Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
2 mars 2018 5 02 /03 /mars /2018 16:29
Saipol (Dieppe) : « Pas de fatalité mais des responsables », dixit la CGT
Publié 01/03/2018 sur Paris-Normandie
 

Deux ouvriers de la société SNAD ont perdu la vie le 17 février 2018 dans l’explosion qui a soufflé l’usine Saipol de Dieppe - Photo Paris-Nie

Les unions départementale et locale CGT attirent l’attention, dans un communiqué diffusé ce jeudi matin, sur les mesures de sécurité prises dans l’usine Saipol de Dieppe, où une explosion a fait deux morts le 17 février dernier.

« Sans tirer de conclusions hâtives et en laissant se dérouler les différentes investigations (Parquet, inspection du travail, DREAL, CHSCT...), la CGT s’interroge sur les conditions de l’organisation et les moyens de contrôle mis en place par l’entreprise Saipol pour garantir la santé et la sécurité des salariés. »

Trois questions

« Alors que le risque d’explosion lié à la présence d’hexane était parfaitement connu, pourquoi n’avoir pas mis en œuvre le dégazage de la zone d’intervention par ventilation forcée permettant de supprimer le risque d’explosion, comme cela est réalisé lors des arrêts techniques sur les différents sites Saipol ?

Alors qu’il est établi qu’il s’agit d’une intervention dangereuse, pourquoi avoir fait intervenir en urgence la société SNAD sur un site qu’elle ne connaissait pas et non la société ORTEC qui intervenait habituellement ? (Rappel YG -  "Cette société a l’habitude de travailler avec nous" avait déclaré Jean-Philippe Puig, directeur général du groupe Avril, présent sur le site le 18 février après l'accident au côté du ministre Stéphane Travers  et de la préfète.  Article paru sur l'Usine Nouvelle ).

Si un plan de prévention entre Saipol et la SNAD a été réalisé, nous nous interrogeons sur l’existence de l’inspection préalable commune devant être réalisée, sur la qualité de l’analyse de risque et le détail des modes opératoires mis en œuvre. »

Sur ces trois problématiques, la CGT craint que « l’hypothèse d’un gain de temps pour faire repartir au plus tôt la production » et d’un « plan de prévention réalisé à la va-vite », « ne soient pas à écarter ». [...]

La suite ici, sur le site de Paris-Normandie : http://www.paris-normandie.fr/breves/normandie/saipol-dieppe--pas-de-fatalite-mais-des-responsables-dixi

Réponse de la direction : http://www.paris-normandie.fr/actualites/faits-divers/explosion-mortelle-chez-saipol-a-dieppe--la-cgt-s-interroge-la-direction-repond-IG12368909

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents