Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ACTION COMMUNISTE

 

Nous sommes un mouvement communiste au sens marxiste du terme. Avec ce que cela implique en matière de positions de classe et d'exigences de démocratie vraie. Nous nous inscrivons donc dans les luttes anti-capitalistes et relayons les idées dont elles sont porteuses. Ainsi, nous n'acceptons pas les combinaisont politiciennes venues d'en-haut. Et, très favorables aux coopérations internationales, nous nous opposons résolument à toute constitution européenne.

Nous contacter : action.communiste76@orange.fr>

Rechercher

Humeur

Chaque semaine, AC attribue un "roquet d'or" à un journaliste qui n'aura pas honoré son métier, que ce soit par sa complaisance politique envers les forces de l'argent, son agressivité corporatiste, son inculture, ou sa bêtise, ou les quatre à la fois.

Cette semaine, sur le conseil avisé de la section bruxelloise d'Action communiste, le Roquet d'Or est attribué  à Thierry Steiner pour la vulgarité insultante de son commentaire sur les réductions d'effectifs chez Renault : "Renault fait la vidange"...  (lors du 7-10 du 25 juillet).


Vos avis et propositions de nominations sont les bienvenus, tant la tâche est immense... [Toujours préciser la date, le titre de l'émission et le nom du lauréat éventuel].

 

 
29 juin 2016 3 29 /06 /juin /2016 13:51

Les ouvriers bulgares impayés squattent l’hôtel à Maintenon

 

Les ouvriers bulgares de Bulmix ont été employés sur plusieurs chantiers à Maintenon, dont la construction de l’hôtel de luxe Le Castel. Mais ils ne sont plus payés. Ils sont en grève et vivent dans L’hôtel du Cygne qui n’est plus payé non plus.

BULMIX FRANCE, Société par action simplifiées au capital de 100 000€, a débuté son activité en novembre 2013.

Petar KONSTANTINOV est président de la société BULMIX FRANCE. Le siège social de cette entreprise est actuellement situé 38 rue de Berri - 75008 Paris 8

BULMIX FRANCE évolue sur le secteur d'activité : Construction de bâtiments

Chiffres d'affaires 2014 ( 14 mois ) : 4 688 335 euros

 

Article paru dans l'Echo Républicain du 12 novembre 2015

Extraits ( les plus savoureux) - Lire l'article intégral ci-dessous

Le patron de Bulmix France répond aux interrogations des entreprises et artisans euréliens, qui critiquent le déroulement du chantier du Castel de Maintenon.

Petar Konstantinov, patron bulgare de la société Bulmix France, a décroché le marché du Castel de Maintenon, un luxueux hôtel en construction. Il emploie 43 salariés bulgares sur ce chantier.

On vous reproche d’être une entreprise bulgare qui profite des règles européennes pour faire travailler de la main-d’œuvre pas chère ? Nous sommes une filiale française, d’une entreprise bulgare. Nous sommes soumis aux mêmes règles que les entreprises françaises qui travaillent sur l’Hexagone. On paie les mêmes charges et taxes que les entreprises d’ici. Nous sommes enregistrés au registre du commerce en France et, par conséquent, nous déclarons tous nos chantiers aux organismes français. En plus, sur ce chantier, nous travaillons avec des entreprises françaises et européennes. Par exemple, la société Dias, qui livre le béton, est portugaise.

Pourquoi ne pas avoir pris des salariés français ? C’est connu, dans notre secteur, et dans toute l’Europe de l’ouest et de l’Est, les meilleurs ouvriers sont turcs, portugais, serbes et bulgares. En Espagne, par exemple, sur les chantiers du BTP, ce sont majoritairement des Portugais et des Bulgares qui travaillent parce que leur compétence est reconnue. L’équipement, le dessin et les ascenseurs sont livrés par des entreprises françaises.

Que pouvez-vous dire aux entreprises locales qui subissent la crise, alors que vous travaillez sur leur territoire ? Je le répète, c’est la globalisation et l’Europe du libre-échange qui veulent cela. Est-ce qu’on critique lorsque Bouygues ou d’autres entreprises françaises décrochent des marchés colossaux en Bulgarie. Est-ce qu’on leur dit de rentrer chez elles, parce qu’elles prennent l’argent des Bulgares ? Notre entreprise a des chantiers en Russie, au Kazakhstan, en Turquie, en Allemagne, en Grèce et en Grande-Bretagne. C’est l’Europe d’aujourd’hui ! [...]

 

Le propriétaire du futur hôtel quatre étoiles de Maintenon réfute toutes les accusations des entrepreneurs euréliens.

Sur le choix d’une entreprise bulgare, au lieu de faire travailler les artisans et les sociétés locales, Jean-Marc de Margerie se veut d’abord européen :« Je suis exploitant propriétaire. Je ne construis pas pour partir après avoir revendu mes réalisations. Si un investisseur privé français met sur la table 15 millions d’euros, il va d’abord chercher à rentrer dans ses frais, en réalisant la totalité de son projet. Nous sommes Européens avant tout. Je regrette que le drapeau dressé par les ouvriers bulgares ait blessé les Euréliens. Nous avons remis à ses côtés le drapeau français. Je rappelle que le choix d’une entreprise ne se fait pas sur sa nationalité, mais sur des critères économiques et financiers. Je ne gagne pas d’argent sur le dos des Bulgares. Le carrelage est importé d’Italie et la robinetterie est d’origine allemande », détaille-t-il.L’homme dit avoir attribué le marché à une filiale française d’une entreprise européenne, dans le respect de ce qu’exigent les bâtiments de France.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Articles Récents