Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
30 janvier 2018 2 30 /01 /janvier /2018 19:05

Sur certaines lignes de Normandie, les TER pourraient circuler sans contrôleur dès lundi 5 février 2018. Moins de sécurité, déshumanisation... Les cheminots alertent. Précisions.

SNCF. Yvetot-Rouen, Lisieux-Cabourg… En Normandie, certains TER pourraient circuler sans contrôleur. (©Aurélia Morvan / Normandie-actu)

Dès le lundi 5 février 2018, les TER pourraient circuler sans contrôleur sur certaines lignes de Normandie. La CGT des cheminots dénonce une réelle menace pour la sécurité tant des voyageurs que des conducteurs, qui seront désormais seuls maîtres à bord.

Yvetot-Rouen, Lisieux-Cabourg…

« En Haute-Normandie, la suppression des contrôleurs concernera d’abord les lignes Yvetot-Rouen et Bréauté-Fécamp, puis Rouen-Elbeuf dans un second temps. En Basse-Normandie, elle s’appliquera à la ligne Lisieux-Cabourg », égraine auprès de Normandie-actu Grégory Laloyer, secrétaire général de la CGT Cheminots de Rouen (Seine-Maritime)

Présenté par la direction lors d’une consultation avec le comité d’entreprise (CE), la règle lorsqu’il s’agit de modifier de façon importante l’organisation du travail des salariés, le projet inquiète.

Moins de sécurité, plus de difficultés

Avec le non-accompagnement systématique, le conducteur du train va se retrouver devant une multitude de responsabilités alors qu’il doit déjà gérer ses propres procédures, déplore Grégory Laloyer.

En effet, s’il est en charge de contrôler les titres de transport, le contrôleur se doit aussi d’assurer la sécurité des voyageurs. En plus d’éventuellement dissuader de potentiels agresseurs par sa présence, il gère notamment les montées et descentes, informe en cas de situation anormale, porte secours en cas de besoin, ou encore assiste les voyageurs à mobilité réduite.

Avec leur suppression, toutes ces missions risquent d’être moins bien assurées, voire plus assurées du tout. Le représentant syndical prend en exemple la ligne Le Havre-Rolleville, qui, selon lui, fonctionne sans la présence de contrôleur depuis le début du deuxième trimestre 2017 :

Les personnes à mobilité réduite qui veulent circuler sur cette ligne doivent désormais prévenir 48h à l’avance pour pouvoir être prises en charge par le personnel. Il s’agit pourtant d’usagers du quotidien qui ne devraient pas avoir à programmer leurs voyages.

Portiques anti-fraude, contrôleurs volants…

Contactée, la Région Normandie, autorité chargée de la gestion des TER, ne se prononce pas sur ce projet de suppression des contrôleurs. Pourtant, selon Grégory Laloyer, si la SNCF le met en œuvre, c’est bien à la demande du Conseil régional. Il précise :

La Région va investir dans des dispositifs de contrôles par portiques anti-fraude, comme elle l’a déjà fait à la gare Saint-Lazare de Paris, car son projet est de développer ce système en Normandie. 

En complément, les contrôleurs auparavant présents dans les trains pourraient devenir des contrôleurs mobiles qui, en équipe, visiteront les appareils de façon ponctuelle, à la manière de ce qui se fait déjà dans les transports en commun urbains.

Également contactée, la SNCF n’a pas répondu à nos sollicitations pour le moment.

L'article sur France-actu :

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents