Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
7 décembre 2017 4 07 /12 /décembre /2017 17:54

Jean-Paul Lecoq est un député communiste de terrain.  Présent aux côtés des salariés, dans les luttes, dans les manifestations. Présent dans les combats contre la loi Travail. Combatif contre les patrons qui bradent l'industrie en France et au Havre en particulier, comme Lafarge par exemple.  Mais sur l'Europe, sur l'UE plus exactement, il méconnait la réelle nature de classe de cette institution, un des appareils institutionnel essentiel du capitalisme mondialisé.  

Cette histoire de drapeau, ce n'est pas seulement une histoire de bout de chiffon.  Et le propos de Jean-Paul Lecoq est révélateur de la ligne pro-européenne du PCF.  Même s'il combat les conséquences sociales en France de cette politique européenne.

Je partage tout à fait le commentaire d'El Diablo sur l'intervention du député communiste à l'Assemblée Nationale.  J'ajouterais que ce qui me semble gravement absent de son intervention, c'est l'analyse de ce que signifie le drapeau européen dans l'enceinte de l'Assemblée Nationale.  C'est en effet conférer aux institutions européennes une autorité législative en France, c'est placer à égalité les décisions votées par les représentants du peuple français et celles prises par la commission ou le conseil européen.  Or le Palais Bourbon est le lieu de la souveraineté nationale et de nulle autre.  Hisser le drapeau étoilé de l'UE dans cette enceinte, c'est suggérer aux députés qu'ils sont mineurs et ne peuvent légiférer contre l'Europe des multinationales. 

Jean-Paul Lecoq affirme aussi que ce sont les peuples qui ont fait l'Europe politique, c'est à dire l'UE actuelle.  C'est faux.  Les peuples ont été soigneusement écartés de sa fondation et de sa construction.   Le PCF s'y est d'ailleurs opposé longtemps. Voici ce qui est dit de la naissance de la communauté européenne dans le livre de  J. Kanapa et J. Denis : Pour ou contre l’Europe ? Éditions sociales, 1969] :

"Les conditions d’élaboration de ce plan éclairent son contenu. Il a été préparé dans le plus grand secret par une équipe restreinte, sans consultation du Parlement ni même de la quasi-totalité du gouvernement. J. Monnet appelle, dans ses Mémoires, cette équipe d’un nom évocateur : les conjurés. « Neuf personnes au total étaient dans le secret… Nous étions bien résolus à mener toute l’opération en dehors des voies diplomatiques officielles. Le secret fut total, à une exception près. »

L'Union européenne ne s'est pas "détachée" des peuples.  La communauté économique européenne s'est créée sans eux et contre eux.  L'UE s'est imposée peu à peu aux peuples, en rampant sournoisement dans les consciences, faisant croire qu'il n'y avait pas d'alternative, multipliant les coups de force ( traité constitutionnel) et les mensonges (Europe sociale ...).  De 1957 (Traité de Rome) à 2017 : 60 ans d'intégration continue dans les faits et dans les têtes.   Et jusqu'aux partis communistes européens quasiment tous retournés.  

Et enfin comment parler d"'Europe démocratique" quand les traités rejetés par les peuples sont appliqués quelques années plus tard ?  Comment affirmer que "tous ses États [ de l'Europe ] sont démocratiques, parce que ses nations ont conquis la démocratie" quand les communistes polonais sont menacés d'emprisonnement, leur parti sous le coup d'une interdiction pour avoir défendu des idées et un programme communiste ?  Et quand le régime politique en France se teinte de bonapartisme et exclut du pouvoir la très grande majorité : les salariés les plus pauvres, les précaires, les chômeurs.

Yvette Genestal

Partager cet article
Repost0

commentaires

Articles Récents