Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
8 janvier 2018 1 08 /01 /janvier /2018 16:09

Jean Pérès,

Au cours de la dernière édition de « Des paroles et des actes », le 26 mai 2016 [1], dont l’invité principal était Jean-Luc Mélenchon, François Lenglet, journaliste économique et éditocrate accompli, a déclaré : « Evo Morales, président de la Bolivie, est aujourd’hui empêtré dans des scandales de corruption considérables. […] C’est un corrompu. […] La petite amie de M. Morales, qui est la mère de son fils, a bénéficié de 500 millions de dollars de commandes publiques, allez m’expliquer que tout cela est normal ! »

Dans cette déclaration, tout est faux, excepté le fait que Evo Morales est effectivement le président de la Bolivie. Même les lecteurs du Figaro et de Paris-Match le savaient. Pas Lenglet. Ou bien il a menti.

Le 27 mai, l’ambassadeur de Bolivie, Jean-Paul Guevara Avila, adresse une lettre de protestation à l’émission « Des paroles et des actes ». François Lenglet lui répond le 30.

C’est de cette réponse qu’il sera ici question. Pris la main dans le sac, l’éditocrate fait preuve dans cette réponse d’un incroyable aplomb, sous couvert d’une fausse reconnaissance de sa bévue.

La lettre de l’ambassadeur

Dans cette lettre, l’ambassadeur informe l’émission de France 2 de son « indignation par rapport aux propos démesurés et au manque d’information et de prudence du journaliste François Lenglet […] ». Il ajoute que « Monsieur Lenglet se permet d’aller trop loin et signale clairement, sans aucun fondement ou preuve que le gouvernement bolivien et son président sont soumis à la corruption ». Et un peu plus loin : « Les calomnies sans fondement peuvent entraîner des conséquences juridiques auxquelles nous ne voulons pas faire appel. » Et l’ambassadeur de relater en détail le fait qu’une commission mixte parlementaire a enquêté et lavé Evo Morales de tout soupçon dans cette affaire.

L’ambassadeur, magnanime, ne fait aucune demande à la chaîne de télévision publique : ni rectificatif, ni excuses, ni publication de son courrier à une heure de grande écoute (l’émission « Des paroles et des actes » du 26 mai a été suivie par 2,5 millions de téléspectateurs). Il indique même dans sa lettre qu’il ne portera pas plainte – en diffamation sans doute –, alors qu’il en a la possibilité.[...]

La suite ci-dessous

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents