Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
25 octobre 2018 4 25 /10 /octobre /2018 15:29

La gare de triage de Sotteville-lès-Rouen abrite depuis près de dix ans des centaines de locomotives à l’arrêt, dont la majeure partie ne circulera plus jamais. La SNCF annonce pour fin 2019 la mise en service d’un site dédié à la dépollution et la déconstruction de ces machines.

Boris MASLARD Thomas DUBOIS - Paris-Normandie

Près de Rouen, le « cimetière des locos » est appelé à disparaître du paysage

Avec le temps, elles ont appris à faire partie du paysage. Les milliers d’automobilistes empruntant chaque jour le long boulevard industriel, entre Rouen et Saint-Étienne-du-Rouvray, font-ils encore attention à leur présence ? Près de 400 locomotives les observent, elles, immobiles sur ces rails où la plupart ont achevé leur vie. Une situation unique en France. À condition de prendre le temps de s’arrêter, la vue de ces alignements mécaniques reste toujours aussi sidérante, sur ce qui fut autrefois, à Sotteville-lès-Rouen, la gare de triage la plus importante d’Europe. Et même « l’une des plus modernes », rappelle Pierre Louvard, ancien cheminot et militant écologiste. « C’était un outil très performant quand il était en activité », assure-t-il.

[...]

« Ce n’était pas censé devenir un cimetière »

« Les pouvoirs publics et la SNCF ont donné la priorité à l’acheminement de trains complets, liés à l’industrie lourde, au détriment de la politique du wagon isolé », rendant de fait l’activité de triage inutile, rappelle pour sa part l’Eurois Gilles Fraudin, lui aussi ancien cheminot (mais pas à Sotteville), membre de France Nature Environnement et de la Fnaut (Fédération nationale des associations des usagers de transport). Parallèlement, la multiplication sur les rails des rames automotrices a, dans les mêmes années, condamné bon nombre de locomotives plus anciennes.

Ces deux facteurs ont ainsi « brusquement, en quelques années », accéléré l’effondrement du fret et l’accumulation des machines à Sotteville, selon Gilles Fraudin. Y compris des engins toujours en état de rouler. « À l’origine, ce n’était pas censé devenir un cimetière », soupire le militant. Sylvain Brière confirme. « Je me souviens, en 2012, on nous disait que ce stockage serait temporaire », assure l’ancien conducteur de trains. Si la gare de triage accueillait bien des locos définitivement obsolètes, « les engins moteurs encore aptes à circuler recevaient l’appellation « Garé bon état »».

[...]

« Nous étions intervenus en instance pour réclamer la mise en place d’un gardiennage, déplore Grégory Laloyer. Aujourd’hui, les collègues voient ces machines envahies par les ronces, alors que certaines d’entre elles ont été prises en charge par les ateliers de Quatre-Mares, ont exigé des milliers d’heures de travail, de grosses compétences techniques et technologiques. Les voir pourrir en l’espace de quatre ans, c’est dur psychologiquement. »

Et que dire des opérations de démantèlement menées aujourd’hui dans ces mêmes ateliers de Quatre-Mares ? « Le drame des cheminots, tempête Sylvain Brière. Démolir ce qu’ils ont construit ! » Et le responsable du Comité de défense du triage de Sotteville de pointer en plus « le gâchis pour les finances publiques : ces locos, c’est vous qui les avez payées ! ».

« Obligatoirement un gouffre »

Personne n’est en mesure d’avancer le moindre chiffre sur le coût qu’elles représentent, « mais c’est obligatoirement un gouffre », estime Sylvain Brière. Sans parler du « gâchis » environnemental : pour le défenseur du triage de Sotteville, l’outil a plus que jamais sa place au cœur des politiques publiques et des enjeux écologiques actuels. Notamment à Rouen où, entre autres, « l’ensemble des silos du port peut être desservi par le train ».

[...]

Bientôt une « usine » de déconstruction

[...]

« Une véritable activité industrielle »
Construction de l’usine ? La SNCF envisage en effet un site dédié « à la déconstruction et la dépollution des locomotives ». « La prévision contractuelle précise un démarrage de la production fin 2019 », souligne la direction normande. L’appel d’offres vise le traitement de « 1 070 locomotives sur sept ans, à raison de 150 engins par an ».
[...]

Un risque pour l’environnement ?

Au-delà des considérations écologiques sur le déclin du fret, les avis sont partagés sur l’impact environnemental de ces locomotives - dont certaines particulièrement détériorées - stagnant à l’air libre. Pour Sylvain Brière, qui fut délégué CHSCT, la pollution des sols est « évidente ». « Certains de ces engins thermiques contiennent des hydrocarbures et d’autres fluides... » Et le militant de Convergence nationale rail d’évoquer également la présence de pyralène, une huile particulièrement toxique utilisée « pour refroidir les transformateurs des locomotives électriques ».
[...]

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents