Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
19 juin 2022 7 19 /06 /juin /2022 16:46
Vue d'une partie du chantier du village olympique de Paris 2024 © Maxppp - Olivier Donnars / Le Pictorium

Vue d'une partie du chantier du village olympique de Paris 2024 © Maxppp - Olivier Donnars / Le Pictorium

Le chantier de construction des Jeux olympiques de Paris devait être exemplaire. Pourtant, l'inspection du travail a révélé, fin mars, que des travailleurs sans-papiers avaient été embauchés sur le site par un sous-traitant de GCC, grand groupe de BTP, donneur d'ordres sur le chantier du village olympique. Ces travailleurs ont pu être régularisés rapidement après l'inspection. Ils réclament aujourd'hui leur embauche par GCC.

La spécialité de Moussa, c'est les planchers. C'est généralement ce dont il s'occupe sur les chantiers où il travaille. C'est donc à la construction d'un plancher qu'il était affairé, le 25 mars dernier, lorsque des membres de l'inspection du travail sont arrivés sur le site du village olympique, à Saint-Denis, pour un contrôle.

En temps normal, Moussa aurait quitté les lieux au plus vite. Mais pas ce jour-là. "Je suis allé voir la personne de l'inspection et je lui ai dit que j'étais sans-papiers", raconte-t-il, quelques semaines plus tard, dans les locaux de la Confédération générale du travail (CGT), à Bobigny. Après des années de travail "au noir", dont 10 mois sur le chantier des Jeux olympiques (JO) de 2024, sans respect de ses droits et de sa sécurité, Moussa a voulu mettre fin à cette situation. [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles RÉCents