Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 14:01

Ils se battent ainsi pour le rôle souverain et législatif des élus du peuple qui ne sauraient se subordonner à une quelconque autorité présidentielle.  C'est la suite d'une longue bataille. En 1870, les députés sont encore échaudés par le coup d'état de Napoléon III en 1851, précédemment élu président au suffrage universel en 1848.  Ils décident que le président de la République sera élu par le Parlement qui réunit l'Assemblée nationale et le Sénat. Ils n'étaient pas des révolutionnaires.  Certains participèrent même à l'écrasement de la Commune de Paris.  Mais ils craignaient le pouvoir personnel et le bonapartisme.  De Gaulle, à la faveur du coup d'état de 1958, remet en cause cet équilibre, ouvrant la voie à toutes les dérives.

Cette décision de prononcer un discours devant le Parlement place la représentation nationale sous l'autorité du président de la République. C'est contraire à la séparation des pouvoirs législatif  et exécutif. 

Le 4 Mai, Anicet Le Pors disait ses craintes devant les réformes institutionnelles voulues par E. Macron :

"L’abaissement du Parlement

Il s’agit d’abord d’une réduction drastique des effectifs sensée dégager une économie annuelle de 130 millions, de l’ordre d’un tiers pour aboutir à 385 députés et 282 sénateurs. Le Parlement réduirait considérablement son activité législative qui, hors période budgétaire, serait limitée à trois mois. Il y aurait donc moins de lois nouvelles, ce qui laisserait davantage de champ à la réglementation par décrets. L’activité du Parlement serait aussi réorientée vers des missions de contrôle et d’évaluation. La haute administration aurait de ce fait une compétence d’expertise plus étendue et un pouvoir hiérarchique renforcé sous l’autorité de l’exécutif. Emmanuel Macron a prévu de légiférer rapidement par voie d’ordonnances dès le début de son quinquennat et il conservera le mécanisme de l’article 49-3. Il est clair que la démarche tourne le dos au régime parlementaire."

Source : http://anicetlepors.blog.lemonde.fr/2017/05/04/emanuel-macron-cet-homme-est-dangereux/

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents