Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
24 janvier 2018 3 24 /01 /janvier /2018 18:18
Communiqué de l’AFPS
Mahmoud Abbas à Bruxelles : l’Union européenne oublie le droit

Un mois et demi après la provocation de Donald Trump reconnaissant Jérusalem comme capitale d’Israël, entérinant ainsi les violations du droit par Israël, le Conseil européen des Affaires étrangères et sa présidente ce lundi 22 janvier ont reçu le président Mahmoud Abbas à Bruxelles.
L’AFPS ne peut hélas que constater que l’espoir d’une intervention forte de l’Europe dans ce dossier était vain et que la reconnaissance de l’État de Palestine par l’Union européenne et par la France n’est toujours pas à l’ordre du jour.

Pour redonner sa place au droit, la Palestine, face aux menaces américaines, s’est naturellement tournée vers l’Europe. Elle lui a demandé la première chose qui est en son pouvoir : la reconnaissance de son État, premier pas indispensable pour affirmer une volonté de paix fondée sur le droit.

Au menu de ce déjeuner de travail, la reconnaissance demandée par la Palestine ? 70 ans après le plan de partage, l’Union européenne lui a répondu qu’elle n’était "pas prête"...

Une approche multilatérale pour construire une paix fondée sur le droit ? L’Union européenne en reste toujours à demander que la Palestine retourne négocier en tête à tête avec l’État d’Israël qui l’occupe militairement.

Une protection du peuple palestinien, avec lignes rouges et sanctions à la clé ? Ce point n’est même pas évoqué malgré la colonisation qui s’étend, les destructions de maisons, les centaines d’arrestations arbitraires, les morts et les blessés dans les manifestations palestiniennes.

L’Union européenne s’est contentée d’envisager de proposer à la Palestine - tout en refusant de la reconnaître politiquement - la perspective lointaine d’un accord d’association, et quelques renforcements de relations économiques. C’est à l’opposé des initiatives politiques nécessaires alors qu’il faut faire cesser l’occupation qui étrangle l’économie palestinienne.

Il est absurde de demander aux Palestiniens de donner des gages à ceux qui se sont donné pour règle de détruire le droit international, alors que la résolution 2334 du Conseil de sécurité doit s’imposer à tous et être mise en œuvre.

Il est temps que la France sorte des mots et des ambigüités. Il faut des actes forts pour une paix fondée sur le droit et non sur la loi du plus fort. Elle en a la possibilité, elle peut en donner le signal. Elle doit appuyer la Slovénie et les pays qui, comme elle, ont l’intention de reconnaître l’État de Palestine et ne pas, au contraire, les tirer en arrière. Ce n’est pas plus tard, c’est maintenant que la France doit reconnaître l’État de Palestine ! Ne pas le faire revient à accepter la violation du droit.

Le moment est venu pour la France de montrer qu’elle ne se cache pas derrière des mots mais qu’elle veut effectivement agir pour une paix réelle fondée sur le droit international.

Le Bureau national de l’AFPS

>>Signer la pétition

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents