Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
23 septembre 2021 4 23 /09 /septembre /2021 14:33
Taourirt Mokrane, à Tizi-Ouzou.

Taourirt Mokrane, à Tizi-Ouzou.

Lu sur Alger Républicain

Par Omar Bessaoud - Economiste agricole

1. Comment expliquer les causes des incendies en Kabylie ?

Il faut rappeler que Kabylie est une région montagneuse plus boisée que le reste du pays (taux de boisement de plus de 30% contre 11% au niveau du territoire national), avec des densités de population très élevées (parfois jusqu’à 800 habitants au km2) et que la plupart des 1500 villages (ceux de la wilaya de Tizi-Ouzou) sont proches de ces espaces boisés. En résumé, les populations résidentes qui font partie de l’écosystème forestier développent des activités, qui exercent aujourd’hui une forte pression sur des ressources naturelles (sol, eau et forêts) de plus en plus rares et dégradées. [...]

2. Qu’en est-il alors de l’action de l’Etat pour les prévenir ou y faire face ?

Il y a bien sûr une responsabilité écrasante de l’Etat que le ministre de l’intérieur a voulu évacuer dès le premier jour en pointant du doigt « des mains criminelles ».
Les moyens mobiles affectés aux brigades des forestiers, les camions citernes, les emplois, les postes de vigie, les pistes d’accès, les points d’eau, l’aménagement de pare-feu ont été insuffisants. Les experts ont souligné qu’ils étaient aujourd’hui bien en dessous des normes standards exigées, ce qui constitue un sérieux handicap dans la prévention des incendies et la lutte contre les feux. Je ne parle pas ici de l’absence de matériel de télédétection récoltant des données pour alimenter les modèles climatiques, de stations météo leur fournissant des données quotidiennes précises sur les endroits à risque potentiel de départ de feux. La crise politique que traverse le pays, le déficit de confiance et l’effondrement de la mobilisation sociale sont des facteurs qu’il faut bien évoquer pour expliquer les raisons de ces incendies de forêts, qui même s’ils ont connu une ampleur exceptionnelle, étaient pour de nombreux experts de la question prévisibles. L’on savait que Tizi-Ouzou était la wilaya qui avait enregistré le plus grand nombre d’incendies ces dernières années, l’on savait aussi que les indices du risque fréquentiel d’incendies (qui traduisent le rapport de la fréquence annuelle des incendies rapporté à la surface du massif forestier) des communes de la wilaya de Tizi-Ouzou étaient qualifiés d’élevés à très élevés et notamment pour les communes de Larba Nath Irathèn ou de Aïn-el-Hammam mais le régime en place était par sa nature même incapable de faire face à tout cela ! [...]

La suite ci-dessous :

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents