Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
24 juillet 2021 6 24 /07 /juillet /2021 13:57

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2021 6 24 /07 /juillet /2021 13:55
Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 17:09

Cet article est reposté depuis Analyse communiste internationale.

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 16:51
"Notre projet de reprise industrielle toujours d’actualité" dit la CGT-Chapelle-Darblay
"Notre projet de reprise industrielle toujours d’actualité" dit la CGT-Chapelle-Darblay

Notre projet de reprise industrielle toujours d’actualité.

*

Nous sommes en cette période annuelle de congés peu propice à discuter et solutionner les problèmes, c’est même plus souvent la période des mauvais coups.

De plus les élections étant passées, on croirait que beaucoup de politiques sont partis sur la plage au moins jusque septembre.

He bah pas nous et notre CGT, nous continuons à travailler avec le groupe de repreneurs pour qu’une véritable et sérieuse offre soit déposée le plus rapidement possible.

Et ce n’est pas toujours simple puisque UPM, la région et le ministère de l’économie et des finances ont choisi pour l’instant la facilité avec l’offre hydrogène.[...]

La suite ci-dessous :

Un article qui date de 2020, mais qui dit très bien les enjeux, ci-dessous, sur le site "20 minutes" :

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 16:39

Le 18 juin, Jean-Luc Léger, président du conseil économique, social et environnemental régional (Ceser) de Normandie, indiquait : « Si Chapelle Darblay ferme définitivement, il ne sera tout simplement plus utile de trier les papiers et cartons puisque les conséquences économiques, sociales et environnementales seraient pires que l’intérêt de recycler à l’autre bout du monde. Implicitement, si les décideurs publics acceptent la fin de l’activité de production de papier par recyclage, ils acceptent du même coup de détruire ce qu’il est convenu d’appeler de la matière première. Quelle société peut aujourd’hui accepter de détruire de la matière première ? »

Source : http://cgtchapelledarblayupm.unblog.fr/2021/07/06/une-solution-avec-veolia-pour-chapelle-darblay/

Les salariés obtiennent un report de la vente de l’usine Chapelle Darblay, à Grand-Couronne, près de Rouen

La cession de l’usine Chapelle Darblay est retardée jusqu’à la rentrée 2021. Les salariés, qui ne veulent pas du projet Samfi, ont obtenu vendredi 9 juillet 2021 une expertise sur ce projet.

Le projet de cession du dernier site de recyclage de papier en France, Chapelle Darblay, à Grand-Couronne, près de Rouen, est « retardé » par une demande d’expertise des salariés. Vendredi 9 juillet 2021, la direction du groupe UPM a ainsi confirmé ce qu’annonçaient les salariés en milieu de semaine. « Nous sommes en discussion avec Samfi et Paprec » qui projettent de racheter le site ensemble, mais « la décision est malheureusement retardée » jusqu’à septembre 2021, car les représentants du personnel « ont demandé une expertise externe » sur le projet, indique encore la direction d’UPM.

 

 Un rapport dans trois mois

Lors d’un CSE (Comité social économique) central, les salariés ont demandé une expertise afin d’en savoir plus sur le projet industriel de Samfi et Paprec, explique Arnaud Dauxerre, élu au CSE central. L’expert a légalement trois mois pour boucler son rapport, selon lui. Ce représentant des cadres fait partie des cinq derniers salariés du site, après le licenciement de 228 personnes en 2020. Un accord avait été conclu pour préserver jusqu’en juin 2021 l’outil industriel de ce site baptisé la Chapelle Darblay.

Les salariés espèrent que le temps de l’expertise permettra à un autre projet, moins avancé mais prometteur de plus d’emplois, de se concrétiser. Selon la CGT et Arnaud Dauxerre, Veolia travaille, avec le Canadien Fibre excellence et le négociant en encres et consommables Têtu, sur un projet de rachat du site. « Ce consortium a besoin d’un peu de temps pour remettre une offre mais ils sont déterminés. On a encore eu les équipes de Veolia et Fibre excellence ce matin [vendredi 9 juillet 2021, NDLR] au téléphone », poursuit Arnaud Dauxerre. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 16:38

Cet article est reposté depuis Le blog de Frédéric Delorca.

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 16:37

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 16:35

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 08:50

Cet article est reposté depuis Commun COMMUNE [le blog d'El Diablo].

Partager cet article
Repost0
19 juillet 2021 1 19 /07 /juillet /2021 16:04
Masquées par le passe sanitaire et les manifestations hétéroclites contre ce dernier : les contre-réformes de l'assurance chômage, des retraites et le saccage de l'hôpital public
Masquées par le passe sanitaire et les manifestations hétéroclites contre ce dernier : les contre-réformes de l'assurance chômage, des retraites et le saccage de l'hôpital public

15/07/2021

Extraits

Entre incohérences doctrinales, mensonges au sujet d’un prétendu plein emploi à venir, et retour à l’agenda de réformes très dures, le discours de Macron de ce lundi 12 juillet comportait de nombreuses annonces économiques étranges, un peu passées à la trappe au regard du choc des annonces sanitaires. L’économiste Philippe Légé les analyse aujourd’hui sur le site de QG

 

L’allocution d’Emmanuel Macron, lundi 12 juillet, a suscité énormément de réactions sur le volet sanitaire, reléguant un peu dans l’ombre les annonces économiques. Le locataire de l’Élysée a néanmoins affirmé que la réforme de l’assurance-chômage s’appliquerait dès le 1er octobre 2021, annonçant également que la très impopulaire réforme des retraites reviendrait à l’agenda, en fonction de l’évolution de la crise sanitaire toutefois. Interrogé par QG, l’économiste Philippe Légé, membre des Économistes Atterrés, pointe les contradictions du discours de Macron. Une chose est sûre: la politique de classe menée par le pouvoir actuel ne variera pas d’un iota jusqu’à la présidentielle, renforçant sans fin le capital par rapport au travail. Interview par Jonathan Baudoin

Philippe Légé, économiste, maître de conférences à l’Université de Picardie et au CRIISEA et membre du collectif les Économistes Atterrés

Toujours un discours néolibéral

QG : Quelle analyse d’ensemble tirez-vous du volet économique de l’allocution d’Emmanuel Macron ?

Philippe Légé : Le volet économique de l’allocution est contradictoire. D’un côté, Emmanuel Macron affirme que notre modèle social est « un joyau qu’il nous faut préserver ». C’est un changement par rapport à l’époque où il critiquait un modèle social « épuisé » et plaidait en faveur d’un basculement « radical ». Emmanuel Macron ne peut plus dire cela car la crise du Covid est passée par là. Chacun a pu prendre conscience du fait que notre modèle social était plus protecteur que celui de nombreux pays. Par exemple, le système d’assurance-chômage a joué pleinement son rôle de stabilisateur automatique durant la crise sanitaire. Mais d’un autre côté, Emmanuel Macron conserve un discours néolibéral. Quand il évoque « les pénuries de main d’œuvre » pour justifier la nécessité de « responsabiliser chacun », il fait comme si les travailleurs privés d’emploi étaient des fainéants, comme si l’indemnisation du chômage empêchait la reprise du travail. Il a aussi laissé entendre, comme Nicolas Sarkozy il y a une quinzaine d’années, que certains chômeurs percevaient davantage que ceux qui travaillent, ce qui est faux. Rappelons d’ailleurs que 37,6 % des chômeurs sont considérés comme pauvres, contre 8,2 % des personnes en situation d’emploi

[...]

Envoyer un signal à Bruxelles et aux propriétaires de capitaux.

QG : À travers la réforme de l’assurance-chômage, et la réforme des retraites, dont la remise au goût du jour a également été annoncée, sans parler de la poursuite des baisses d’impôts sur les sociétés, peut-on dire que Macron continue à mener à bride abattue une politique de soumission des salariés au capital?

 

L’UE publie en janvier 2021 un Livre Vert sur le vieillissement de la population qui remet explicitement en cause le système des retraites (Source : site officiel de l’UE)

On perçoit en effet le projet utopique d’une société dans laquelle la politique du capital serait totalement libre de se déployer. Il existe heureusement des aléas, et des contre-pouvoirs sociaux et démocratiques. La réforme structurelle des retraites est d’ailleurs enterrée. Une réforme paramétrique est théoriquement possible mais quel en serait le but ? Le système des retraites était en équilibre en 2019. Son déficit devrait rester inférieur à 0,2 % du PIB jusqu’en 2030. Il n’y a donc aucune nécessité financière à réformer. L’enjeu est ailleurs: envoyer un signal à Bruxelles et aux propriétaires de capitaux. [...]

Lire l'intégralité de l'article sur le site "Quartier Général" :

Partager cet article
Repost0

Articles Récents