Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 08:01

Commentaires : Le modèle allemand en matière d'énergie pose problème à l'Allemagne.  Abandonner le nucléaire et moins polluer avec le CO2 semble difficile pour les décennies à venir.  Le ministre de l'économie et de l'énergie demande aux industriels de l'énergie de s'organiser pour réduire la production de CO2.  Pour la Fédération allemande des industries énergétiques, continuer à soutenir les industries et réduire et les centrales à charbon et les centrales nucléaires est mission impossible pour le proche avenir.  Les patrons allemands de l'industrie plaident pour que l'émission des gaz à effets de serre soit gérée au niveau européen et non plus nationalement.  Façon de se défausser sur les pays voisins qui pourraient prendre une part de la pollution allemande ?  Pendant que l'Allemagne jouerait les écolos en réduisant le nucléaire et le charbon ?   Qui a dit "Europe allemande" ?  AC

 

Lu sur Duclair environnement

L’Allemagne s’impose  …une diète de charbon 

par Duclair environnement.

Le Monde.fr |  le 26.11.2014 | Par Frédéric Lemaître   (Berlin, correspondant)

Pour respecter ses engagements de réduction d’émission de gaz à effet de serre, l’Allemagne n’a d’autre choix que de réduire l’utilisation des centrales au charbon, très polluantes. Lundi 24 novembre, Sigmar Gabriel, ministre de l’économie et de l’énergie (et président du parti social-démocrate), a convoqué les quatre grands producteurs d’énergie allemands, RWE, E. ON, Vattenfall et EnBW, pour leur indiquer les grandes lignes du projet de loi qu’il compte faire adopter par le conseil des ministres,le 3 décembre. Selon sa collègue du ministère de l’environnement, si l’Allemagne veut réduire de 40 % ses émissions de CO2 en 2020 par rapport à leur niveau de 1990, elle doit faire un effort supplémentaire compris entre 5 % et 8 % des émissions actuelles.

Une mine de l'industriel VattenfallA à Spremberg, dans l'est de l'Allemagne.

 

Retenant le scénario de 5 %, le gouvernement veut parvenir à une réduction de 62 millions de tonnes de CO2 d’ici à 2020. Sur ces 62 millions de tonnes, 22 millions doivent provenir des centrales au charbon. Actuellement, l’Allemagne dispose de 500 centrales qui, en 2013, ont émis 316 millions de tonnes de CO2. La grande majorité de ces émissions provient des centrales au charbon. Le charbon et la houille génèrent 46 % de la capacité électrique du pays, bien plus que les énergies renouvelables (27 %). Selon le projet de loi, qui devrait être débattu en 2015, les réductions projetées seraient de 4,4 millions de tonnes par an entre 2016 et 2020.

Comment y parvenir ? Le projet de loi ne le précisera pas. Aux producteurs de s’organiser. Libre à eux de fermer certaines centrales ou de réduire la production de tout ou partie du parc, sans fermer de centrale. Une liberté apparente qui pourrait rendre plus difficile une éventuelle plainte des quatre groupes contre le gouvernement. Ceux-ci ont refusé de commenter le projet du ministre. La Fédération des industries énergétiques a indiqué « soutenir » les objectifs de limitation du réchauffement climatique, mais a appelé le gouvernement à « prendre en considération (…) la sécurité de l’approvisionnement énergétique, l’emploi et la santé globale de l’économie ».

« Pas réaliste »

Mardi, le président des Fédérations de l’industrie, Ulrich Grillo, a mis le gouvernement en garde contre des mesures qui renchériraient le coût de l’énergie. Il a aussi plaidé pour que la réduction des émissions de CO2 soit gérée non plus par pays, mais au niveau européen. Une étude commandée par le patronat indique que la fermeture de centrales au charbon pourrait avoir un coût important pour l’ensemble de l’économie, mais une autre étude, commandée par la Fondation Heinrich Böll, proche des écologistes, juge que l’impact est marginal, car de telles fermetures rendraient les centrales au gaz plus compétitives.

L’influent syndicat IG BCE (mines, chimie, énergie) soutient l’initiative de Sigmar Gabriel, mais indique que « la politique énergétique, les prix de l’énergie et la sécurité des approvisionnements doivent être mis sur le même plan que les objectifs liés à la protection du climat ». Michael Vassiliadis, président de l’IG BCE précise, un brin perfide, que « le ministre de l’économie a, à juste titre, récemment indiqué qu’une double sortie, de l’atome et du charbon, n’était pas réaliste ».

Il y a deux semaines en effet, Sigmar Gabriel était régulièrement pris à partie par Greenpeace qui jugeait le ministre trop favorable aux industriels. Aujourd’hui, ses propositions sont critiquées par la CDU, qui a apparemment été prise de court par ce revirement. Les décisions de Sigmar Gabriel ne devraient pas arranger les affaires des quatre producteurs d’électricité, déjà durement touchés par la sortie du nucléaire civil d’ici à 2022.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents