Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
12 novembre 2014 3 12 /11 /novembre /2014 11:35

 

Démosphère

samedi 15 novembre 2014 

à 14h

 

Manifestation
pour une alternative

à la politique gouvernementale

Contre le budget d'austérité de Valls-Hollande
Contre les cadeaux au Medef

carte

 

Trajet / parcours:

Manifestation

de

Denfert-Rochereau

à l'Assemblée nationale

 

Syndicalistes - politiques - associatifs - citoyen-ne-s

ensemble pour une alternative à l'austérité

La coupe est pleine ! Le pays s'enfonce dans la crise avec son cortège de misère, de chômage, de précarité, de violentes divisions. Depuis des années la droite et, depuis 2012, François Hollande, les gouvernements Ayrault et Valls poursuivent le même but dans le cadre des traités européens et en accord avec les dirigeants de l'Europe libérale : austérité, compétitivité par la baisse du coût du travail, reculs sociaux, coupes claires dans les dépenses publiques le tout adossé à une politique productiviste qui aggrave la crise environnementale. Ces politiques ont échoué partout en Europe comme elles échouent en France : elles nourrissent la crise, creusent tout à la fois les inégalités et les déficits.

Aujourd'hui, ils veulent aller toujours plus loin. Après les milliards de cadeaux au patronat dans le cadre des « pactes » de compétitivité et de responsabilité, le gouvernement annonce des mesures qui s'en prennent gravement encore aux salarié-e-s, aux retraité-e-s , aux jeunes, aux chômeurse-s, et d'abord aux femmes.

Pour financer les cadeaux faits aux actionnaires, il faut en effet bien prendre l'argent quelque part ! C'est sur la majorité de la population que pèseront les 21 milliards d'économies annoncés dans le budget 2015 : 9,6 milliards pour la Sécurité sociale, 7,7 milliards pour la réduction des services publics et 3,7 pour réduire l'action des collectivités locales.

Il faut stopper cet engrenage ! A l'assemblé nationale, le gouvernement ne dispose plus que d'une majorité fragile.

Les députés qui ont été élus pour faire une politique inverse de celle de Nicolas Sarkozy doivent respecter le mandat que le peuple leur a confié. Ils ne doivent pas adopter dans les jours qui viennent un budget libéral qui répond aux exigences du MEDEF et de la Commission Européenne pas aux besoins de la population et à l'intérêt général.

Nous disons que d'autres choix sont possibles. Nous ne sommes pas condamnés à l'austérité permanente et à l'insécurité sociale. Il faut mettre en œuvre une politique qui parte des besoins sociaux, s'attaque aux inégalités. Une réforme fiscale d'ampleur permettrait une redistribution des richesses et une relance des investissements productifs au bénéfice de la grande masse de la population, s'inscrivant dans la transition écologique.

Il faut redonner du pouvoir d'achat, augmenter les salaires, créer des emplois. Il faut créer les moyens d'une véritable reconquête industrielle. Il est nécessaire de financer les besoins en matière de recherche, d'éducation, de santé ou encore de logement. Pour cela, il faut s'attaquer au capital, à la finance, à la rente des actionnaires qui est supportée par les salarié-es, les chômeurs, les précaires, les retraités et la jeunesse.

Des résistances, des luttes se mènent déjà contre les conséquences de cette politique. Il faut élever la mobilisation des salarié-es, l'intervention des citoyens et citoyennes pour mettre un coup d'arrêt aux politiques en cours, imposer d'autres choix.

Pour dire non au budget d'austérité du gouvernement Valls

et appeler à ce qu'il soit rejeté !
 

Pour dire non aux exigences du Medef !
Pour rassembler et construire une alternative à la politique actuelle !


 Lien : http://paris.demosphere.eu/rv/35729
Source : http://www.cgteduc93.fr/spip.php?article6204
Source : http://www.rezocitoyen.org/Mettre-un-coup-d-a...


1 2 3 4 5 6 7

La CGT 93

Pour une alternative

à la politique gouvernementale

Contre le budget d'austerité de Valls-Hollande
Contre les cadeaux au Medef

Nous n'en pouvons plus. Le chômage gonfle, boucler le mois devient très compliqué. Les aides sociales reculent, les services publics sont asphyxiés, dé- membrés, fermés, y compris les services de proximité alors que les usagers se mobilisent pour les défendre. Se soigner, se nourrir et se loger décemment, s'occuper de ses enfants ou de ses parents, devient un parcours du com- battant.

Partout, nous ne rencontrons que du mépris.

Mépris pour les chômeurs auxquels on propose des métiers déqualifiés, des bas salaires, des temps partiels sous-payés, et qu'ils doivent accepter à moins d'être radiés.

Mépris, quand les loyers et les charges augmentent et qu'il ne reste rien pour vivre. Mépris, quand dans les HLM, faute de budgets sociaux, les plafonds se fissurent, les ascenseurs sont régulièrement hors service.

Mépris quand, à la limite du surendettement, EDF ou GDF-Suez exigent que les factures soient réglées ou sinon, c'est la coupure de l'électricité ou du gaz.

Mépris pour celles et ceux qui restent sur le carreau, « en vrac », quand les firmes débauchent même si leurs actions flambent.

Mépris partout quand on est blacks, beurs, ou sans-papiers surexploités et sans droits. Mépris, quand après 40 ans au boulot, ne reste qu'une retraite de misère.

Mépris quand la concurrence au travail nous casse, parfois tue, et qu'il faut faire toujours plus avec moins de moyens.

Enfin, mépris, dans la bouche des dirigeants pa- tronaux et politiques, quand on laisse entendre que cette situation serait de la faute de ceux qui trinquent.

Toutes ces galères font monter une immense colère, chez celles et ceux qui les su- bissent ou qui les voient sévir autour d'eux. Cette colère est légitime. Nous devons transformer cette colère en une force qui fasse cesser les galères, et impose un autre modèle de société, égalitaire et solidaire.

Vite, très vite !

Car l'exaspération produit aussi du « chacun pour soi » et la guerre des pauvres contre de plus pauvres qu'eux, dont se nourrit le Front National. Les galères ne viennent pas de nulle part.

C'est le résultat du système capitaliste, des politiques libérales et patronales menées depuis des décennies.

Depuis 2012, le Président de la République, dans la lignée de son prédécesseur, a enrichi les riches et appauvri les pauvres. Alors que son impopularité tourne aujourd'hui à l'illégitimité, Hollande poursuit sa politique de régression sociale. En plus, il décide autoritairement une réforme des collectivités locales, qui Nous devons transformer cette colère en une force qui fasse cesser les galères va attaquer plus encore la démocratie et les services publics locaux.

Le gouvernement Valls 2, en plein accord avec le MEDEF , donne de nouveaux gages au patronat : démantèlement du code du travail, coupes multipliées dans les dépenses publiques et sociales, accélération des exonérations fiscales pour le capital, démolition de la loi Allur, attaques sur la politique familiale. Toujours tout aussi autoritairement, au plan international, se négocient dans le plus grand secret des accords de libre échange qui auront des impacts lourds en termes de pouvoirs renforcés des multinationales, de chômage supplémentaire, mal-bouffe.

Et se poursuit l'alignement sur la politique étrangère américaine.

L'austérité n'est pas pour tout le monde. Pendant que nous payons, pour eux, les milliards qu'ils empochent, le CAC 40 et les banquiers se gavent : 40 milliards de di- videndes versées aux actionnaires en 2013, 5% de plus qu'en 2012.

Cette politique n'est faite ni pour le peuple, ni par le peuple :

Il n'a pas voté cela !

Ces nouveaux seigneurs nous gouvernent, circulent et font carrière des sommets de l'Etat aux banques ou aux directions du CAC 40, font leur loi… et se croient au dessus de la loi.

*Cette politique, nous n'en voulons plus.

Nous disons : « ça suffit » ! Et nous la combattons.

Beaucoup résistent. Mais nos mobilisations sont trop éparses.

Nos combats doivent converger.

Si nous tous, citoyens et citoyennes, salarié-e-s, privé-e-s d'emploi, retraité-e-s, syndicalistes, militant-e-s associatifs et politiques, actrices et acteurs du monde de la culture et du sport, nous nous rassemblons, nous rendrons possible une alternative, une autre politique sociale et solidaire, écologiste et féministe, démocratique.

Nous sommes avec celles et ceux qui luttent et redressent la tête. Avec les salariés qui se battent pour leurs salaires, leurs emplois, leurs droits. Avec les chômeurs, les intermittents, les précaires.

Nous sommes dans les luttes pour les droits au logement, à l'éducation, à la santé.

Nous sommes dans les luttes des femmes, des migrants, pour faire reculer toutes les discriminations, les exclusions, le racisme, la répression.

Nous sommes dans les luttes contre les reculs de la démocratie, à l'œuvre aussi dans les entreprises et les administrations.

Nous nous battons contre les projets qui ravagent notre planète et notre environnement. Nous voulons construire des ponts entre toutes ces luttes. Nous voulons organiser des mobilisations et des actions communes, localement et nationalement, pour combattre l'austérité et nous en sortir. Le plus rapidement possible.

Partout, nous invitons au lancement de collectifs locaux pour mettre en place des cadres d'actions et de mobilisations communes, soutenir, aider, développer les luttes. Nous voulons aussi ouvrir un vaste débat, national et local.

Comment faire reculer le chômage, quels droits, y compris nouveaux pour les salariés, les citoyens, quelle politique pour le logement, la santé, l'éducation, la culture ?

Nous voulons inverser cela : montrer ce que veut et peut le plus grand nombre. Nous voulons qu'on invente les solutions ensemble, en les discutant dans les quartiers, les villes, les entreprises, et sans exclusive : avec toutes celles et tous ceux qui viendront faire entendre leurs exigences sociales contre l'austérité.

Nous nous proposons de d'élaborer, mettre en débat ensemble des mesures d'urgence.

Il est plus qu'urgent de nous rencontrer, urgent de résister, urgent de reprendre le contrôle de nos vies, ur- gent d'empêcher qu'on nous les vole, urgent d'imposer d'autres choix. C'est le but de notre collectif, qui s'est donné pour tâche de réunir mouvement associatif, mouvement syndical et mouvement politique, afin de porter une alternative à l'austérité dans le débat politique et dans la rue.

Manifestons ! le 15 novembre à Paris

14 h pour une alternative sociale, écologique et politique

 Source : http://www.cgteduc93.fr/spip.php?article6204

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents