Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
27 novembre 2014 4 27 /11 /novembre /2014 18:03

Republique-Francaise

Des dizaines de militants d’Ile-de-France sont venus Porte de Versailles à Paris, à l’entrée du congrès de l’Association des Maires de France (AMF), prêter main forte aux élus toujours décidés à se battre autour de l’appel lancé par Jean Bartholin, conseiller général de la Loire et Gérard Schivardi, maire de Mailhac dans l’Aude, pour le retrait de la réforme territoriale – la loi « NOTRe » – qui vise à casser la libre gestion des communes, les intercommunalités librement choisies, les départements et leurs services publics.


La gronde s’amplifie parmi les adhérents de l’AMF. De nombreux élus dénoncent la politique d’étouffement des communes comme Anne Le Couriaud, adjointe au maire de Laillé en Ille et Vilaine qui déplore : «Dans cette période de crise où de plus en plus de gens sont démunis, les services publics deviennent essentiels et nous devrons les réduire. Nous allons dans le mur ! ».


Vanik Berberian, président de l’Association des maires ruraux de France dont les adhérents sont aussi souvent membre de l’AMF, nous déclare : « Nous ne sommes pas d’accord avec cette réforme là. (…) C’est une réforme très mal perçue. Chacun s’exprimera, c’est une habitude chez nous (…)»


André Laignel, vice-président de l’AMF considère lui-même que « fragiliser nos communes, c’est plus qu’une erreur, c’est une faute!». Il déclare ce 26 novembre à la nouvelle République du centre  qu’il « serait raisonnable de revoir certaines réformes qui n’ont pas marché. Mais toutes ces questions nous renvoient à l’Europe : sommes-nous réellement en capacité de réorienter notre politique… ? »


Suivant les injonctions de Bruxelles, l’Assemblée nationale a adopté en deuxième lecture la nouvelle carte des régions, ce 25 novembre,  par 277 voix contre 253 et 30 absentions.


En bas, les fonctionnaires territoriaux sont les victimes du pacte de responsabilité, versant financier de la réforme territoriale. Cette semaine ce sont ceux de Massy qui ont décidé deux heures de grève mardi, mercredi et jeudi pour protester contre les mesures d’économies d’environ deux millions d’euros par an, décidées par la mairie qui réorganise des services et redéfinit des missions pour faire face aux augmentations « de charges décidées par l’Etat » déclare le maire.


A Limoges, les travailleurs sociaux en grève occupent le Conseil général et demandent l’abrogation d’une délibération du 6 octobre qu’ils jugent aussi « inique qu’inhumaine ». Cette mesure met en cause le « contrat jeune majeur« , dispositif permettant l’insertion des jeunes ; pour le conseil général cette mesure est au contraire une réponse à certains discours selon lesquels « les collectivités seraient dispendieuses et signeraient des chèques en blanc sans contrôle ».

Et désormais plus de 1300 signatures pour le retrait de la loi NOTRe 

A la porte de Versailles, en une matinée ce sont 107 nouveaux élus qui ont signé l’appel au retrait de la loi NOTRe, portant ainsi à plus de 1300 le nombre de signatures d’élus sur le texte initié par Jean Bartholin et Gérard Schivardi.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents