Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
16 novembre 2021 2 16 /11 /novembre /2021 15:21

« Restituer ? », un film important de Nora Philippe

Le 10 novembre 2021, 26 œuvres des trésors royaux d’Abomey, pillées par les troupes coloniales françaises au XIXe siècle ont été restituées au Bénin et accueillies par des scènes de liesse à Cotonou. Un important film documentaire, Restituer ?, réalisé par Nora Philippe et diffusé sur Arte, fait l’histoire du pillage des biens culturels comme partie intégrante du projet colonial et celle de la longue lutte qui se poursuit pour la restitution de ces biens aux peuples jadis colonisés. Le 15 décembre prochain, en France, sera débattue au Sénat une proposition de loi « relative à la circulation et au retour des biens culturels appartenant aux collections publiques ». Elle concernera aussi « les restes humains » rapportés par les conquérants coloniaux français et encore conservés en très grand nombre dans les caves de nos musées.

Voir sur Arte le film de Nora Philippe :
ENTRETIEN AVEC NORA PHILIPPE

[...]

Extrait du dossier de presse.

Le Président Macron fait une annonce historique en 2017 à Ouagadougou qui engage la France à restituer dans un temps proche ses patrimoines à l’Afrique. Le sujet a semblé sortir de nulle part, mais a agité énormément les milieux culturels. Comment êtes-vous arrivée à ce sujet?

Le sujet m’a sauté au visage lors de la publication du brillant rapport Savoy-Sarr, en novembre 2018, fruit de la mission qu’avait commandité Emmanuel Macron. J’ai pris conscience bien sûr de l’ampleur de la dépossession coloniale qui a eu lieu, et dont bon nombre de nos musées sont les temples. J’étais d’autant plus abasourdie que mes études en histoire de l’art et en muséologie n’avaient jamais, même une minute, ouvert ce chapitre ; dans le champ des musées, j’étais beaucoup plus familière de cette problématique autour des collections autochtones dans les musées nord-américains, par exemple, et des politiques de restitution qui y existent depuis les années 1980. Mais de ce côté-ci du monde, j’ai surtout découvert que les demandes de restitutions s’inscrivaient dans un temps très long, et elles ont été effacé de l’histoire.

Je vois l’horizon des restitutions comme un défi immense, culturel et politique, et promesse de renouveau dans les relations Europe-Afrique, mais pas que : il s’agit aussi de refondre les relations entre les Européen.ne.s d’aujourd’hui et leur propre histoire ! Cela nous requiert.

Et j’y vois, par ailleurs, une histoire de luttes - ce que je tente de raconter dans tous mes films. A ce titre, le choix du medium de la télévision pour ce film afin de s’adresser à un large public, en faisant le pari qu’elle ne soit pas le prolongement du pouvoir, était là dès l’origine du projet. Après tout, Black Panther de Ryan Coogler s’ouvre sur une scène de reprise en main, dans un simili British Museum, d’une pièce du royaume du Bénin. Des dizaines de millions de personnes ont vu ce film, et sont donc sensibles à cette cause. Cette histoire ne doit pas continuer à être étiquetée comme un enjeu de niche.

[...]

Lire la suite sur le site "Histoire coloniale et postcoloniale"

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents