Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
11 mars 2007 7 11 /03 /mars /2007 23:31

Dans le contexte actuel, les communistes auront du mal à se déterminer à l'élection présidentielle.

Le “programme” de Marie-George Buffet est d'une platitude telle que l'on reste confondu. La candidate de la “gauche populaire et antilibérale” se propose de “vivre mieux”. “On y a droit”, proclame la deuxième partie du slogan. Un slogan qui laisse rêveur sur les conceptions du Parti communiste. Est-ce que nous voulons conforter une attitude passive, consommatrice - “On y a droit” - ou inciter les classes populaires à se battre pour conquérir, arracher des droits aux classes dirigeantes ? Est-ce que dans l’Histoire, à aucun moment, le peuple a pu se contenter de dire : “On y a droit” pour obtenir quoi que ce soit ? La lutte de classe n'est pas morte, sauf pour le Parti communiste manifestement.

Quoi de plus démobilisateur qu'un candidat sans parti - communiste s'entend, car Marie-George lorgnait sur la minorité de la LCR et les groupuscules d’extrême gauche jusqu'à la rupture avec les collectifs - et sans programme ?

En terme de programme, Marie-George ne fait que décliner un ensemble de vœux pieux et de mesures en demi-teinte, de tonalité chrétiennes de gauche. De quoi mobiliser les troupes, et surtout ne pas effrayer qui que ce soit.  C’est le leitmotiv de nos dirigeants : surtout, ne pas montrer que nous sommes communistes. Surtout ne pas aborder les sujets qui fâchent : l’Europe, le PCF la veut “sociale” ; la cinquième République, il faudrait la remplacer par une sixième plus démocratique ; le salaire minimum, 1 500 euros bruts, à condition de trouver les financements... On croit rêver...

Si la candidature “populaire et anti-libérale” atteint plus de 2 % de suffrages, c'est qu'il reste dans notre pays des électeurs soucieux de protéger les espèces en voie de disparition…

Au Comité national, certains posent déjà des jalons : “Les communistes veulent porter haut et fort les aspirations populaires, au plus haut sommet”. C'est une manière détournée d'affirmer que le Parti a bien l'intention de retourner au gouvernement. La direction nationale n'en fait pas mystère, même si elle se drape dans une réserve qui ne doit pas faire pas illusion : “Nous appellerons à voter pour la gauche au 2e tour sans rien demander en échange”. Une manière élégante de faire passer le message au Parti socialiste : nous sommes prêts à vous apporter nos voix contre remerciements.

Est-ce à cela qu'est réduit le Parti communiste ? A cacher son identité communiste et à mendier auprès du Parti socialiste des circonscriptions, un groupe parlementaire, voire un ou deux postes de ministres contre bons et loyaux services ? La direction nationale va-t-elle une fois de plus mentir aux adhérents du Parti en négociant dans leur dos un accord avec la social-démocratie ? A n'avoir qu'une stratégie de survie à court terme, le Parti communiste est en train de se détruire. Et que se passera-t-il si au lieu de Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy était élu ?

janvier 2007
[source = gauche communiste du PCF]
par El diablo

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents