Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 13:09

On admirera la phrase : "la rupture conventionnelle permet à l'employeur et au salarié de mettre fin à un contrat à durée indéterminée (CDI) d'un commun accord." 

Cette phrase est en totale contradiction avec le fait que le salarié est dans une position de subordination face à son employeur et que dans ces conditions, il ne peut être question de "commun accord".  Combien de départs contraints ? Combien de salariés priés d'accepter la rupture  conventionnelle à la suite de pressions, voire de harcèlement de leur employeur ?

  • Par
  • Mis à jour
Le nombre de ruptures conventionnelles entre employeurs et salariés a atteint un nouveau record en 2016, enregistrant une hausse de 9,1% par rapport à 2015, selon des données provisoires du ministère du Travail consultées mardi par l'AFP. L'année dernière, 389.900 ruptures de contrats par consentement mutuel ont été homologuées, sur 419.600 demandes enregistrées par l'administration, selon le service des statistiques du ministère (Dares).
 
En moyenne, 32.500 ruptures ont été validées chaque mois. Le record mensuel a été battu en juin, avec 33.500 homologations.
Mise en place en août 2008 par le gouvernement de François Fillon, la rupture conventionnelle permet à l'employeur et au salarié de mettre fin à un contrat à durée indéterminée (CDI) d'un commun accord. Le salarié concerné a accès à l'assurance chômage, contrairement à s'il démissionnait.
 
Depuis 2008, le nombre de ruptures conventionnelles a progressé tous les ans. En 2015, 357.200 dossiers avaient été homologués (29.800 par mois). Quelque 2,48 millions de ruptures conventionnelles ont été validées depuis l'entrée en vigueur du dispositif.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents