Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
17 février 2017 5 17 /02 /février /2017 13:54

Enquête sur le lobbying américain en France

La grande star française de l’Internet Frédéric Mazella, créateur et dirigeant de BlaBlaCar, vient de lever 200 millions de dollars auprès d’investisseurs, américains notamment. Il fait partie de ces jeunes dirigeants d’entreprises repérés par les influenceurs américains par l'intermédiaire de la promo 2015 des "Young Leaders."

France info 
Radio France

Mis à jour le

 Chaque année, les Etats-Unis repèrent et invitent les futures élites françaises à Washington pour une opération de charme. Mais ce n’est qu’une facette d’une stratégie d’influence plus globale. La plupart des grands cabinets d’avocats et les banques d’affaires de Paris sont aujourd’hui américains. Peu à peu, ils imposent leur langue, leurs normes, et leur idéologie.

Le lobbying américain en France, une enquête de Jacques Monin
 

Le "soft power" ou la diplomatie douce

La formule sonne plutôt bien. Le "soft power", ou diplomatie douce, a été inventé par les Américains pour influencer leurs partenaires en s’appuyant sur la conviction ou la séduction. Concrètement : depuis les années 1940, l’ambassade des Etats-Unis à Paris repère chaque année ceux qui seront les futures élites françaises. Elle mise sur elles et les invite outre-Atlantique à participer à un programme d’échanges avec les futures élites américaines. La French American Foundation  a mis sur pied un programme similaire avec des fonds privés.

 

Ces programmes ciblent les énarques, les jeunes loups de la politique, mais aussi des chefs d’entreprises et des journalistes. Parmi eux : François Hollande, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Pierre Moscovici, Emmanuel Macron, Najat Vallaud-Belkacem. Cette année, Frédéric Mazzella, le fondateur de Blablacar, ou encore Alexis Morel, directeur de la stratégie de Thalès, font partie de ceux qui ont été invités à Washington pour un voyage d’étude. 

"On va chercher les gens qui peuvent avoir une influence un jour par leur réussite" explique Pierre Servan -Schreiber, un avocat d’affaires qui a travaillé dans un cabinet américain. "C’est une volonté délibéré de connaitre les gens qui seront à même de prendre des décisions, et à qui on pourra rappeler notre passé commun et faire passer des messages".

 

A Washington, ils peuvent rencontrer des responsables politiques, mais "le programme s’appuie aussi sur un réseau de 40 à 50.000 bénévoles américains qui vous accueillent "  précise Pascal Dupeyrat, le président du Cercle Jefferson  qui a créé une amicale des anciens de ces voyages. "Cela crée une rencontre avec la population. Avec cette idée très intelligente qui est de dire : vous avez plus de difficultés à aller en guerre avec des gens avec qui vous avez déjeuné ou dîné". Apprendre à se faire aimer, c’est avant tout cela le "soft power".

 [...]

Lire la suite ci-dessous

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents