Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 14:29

C'est l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP) qui  sonne la charge contre le droit de grève dans les transports.

  Jamais les patrons ne sont favorables au droit de grève. 

Depuis la reconnaissance du droit de grève en 1864, le droit de grève a évolué, jusqu'à, en 1950, être accordé aux fonctionnaires civils sur le fondement du préambule de la Constitution de 1946.

Mais dès sa reconnaissance, les contestations et remises en cause du droit de grève se sont multipliées.

En 1941 le régime collaborationniste de Vichy interdit la grève.  Les forces armées nazies avaient fait basculer le rapport de forces en faveur des patrons ...

Après la libération, force fut de reconnaître que nombre d'ouvriers, de salariés, le syndicat CGT, avaient participé à la résistance contre l'occupant nazi.  Le Parti communiste est puissant.  Il a lui aussi été un des acteurs majeurs de la Résistance.  Les patrons font profil bas, eux qui ont largement trempé dans la collaboration.  Une citation de De Gaulle pour soutenir les réformes sociales du CNR en témoigne : « Pour la France en particulier, où le désastre, la trahison, l’attentisme, ont disqualifié beaucoup de dirigeants et de privilégiés et où les masses profondes du peuple sont, au contraire, restées les plus vaillantes et les plus fidèles, il ne serait pas acceptable que la terrible épreuve laissât debout un régime social et moral qui a joué contre la nation. »  En 1945, le rapport de forces est défavorable au patronat. Le droit de grève est reconnu dans le préambule de la constitution de 1946. 

Mais rien n'est jamais acquis, rien n'est durablement conquis dans ce monde capitaliste qu'aucune mesure ne peut "am&nagé" ou "moralisé".  Depuis 1957, ce droit ne cesse d'être remis en cause, au nom du "dialogue social", au nom du service public, du droit de circuler ... Jusqu'à instaurer, en 2008 puis 2009, un service minimum dans les écoles, à la SNCF.

Cela ne leur suffit plus.

L'UFT invoque aujourd'hui "une utilisation abusive du droit de grève" (?) pour remettre en cause le "droit de retrait" et les grèves reconductibles ou illimitées.

Il est clair qu'à droite, chez les "ni de droite ni de gauche", dans la seconde droite, on rêve d'aller plus loin.  Le Figaro titre sur les"abus" du droit de grève.  Michelle Alliot-Marie voulait ainsi interdire le droit de grève aux fonctionnaires. Elle le dit tout haut.  Ils sont nombreux à le penser tout bas.  Jamais les patrons ne sont favorables au droit de grève.  S'attaquer à celui-ci peu à peu, en jouant sur les divisions entre salariés, ils savent faire.

AC

 

Les entreprises du transport public veulent la fin des grèves à «durée illimitée»

Vincent Vérier| 22 novembre 2017
«Il y a une perte de confiance et les usagers se détournent du transport public», estime un responsable de la FNAUT.LP/ARNAUD DUMONTIER

Vu sur Le Parisien

"Abus du droit de grève" disent les patrons des transports "publics".  Oublient-ils que les salariés perdent de lourdes sommes d'argent quand ils font grèves ?  Et qu'un salarié ne fait jamais grève par plaisir mais parce qu'il y est acculé ?

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents