Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
3 novembre 2017 5 03 /11 /novembre /2017 16:55

Résumons.  Le financement de la sécurité sociale ne sera plus assuré totalement par les cotisations sociales mais par le budget de l'Etat.  Ce que ne verseront plus les entreprises, les retraités et les fonctionnaires le paieront à leur place.  Ainsi donc le patronat ne contribuera plus aux dépenses de sécurité sociale ...  Pas encore complètement.  Mais c'est le but ultime.

Cette marche vers une refonte profonde de notre sécurité sociale répond à une exigence de l'UE, c'est à dire de la commission européenne dont le porte-voix est le Conseil européen  dont nos gouvernants sont parties prenantes.

La"RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme de la France pour 2017 et portant avis du Conseil sur le programme de stabilité de la France pour 2017", en date du 22 mai 2017, éclaire les propositions gouvernementales. 

Les membres de la Commission et du Conseil sont hantés par la "compétitivité", soucieux qu'ils sont de "concurrence libre et non faussée" : "Un niveau élevé de charges sociales et de taxes pesant sur les sociétés peut décourager l’investissement privé et brider la croissance des entreprises et l’embauche de nouveaux salariés."

En conséquence, parmi les recommandations faites à la France figurent la baisse des cotisations sociales.  Mais ce n'est pas énoncé clairement.  Nos tartuffes européens recommandent donc de "poursuivre la réduction des charges réglementaires pesant sur les entreprises".

Le Conseil européen ( i.e. la Commission ...) est obsédé par les "dépenses publiques" qui sont pourtant le plus souvent des investissements.  Voici ce qui en est dit en préambule dans cette recommandation de mai 2017 : "Le niveau des dépenses publiques en France est l’un des plus élevés de l’Union. Le ratio des dépenses au PIB devrait atteindre 56,2 % en 2017, soit 9,7 points de pourcentage de plus que pour l’UE." Or la Commission compte pour dépenses publiques le budget de la sécurité sociale.  Le gouvernement nous invente donc des difficultés de la sécurité sociale pour réduire les dépenses publiques de santé et les remboursements... Avec deux conséquences : l'incitation aux assurances privées et le recours grandissant aux cliniques privées.  Solutions qui aggravent et complexifient la situation des assurés sociaux.  

C'est exactement ce à quoi le gouvernement Macron-Philippe s'emploie avec ce "budget" de mise à mort de la Sécurité Sociale.

Une conquête de la Libération issue du programme du CNR.

Yvette Genestal

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents