Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
5 septembre 2014 5 05 /09 /septembre /2014 22:34

Mis en ligne avant-hier par Manliuo Dinucci

Sommet Otan, guerre sur deux fronts

L'art de la guerre
Otan réunion 2014

 

S’ouvre aujourd’hui (4 septembre 2014) à Newport au Pays de Galles le Sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des 28 Etats de l’Otan, qui prendra « des décisions clés sur la façon d’affronter les actuels et futurs défis à la sécurité », attribués à l’ « agression militaire de la Russie contre l’Ukraine » et à la «croissance de l’extrémisme et de la conflictualité sectaire au Moyen-Orient et en Afrique du Nord ». Un Sommet « crucial », à travers lequel les Etats-Unis, qui gardent le leadership indiscuté dans l’Otan, mobilisent leurs alliés européens simultanément sur deux fronts de guerre.


 

En Europe, en à peine plus de six mois, la « détente » a sauté et on est revenu à une situation par certains aspects plus dangereuse que celle de la guerre froide.  Comment cela a-t-il pu arriver ? Pour le comprendre, il faut revenir au moment où, en 1991, la disparition de l’Urss et de son bloc d’alliances crée dans la région européenne une situation géopolitique entièrement nouvelle. Les Etats-Unis, restés unique superpuissance, essaient d’en tirer le plus grand avantage, en lançant une nouvelle stratégie dans laquelle ils déclarent « d’une importance fondamentale de préserver l’Otan comme vecteur de l’influence étasunienne dans les affaires de la sécurité européenne ». A cette fin il faut « empêcher la création de dispositifs de sécurité uniquement européens, qui mineraient l‘Otan » (Defense Planning Guidance). En même temps, tandis qu’ils utilisent l‘Otan pour garder leur leadership sur l’Europe occidentale, les Usa s’en servent pour aller à la conquête de celle orientale. La Yougoslavie ayant été démolie avec la guerre, l’Otan s’étend à l’est, en englobant tous les pays de l’ex Pacte de Varsovie,  deux de l’ex Yougoslavie et trois de l’ex Urss. En entrant dans l’Otan, les pays de l’Est se trouvent dépendre plus de Washington que de Bruxelles. Quelque chose cependant vient gripper le plan de conquête : contrairement à ce qui était prévu, la Fédération russe se remet en grande partie de la crise de l’après-guerre froide, établit des relations économiques croissantes avec l’Union européenne, en lui fournissant le gros du gaz naturel, et ouvre de nouveaux débouchés commerciaux avec la Chine et d’autres pays asiatiques. Tout ceci met en danger les intérêts stratégiques étasuniens. C’est alors qu’éclate la crise en Ukraine : après avoir pris, avec un travail en cours depuis des années, le contrôle de positions clés dans les forces armées et entraîné les groupes néo-nazis, l’Otan promeut le putsch de Kiev. Elle contraint ainsi Moscou à agir en défense des Russes d’Ukraine, s’exposant ensuite aux sanctions : une lame à double tranchant, en ceci que les contre-sanctions russes créent des dommages à l’Union européenne, et facilitent le plan de partenariat transatlantique pour le commerce et les investissements à travers lequel Washington essaie d’accroître l’influence étasunienne sur l’Ue.

Simultanément, sous conduite Usa, l’Otan étend sa stratégie à l’Afrique du Nord et au Moyen-Orient, et au-delà, jusque sur les montagnes afghanes et dans la région Asie/Pacifique. L’objectif stratégique reste celui énoncé dans le Defense Planning Guidance : « Notre premier objectif est d’empêcher qu’une quelconque puissance domine une région dont les ressources seraient suffisantes à engendrer une puissance mondiale ». Aujourd’hui en Asie surtout, où – dans le sillon des accords russo-chinois, qui rendent vaines les sanctions occidentales contre la Russie en lui ouvrant de nouveaux débouchés à l’est- se préfigure la possibilité d’une union eurasiatique en mesure de contrebalancer celle USA-Ue. La démolition de la Libye avec la guerre, l’opération analogue lancée en Syrie, la relance de la guerre en Irak, l’utilisation à double tranchant de formations islamiques (soutenues pour abattre les gouvernements pris pour cible, utilisées ensuite pour justifier d’autres interventions armées) entrent dans la stratégie USA/Otan.

Où tout cela nous amène-t-il ? Dans d’autres guerres, dans des scénarios de plus en plus dangereux de confrontation entre puissances nucléaires. Dans une accélération de la course aux armements et, en conséquence, de la dépense militaire. Un des points à l’ordre du jour du Sommet est que les pays de l’Otan doivent « dépenser la juste quantité d’argent pour se doter de forces à déploiement rapide, d’un meilleur entraînement et d’armements modernes ». Se profile donc une augmentation de la dépense militaire : celle de l’Italie, selon les données officielles de l’Otan, se monte à 56 millions d’euros par jour, plus la dépense pour les missions militaires à l’étranger et autres financements extrabudgétaires, qui selon le Sipri portent la dépense militaire effective de l’Italie à quasiment 70 millions d’euros par jour.

 

Edition de jeudi 4 septembre 2014 de il manifesto 

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents