Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 14:28

Nous publions deux articles, l'un de "Communistes", l'autre de "canempechepasnicolas".  Leur analyse de la situation internationale est différente.  Nul doute que la Chine soit engagée dans une voie capitaliste de développement comme la Russie, l'Inde.  L'accord de Shanghaï proclame la coopération, mais quand les capitalistes sont à l'oeuvre, qu'ils fussent capitalistes "patriotes" en Chine, patrons de PME ou du CAC40 en France, la logique est la même: concurrence et profits en exploitant le travail.  Et croire que l'on peut maîtriser ou contrôler le capitalisme parce qu'il revêt une forme différente des transnationales à bases américaines et occidentales est illusoire.  Mais nul doute également que cela déplait fort aux maîtres des Etats-Unis que la Chine, la Russie, l'Inde puissent s'unir et nouer des accords dont ils sont exclus.  D'où la tournée d'Obama en Asie il y a quelques mois.   Et que les grands Etats d'Asie cherchent à échapper à la domination financière, militaire, guerrière et capitaliste des Etats-Unis est plutôt une bonne chose pour les peuples.  Encore faudrait-il que les peuples s'en mêlent car le capitalisme porte en lui l'exploitation, l'impérialisme et la guerre.  YG

 Lu sur "canempechepasnicolas"

Alors que Européens et Etasuniens prétendent représenter la "communauté internationale", l'Organisation de Coopération de Shanghaï s'étend de la Baltique au Golfe du Tonkin...

L'Organisation
de Coopération de Shanghai (OCS)

 Organisation de Coopération de Shanghai (OCS)L'Organisation de Coopération

   de Shanghai 

 (OCS,

chinois : 上海合作组织,

 russe : Шанхайская Организация Сотрудничества)

est une organisation intergouvernementale créée à Shanghai le 15 juin 2001, qui regroupe la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizstan, laRussie, le Tadjikistan et l'Ouzbékistan.

Ses pays membres couvrent une territoire supérieur à 30 millions de km2, avec une population de 1,46 milliard d'habitants.

Deux langues de travail : le chinois et le russe.

L'OCS a pour origine le mécanisme "Shanghai Cinq", établi en 1996 par la Chine, le Kazakhstan, le Kirghizstan, la Russie, le Tadjikistan avec pour objectif de renforcer la confiance, entreprendre des désarmements dans les régions frontalières et promouvoir la coopération régionale.

En 2000, l'Ouzbékistan est invité comme observateur au sommet de Douchanbé du "Shanghai Cinq" avant d'adhérer au bloc l'année suivante, devenu alors l'OCS.

En juillet 2005, se tient le 5e sommet du bloc à Astana, capitale kazakhe, durant lequel le Pakistan, l'Inde et l'Iran sont acceptés comme observateur.

Les institutions de l'OCS sont composées de deux parties : le mécanisme de rencontre et les organes permanents. L'organe du plus haut niveau est le Conseil des chefs d'Etat. Les institutions permanentes comprennent le secrétariat à Beijing et la Structure antiterroriste régionale (RATS) à Tachkent, capitale ouzbeke.

Selon la charte de l'OCS, les missions majeures du bloc consistent à renforcer la confiance et le bon voisinage au sein des pays membres, développer la coopération dans divers domaines, surtout les domaines politique, économique, scientifique, culturelle, éducative, énergétique, du transport et de la protection de l'environnement, maintenir la paix et stabilité régionales, promouvoir la création d'un nouvel ordre politico- économique international caractérisé par la démocratie, la justice et la rationalité.

L'intégration au sein de l'OSC de l'inde, du Pakistan et de la Mongolie, aujourd'hui "observateurs, sera examinée en 2015, lors du prochain sommet.

Organisation de Coopération de Shanghai (OCS)
Carte de l'Organisation de coopération de Shanghai

 États membres  États observateurs

 

 

Lu sur El Diablo

L’Asie centrale est considérée comme la deuxième source de pétrole et de gaz dans le monde après le golfe persique, avec des réserves de plus de 30 milliards de tonnes de brut exploitable et de plus de 1000 milliards de mètres cubes de gaz. Un 4ème gazoduc est en cours de construction vers la Chine à l’écart des zones de conflit maritime. Les régions du sud de l’Asie sont directement intéressées.

L’Organisation de la coopération de Shanghai (1) s’est réunie à Douchanbé au Tadjikistan le 11 septembre. Ce vaste ensemble en construction qui regroupe plus de 3 milliards d’habitants et entre en concurrence directe avec l’impérialismes des USA et de l’Union-Européenne,  le Japon allié des USA dans la région Asie.

Xi Jinping était à la tête d’une imposante délégation de dirigeants du PCC (Parti Communiste Chinois) et de grandes entreprises chinoises et de banques, à cette occasion il a rencontré non seulement les présidents Russe et Mongol, mais a proposé qu’ensemble ces trois pays construisent une ceinture économique le long de la route de la Soie, en concomitance avec le plan russe de chemin de fer transcontinental et le programme mongol de route de la prairie,  conjointement à la construction d’un couloir économique Chine-Mongolie-Russie. 

Xi Jinping s’est rendu ensuite à Colombo au Sri-Lanka et a décidé avec le président de ce pays, de renforcer le partenariat de coopération stratégique entre les deux pays. Il a également lancé des négociations sur un accord de libre-échange.

Le Premier ministre indien Narendra Modi a reçu ensuite le président chinois venu avec des promesses d'investissement et la volonté de renforcer des relations entre les deux puissances d'Asie habituellement empreintes de méfiance. Il suffit de rappeler que le développement du commerce entre l'Inde et la Chine est passé de 1 à 60 milliards de dollars entre 2001 et 2014.

La Chine souhaite renforcer ses relations avec son voisin au moment où ses relations avec le Japon et plusieurs pays d'Asie du sud-est sont marquées par des tensions territoriales.

 

« La combinaison du  dragon chinois  et de l'éléphant indien doit créer la base de production la plus compétitive et le marché de consommateurs le plus attractif ».  Le président Chinois s’est engagé sur plus de 100 milliards de dollars d'investissements, soit trois fois le montant promis récemment par le Premier ministre japonais Shinzo Abe à l’Inde…

Rappelons le poids croissant des investissements de la Chine à l'étranger, ils couvrent aujourd'hui tous les secteurs de l'économie dans le monde et totalisent 548 milliards de dollars.

Xi Jinping a confirmé au dirigeant indien que la Chine était favorable à ce que l'Inde devienne membre à part entière de l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et qu'elle lui apporterait tout son soutien à l'Inde à cet égard.

Comme il fallait s’y attendre, lors de ces échanges il a été plus question de promouvoir des accords économiques entre pays capitalistes que de coopération entre les peuples.

 

(1) Fondée à Shanghai  le 14 et 15 juin 2001, comprend la Chine, la Russie, Kazakhstan, le Kirghizistan, l’Ouzbékistan, et le Tadjikistan. La Mongolie est observateur depuis 2004, l’Inde, l’Iran et le Pakistan depuis 2005 ; voir également nos articles de juin 2009,  juin 2011 etc.

 

source: www.sitecommunistes.org

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents