en devançant une augmentation de 1 pour cent de façon à ce qu’elle soit versée plus tôt.

Son offre avait été rejetée d’emblée, tant par les syndicats membres du front commun que par les autres organisations syndicales.

 

 
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 23:03
Les cours des fabricants d'armes en hausse après les attentats de Paris
Montage des différents cours mentionnées sur 5 jours.
Montage des différents cours mentionnées sur 5 jours. [RTS]
Les cours en bourse des fabricants d'armes ont fortement augmenté à la suite des attentats de vendredi à Paris qui ont fait au moins 129 morts et plusieurs centaines de blessés, remarque The Intercept.

Alors que l'index français CAC40 était en baisse, le plus grand fabricant d'armes français, Thalès, a connu une hausse de 3% lundi, note le journal américain.

Aux Etats-Unis, où le candidat à l'investiture républicaine Donald Trump a jugé qu'il y aurait eu moins de victimes à Paris "si les gentils avaient été armés" , l'industrie de l'armement a également vu ses cours bondir de 2 à 3% à l'ouverture des marchés lundi. Northrop, Lockheed ou encore Raytheon ont vu leurs ventes augmenter.

Les fabricants d'armes suisses ne sont eux pas cotés en bourse. Une éventuelle hausse n'est donc pas calculable à court terme.

Sur RTS

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 22:50
L’humanité se retrouve face à un grave danger d’extinction
Mondialisation.ca, 14 novembre 2015
US-Nuclear-War

Les constats majeurs: Le monde est de plus en plus militarisé. Les dépenses militaires augmentent sans cesse dans un très grand nombre de pays. Plus de 5 milliards de dollars par jour sont consacrés à la guerre ou à sa préparation. Les gouvernements sont totalement soumis aux exigences des lobbys militaires

Le contrôle de l’économie mondiale est assuré par les grandes puissances grâce à un processus de militarisation de tous les États et de même que de la gouvernance des sociétés placées sous leur domination. Depuis le début du siècle ce processus s’est intensifié avec un réarmement généralisé. Les États-Unis ont continué de dominer sur ce plan la scène internationale en appliquant les principes de leur politique étrangère avec des interventions militaires dites « préventives » ou correctives à l’intérieur des zones dotées de ressources stratégiques. Quand ils n’arrivent pas à s’entendre avec la gouvernance régionale ou locale ils s’évertuent à créer des tensions jusqu’à obtenir les conditions favorables au déclenchement d’une guerre. Le dernier exemple de cette approche est le cas ukrainien. Depuis le début du siècle c’est ce qu’ils ont préconisé au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Afrique et qu’ils ont cherché à fomenter en Amérique latine. Avec une réduction annoncée de leurs dépenses militaires au cours de la prochaine décennie ils ont fait appel aux membres de l’OTAN en les invitant à consacrer dorénavant 2% de leur PIB aux dépenses militaires, eux-mêmes présentant un budget de la défense correspondant à 3.5% de leur PIB en 2014 selon les données compilées par la Banque mondiale. Le discours belliqueux de nombre de leurs représentants ne peut que nous inquiéter au plus haut point. Par ailleurs, les membres de BRICS favorisés par une croissance économique favorable s’adonnent activement à l’acquisition d’un stock considérable d’armements nourrissant ainsi les industries de la Défense aux États-Unis et dans l’Union européenne. C’est donc dans ce contexte que s’inscrit cet essai sur le réarmement planétaire auquel on assiste au cours des dernières années.

[...] lire la suite sur le site de Mondialisation.ca

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 17:32

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 15:19

Michel El Diablo

[AIR-FRANCE tract intersyndical] : LA VÉRITÉ sur les PROCÉDURES JUDICIAIRES
[AIR-FRANCE tract intersyndical] : LA VÉRITÉ sur les PROCÉDURES JUDICIAIRES

CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS

pour lire le tract intersyndical du 12 novembre 2015 :

[AIR-FRANCE tract intersyndical] : LA VÉRITÉ sur les PROCÉDURES JUDICIAIRES
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2015 2 17 /11 /novembre /2015 14:12

Mis en ligne le mardi 3 Novembre 2015 sur le blog de Nicolas Maury

20 millions de japonais ont signé la pétition du JCP pour demander l'abrogation des lois guerrières selon Yoshiki Yamashita, Secrétaire général du Parti communiste japonais, lors d'une conférence de presse - article et traduction Nico Maury
 
20 millions de japonais ont signé la pétition du Parti communiste (JCP) pour l'abrogation des lois guerrières
La loi dite « d'auto-défense collective » votée par les députés du Parti Libéral-démocrate du Premier ministre Shinzo Abe provoque la colère des japonais. Des manifestations se déroulent régulièrement pour exiger l'abrogation de ces lois qualifiées de "guerrières" par les communistes japonais.

Des centaines de milliers de japonais ont manifesté, il y avait 120.000 manifestants devant la Diète (assemblée nationale du Japon) en septembre. Environ 200 rassemblements plus petits se sont produits à travers le Japon. A Osaka, 25.000 personnes se sont rassemblées pour dénoncer le projet de loi et le gouvernement Abe.

20 millions de japonais soutiennent les communistes

Yoshiki Yamashita, Secrétaire général du Parti communiste du Japon, lors d'une conférence il y a deux jours, a annoncé que les communistes avaient recueilli 20 millions de signatures pour l'abolition des lois "guerrières". Le dirigeant communiste exprime la détermination des communistes a amplifier le mouvement de protestation.

L'opinion publique veut l'abrogation des lois, et la sauvegarde du principe constitutionnel de "pacifisme". Environ 60% japonais, selon un sondage récent, étaient catégoriquement opposés à la législation sécuritaire du pays, et plus de 80% de la population exprimait des réserves sur cette politique du LDP. Cette hostilité aux nouvelles lois reflète le sentiment anti-guerre profondément enraciné au Japon, surtout dans la classe ouvrière.
Nicolas Maury
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 23:17

Encore un bon point, voire un très bon point pour la Chine ! Alors que Christine Lagarde, la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), a indiqué dans la soirée du vendredi 13 novembre 2015 que le yuan remplissait les conditions requises pour rejoindre le panier des monnaies de référence de l’institution, la Banque nationale suisse (BNS) vient de confirmer le lancement, intervenu en début de semaine dernière de l’échange direct entre yuan et le franc sur la plateforme officielle chinoise d’échange de devises.

«  La constitution d’une paire CNY/CHF et d’un cours afférant doit contribuer à réduire les frais de conversion supportés par les opérateurs sur les marchés », indique ainsi l’établissement financier dans un communiqué. Précisons que les autorités chinoises avaient quant à elles annoncé la nouvelle dès lundi 9 novembre.

Selon la BNS, l’échange direct « facilitera et favorisera » l’utilisation du yuan « dans les opérations transfrontières entre les entreprises et les établissements financiers ». La Banque estime par ailleurs que cette décision constitue un pas important dans le renforcement des relations entre la Chine et la Suisse.

Rappelons qu’en 2014, la BNS et son homologue chinoise, la People’s Bank of China, avaient signé un accord de swap bilatéral, lequel avait été suivi par un memorandum of understanding en janvier 2015, conditions indispensables à l’établissement de ce marché.

En termes concrets, le franc suisse et le yuan pourront désormais être échangés de façon directe, et non plus convertis en passant par l’intermédiaire du dollar ou d’autres devises. Un cours de référence sera publié chaque jour après consultation des acteurs de marché, indiquait dès la semaine dernière lundi l’opérateur du China Foreign Exchange Trade System (CFETS).

Reste que les autorités chinoises continuent d’encadrer étroitement la convertibilité du yuan. Ce dernier ne peut fluctuer face au franc qu’au sein d’une fourchette de 5% de part et d’autre d’un taux-pivot déterminé quotidiennement. Rappelons qu’en ce qui concerne le dollar, cette fourchette de fluctuation est de 2%.

La banque HSBC pourrait bien quant à elle devenir le premier teneur de marché (market maker) dans les échanges CNY/CHF. Le groupe britannique a en effet indiqué avoir reçu le feu vert des autorités pour la négociation directe de la paire CNY/CHF sur le marché interbancaire des devises, confirmant ainsi sa position d’acteur clé de l’internationalisation de la devise chinoise.

Soulignant la rapide internationalisation du renminbi (autre nom donné au yuan chinois), Ryan Song, responsable du marché chinois chez HSBC a déclaré que « le renminbi est en passe de devenir une devise globale, pleinement convertible ».

L’an dernier, la Chine avait déjà autorisé les transactions directes entre le yuan et la livre britannique, puis entre le yuan et l’euro. Pékin permet également depuis de nombreux mois une conversion directe entre le renminbi et le dollar américain et, depuis quelques années, avec le yen japonais, les dollars australien et néo-zélandais.

Précisons enfin que la Chine figure parmi les principaux partenaires commerciaux de la Suisse. Selon l’Administration fédérale des douanes, les exportations de la Chine vers la Suisse entre janvier et septembre 2015 s’élèvent à 8,87 mrd CHF. Dans la même période, la Suisse a exporté vers la Chine 6,37 mrd CHF de biens et services, notamment dans le secteur de l’horlogerie  et des produits pharmaceutiques.
Sources : AWP, ats

Elisabeth Studer – 15 novembre 2015 – www.leblogfinance.com

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 22:52
Ces chercheurs américains ont abouti après de longues recherches aux mêmes conclusions que les syndicats.  Cela implique le renforcement des pouvoirs du CHSCT ( Comité d' hygiène, de sécurité et des conditions de travail )  dans les entreprises et l'interdiction de la précarité comme seul "contrat" de travail, comme le souhaite Macron et le gouvernement Valls .  C'est une question de santé publique.  A.C.

sur lci TF1

Extraits

Edité par
le 09 novembre 2015

 

Les femmes réagissent moins bien au stress que les hommes.

Les femmes réagissent moins bien au stress que les hommes. / Crédits : Thinkstock

 

Santé Des chercheurs des universités américaines de Stanford et Harvard affirment que le stress professionnel peut faire perdre jusqu'à 33 ans d'espérance de vie.

Travailler dans un environnement hostile et stressant peut fortement réduire la durée de vie. Alors que l'espérance de vie dépasse désormais les 80 ans dans les pays de l'OCDE, des chercheurs américains de Stanford et d'Harvard affirment que le stress professionnel peut faire perdre jusqu'à 33 ans d'espérance de vie, selon une étude publiée fin octobre dans la revue Health Affairs.

Risque de licenciement et absence de sécurité sociale : facteurs déterminants
Il ressort de leurs résultats que le stress éprouvé en milieu professionnel constitue un facteur déterminant - de 10 à 38% selon les chercheurs - de cet écart de 33 ans. Les salariés stressés, travaillant sans protection sociale ou susceptibles d'être licenciés, sont ceux qui vivent le moins longtemps.
 
Pour réduire cette différence d'espérance de vie, les universitaires préconisent de meilleures conditions de travail, sans précarité, sans trop d'horaires décalés et avec une couverture sociale généralisée.

VIDEO.Burn out : "on en parle plus et il y a plus de stress au travail" 

Stress au travail. L'espérance de vie peut chuter de 33 ans

Lu sur Ouest France.  Extraits.

En cartographiant l'espérance de vie entre les Américains, des universitaires ont constaté un écart frôlant parfois les 33 ans. Une disparité liée au stress au travail.

Les chercheurs des universités de Stanford et Harvard assurent aujourd'hui que le stress au travail peut faire perdre 33 ans d'espérance de vie. En cause : la flexibilité permanente, la crainte du chômage ou un environnement de travail hostile. [...]
Les horaires décalés aggravent cette disparité chez les femmes

[...] Plus précisément, chez les femmes, les horaires décalés aggravent cette disparité. Tandis que chez les hommes, la précarité dans son ensemble est un facteur aggravant.

Pour prolonger notre espérance de vie et donc en finir avec le stress au travail, les universitaires préconisent alors d’instaurer de meilleures conditions de travail où la précarité est « absente », les horaires décalés « une exception » et la mutuelle d’entreprise un « acquis ». L’entreprise rêvée en quelque sorte.

L'Huffington Post  |  Par
Mis à jour:
Extraits

SANTÉ - Un environnement de travail hostile et stressant peut réduire (de beaucoup) notre espérance de vie. [...]

En analysant les résultats, ils se sont rendu compte que ceux qui subissaient le plus de stress et se retrouvaient dans les postes les moins bons étaient surtout ceux dont le niveau d'études était bas.[...]

Mais d'autres facteurs joueraient également un rôle essentiel: la précarité, les licenciements fréquents ou les difficultés lors de la recherche d'un nouvel emploi auraient, plus que tout, l'effet de "raccourcir" la vie. Pour les hommes comme pour les femmes, le fait de ne pas maîtriser sa vie professionnelle représenterait un obstacle majeur. Ce qui "tue" les femmes est principalement lié aux horaires alternés trop fatigants, tandis que les hommes seraient bien plus épuisés par un climat général d'insécurité.

"Il est indispensable de créer des environnements de travail plus viables, surtout pour les travailleurs n’ayant pas fait d'études supérieures", écrit le Washington Post au sujet de cette étude. "Vous vous tuez littéralement au travail. Heureusement, pour la plupart de ces problèmes, y compris les horaires alternés, les heures supplémentaires et le travail non rémunéré, des solutions relativement simples existent : il suffit de modifier le règlement intérieur des entreprises."

Ce blog, publié à l’origine sur le HuffPost italien, a été traduit par Jennifer Joffre pour Fast for Word.

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 14:31
DOCTEUR FOLAMOUR

DOCTEUR FOLAMOUR

Menaces de guerre !
 

Lu sur Collectif communiste Polex

publié le : 16 novembre, 2015

D’Extrême-Orient en Afrique, d’Ukraine au Moyen-Orient, la guerre menace ou ravage des gens. En Syrie, en Irak, au Yemen, tous les ingrédients existent d’un dérapage en troisième guerre mondiale, nourrie d’armes nucléaires, qui pourraient tuer des millions d’hommes en quelques heures. Des conflits armés naissent un peu partout de xénophobie nationaliste ou religieuse. Mais ils restent localisés, de « faible intensité », comme disent les militaires, tant que des interventions extérieures ne les transforment pas en brasiers.

Ces interventions ont un nom, l’impérialisme, volonté de puissance qui consiste pour un état à vouloir imposer sa volonté à un peuple étranger, par des moyens divers, économiques, politiques, et surtout militaires. Toute nation a le droit de garantir son indépendance, et cela a un coût budgétaire, généralement dit de « défense ». Mais certains de ces budgets sont énormément plus élevés que d’autres, très au-delà des nécessités de la protection des frontières nationales  : ainsi celui des USA, qui, à lui seul, atteint presque la moitié des dépenses mondiales en la matière !

Comparons ce qui est comparable : la principauté de Monaco ne saurait avoir besoin du même budget pour se protéger qu’un état cent fois plus peuplé : le seul critère de comparaison valable entre les états est le rapport entre le nombre d’habitants et le montant du budget de « défense ». Ce rapport permet de déceler les états impérialistes : leurs dépenses d’ordre militaire dépassent largement le seul besoin de se protéger d’agressions éventuelles et leur permettent d’intervenir en « Opérations Extérieures », parfois à l’autre bout du monde. Ce mode de classement révèle d’ailleurs quelques surprises, soigneusement cachées par nos médias habituels. (Sources : Thomson Reuters, Military balance 2015, reprises par Courrier International).

Les Etats-Unis d’Amérique, avec leur budget de « défense » faramineux (581 milliard de dollars pour 320 millions d’habitants) arrivent au chiffre énorme de 1815 dollars dépensés par citoyen étasunien : ce qui permet aux dirigeants de Washington de prétendre faire la loi dans tous les continents, d’entretenir des troupes combattantes ou des conseillers militaires et des bases de l’Asie à l’Afrique et des forces d’intervention sur toutes les mers du globe. Sans surprise encore, leurs accolytes de l’OTAN, Royaume Uni et France, les suivent avec respectivement 939 et 803 dollars par habitant, ce qui leur permet à la fois d’entretenir l’arme nucléaire et d’intervenir militairement en Afrique, au Moyen-Orient, etc. Au bord du Pacifique, le Japon capitaliste du gouvernement « revanchard » Abe fait tout pour reprendre place dans la cohorte impérialiste au côté des USA, en annulant les dispositions pacifistes inscrites dans la constitution japonaise de 1945. Il a déjà un budget de « défense » de 48 milliards de dollars, soit 375 dollars par habitant de l’archipel : ce n’est qu’un premier pas pour Monsieur Abe et l’impérialisme japonais qui ambitionnent de jouer un plus grand rôle contre la Chine, la Corée, etc.

Mais dans ce troupeau de l’impérialisme occidental, le plus étonnant (et révélateur) est l’Arabie Saoudite, trop souvent présentée comme un comparse secondaire : cette monarchie pétrolière Wahabite, qui finance et arme les subvertions intégristes en Afrique et au Moyen-Orient, dépense un budget guerrier de 81 milliards de dollars pour seulement 29 millions d’habitants, soit 2793 dollars par habitant, un record mondial ! ! ! En comparaison, les états présentés comme des menaces par nos médias font pâle figure : la Russie de Poutine, qui cherche à retrouver la place qui lui revient dans la diplomatie mondiale dépense dans ce domaine 489 dollars par habitant soit environ la moitié de celle du budget du Royaume Uni, et la Chine, le grand méchant loup de nos petits écrans, s’en tient à un budget de stricte défense nationale : 95 dollars par citoyen chinois ! ! ! Ces chiffres constituent une réponse évidente à la question qui taraude légitimement tous ceux qu’effraient les risques de conflit généralisé :

QUI MENACE LA PAIX DANS LE MONDE ? COMMENT ORIENTER LA LUTTE PLUS QUE JAMAIS NECESSAIRE CONTRE LES FAUTEURS DE GUERRE ?

Francis Arzalier




 

Partager cet article
Repost0

Articles Récents