Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 09:42

Entretien avec William Audoux, de la CGT Renault Cléon

À Renault, la CFDT valide le nouvel accord antisocial, pour toujours plus de flexibilité et de précarité

Publié le 9 janvier 2017

 

Ce lundi 9 janvier, le syndicat CFDT de Renault a annoncé qu’il signerait le nouvel accord de compétitivité du groupe, s’alignant sur l’avis favorable préalablement émis par FO et de la CFE-CGC. La CFDT permet ainsi au patronat d’obtenir la majorité pour faire passer cet accord synonyme d’une cruelle défaite pour les ouvriers quant au temps de travail et aux suppressions de postes.

Propos recueillis par Vincent Duse, délégué CGT à PSA Mulhouse

C’est contre cette nouvelle attaque que les ouvriers de l’usine Renault de Cléon, en Normandie, s’étaient mis en grève le 5 janvier, à l’appel de la CGT, bloquant un rond-point entre 4h et 9h30. En effet, le nouvel accord de compétitivité promet une dégradation toujours plus importante des conditions de travail pour l’ensemble des sites de la multinationale française. Pourtant, à Cléon comme ailleurs,la précarité est déjà largement la règle à Renault, qui compte 30000 travailleurs et près de 10 000 intérimaires. Le site normand, spécialisé dans la production des boîtes de vitesse et de moteurs, compte à lui seul1800 intérimaireset 150 CDD sur un effectif de 5000 travailleurs, soit plus de 30% de précaires. Dans le secteur de l’assemblage, où les postes sont les plus durs et les cadences infernales, les chiffres de la précarité sont particulièrement alarmants avec plus de 90% d’intérimaires. Nous avons interviewé William Audoux, secrétaire du syndicat CGT Renault Cléon.

Le 5 janvier, jour de la relecture de l’accord, vous aviez appelé à la grève à Renault Cléon. Tu peux nous dire ce qui vous a motivés ?

C’est bien simple, sur le groupe Renault ils veulent faire comme dans l’usine la plus productive d’Europe, et surtout la pire en termes de conditions de travail :Sunderland en Angleterre. Là-bas,il n’y a que des précaires et les salariés ne tiennent pas plus de 5 ans. L’exploitation est si infernale qu’il n’y a que des salariés entre 21 et 35 ans, les plus âgés ne tiennent pas. Alors on a voulu faire quelque chose pour marquer notre opposition à l’accord de compétitivité, c’est pourquoi on a mobilisé aux deux entrées du site et organisé un blocage avec une centaine de salariés sur la journée.

En 2013 avec le premier accord de compétitivité à Renault, c’était le premier accord de ce type en France. On peut dire que vous avez été précurseurs dans le domaine...

Oui en effet,l’accord de 2013 nous a laissé un goût amer, avec la suppression de 10 000 emplois et 21 jours de RTT. Seulement une partie des 3000 embauches promises a été réalisée. Aujourd’hui, avec le nouvel accord qui vient d’être signé, cela va encore s’aggraver. Et pourtant, le groupe n’a jamais fait autant d’argent, il y a aujourd’hui 20 milliards d’euros dans les caisses de Renault, et après ça,ils osent encore nous demander de nous serrer la ceinture.[...]

la suite ci-dessous sur Révolution permanente.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents