Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 15:42

Lu sur "çanempechepasnicolas"

 

La Tribune - Newsletter

 

 


Un tweet de l'ambassade des Etats-Unis à Berlin proposait de rémunérer un projet de débat "positif" sur le TTIP. Une démarche assimilée à une forme de propagande pour les internautes et détracteurs de l'accord de libre-échange. /Reuters

 

 


 

 

 

 

Un tweet de l'ambassade des Etats-Unis à Berlin proposait de rémunérer un projet de débat "positif" sur le TTIP. Une démarche assimilée à une forme de propagande pour les internautes et détracteurs de l'accord de libre-échange. /ReutersMounia Van de Casteele  | 

 

 19/06/2014, L'ambassade des Etats-Unis à Berlin propose aux défenseurs d'un partenariat transatlantique qui souhaiteraient mettre en place un débat "positif" sur le sujet, de soutenir leur projet financièrement.

 

 

Voilà de quoi irriter un peu plus les détracteurs du projet de partenariat transatlantique pour le commerce et l'investissement (TTIP), à l'heure où l'opacité des négociations est plus que jamais montrée du doigt. Outre-Rhin, il a suffit d'un tweet pour mettre le feu aux poudres.

Il faut dire que celui-ci (en allemand) est plutôt surprenant:

De la propagande ?

L'ambassade américaine propose en effet aux partisans d'un vaste accord de libre-échange américano-européen qui seraient insatisfaits de la couverture médiatique négative dont il fait l'objet d'envoyer leurs idées et projets afin d'organiser un débat "positif" sur le sujet. "Nous vous soutiendrons !", assure l'ambassade américaine de Berlin qui promet une aide financière pouvant aller jusqu'à...20.000 dollars.

Il faut pour cela remplir un formulaire en ligne et de le retourner par voie postale, ou par mail à l'ambassade berlinoise.

De quoi faire sortir de leurs gonds les "anti-TTIP". Viralité des réseaux sociaux oblige, les internautes n'ont pas tardé à déplorer une telle démarche de la part des Américains, que certains associent à une certaine forme de propagande.

"Relever le niveau du débat"

Pour se défendre, l'ambassade américaine a expliqué que sa démarche visait à "relever le niveau" des discussions sur le sujet. Déplorant les sempiternelles et réductrices craintes de l'importation de poulet au chlore et de bœuf aux hormones, cité par Euractiv, le diplomate américain Peter Claussen explique :


"Nous cherchions des moyens pour encourager les gens à confronter différents points de vue en leur ouvrant un espace et en leur posant la question suivante: le monde entier est-il contre le projet ou existe-t-il certaines personnes qui ont un point de vue différent sur la question ? Nous voulions ouvrir le dialogue, ce qui est la raison d'être des médias". 

"Ecouter la voix des opposants"

Mais cette démarche, aussi "citoyenne" soit-elle, n'a pas à être celle d'une administration publique, selon Corporate Europe Observatory (CEO). Cité par le même site, Pia Eberhardt, porte-parole du CEO, un groupe militant contre le lobby des multinationales, explique ainsi:


"Ce serait une initiative acceptable si elle venait de l'industrie. Le gouvernement américain a toutefois le devoir de négocier au nom de tous ses citoyens et non juste pour la grande industrie. Si de larges pans de la population se révèlent contre l'accord, l'attitude appropriée serait de reconsidérer [le projet] et d'écouter les voix de ses opposants".

Pour l'heure, le sixième cycls des négociations doit commencer le 14 juillet à Bruxelles, dans l'opacité la plus complète.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents