Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 21:47

Métro à l’arrêt, syndicaliste interpellé, barrage à Walibi…: le point sur la grève générale

L.Co avec Belga
Mis en ligne

Aucun métro, tram et bus ne circule vendredi à Bruxelles. Le trafic ferroviaire est très perturbé au sud du pays. Certains magasins sont restés fermés.

  • 
© Belga

    © Belga

On parle surtout du Brexit et (un peu) des dégâts causés par les orages de la nuit dernière. On en oublierait presque que la Belgique est à l’arrêt pour cause de grève générale. Le mouvement de grève est un succès, estime déjà le syndicat chrétien pour employés. «  Un message clair a été adressé au ministre de l’Economie Kris Peeters  », souligne la CNE dans un communiqué.

Le point sur les principaux faits du jour.

Bruxelles : métros, trams et bus à l’arrêt

Aucun métro, tram et bus ne circule vendredi à Bruxelles, indique la Stib. Contactée par nos soins, la porte-parole de la Stib nous annonce que cette situation durera «  toute la journée  » et concernera «  même les noctis  » cette nuit. La raison, explique-t-elle, est que «  ce matin, trop peu de chauffeurs étaient présents pour établir un service minimum, ce qu’on essaie pourtant toujours de faire  ».

Trains et bus régionaux : trafic très perturbé

La circulation des trains est également touchée suite à la grève. La circulation est «  fortement perturbée  » au sud et «  perturbée  » au nord.

Les réseaux de bus De Lijn et TEC enregistrent également des perturbations en Flandre et en Wallonie. La TEC reprend sur son site internet l’ensemble des parcours qui, province par province, ne seront pas assurés. En Brabant-wallon, 61 % des trajets étaient assurés à 15h30. Du côté de Charleroi, seuls 25 % des bus circulent pour le dépôt de Jumet, 10 % pour Genson, 38 % pour Nalinnes et aucun à Anderlues. Dans le Hainaut, 33 % des voyages sont assurés à Mons, 27 % à Eugies, 9 % pour le Centre et 80 % en Hainaut occidental. Pour Liège-Verviers, aucun bus ne sort à Verlaine et Eupen, contre 40 % à Bassenge. Seuls 8 % des bus roulent à Jemeppe, 77 % pour le dépôt d’Omal et un peu plus de la moitié pour Oreye. Le dépôt de Robermont est également touché, avec 27 % des services assurés. A Rocourt, il s’agit de 38 %. Près de 60 % des véhicules sont sortis à Verviers, 20 % à Wanze et 18 % à Warzée. En province de Namur, 62 % des services sont assurés, et 86 % pour la province de Luxembourg.

Les réseaux urbains de la société flamande De Lijn sont fortement touchés, a indiqué cette dernière. Retrouvez sur son site les détails des perturbations en Flandre.

 

La distribution du courrier est également incertaine car le mouvement de grève est bien suivi.

Magasins : des blocages au cas par cas

Certains Delhaize ont baissé le rideau. © Photo News
Certains Delhaize ont baissé le rideau. © Photo News

Dans les magasins et supermarchés du pays, la situation floue. Certains étaient fermés, d’autres ouverts. Le front commun syndical mène des actions dans les Colruyt de l’ensemble du pays. En province de Liège, 50 % des magasins du groupe suivent le mouvement, selon la CNE (Centrale Nationale des Employés de la CSC). À Liège, d’autres grandes enseignes commerciales (Ikea, Cora, Carrefour, etc.) restent fermées.

© Belga
© Belga

«  En raison de la grève nationale organisée par les syndicats, le magasin Ikea de Hognoul est exceptionnellement fermé ce vendredi. Les autres magasins à Anderlecht, Arlon, Gand, Hasselt, Mons, Wilrijk et Zaventem sont quant à eux bel et bien ouverts  », annonce le groupe suédois vendredi.

Les grandes entreprises au ralenti

La grève «  se ressent surtout dans les grandes entreprises manufacturières, dont une grande part de la production sera perdue. La plupart des autres entreprises technologiques ne ressentent que peu ou pas d’impact  », a indiqué vendredi la fédération patronale Agoria.

Un piquet de grève à Audi Forest. © Photo News
Un piquet de grève à Audi Forest. © Photo News

Selon la fédération sectorielle, en Flandre et à Bruxelles, une vingtaine d’entreprises sont touchées par des pertes de production qui varient entre 50 et 100 %. Dans les provinces de Liège et du Hainaut, la plupart des grandes entreprises de production sont à l’arrêt à cause des barrages. Par contre, dans les PME et les entreprises TIC, «  l’impact de la grève est quasi nul  ».

Un avion détourné

Plusieurs piquets de grève se sont installés sur le site de l’aéroport de Bierset, à Liège. Des entreprises cargo et de dépôts sont bloquées depuis le matin et certainement jusqu’à la fin de la journée. Un terminal de passagers a également été bloqué par une quinzaine de grévistes. Un vol en provenance de Malaga qui devait s’envoler, à 14 heures, vers Alicante, n’a donc pas pu atterrir à Liège. Il a été dévié vers Brussels Airport où les passagers ont été transportés par autobus.

Le syndicat socialiste bloquait depuis vendredi matin l’accès à Brucargo, la zone de Brussels Airport dédiée au transport de marchandises. L’action, à laquelle ont participé une centaine de militants, s’est achevée vers 15 heures. L’action menée chez les bagagistes a également été un succès. Swissport était à l’arrêt. Les compagnies ont dû mobiliser du personnel pour traiter les bagages. Chez Aviapartner, il y avait davantage de non-grévistes.

 

Le président de la FGTB Anvers interpellé

Le président de la FGTB anversoise, Bruno Verlaeckt, a été interpellé vendredi matin en compagnie d’une autre personne lors de la dislocation d’un piquet de grève par la police sur la Scheldelaan, l’un des axes routiers de la métropole.

Il a été libéré en début d’après-midi. «  C’est une nouvelle tentative de réduire le droit de grève et le pouvoir des travailleurs et des syndicats  », a dénoncé le SP.A d’Anvers. Les socialistes flamands déplorent l’«  intervention brutale  » de la police locale à Anvers qui a mené à l’usage de canons à eau et à l’interpellation du président de la FGTB locale.

Barrages filtrants à Walibi

En marge de la journée de grève nationale organisée par les syndicats socialistes, la FGTB a mené vendredi matin une action à l’entrée du parc d’attractions Walibi, à Wavre, pour protester contre le licenciement par la direction d’un délégué nouvellement élu lors des élections sociales. En début d’après-midi, l’action a cependant été levée : la direction est allée à la rencontre des syndicalistes protestataires, et émis certaines propositions afin de sortir du blocage. Une nouvelle réunion est programmée mardi entre les parties pour tenter de finaliser les solutions mises sur la table.

Grabuge à la clinique Saint-Luc, à Bouge

La direction de la clinique Saint-Luc à Bouge a saisi la justice pour interdire la mise en place de piquets de grève devant l’établissement, sous peine d’astreintes de 1.000 euros. Depuis 6 heures ce vendredi, les grévistes distribuent donc des tracts à l’entrée de l’hôpital afin de sensibiliser les patients et les travailleurs aux enjeux de cette grève.

Pour la CNE, il s’agit d’une première «  puisqu’un tribunal, de façon unilatérale, a donné à la direction la possibilité de contrevenir à la convention qu’elle a conclue  », a indiqué Claire de Pryck, secrétaire permanente CNE. Le syndicat regrette que la clinique n’ait pas désigné à temps le personnel chargé d’opérer un service minimum.

A lire sur Le Soir

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents