Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 16:01

"Pour les Algériens, la victoire des peuples sur le nazisme, le 8 mai 1945, fut naturellement estompée par les massacres de Sétif, Guelma, Kherrata, etc. Il fallait être porté par un grand esprit internationaliste pour en même temps célébrer cette victoire, avec tout ce qu’elle portait en elle comme facteurs futurs d’émancipation pour le peuple algérien et condamner la répression coloniale. "

 

Le 8 mai 1945, il y a aujourd’hui 75 ans, fut une journée de réjouissance dans le monde après la victoire sur le régime nazi allemand. Ce fut en même temps le point de départ de l’un des plus grands carnages perpétrés par l’armée coloniale en Algérie. Dans les jours et les semaines qui suivirent, des dizaines de milliers d’Algériens périrent sous la mitraille et les bombardements pour avoir revendiqué l’indépendance de leur pays. La simple vue du drapeau algérien avait suffit à déclencher une hystérie sauvage chez les colons. Rien ne devait les arrêter pour maintenir intacts leurs privilèges. Les Cent seigneurs de la colonisation étaient résolus à faire couler des fleuves de sang, à faire croupir en prison des milliers de patriotes plutôt que de perdre un seul centime de profit que leur ordre leur assurait à l’ombre du Code de l’indigénat.

La suite sur le site d'Alger républicain, qui fut le journal d'Henri Alleg

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents