Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 23:01

Vincent Peillon, ou le fantôme socialiste

par François Ruffin 19/12/2016

Tip A Friend
 

 

En finir avec le Parti « Socialiste ». Episode 2.

Cette fois, on part en reportage, sur les anciennes terres de Vincent Peillon : le « Vimeu rouge ». Témoin d’un divorce entre le PS et les classes populaires.

Je vais replonger.
Rajouter un chapitre.
Repartir en reportage.
Dans les entrailles de la gauche.
Pour comprendre cette béance en son cœur, ce mutisme sur la « guerre des classes » à l’heure où, d’après le Financial Times, « l’inégalité de revenus est regardée comme le grand clivage ». A l’heure où le Parti Socialiste, lui, lutte (préventivement) contre le trop d’Egalité !
C’était hier soir, sur LCI.
Jacques Julliard :

« Le travail qu’a fait cet institut Edgar Quinet sous la direction de Vincent Peillon s’attaque à un sujet bateau, les inégalités, une des vaches sacrées de la gauche, mais d’une façon originale. En disant, l’égalité c’est un admirable idéal, mais il faut bien voir qu’elle comporte des dangers spécifiques, ou en tout cas des obstacles spécifiques et que une société qui a pour but l’égalité devient sensible aux moindres inégalités ! Plus une société a un idéal égalitaire, moins elle supporte les formes les plus bénignes de l’inégalité. »

Il est urgent, en effet, de s’attaquer... aux attaques contre l’inégalité !
Alors, je vais suivre le doigt de Jaurès sur la place de Friville Escarbotin.
Remonter la rue Henri Barbusse jusqu’à la Bourse du Travail.
Arpenter le coin, marcher sur ses pas, pour saisir ça : qui est Vincent Peillon ?
Et Ségolène Royal ?
Et Manuel Valls ?
Et Bertrand Delanoë ?
Qui sont-ils, à la fin, ces zélateurs du renoncement ?
A quels feux se sont-ils brûlés, eux qui délivrent des leçons d’ « audace » ?
Quels liens, familiaux, ou d’amitié, ou de camaraderie, ou de proximité, les rattachent au « peuple » - cet alpha et oméga, en théorie, de la démocratie, de la Constitution, et encore davantage du socialisme ?
Autant de questions pour répondre à une seule : à quel camp appartiennent-ils, au fond – eux qui prétendent qu’il n’y a plus de camps ? ni « vainqueurs » ni « vaincus » ?

[...]

Lire la suite sur le site de Fakir.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents