Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
20 février 2023 1 20 /02 /février /2023 16:22

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article
Repost0
20 février 2023 1 20 /02 /février /2023 16:22
Partager cet article
Repost0
20 février 2023 1 20 /02 /février /2023 16:07
BlackRock CEO Larry Fink (on background screen) holds virtual talks with Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy (R) discussing the rebuilding of the country. (The Presidential Office of Ukraine)https://www.foxbusiness.com/markets/blackrocks-fink-ukraine-reconstruction-zelenskyy  - © Vladimir Nevresky BlackRock CEO Larry Fink (on background screen) holds virtual talks with Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy (R) discussing the rebuilding of the country. (The Presidential Office of Ukraine)https://www.foxbusiness.com/markets/blackrocks-fink-ukraine-reconstruction-zelenskyy  - © Vladimir Nevresky

BlackRock CEO Larry Fink (on background screen) holds virtual talks with Ukrainian President Volodymyr Zelenskyy (R) discussing the rebuilding of the country. (The Presidential Office of Ukraine)https://www.foxbusiness.com/markets/blackrocks-fink-ukraine-reconstruction-zelenskyy - © Vladimir Nevresky

Les opportunités que présente l’Ukraine ne sont pas passées inaperçues. De BlackRock (à qui Volodymyr Zelensky a officiellement souhaité la bienvenue) aux fonds européens, le pays est scruté par les géants de la finance. Et par les organisations internationales, qui comptent bien lui imposer un climat favorable aux investissements. Au menu : dérégulation, privatisations et « fiscalité efficiente ». Il faut dire que le gouvernement ukrainien n’a pas attendu la fin de la guerre pour mettre en place ces réformes… Par Branko Marcetic, traduction de Marc Lerenard.

L’invasion russe qui cause actuellement d’incalculables souffrances à des millions d’Ukrainiens ne signe pas la fin de leurs épreuves. Ces derniers mois, les affaires juteuses que pouvait représenter la reconstruction de l’Ukraine d’après-guerre a aiguisé les appétits.

En novembre dernier, le président Ukrainien Volodymyr Zelensky a signé un mémorandum avec BlackRock qui permet au Conseil financier de la société – une unité de consultants destinée à travailler dans les pays en crise – de conseiller son ministre de l’Économie sur une feuille de route pour reconstruire le pays. Selon les propres mots de BlackRock, le but de l’accord est de « créer des opportunités afin que les investisseurs publics et privés participent à la future reconstruction et relance de l’économie ukrainienne ».

Ces mesures s’ajoutent aux précédentes attaques du Parlement sur le droit du travail ukrainien, hérité de l’ère soviétique, qui avaient plongé 70% de la main-d’œuvre dans une situation d’informalité.

Dans le communiqué de presse du ministère, les fonctionnaires sont plus crus, expliquant vouloir « attirer principalement du capital privé ». L’accord formalise une série d’échanges menés en 2022 entre Zelensky et le président de BlackRock Larry Fink, au cours desquels le Président ukrainien a insisté sur la nécessité pour l’Ukraine de devenir « attractive pour les investisseurs ». [...]

La suite sur le site LVSL :

Partager cet article
Repost0
19 février 2023 7 19 /02 /février /2023 10:30

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article
Repost0
18 février 2023 6 18 /02 /février /2023 15:48

Cet article est reposté depuis Le blog de Roger Colombier.

Partager cet article
Repost0
18 février 2023 6 18 /02 /février /2023 15:38
Chomsky et Prashad : Cuba n’est pas un État parrain du terrorisme
Vu sur le blog Histoire et Société
Deux intellectuels mondialement connus en appellent au gouvernement de Biden pour qu’il en finisse avec le blocus criminel contre Cuba. Dès maintenant il est possible d’en finir avec la disposition inique de Trump plaçant Cuba dans les Etats terroristes. Nous appuyons en France, à Marseille cette disposition et nous vous invitons à venir le dernier dimanche de chaque mois de 14 heures à 17 heures place du général De Gaulle pour vous joindre à la protestation que nous organisons depuis deux ans. Partout dans le monde, les amis de Cuba réclament la fin de cette injustice qui veut que la première puissance du monde étrangle un petit pays digne, souverain et humaniste. (note et traduction de Danielle Bleitrach histoireetsociete)

Par Noam Chomsky et Vijay PrashadCet article a été produit par Globetrotter.

Noam Chomsky est linguiste, philosophe et activiste politique. Il est professeur lauréat de linguistique à l’Université de l’Arizona. Ses livres les plus récents sont Climate Crisis and the Global Green New Deal: The Political Economy of Saving the Planet et The Withdrawal: Iraq, Libya, Afghanistan, and the Fragility of U.S. Power.

Vijay Prashad est un historien, éditeur et journaliste indien. Il est rédacteur et correspondant en chef chez Globetrotter. Il est éditeur de LeftWord Books et directeur de Tricontinental: Institute for Social Research. Il est chercheur principal non résident à l’Institut Chongyang d’études financières de l’Université Renmin de Chine. Il a écrit plus de 20 livres, dont The Darker Nations et The Poorer Nations. Ses derniers livres sont Struggle Makes Us Human: Learning from Movements for Socialism et (avec Noam Chomsky) The Withdrawal: Iraq, Libya, Afghanistan, and the Fragility of U.S. Power.  Source: Globe-trotter

Cuba, un pays de 11 millions d’habitants, est sous embargo illégal du gouvernement des États-Unis depuis plus de six décennies.

Malgré cet embargo, le peuple cubain a été en mesure de transcender les indignités de la faim, de la mauvaise santé et de l’analphabétisme, tous trois étant des fléaux sociaux qui continuent de troubler une grande partie du monde.

Grâce à ses innovations dans la prestation des soins de santé, par exemple, Cuba a pu envoyer ses travailleurs médicaux dans d’autres pays, y compris pendant la pandémie, pour fournir une assistance vitale. Cuba exporte ses travailleurs médicaux, pas le terrorisme.

Dans les derniers jours de l’administration Trump, le gouvernement des États-Unis a remis Cuba sur sa liste d’États soutenant le terrorisme.

C’était un acte vindicatif. Trump a déclaré que c’était parce que Cuba accueillait des groupes de guérilla colombiens, ce qui faisait en fait partie du rôle de Cuba en tant qu’hôte des pourparlers de paix.

Cuba a joué un rôle clé dans l’instauration de la paix en Colombie, un pays ravagé par une terrible guerre civile depuis 1948 qui a coûté la vie à des centaines de milliers de personnes. Pendant deux ans, l’administration Biden a maintenu la politique vindicative de Trump, qui punit Cuba non pas pour le terrorisme mais pour la promotion de la paix.

Biden peut retirer Cuba de cette liste d’un trait de plume. C’est aussi simple que cela. Lorsqu’il était candidat à la présidence, Biden a déclaré qu’il annulerait même les sanctions plus sévères de Trump. Mais il ne l’a pas fait. Il doit le faire maintenant.

Partager cet article
Repost0
18 février 2023 6 18 /02 /février /2023 15:35

Cet article est reposté depuis MS21.

Partager cet article
Repost0
18 février 2023 6 18 /02 /février /2023 15:27

Cet article est reposté depuis Ça n'empêche pas Nicolas.

Partager cet article
Repost0
17 février 2023 5 17 /02 /février /2023 15:58

Le film franco-sénégalais « Tirailleurs » réalisé par Mathieu Vadepied et co-produit par Omar Sy est sorti dans les salles françaises le 4 janvier 2023. Nous reviendrons sur l’annonce démagogique faite au nom du gouvernement le jour de sa sortie et sur divers aspects méconnus de l’histoire de ces soldats coloniaux de la Grande guerre, dont les expérimentations médicales pour lesquelles ils ont été utilisés. Ci-dessous l’annonce le 24 janvier 2023 à Montreuil, dans une ville où un grand nombre de résidants sont originaires du Mali, d’une séance soutenue par la Ligue des droits de l’Homme accompagnée d’un débat avec l’historien Gilles Manceron. Suivie d’un rappel historique par l’historien Alain Ruscio du sort de ces soldats venus des colonies françaises durant la Première guerre mondiale.

A propos du film « Tirailleurs », quelques rappels historiques par Alain Ruscio sur les soldats coloniaux de 14-18
Les soldats colonisés pendant la Grande guerre :
quelques rappels historiques

par Alain Ruscio, pour le site histoirecoloniale.net

À la veille du premier conflit mondial, les troupes coloniales sont composées de l’armée coloniale proprement dite, créée par décret en 1900, et de l’armée d’Afrique, ou XIXème Corps d’armée. De 1914 à 1918 bien des « indigènes », venus du Maghreb, d’Afrique subsaharienne, d’Indochine, des vieilles colonies [1] et du reste de l’empire, sont venus souffrir - toujours -, mourir - souvent - et se couvrir de gloire - parfois - en France. Cet épisode a fait l’objet de bien des commentaires, depuis un siècle : de la justification de la « mission civilisatrice » - « Ces braves gens, venus de pays si lointains, seraient-ils venus, ne seraient-ils battus avec tant de courage, seraient-ils morts, si nous avions été des oppresseurs ? » disait, par exemple, le général Gouraud en 1924 [2] - à la thématique de la chair à canon sacrifiée avec cynisme.

 

Le général Nivelle, [...] , lors de la préparation de l'offensive du Chemin des Dames déclara : « Il faut y aller avec tous les moyens et ne pas ménager le sang noir, pour conserver un peu de blanc » (16 janvier 1917) . Dans une note à Lyautey, alors ministre de la Guerre, il demanda que « le nombre d’unités noires mises à ma disposition soit aussi élevé que possible (tant) pour donner de la puissance à notre effectif (que pour permettre d’épargner dans la mesure du possible du sang français) » (21 février 1917) [31]

 

Le thème de l’Empire, source inépuisable d’hommes, déjà présent avant 1914, prit des proportions parfois démesurées.

Le moins que l’on puisse dire est que les experts militaires se contredisaient : « Les douze ou treize millions d’habitants que compte l’Afrique occidentale française (AOF) peuvent certainement nous donner 200 000 soldats en moins d’un an », écrivait le général Mangin dans son rapport du 26 novembre 1916. Ces déclarations à l’emporte-pièces avaient le don d’irriter d’autres hauts cadres militaires ou civils, beaucoup plus au fait des réalités. Mangin avait de solides adversaires dans la hiérarchie : l’état-major des armées jugeait « dangereux » de faire croire « comme le font certains », que « les ressources en hommes de notre Empire colonial sont inépuisables » [3]. Le Gouverneur de l’AOF, Joost Van Vollenhoven, en particulier, s’opposa au recrutement de masse, par exemple dans cette lettre au ministre des Colonies, André Maginot : « Cet empire africain, qui est pauvre en hommes, est riche en produits, laissez-lui sa misérable population pour le ravitaillement pendant la guerre et pour l’après-guerre ! Pour tirer de ce pays-ci quelques milliers d’hommes, on le mettra à feu et à sang et on le ruinera » (Lettre, 20 juillet 1917) [4]. Triste ironie du sort, Van Vollenhoven devait mourir au combat, un an jour pour jour après ce courrier, le 20 juillet 1918.

On voit qu’entre les 200 000 hommes dont parlait Mangin et les « quelques milliers » auxquels Van Vollenhoven voulait qu’on se limite, il y avait quelques nuances.

[...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0
17 février 2023 5 17 /02 /février /2023 15:42

 Sur le site de Communistes le journal du PRC

Retraites: grève massive dans les raffineries Total ! 

Il faut prendre l’argent où in se trouve : chez les plus riches !!!

Un hiver 2023 pire que l’été 2003 ! Les Urgences craquent !

Grève dans les EHPADS publics du Havres (Seine Maritime) : "On est au bout du bout" !!!

SHELL, BP, TOTAL : pluie de milliards pour les géants pétroliers !

LVMH (Beauvais) : En grève pour les salaires !

Maintenance nucléaire : piquet de grève chez ALTRAD-ENDEL pour les salaires !

SNCF : 1 cheminot sur trois 3 s’est mobilisé par la grève du 7 février

METALLURGIE : le gouvernement s’acharne, la mobilisation des travailleurs continue !

SANOFI : la chasse aux syndicalistes est ouverte !

Les ex-TOUPARGEL occupent les locaux à Argentan et menacent de vendre la marchandise!!!

DELL : les licenciements annoncés toucheront 5% des effectifs mondiaux !!!

GRANDE BRETAGNE : Enseignants, fonctionnaires, cheminots et bien d'autres ont participé à la plus grande grève depuis plus d'une décennie !

ALLEMAGNE : des milliers de postiers font de nouveau grève pour des hausses de salaire de 15 % !

 

Partager cet article
Repost0

Articles RÉCents