Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 22:09

Carlos Ghosn veut obtenir un contrat de compétitivité» sur la période 2017-2019, avec «des engagements de part et d'autre», «très clairs», «assumés» et qui «garantissent une paix sociale». Le futur accord visera à «définir les conditions et moyens permettant d'assurer l'avenir de Renault en France» dans la «poursuite» de l'accord de 2013 signé par trois syndicats (CFE-CGC, CFDT et FO). Bref le président du groupe Renault, ancien groupe français nationalisé brandit, une fois de plus, à mots couverts la menace de la concurrence des sites à l'étranger pour peser sur les négociations.  Cela a un nom : dumping social.

Cédant au chantage à l'emploi et à la fermeture de sites en France, les trois syndicats avaient accepté en 2013 une réduction de 15% des effectifs, la suppression de jours de congés et l'augmentation du temps de travail, plus de mobilité et de flexibilité, et gel des salaires la première année. 7.200 postes nets ont de plus été supprimés depuis début 2013.

En 2016, la situation de Renault est florissante : les immatriculations sont en hausse de plus de 12% en Europe sur les huit premiers mois de l'année, les bénéfices sont passés de 536 millions d'euros en 2013 à 2,96 milliards d'euros en 2015.

Les syndicats qui ont signé l'accord en 2013 réclament maintenant  "un partage de la richesse avec les salariés» ( Bruno Azière, CFE-CGC). Il est vrai que les dividendes ont explosé entre 2013 et 2015 (de 509 à 710 millions d'euros) et que les salariés qui ont fait l'expérience des précédents accords de 2013 ne sont peut-être pas prêts à accepter de nouveaux sacrifices. La CGT, non-signataire du précédent accord, demande l'embauche de «14.000 salariés en CDI au minimum dans les trois ans» pour stopper «la précarisation de l'emploi qui fragilise l'entreprise» et la qualité de la production, explique le coordinateur national CGT de Renault, Fabien Gâche. " Presque toutes les usines de montage tournent avec 80% d'intérimaires».  Entre 2013 et 2015, leur nombre dans les usines automobiles du groupe en France a plus que triplé.

En outre le temps de travail allongé, la disparition de RTT, l'augmentation de la productivité pèse sur la santé des salariés.  «Il y a eu une montée des cadences très fortes. Il faut maintenant regarder les conditions de travail, les salaires et le climat social», estime le délégué FO. 

Dans ces conditions, à l'ouverture des discussions sur le nouvel accord de compétitivité, il n'est pas sûr que la paix sociale si chère à Carlos Ghosn soit pleinement assurée.

AC

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents